Rejoignez-nous

Actualité

Frais professionnels démesurés: l’Exécutif de la Ville de Genève répond

Publié

,

le

C’est un rapport explosif qu’a dévoilé jeudi matin la Cour des Comptes. Les juges se sont penchés sur les frais professionnels de l’Exécutif de la Ville de Genève. C’est à dire les frais de déplacements, de repas et de téléphonie des cinq conseillers administratifs. Et ce qui ressort de l’audit n’est pas brillant. Isabelle Terrier, l’auteure du rapport:

Isabelle Terrier Magistrate à la Cour des comptes

Certains exemples sont même choquants. Tant en ce qui concerne les montants que les motifs de dépenses. Les plus frappants concerne le magistrat Guillaume Barazzone. De quoi obliger l’élu PDC à faire son mea culpa:

Guillaume Barazzone Conseiller administratif en Ville de Genève

Parmi les frais problématiques, l’élu PDC a dépensé plus de 17000 francs en téléphonie mobile en 2017. Guillaume Barazzone répond sur ce point:

Guillaume Barazzone Conseiller administratif en Ville de Genève

La Cour des comptes met aussi en lumière de l’alcool fort payé avec la carte bancaire de la Ville. L’auteur de ces dépenses, le même Guillaume Barazzone s’explique:

Guillaume Barazzone Conseiller administratif en Ville de Genève

Guillaume Barazzone a notamment affirmé qu’il s’agissait parfois d’erreurs dues à une confusion entre sa carte bancaire personnelle et professionnelle:

Guillaume Barazzone Conseiller administratif en Ville de Genève

Le magistrat PDC a aussi précisé avoir remboursé les dépassements de factures de téléphone ainsi que tous les frais effectués entre 1h et 6h du matin.

Pour éviter ces abus à l’avenir, l’Exécutif a adopté lundi un nouveau règlement qui renforce le contrôle des notes de frais. S’il reconnait l’utilité du rapport de la Cour des comptes, le maire Sami Kanaan précise toutefois que, pour un magistrat, la frontière entre vie privée et professionnelle est parfois complexe à définir :

Sami Kanaan Maire de la Ville de Genève

Pas de quoi convaincre Maria Pérez. La conseillère municipale d’Ensemble à Gauche estime que la commission des finances, dont elle est membre, doit se saisir de ce dossier et investiguer sur les autres années de la législature. La colère de Maria Pérez:

Marie Pérez Conseillère municipale d'Ensemble à Gauche

Au delà du contenu du rapport, la Cour des comptes a aussi relevé « le climat très tendu » dans lequel s’est déroulé l’audit, affirmant que l’Exécutif avait refusé aux magistrats l’accès des données. Isabelle Terrier revient sur les tensions entre auditeur et audité:

Isabelle Terrier Magistrate à la Cour des comptes

Des « freins » que dénonce le conseiller municipal MCG Daniel Sormanni, membre de la commission des finances:

Daniel Sormanni Conseiller municipal MCG

De son côté, l’Exécutif conteste avoir empêché la Cour de faire son travail. Les explications sur ce point du maire Sami Kanaan:

Sami Kanaan Maire de la Ville de Genève

@marie_prieur

Actualité

Plusieurs personnes emportées par une avalanche à Crans-Montana

Publié

le

A 14h15, une avalanche s’est déclenchée dans le secteur de la Plaine-Morte. La coulée est arrivée sur les pistes. Selon la police valaisanne ainsi que des témoins sur place, plusieurs personnes seraient ensevelies.
Les secours sont sur place.

Continuer la lecture

Actualité

Décès de Karl Lagerfeld à 85 ans

Publié

le

Karl Lagerfeld était âgé de 85 ans. (©KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON)

Le styliste allemand Karl Lagerfeld, star planétaire de la mode, est mort mardi, a annoncé la maison Chanel dont il était le directeur artistique depuis 36 ans. Il était âgé de 85 ans.

Karl Lagerfeld avait vu sa santé considérablement décliner ces dernières semaines, au point de ne pas se présenter pour saluer le public, après le défilé de la collection Printemps-Été 2019. Chose qu’il n’avait jamais manqué de faire depuis ses débuts chez Chanel en janvier 1983.

Le patron du goupe LVMH Bernard Arnault s’est dit « infiniment attristé » et a rendu hommage à « son ami très cher » Karl Lagerfeld.

Cheveux blancs tenus par un catogan, lunettes noires, hauts cols de chemise amidonnés, doigts couverts de bagues et débit de mitraillette: le couturier allemand à l’allure de marquis rock’n roll était reconnaissable entre tous.

A la tête de trois marques

Il était à la tête de trois marques (Chanel, Fendi et sa griffe éponyme), mais son nom reste étroitement associé à la maison de la rue Cambon, dont il n’a cessé de bousculer les codes en réinventant les classiques tailleurs de tweed et les sacs matelassés.

Homme de son temps, il signait des défilés aux mises en scène spectaculaires, reconstituant sous la verrière du Grand Palais tantôt une plage plus vraie que nature, tantôt les quais de Seine avec les boîtes de bouquinistes ou une forêt enchantée qui faisaient un tabac sur les réseaux sociaux.

Mystère sur sa date de naissance

Né à Hambourg, Karl Lagerfeld aimait entretenir le mystère sur sa date de naissance. Pour plusieurs titres de la presse allemande, s’appuyant sur des documents officiels, il avait vu le jour le 10 septembre 1933. Il affirmait quant à lui être né en 1935, indiquant que sa « mère avait changé la date », dans une interview à Paris-Match en 2013.

Après une enfance aisée dans la campagne de l’Allemagne nazie, il déménage avec sa mère à Paris dans les années 50. Sa carrière est lancée après qu’il a remporté le premier prix du concours du « Secrétariat international de la laine », ex-æquo avec Yves Saint-Laurent en 1954.

Il savait mieux que personne capter l’air du temps. Comme en 2004 quand il avait dessiné une collection pour le géant suédois du prêt-à-porter H&M, une démarche ensuite imitée par de nombreux créateurs.

Passion de la photographie

Boulimique de travail, enchaînant les collections, Karl Lagerfeld avait aussi la passion de la photographie et signait les campagnes Chanel.

Le « Kaiser » avait aussi le talent de faire émerger des mannequins stars: la Française Inès de la Fressange, qui signe un contrat d’exclusivité avec Chanel en 1983, mais aussi l’Allemande Claudia Schiffer, la Britannique Cara Delevingne ou encore Lily-Rose Depp.

 

Source : ATS

Continuer la lecture

Actualité

« On est face à des personnes vulnérables, à nous d’être professionnels »

Publié

le

La fondation romande Pro-XY soutient et relaie dans leur mission les proches aidants. Des dysfonctionnements ont été dénoncés par quatre ex-collaborateurs. De quoi inciter, la Direction générale de la cohésion sociale du Canton de Vaud à ouvrir une enquête administrative. Sophie Courvoisier, directrice de l’association Alzheimer Genève était mardi matin l’invitée de Marie Prieur:

Continuer la lecture

Actualité

Un second automobiliste romand s’attaque à Tesla

Publié

le

C’est le deuxième à faire appel aux services de l’avocat genevois Me Robert Assaël. Selon la Tribune de Genève, un automobiliste accidenté en novembre 2017 a décidé d’attaquer lui aussi Tesla en justice. Pour rappel, un entrepreneur genevois avait ouvert les hostilités en demandant des comptes au constructeur automobile américain suite à un accident survenu en avril 2017.

Dans les deux cas, c’est le pilotage automatique qui est en cause. Dans ce nouveau cas, la voiture du vaudois a percuté un véhicule signalant des travaux sur l’autoroute A12 entre Vaulruz et Bulle. Les explications de Me Robert Assaël:

Robert Assaël Avocat

L’avocat revient sur les motivations de son client:

Robert Assaël Avocat

Face à ces démarches judiciaires, Tesla réagit: « Dans les deux cas, les données relatives à ces incidents montrent que les conducteurs n’utilisaient pas le système Pilotage automatique correctement. Quand le système est activé, il en va de la responsabilité du conducteur de rester attentif à son environnement et d’être prêt à reprendre le contrôle du véhicule à tout instant. Tesla a toujours indiqué que le système Pilotage automatique ne prémunit pas le véhicule de tous les accidents. »

Et le porte-parole de la marque de poursuivre: « Tesla fournit également des informations claires sur le fonctionnement du système Pilotage automatique au moment de l’activation du système et à chaque utilisation. Ces instructions sont également incluses dans le manuel d’utilisation. Par ailleurs, l’affirmation selon laquelle nous ne serions pas collaboratifs est tout à fait inexacte. Nous répondons toujours aux demandes transmises en bonne et due forme et fournissons les informations à notre disposition. »

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Un audit vise une fondation romande pour les proches aidants

Publié

le

Basée principalement dans le canton de Vaud, La fondation romande Pro-XY qui soutient et relaie dans leur mission les proches aidants fait l’objet de sévères critiques. Des dysfonctionnements ont été dénoncés par quatre ex-collaborateurs. Leur courrier, daté du 25 janvier et adressé au conseiller d’Etat vaudois Pierre-Yves Maillard a été pris au sérieux. Vendredi, la Direction générale de la cohésion sociale a même ouvert une enquête administrative pour faire toute la lumière.

Marie Prieur

Pro-XY, c’est une fondation qui emploie pas moins de 200 équipiers. Ces salariés vont à domicile de jour ou de nuit et ils assurent la relève des proches aidants, en s’occupant à leur place des membres de la famille ou des proches qui sont malades ou dépendants. Une mission noble. Mais, quatre ex responsables dénoncent de graves dysfonctionnements.

Par exemple, les contrats de prestation prévoient que les équipiers peuvent administrer des médicaments ou encore donner de l’oxygène au malade. Et ce, alors que ce ne sont pas des professionnels et qu’ils ne sont ni formés, ni habilités. A une coordinatrice qui s’en étonnait, un responsable avait répondu: “On a toujours fait ça dans le Chablais et il n’y a jamais eu de mort.” Le témoignage d’un des lanceurs d’alerte, qui préfère garder l’anonymat:

Témoignage

A l’absence de formation, s’ajoutent des conditions de travail déplorables. Les équipiers doivent ainsi être disponible 7 jours sur 7, en étant mal payés. Les explications de l’un des auteurs du courrier:

Témoignage

Autant d’éléments dénoncés auprès du conseil de fondation dans un premier temps, puis, aux autorités cantonales. Car, le Canton a une convention de prestation avec Pro-XY. En échange de quelques 25 000 heures de prestation, la fondation touche une subvention de 800 000 francs.

Face à ce courrier alarmant, une enquête administrative a été ouverte. Elle est pilotée par l’unité interne de contrôle et d’audit de la direction générale de la cohésion sociale.

A noter, la fondation Pro-XY entend s’étendre notamment à Genève. Demain matin, Sophie Courvoisier, directrice de l’association Alzheimer Genève, sera l’invitée de la matinale pour réagir à ce dossier.

@marie_prieur

Continuer la lecture