Rejoignez-nous

Actualité

Fonds Schneider-Ammann : des raisons de douter

Publié

,

le

La Finma a validé la semaine dernière la création du fonds Schneider-Ammann. 500 millions de francs pour des start-up en phase d’industrialisation. C’est ambitieux à l’échelle suisse.

Oui, à l’échelle suisse. Parce que la France a débloqué dix milliards d’euros pour l’innovation industrielle il n’y a pas si longtemps. Des fonds publics. Ce n’est pas le cas de ce trésor en voie de constitution entre Berne et Zurich. Il s’agira exclusivement de capitaux privés.

D’ailleurs on ne sait pas très bien comment qualifier ce fonds. Officiellement, c’est le Swiss Entrepreneurs Fund. C’est son nom. Alors est-ce un fonds de la Confédération, ou un fonds fédéral, voire un fonds national ? Oui, vous avez raison, c’est le Fonds Schneider-Ammann. Voilà, ce sera son petit nom.

L’autorisation a été donnée, mais l’argent n’est pas encore là.

Oui, et 500 millions, c’est un seuil. La compagnie d’assurance Mobilière a fait une promesse ferme de 100 millions. Swisscom pourrait souscrire aussi. UBS et Credit Suisse sont associés au projet depuis que l’ancien conseiller fédéral Schneider-Ammann l’a lancé il y a deux ans. Mais là c’est plus compliqué. Ces banques ont des actionnaires avec des exigences de résultat.

Mais il y a suffisamment de bonnes start-up en Suisse pour créer de la valeur.

C’est la vraie question. Celle de la masse critique. Des start-up technologiques surtout. Parce que chaque start-up représente des risques importants. Il y a beaucoup d’argent à perdre. Il faut donc diversifier et décorréler les investissements avec une stratégie et selon toutes sortes de critères possibles. C’est tout un art. Le faire à l’échelle du monde ? Eh bien c’est plus facile et moins risqué au final que de le faire à l’échelle d’un Etat.

UBS et Credit Suisse ont une grande expérience dans ce domaine. Ce sont eux qui se chargeraient de la sélection des entreprises dans lesquelles investir ?

Oui, à ce stade apparemment. Et je vous laisse imaginer les critiques que ça ne manquera pas susciter. Cette activité d’investissement porte un nom anglophone qui n’a pas d’équivalent en français : c’est le private equity. Pratiqué par un fonds dans les limites d’un pays comme la Suisse ? Avec toute la notabilité économique dans le conseil de fondation et le conseil consultatif ? Eh bien chaque échec demandera des explications publiques. On ne va pas s’ennuyer.

Je vous sens un peu sceptique. Le but est quand même d’attirer des investisseurs moins en vue qu’UBS ou Credit Suisse !

Oui, et ça peu fort bien réussir ! Avec des investisseurs privés surtout. Ils ont parfois une propension plus élevée à prendre des risques. Des family offices, pourquoi pas ? S’ils sont d’accord d’augmenter leur visibilité.

Je suis plus sceptique sur l’intérêt des caisses de pension. Toujours très évoqué dans ce genre de circonstance. C’est un vieux débat. Faut-il que l’argent de nos retraites prenne ce genre de risque ? La question est inflammable et ouverte en permanence. Alors je ne crois pas que les caisses de pension aient envie de trancher à ce stade. Sans trop savoir où ça les mènerait.

https://www.radiolac.ch/wp-admin/post.php?post=48184&action=edit

Suisse Romande

Une septuagénaire décède sur l'A9

Publié

le

Une Vaudoise de 76 ans est décédée vendredi en fin de journée lors d'un accident sur l'autoroute entre Chexbres et Vennes (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une personne a perdu la vie et quatre autres ont été blessées vendredi en fin de journée sur l'A9 entre Chexbres et Lausanne-Vennes. Une collision dans le tunnel de Chauderon est à l'origine de l'accident.

A l'entrée du tunnel, vendredi vers 17h30, une voiture a heurté la glissière de sécurité, avant d'être percutée par un fourgon qui la suivait, relate samedi la police vaudoise dans un communiqué.

Une des passagères de la voiture impliquée, une Vaudoise de 76 ans, est décédée sur les lieux de l'accident. Les trois autres occupants de la voiture, blessés et en état de choc, ont été transportés en ambulance au CHUV ainsi que le conducteur du fourgon également en état de choc. Leurs jours ne sont pas en danger.

L'autoroute a dû être fermée et les véhicules se trouvant sur la chaussée montagne ont été évacués. Cette situation a provoqué d'importantes perturbations du trafic dans la région ainsi qu'un bouchon de plusieurs kilomètres sur l'autoroute entre Vevey et Lausanne. Le trafic a pu être rétabli samedi vers 03h30.

Le Ministère public a ouvert une instruction pénale afin d'établir les circonstances exactes de cet accident, ajoute la police vaudoise, qui lance un appel à témoins.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Un festival buskers à Morges (VD)

Publié

le

Les musiques du monde seront à l'honneur au centre-ville de Morges pour la première édition de son festival buskers (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Nouveau venu parmi les festivals vaudois de l'été, BuskersAMorges se déroule de mercredi à samedi. La manifestation met à l'honneur les musiques du monde avec quinze groupes et une cinquantaine d'artistes venus d'Amérique latine, d'Afrique, du Japon ou encore d'Irlande et de Suisse.

Outre la musique, des contes et des spectacles de danse ou de cirque seront proposés dans les rues de Morges de 17h00 à minuit. A l'instar des autres festivals buskers, l'accès aux spectacles est gratuit, le public étant invité à contribuer au chapeau des artistes.

La majorité des artistes seront présents durant les quatre jours du festival. Ils se produiront à plusieurs reprises dans les six endroits prévus au centre-ville.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Brûler du bois est mauvais pour le climat, dit un météorologue

Publié

le

Lorsque le bois est brûlé, le CO2 capturé par l'arbre est relâché dans l'atmosphère (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Un météorologue alémanique s'insurge contre la recommandation d'acheter du bois de chauffage pour l'hiver afin de faire face à la crise énergétique. Selon lui, les pellets de bois sont aussi nocifs pour le climat que le charbon, le gaz ou le pétrole.

Interrogé dans les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia, Jörg Kachelmann relève que les substances nocives émises s'accumulent dans l'air en hiver. "Le fait que l'on mente aux gens pour qu'ils croient à toutes ces bêtises de propriétaires forestiers, qui mettent notre avenir en péril, est très mortifiant", lance-t-il.

Le météorologue rappelle qu'il existe de nombreuses alternatives au bois, comme l'énergie solaire, les pompes à chaleur ou la géothermie. Mais le gouvernement n'a rien fait pour aller dans ce sens, ajoute-t-il. "La protection de la population a été oubliée à un moment donné avec le livret de la protection civile et les médias recopient les mensonges éhontés du lobby du bois, selon lequel, brûler des forêts est bon chez nous mais mauvais en Amazonie".

"Un tel appel est une révélation et une preuve de la manière catastrophique dont un pays a oublié de réfléchir, de se prémunir, de se libérer de ses dépendances", poursuit-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un nouveau millionnaire en Suisse au tirage de l'Euro Millions

Publié

le

Personne n'a décroché le jackpot vendredi à l'Euro millions. Un ou une chanceuse en Suisse a tout de même gagné un peu plus d'un million de francs (archives). (© KEYSTONE/MONIKA FLUECKIGER)

Personne n'a trouvé la bonne combinaison à l'Euro Millions vendredi. Une personne en Suisse a tout de même trouvé cinq bons numéros et une étoile et empoché 1'035'368 francs.

Pour gagner, il fallait jouer les numéros 14, 17, 34, 35 et 42, ainsi que les étoiles 6 et 10. Lors du prochain tirage mardi, 63 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Les bisses aident les arbres forestiers stressés

Publié

le

L'eau qui pénètre naturellement des bisses valaisans dans le sol favorise la vitalité des arbres forestiers à une distance de plusieurs mètres en amont et en aval. (archives) (© KEYSTONE/OLIVIER MAIRE)

Les canaux d'eau traditionnels dans le canton du Valais aident les arbres forestiers soumis au stress de la sécheresse. Un projet de recherche du Fonds national a confirmé l'effet positif de l'eau des bisses qui se diffuse dans le sol forestier.

La conservation des bisses revêt désormais une importance forestière en plus des motivations culturelles et historiques, écologiques, touristiques et paysagères, écrit vendredi la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du territoire (SL-FP). Les arbres et la strate herbacée soumis à un stress extrême dû à la sécheresse et à la chaleur peuvent en profiter.

C'est ce qu'a démontré une étude du Fonds national suisse (PNR 61 Waterchannels) menée il y a quelques années déjà sous la direction de la SL-FP.

Des exemples de cas au Grand Bisse de Lens, au Bisse de Varen et au Bisse de Planige ont montré que l'eau qui pénètre naturellement des canaux d'eau dans le sol favorise la vitalité des arbres forestiers à une distance de plusieurs mètres en amont et en aval des bisses. Cela se voit dans les cernes des arbres et la croissance des aiguilles.

Effet durable

Il a été surprenant de constater que même l'eau du bisse qui pénètre peu dans le sol, mais de manière continue pendant des années, a un effet durable sur la vitalité. En revanche, si cette irrigation passive s'arrête brusquement - à cause d'une mise sous terre ou d'une dérivation de l'eau - cela a un effet négatif sur la vitalité des arbres en peu de temps.

Cet été, cet effet de l'eau des bisses sur les arbres forestiers est évident, surtout là où les tronçons de canaux ouverts alternent avec des parties sèches. Même si cet effet est limité dans l'espace, il est judicieux de laisser à ciel ouvert les plus longs tronçons possibles des canaux parallèles à la pente et situés en forêt.

Les communes, le canton du Valais, la SL-FP, les fonds de loterie et d'autres institutions soutiennent depuis des années les bisses. Dans les années à venir, des réactivations supplémentaires de bisses désaffectés seront toutefois nécessaires, estime la SL-FP.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture