Rejoignez-nous

Actualité

Fonction publique vaudoise: indexation salariale revue à la hausse

Publié

,

le

Le Conseil d'Etat vaudois, ici avec sa présidente Christelle Luisier, octroie 182 millions pour l'indexation des salaires et des régimes sociaux (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Etat de Vaud adapte son dispositif pour atténuer le renchérissement auprès des employés de son administration, du CHUV et du parapublic. Un paquet de 182 millions est prévu pour indexer les salaires et les régimes sociaux. Les syndicats ne sont pas convaincus.

Les adaptations liées aux salaires s'élèvent à 104 millions de francs. S'y ajoute une prime unique, intitulée "vie chère", qui sera versée aux employés de l'Etat (jusqu'en classe 10) pour un total de 15 millions.

Le Conseil d'Etat annonce aussi jeudi adapter à la hausse le barème des régimes sociaux (RI, PC familles, rente-pont, bourses) à hauteur de 10 millions. Pour arriver au total de 182 millions, il tient également compte des 53 millions d'augmentations annuelles automatiques (annuités).

Dans son communiqué, le gouvernement dit avoir abordé "la problématique de manière large" en tenant compte des personnes salariées des domaines public et parapublic, mais aussi celles au bénéfice de régimes sociaux. Il indique avoir pris en compte "les mesures envisagées dans les autres cantons ainsi que dans le secteur privé", tout en veillant à "l'acceptabilité politique" de ses mesures auprès du Grand Conseil.

Indexation partielle

L'Etat de Vaud rappelle que c'est l'indice des prix à la consommation (IPC) d'octobre 2022 qui sert de référence, ajoutant que celui-ci a augmenté de 2,2% sur un an. L'indexation prévue par le canton n'est donc que partielle avec une hausse de 1,4% des salaires pour toute la fonction publique et parapublique.

Cela représente un total de 104 millions de francs, soit 33 millions de plus que les 71 millions inscrits au projet de budget 2023. "Pour le parapublic, secteur financé à 70% par l'Etat, ce dernier prendra toutefois entièrement à sa charge cette indexation", précise le communiqué.

Concernant la prime "vie chère", qui sera versée en janvier, le gouvernement indique qu'elle correspond à 0,8% du salaire pour les classes 1 à 10 du personnel de l'Etat. La prime annuelle sera au minimum de 300 francs et de 931 francs au maximum pour un emploi à plein temps. Le montant moyen est de 497 francs.

Indexation "choquante"

Dans un premier temps, le Conseil d'Etat avait annoncé, dans le cadre de son budget 2023, débloquer 71 millions de francs pour l'indexation salariale. Cette somme, jugée trop faible, a suscité la grogne des employés et des syndicats, qui avaient manifesté mardi soir pour réclamer des hausses salariales plus conséquentes.

Les nouvelles annonces de jeudi n'ont pas atténué la colère des syndicats. Interrogé par Keystone-ATS, David Gygax, secrétaire syndical au SSP Vaud, remarque que l'indexation de 1,4% restait "très en dessous" de l'inflation. "Le Conseil d'Etat sous-estime le renchérissement", relève-t-il, expliquant que celui-ci se montait réellement à 3%, et pas à 2,2% selon les calculs du canton.

Le syndicaliste juge "choquante" la différence entre la bonne situation financière du canton et les efforts consentis pour ses employés. Il affirme aussi que Vaud propose l'une des indexations "les plus basses" de Suisse.

Il ajoute qu'une nouvelle manifestation est prévue mardi prochain à Lausanne, entre le bureau de Valérie Dittli (ministre des finances) et celui de Nuria Gorrite (en charge des ressources humaines).

Barèmes sociaux adaptés

Outre la question des salaires du public et parapublic, le Conseil d'Etat a dévoilé jeudi une revalorisation des barèmes des prestations sociales cantonales: revenu d'insertion, prestations complémentaires pour les familles, rente-pont cantonale et bourses d'études.

L'objectif consiste à "soutenir plus largement les ménages aux ressources limitées et particulièrement touchés par l'évolution des prix", indique le gouvernement. Et d'ajouter que ces hausses représenteront une amélioration comprise entre 330 et 850 francs par an et par ménage.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Genève

La Cité bleue monte une première saison musicale hors les murs

Publié

le

La Cité bleue propose une saison hors les murs de mars à novembre, avec seize concerts, deux performances et un opéra dans neuf lieux de Genève. Le chef d'orchestre et enseignant argentino-suisse Leonardo García Alarcón est le nouveau directeur général et artistique de la salle de spectacle. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La nouvelle équipe qui dirige la Cité bleue propose une saison décalée hors les murs en attendant la fin des travaux de rénovation de la salle de spectacle. Seize concerts, deux performances et un opéra sont agendés de mars à novembre, dans neuf lieux de Genève.

Cette saison "argentine" suit un calendrier propre à l'hémisphère sud, a expliqué mercredi Leonardo García Alarcón, directeur général et artistique de la Cité bleue, au côté de son coordinateur artistique Pierre Scheid. "Nous voulons commencer à accueillir des artistes qui auront le grand défi d'imaginer des spectacles avec nous", a-t-il indiqué, précisant avoir déjà reçu 130 propositions de projets futurs.

La saison s'ouvre le 25 mars avec "Roma", un concert d'oeuvres d'Alessandro Scarlatti, Gregorio Allegri, Luigi Rossi et Giovanni Giorgi interprétées par le Choeur de la Chambre de Namur et l'ensemble Cappella Mediterranea, fondée et dirigée par Leonardo García Alarcón. Le chef argentino-suisse, qui enseigne aussi à la Haute école de musique de Genève, sera à l'orgue et au pupitre.

Le lendemain, la compagnie vocale et instrumentale La Tempête présentera "Jérusalem", un programme de musique du Proche et Moyen-Orient, du 5e siècle et à nos jours, a fait savoir M. Scheid. Un concert de musiques à danser du Moyen Age à la Renaissance et un voyage musical à Alep sont agendés le week-end suivant.

Mini-festival

Le programme de la saison prévoit encore une conversation à deux clavecins, des improvisations sur des musiques orientales et baroques, un concert de musique baroque d'Amérique du Sud, un quatuor avec piano, un programme autour du mythe de Psyché et l'opéra "Acis and Galatea". A noter aussi la performance du peintre et ex-danseur Silvère Jarrosson qui créera une oeuvre sur des airs de violon.

En juillet, la Cité bleue proposera un mini-festival nocturne dans le jardin de la Cité universitaire. Au menu: une performance de G.U.I.D., émanation du Ballet Preljocaj, une soirée de quatre mains pour piano, un hommage à la pédagogue et compositrice Nadia Boulanger, une soirée mêlant Monteverdi et Piazzolla ainsi qu'un concert de musiques des répertoires traditionnels tziganes et yiddish.

https://lacitebleue.ch/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Accord avec les commerçants et levée des dernières oppositions

Publié

le

La Ville de Lausanne a signé un accord avec les commerçants de la Ville permettant de lever le dernier obstacle au grand chantier du tram lausannois, a annoncé la municipale Florence Germond (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN)

La Municipalité de Lausanne et les tl ont trouvé un accord avec les milieux commerçants de la ville. Il a permis de lever les oppositions qui bloquaient les travaux du dernier tronçon du futur tramway Renens-Lausanne entre la rue de la Vigie et la place de l’Europe. Le calendrier devrait ainsi être respecté avec une mise en service prévue fin 2026.

Le point contesté était lié aux solutions proposées comme alternatives à la rampe Vigie Gonin et permettant de préserver la forêt du Flon, indique la Ville mercredi dans un communiqué. Les commerçants s'y étaient opposés lors de la mise à l'enquête en mars 2022.

Or, alors que les travaux de la première étape ont été lancés en août 2021, ces oppositions empêchaient toute construction sur le dernier tronçon, au centre-ville. "Pas une pelleteuse ne pouvait y accéder", a déclaré Florence Germond, municipale en charge de la mobilité, à Keystone-ATS.

"Des discussions ont dès lors été entamées l'été dernier avec les commerçants et les acteurs économiques locaux. Elles ont abouti à un accord qui permet de poursuivre les procédures administratives et techniques nécessaires en vue d’un début des travaux de cette dernière étape en 2024, une excellente nouvelle pour Lausanne", se réjouit l'élue.

Circulation sur le Grand-Pont

Cet accord prévoit notamment un schéma de circulation inchangé jusqu’à la mise en service du tram. Ce dernier sera mis en exploitation, sauf imprévu, à fin 2026 comme initialement planifié, a-t-elle ajouté. La réouverture du Grand-Pont, suite à la fin des travaux de rénovation, est prolongée jusqu'à cette date, avant qu'il ne soit définitivement fermé à la circulation.

La Municipalité s’est par ailleurs engagée à effectuer un monitoring avant et après la fermeture du Grand-Pont au transport individuel motorisé. Il permettra d’évaluer si des mesures complémentaires d’accompagnement s’avèrent pertinentes.

La Ville déploiera en outre différentes mesures pour assurer l’accessibilité au centre-ville et pour améliorer l'aménagement de certains espaces publics. Un crédit de 100'000 francs sera également débloqué pour soutenir les activités de promotion des commerçants du quartier Bourg-St-François.

Pièce maîtresse des transports publics

Le tramway lausannois transportera 13 millions de voyageurs par an entre Renens et Lausanne dès sa mise en exploitation. Avec des cadences toutes les 6 minutes, une vitesse commerciale de 20 km/h et une capacité de 300 voyageurs par rame, il constitue une pièce maîtresse des Axes Forts de Transports Publics du projet d’agglomération Lausanne-Morges (PALM).

Pour la Ville de Lausanne, le tramway revêt également une importance particulière. Il va offrir une alternative efficace à la voiture et donc encourager le report modal. Cela va permettre de diminuer les émissions de CO2. En parallèle, il permettra d’apaiser la circulation au centre-ville de Lausanne tout en assurant sa parfaite accessibilité depuis l’ouest.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Élan de solidarité pour la Turquie dans la zone industrielle de Meyrin

Publié

le

La solidarité s’organise à Genève pour venir en aide aux victimes du séisme en Turquie. Depuis mardi, un entrepôt dans la zone industrielle de Meyrin abrite les dons qui affluent. Reportage.

Dons à Meyrin

Dans l’entrepôt de la rue Emma-Kammacher, des dizaines de palettes remplies de carton sont déjà stockées, prêtes à être transportées. Elles sont trois associations culturelles turques à avoir lancé l’appel aux dons.

Dilan est membre de l’une d’elle."On a été beaucoup touchés parce qu’on a des membres de nos familles et de connaissances qui sont actuellement sans toit, ils sont dehors, c’est l’hiver, il y a une tempête de neige, les routes ont été impactées, il y a eu énormément de casse".

Les associations récoltent tout ce qui permet aux victimes du tremblement de terre de se protéger, comme l'explique Dilan: "couverture, habits, sac de couchage même matelas, coussins, pantalons, vestes, manteaux, bonnets, gants, tout ce qui permet à l’humain de se couvrir".

Une cinquantaine de personnes s’activent au tri. On étiquette, on scotche et on empile des cartons. Comme Bilge (bilgué) 17 ans, qui a recruté une quinzaine d’amies pour l’aider: "C’est clair que c’est important de tout bien emballer, de séparer enfants- hommes-femmes, de bien marquer sur les cartons et de trier les vêtements adéquats".

Le hangar rue Kammacher a été mis à disposition par le patron d’une entreprise de transport. Sami. Très ému. "Regardez les enfants, ils sont tous là, ils viennent avec des sacs, c’est triste mais en même temps c’est touchant".

Les associations lancent un appel aux entreprises de logistique qui pourraient mettre à disposition des camions pour transporter les objets récoltés. (contact: 076 571 97 20)

Comme l'explique Dilan, "presque chaque bénévole a un membre de sa famille qui souffre de la situation en Turquie". Et l’émotion est forte. Donner de sa personne pour ne pas trop penser, pour ne pas trop souffrir. Se rendre utile, être solidaire, c’est ce qui compte.

 

Continuer la lecture

Economie

La hausse des loyers risque de pousser l'inflation au-delà des 2%

Publié

le

En fin d'année, les hausses de loyers risquent d'entrer en jeu et de faire repasser l'inflation au-dessus des 2%. (archives) (© KEYSTONE/APA/APA/BARBARA GINDL)

La Banque nationale suisse (BNS) a fort à faire pour faire glisser l'inflation sous le seuil des 2%. Si elle devrait y parvenir d'ici mi-2023, les économistes de Swiss Life sont néanmoins d'avis que la victoire ne sera que de courte durée.

A partir du dernier trimestre 2023 et l'année prochaine, les hausses de loyers risquent d'entrer en jeu et de faire repasser l'inflation au-dessus des 2%, peut-on lire mercredi dans les prévisions de Swiss Life Asset Management.

En janvier, l'inflation a reculé à 2,8% en Suisse. Les économistes tablent pour l'ensemble de l'exercice 2023 sur une inflation de 2,3%, après 2,1% dans leurs précédentes prévisions.

L'indice des prix à la consommation sera tiré par les loyers, attendus en progression, expliquent-ils. Certes, le taux hypothécaire de référence, actuellement à 1,25%, reste à un niveau extrêmement bas, toutefois cela risque de changer prochainement, à mesure que la BNS relève ses taux.

En 2024, l'inflation devrait ralentir à 1,5%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Alain Berset au Sud de l'Afrique pour "consolider les liens"

Publié

le

Le président de la Confédération Alain Berset a rencontré son homologue du Zimbabwe Mokgweetsi Masisi. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le président de la Confération Alain Berset s'est entretenu mardi à Gaborone avec son homologue du Botswana Mokgweetsi Eric Keabetswe Masisi. Ce voyage s'inscrit dans la politique suisse visant à mettre en valeur le potentiel économique de l'Afrique subsaharienne.

Il s'agit de la première visite d'un président de la Confédération au Botswana, indique mercredi le Département fédéral de l'Intérieur. Les entretiens, sur deux jours, visaient à consolider les liens entre les deux pays.

Une déclaration d’intention relative à la coopération dans le domaine de la santé a également été signée.

Les échanges économiques ont aussi été abordés, notamment les perspectives d’entreprises suisses au Botswana, qui ½uvre actuellement à la diversification de son économie.

M. Berset entend effectuer plusieurs déplacements en Afrique cette année et "mettre en valeur le rôle du continent africain dans la politique mondiale".

Au Botswana, il a souligné la volonté de la Suisse de davantage coopérer avec l'Union africaine (UA) et d'autres organisations régionales.

M. Berset et sa délégation se rendent ce mercredi au Mozambique. Des entretiens politiques sont prévus à Maputo avec le président Filipe Jacinto Nyusi. Le président de la Confédération doit se rendre jeudi dans la province de Cabo Delgado, secouée par des troubles depuis 2017. La Suisse s'engage dans une aide humanitaire dans cette région.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture