Rejoignez-nous

Actualité

Fribourg serait-il la bête noire de Genève cette saison?

Publié

,

le

Benjamin Chavaillaz devance Henrik Toemmernes pour un nouveau succès fribourgeois dans le derby face à Genève. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Trois matches et trois victoires en faveur des Dragons avec un dernier succès 4-3 après prolongation aux Vernets.

Un derby, c'est une histoire d'émotions. Un derby, cela se joue avec ce petit supplément d'âme. C'est ce qui s'est passé aux Vernets. Surtout lors du troisième tiers entre deux formations qui n'ont pas su se départager après soixante minutes.

Les deux rencontres précédentes avaient rendu des verdicts étriqués, avec à chaque fois une victoire fribourgeoise en prolongation (3-2 et 2-1). Celle-ci n'y a pas échappé. Parce que les Genevois, piqués par d'opportunistes Fribourgeois, n'ont pas abdiqué et qu'ils ont su égaliser dans la dernière minute par un Bozon aussi patient qu'habile. Mais, comme au cours du troisième tiers, c'est Fribourg qui a frappé en premier dans la prolongation pour sceller le score. Stalberg, servi par Bykov, a donné le deuxième point à ses couleurs. A noter l'erreur de Rod sur la séquence.

Gênés par le pressing fribourgeois au cours du tiers initial, les Genevois avaient su relever la tête pour prendre l'ascendant lors de la deuxième période. Cette pression s'est traduite par un but en power-play de l'inévitable Wingels (33e) sur un bijou de passe de Tömmernes et par une domination aux tirs de 11-4 en faveur des Grenat. Rebelote dans le troisième tiers avec cette fois Winnik à la finition et Fehr dans le rôle du préparateur (46e). Encore une fois, les leaders des Aigles ont répondu présents.

Seulement ce Fribourg-Gottéron sait aussi marquer lors de ses temps faibles ou lorsque l'adversaire commet une toute petite erreur. Un engagement remporté par Desharnais, une passe à Chavaillaz pour un lancer imparable et voilà les Dragons revenus à hauteur contre le cours du jeu (48e). Puis une déviation de Rossi à la 57e et Genève qui vacille avant de reprendre ses esprits.

Cette rencontre n'a pas eu d'incidence au classement puisque Genève demeure 3e et que Fribourg pointe toujours sous la barre avec une longueur de retard sur Lugano.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Les ventes de chocolat toujours en dessous du niveau pré-Covid

Publié

le

Les volumes de chocolat écoulés en Suisse n'ont pas encore retrouvé en 2022 leur niveau d'avant la pandémie. (archive) (© KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ)

Les ventes de chocolat en Suisse ont reculé en volume l'année dernière, alors que le chiffre d'affaires généré par la branche, soutenu par les hausses de prix, a progressé.

"Le marché intérieur ne s'est pas encore remis de la brèche creusée par la pandémie", a indiqué lundi Chocosuisse dans un communiqué . Par rapport au niveau de 2019, les ventes restent inférieures de 4,7% en termes de volume et de 4,9% pour ce qui est des recettes, relève l'association faîtière.

Après une augmentation massive (+10%) en 2021, les importations de chocolat n'ont connu qu'un "ralentissement insignifiant" l'année dernière (-1,5%). "La pression exercée par les produits meilleur marché fabriqués à l'étranger reste importante et la fidélité des consommateurs suisses aux produits indigènes est limitée", explique le vice-président de Chocosuisse, Daniel Bloch, cité dans le document.

Les exportations en revanche ont progressé de 8,3% en rythme annuel en volume et le chiffre d'affaires correspondant de 8,4%. L'évolution positive des ventes à l'étranger n'a toutefois pas permis de compenser la hausse des coûts, notamment le prix du sucre, qui a presque doublé en Suisse l'année dernière.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Le chômage devrait reculer en Suisse cette année (KOF)

Publié

le

Les Offices régionaux de placement ne devraient pas connaître de surcharge de travail ces prochaines années, selon les économistes consultés périodiquement par le KOF. (archive) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les économistes sondés par le KOF se montrent davantage optimistes quant à la croissance et au chômage en Suisse cette année. L'inflation devrait encore rester à un haut niveau.

Les experts tablent sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) réel de 0,8% en 2023, contre 0,7% en décembre dernier. L'année prochaine comme dans cinq ans, il devrait atteindre 1,6%, souligne lundi le consensus KOF.

Les investissements devraient être plus importants qu'attendu, avec une augmentation de 1,6% au lieu de 1,1%, portés par les équipements. En revanche, ceux dans la construction devraient baisser de 0,8% en moyenne. Le consensus est davantage confiant pour les exportations réelles, revues à la hausse pour l'année en cours à 3,1% après 2,8%. L'an prochain, il table sur 3,6%.

Les économistes interrogés par l'institut de recherche économique de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) misent désormais sur un taux de chômage de 2,1% en 2023 et de 2,2% dans cinq ans, contre respectivement 2,4% et 2,5% lors du relevé de décembre. A long terme, la prévision s'établit à 2,2%, soit le niveau le plus bas depuis l'introduction de ce point en 2014. L'an dernier, le taux de chômage s'était établi à 2,2%.

Cette année encore, l'inflation devrait rester hors du cadre que s'est fixé la Banque nationale suisse (BNS). Elle est ainsi attendue à 2,4% en 2023 par les experts sondés par le KOF. En revanche, elle devrait se rétracter à 1,3% en 2024. A long terme, elle devrait se fixer à 1,1%, soit dans la moyenne des attentes des années 2015 à 2019.

En 2022, le renchérissement annuel moyen a grimpé à 2,8%, après 0,6% en 2021.

La majorité des participants s'attend à une hausse des taux d'intérêt à court et long terme au cours de l'année prochaine. Le taux d'intérêt au comptant à dix ans calculé par la Confédération est escompté à 1,69% dans les trois mois et à 1,82% dans les douze mois, après 1,21% et 1,44% au dernier pointage.

Quant au taux de change, le franc devrait rester stable face à l'euro, à savoir 0,99 CHF/EUR dans les trois et douze prochains mois.

Quinze économistes ont participé au sondage réalisé avant le relèvement du taux directeur à 1,5% par la Banque nationale suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Genève

Pluie de démissions au FIFDH à Genève

Publié

le

Irène Challand ne sera restée que quelques mois à la tête du Festival du film international sur les droits humains (FIFDH) à Genève (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Festival du film international sur les droits humains (FIFDH) de Genève fait face à une pluie de démissions après la crise qu'il subit depuis quelques mois. La codirectrice et directrice des programmes Irène Challand se retire, a dit lundi le Conseil de fondation.

L'organe de surveillance s'est réuni jeudi dernier pour discuter des tensions qui avaient été relayées dans la presse. Trois de ses membres, Nadia Dresti, Ursula Meier et Stina Werenfels ont présenté leur démission.

Elles estiment que la mission donnée à Mme Challand n'est pas soutenue par l'équipe opérationnelle. Souhaitant ne pas mettre sa santé davantage en péril, la directrice des programmes a également signifié sa démission.

Selon les conflits qui ont été mentionnés dans les médias, elle était au centre des tensions pour des accusations d'"incompétences" et de "volonté de contrôle extrême" qui auraient presque remis en cause l'organisation du festival. Alors que sa codirectrice avait déjà remis son mandat, elle était en arrêt de 50% et se disait victime de harcèlement.

Au moment du renouvellement il y a quelques mois du Conseil de fondation et des dirigeants, le FIFDH avait mis en avant la féminisation du nouveau dispositif. Quelques mois plus tard, il ne reste que deux femmes dans l'organe de surveillance.

Afin de garantir une continuité, le président du FIFDH Yves Daccord reste lui en fonction. Il rend hommage à Mme Challand et regrette profondément les "circonstances" de ces démissions. Il faut une "remise en question du fonctionnement de notre festival et de ses objectifs", selon lui. Une tâche à laquelle le Conseil de fondation va s'atteler dans les prochaines semaines à Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Démission en cascade au FIFDH

Publié

le

Irène Challand © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Trois membres du Conseil de fondation et la directrice des programmes quittent le FIFDH, le Festival du film et forum international sur les droits humains de Genève.

Le conseil de fondation a tenu une réunion à huis clos jeudi dernier, suite aux tensions apparues ces derniers mois au sein du Festival.

Dans un communiqué de presse du FIFDH, Nadia Dresti, Ursula Meier et Stina Werenfels disent regretter le manque de soutien de la part de l’équipe opérationnelle et les conflits internes qui ont amené à la situation actuelle.

Constat partagé par la directrice des programmes Irène Challand qui dit ne pas vouloir mettre davantage sa santé en péril. 

Continuer la lecture

Suisse

L'Université de Berne est prête pour le voyage vers Jupiter

Publié

le

Au centre spatial européen de Kourou, en Guyane française, "Juice" est préparé pour le lancement. (© ESA)

A bord d'une fusée Ariane 5, la mission spatiale "Juice" de l'Agence spatiale européenne (ESA) entame le 13 avril son voyage de 700 millions de kilomètres vers Jupiter. Plusieurs instruments de l'Université de Berne se trouvent à bord.

"La sonde spatiale est prête, tous les tests sont terminés", a déclaré Peter Wurz, directeur de l'Institut de physique de l'Université de Berne, à Keystone-ATS. Sous sa direction, un appareil de mesure, le "Neutral and Ion Mass Spectrometer" (NIM), a été développé et construit à Berne pour la mission "Juice". Le scientifique suivra à Berne le lancement de la fusée depuis le centre spatial européen de Kourou, en Guyane française.

Dans les prochains jours, la sonde sera positionnée sur la fusée. Puis la fusée sera ravitaillée. "Nous ne pouvons plus qu'espérer que tout se passe bien", a glissé le directeur. "Il y a toujours un petit risque. Le ravitaillement en carburant hautement explosif, par exemple, est une opération délicate."

Le lancement est un grand pas pour les chercheurs de l'Université de Berne. Il y a dix ans, ils ont commencé à construire les instruments de mesure. Le travail intellectuel sur la mission avait déjà démarré des années auparavant.

Huit ans pour atteindre Jupiter

"Nous attendons avec impatience le moment où les premières données des instruments seront reçues", a poursuivi M. Wurz. Mais avant d'en arriver là, il faudra faire preuve de beaucoup de patience. Le voyage vers Jupiter dure huit ans. Ce n'est qu'en juillet 2031 que la sonde arrivera sur la planète géante.

Les chercheurs veulent étudier trois des plus de 80 lunes de Jupiter: Ganymède, Callisto et Europe. La température moyenne à la surface de ces lunes glacées est inférieure à moins 140 degrés Celsius.

"Nous voulons ainsi comprendre la formation de notre système solaire", a expliqué le scientifique. Jupiter étant la plus grande planète de notre système solaire, la compréhension de sa formation est considérée comme importante pour les connaissances sur l'origine de la Terre.

L'histoire est conservée dans la glace des lunes de Jupiter. Concrètement, le NIM étudiera la composition chimique et isotopique et la distribution des particules dans les atmosphères des lunes glacées de Jupiter ainsi que les paramètres physiques de ces atmosphères. "Juice" ne se posera pas sur les lunes glacées pour y prélever directement des échantillons d'eau, mais se contentera de les survoler.

La mission a également pour but de rechercher des signes de vie. Les missions précédentes vers Jupiter laissent supposer que des océans se trouvent sous l'épaisse couche de glace de Ganymède et d'Europe. Et là où il y a des océans, la vie est théoriquement possible. Peter Wurz s'attend à ce que la vie extraterrestre soit découverte dans les 20 prochaines années.

Radioactivité

Pour cette mission, "un grand défi pour les instruments est la radioactivité", selon le scientifique. Elle est plus forte sur Jupiter que nulle part ailleurs dans notre système solaire. "Nos instruments doivent pouvoir résister à ce rayonnement".

Les chercheurs ont donc dû développer et mettre en place des boucliers de protection. En outre, les instruments de Jupiter doivent faire face à de grandes variations de température et la sonde doit pouvoir accumuler suffisamment d'énergie malgré une lumière solaire environ 25 fois plus faible que sur Terre.

Outre NIM, deux autres instruments, en partie "bernois", seront à bord de "Juice". Les scientifiques suisses ont développé un module pour l'altimètre Gala, qui étudiera la topographie de Ganymède, la lune de Jupiter.

En outre, l'Université de Berne a développé l'optique et l'unité de calibration pour l'instrument Submillimeter Wave Instrument (SWI). Le SWI mesurera la stratosphère de Jupiter ainsi que les atmosphères et les surfaces des lunes glacées de Jupiter.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture