Rejoignez-nous

Famille

Vers un nouveau dispositif de protection des mineurs

Publié

,

le

A Genève, le DIP veut réformer le dispositif de protection des mineurs. La réflexion se base sur quatre axes principaux, dont un plus grand soutien aux parents lors d’un divorce, afin de trouver un consensus avant toute décision judiciaire et cela dans l’intérêt de l’enfant.

La révision de ce dispositif fait partie des objectifs de législature du Conseil d’Etat, a indiqué mardi devant les médias Anne Emery-Torracinta, en charge du Département de l’instruction publique, de la formation et de la jeunesse (DIP). « La protection de l’enfant incombe d’abord aux parents. L’action de l’Etat n’est que subsidiaire et vise à aider les parents », a souligné la magistrate.

Pour l’Etat, le risque existe toujours d’en faire trop ou pas assez: « C’est inhérent à la mission. L’important, c’est de limiter les risques. » Le Service de protection des mineurs (SPMi) a suivi 7288 jeunes en 2019, dont 645 ont été placés dans des familles d’accueil ou des foyers. « Avec un taux de moins de 10%, le placement relève de l’exception », a commenté Mme Emery-Torracinta.

Compte tenu de l’augmentation du nombre de divorces et de séparations conflictuelles, le SPMi ainsi que le nouveau Service d’évaluation et d’accompagnement à la séparation parentale sont davantage sollicités par la justice pour des suivis. Mais ils ont plus de difficulté à intervenir, le conflit étant installé.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat en charge du DIP et de la jeunesse

Solutions pacifiques

Face à ces constats, quatre axes de travail ont été définis. Le premier consiste à transformer les approches en matière de soutien à la séparation parentale. En 2020, la réflexion portera sur l’instauration du modèle dit « de Cochem », que l’on trouve à Bâle et, sous forme de projet pilote, à Monthey (VS) et qui vise à éviter que l’enfant ne devienne l’enjeu d’un conflit entre parents lors d’une séparation.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat en charge du DIP et de la jeunesse

Cette approche mise sur la collaboration des autorités judiciaires, avocats, protection des mineurs et service de consultation pour amener les parents à trouver des solutions pacifiques. Un plan d’action sera proposé à la fin de l’année, pour une mise en oeuvre en 2021.

Révision du SPMi

Le second axe de travail vise à améliorer la qualité de l’évaluation de l’enfant en danger. Les critères seront revus pour répondre à l’évolution de la société. En parallèle, une analyse approfondie des « clauses péril », qui consistent à enlever en urgence la garde aux parents pour maltraitance grave, sera menée. Le nombre de mineurs concernés est passé de 22 en 2017 à 38 en 2019.

Le DIP veut aussi adapter l’offre du dispositif de protection, en particulier concernant la fin d’un placement. Il veut aussi lutter contre les hospitalisations dites « sociales », en décentralisant les places d’urgence. « L’hôpital coûte cher et n’est pas un lieu de vie adéquat pour les enfants », a relevé la magistrate. Enfin, la création d’un comité externe d’éthique est envisagée.

Le dernier axe de travail concerne le SPMi, qui a connu plusieurs directeurs ces dernières années et dont le personnel est surchargé. La révision des missions, de la gouvernance et du fonctionnement de ce service doit permettre au personnel d’être plus présent sur le terrain.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

6 comptes Instagram plein d’idées pour occuper vos enfants ce week-end !

Publié

le

Pas toujours facile quand on est parents d’occuper ses enfants pendant le confinement ! Trouver des idées d’activités à la fois ludiques et intéressantes pour nos petites têtes blondes et éviter de les mettre constamment devant des écrans peut devenir un vrai casse-tête après deux semaines à la maison.

Nous vous proposons donc aujourd’hui dans La Fièvre des Réseaux Sociaux quelques comptes Instagram à aller suivre de toute urgence pour trouver des idées d’activités à faire avec vos enfants !

La Fièvre des Réseaux Sociaux avec Roxane 6 comptes Instagram pour occuper vos enfants !

1. Occuper ses enfants pendant le confinement : culture et créativité

Netflix et Disney + c’est bien mais vous souhaitez aussi pouvoir proposer à vos enfants d’autres contenus ? Rendez-vous sur le compte @bambinisurterre où sont proposés des lectures sur IGTV pour les enfants.

Un joli moyen de faire découvrir de belles histoires à vos enfants et de les occuper un moment pendant que vous prenez du temps pour vous !

Si vous souhaitez faire appel à la créativité de vos enfants cette fois, rendez-vous sur le compte de @papiertigram. Ce compte vous propose de nombreux coloriages (à retrouver dans leurs stories à la une) à imprimer pour vos kids. Une boîte de feutres Caran d’Ache, les somptueux coloriages de @papiertigram et c’est parti pour un après-midi créatif !

En plus, vous pouvez ensuite leur faire envoyer ces dessins à leurs grands-parents. ça leur fera certainement très plaisir de recevoir une lettre de leurs petits-enfants en attendant de pouvoir à nouveau les serrer dans leurs bras.

 

2. L’école et les devoirs à la maison : un défi au quotidien pendant le confinement

Continuer à garder un rythme scolaire ne sera pas forcément simple pour votre enfant et ce n’est pas de tout repos pour les parents lorsqu’il faut suivre les cours et les devoirs à la maison. Alors allez faire un tour sur le compte @lecoleblissonniere sur lequel une institutrice en repos forcé propose de nombreuses idées d’activités ludiques et éducatives à faire faire à vos enfants. Les idées proposées sont toujours très originales et la jeune institutrice partage aussi son quotidien de maman !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une petite astuce pour les familles plus ou moins nombreuses qui vivent ce confinement dans des espaces plus ou moins grands. Ce n’est pas toujours facile de vivre les uns sur les autres aussi longtemps alors il faut ruser. Mes enfants ont besoin de faire chacun leur activité de leur côté par moment. J’essaie de leur proposer un espace délimité pour réaliser celle-ci. C’est aussi un signal pour les autres : c’est mon espace et j’ai besoin que tu le respectes (ça marche aussi pour l’espace des adultes). Il faut surtout mettre des mots dessus et expliquer que c’est l’espace de chacun. Il peut être matérialisé par un tapis (ça marche aussi avec une serviette de bain), un meuble (un sur la table haute et un sur la table basse par exemple), ou même une pièce quand vous pouvez. Il est important que chacun ne se sente pas étouffé par ses frères et sœurs H24. On peut dire par exemple « untel écoute une histoire seul dans la chambre, après ce sera ton tour ». Ces moments de solitude relative permettent de limiter les crêpages de chignon. J’espère que cela vous aidera… Bon courage ! #lecoleblissonniere #coronakids #confinement

Une publication partagée par L’école Blissonnière (@lecoleblissonniere) le

 

3. Faire des activités en famille pendant le confinement

En cette veille de week-end, vous êtes sûrement à la recherche de quelques activités à faire en famille pour occuper tout ce beau monde ! Là aussi, Instagram regorge d’idées, en voici trois qui devraient vous séduire.

            Faire du sport avec ses enfants

Garder la forme c’est important ! Surtout quand on sait qu’on sort beaucoup moins (et qu’on mange beaucoup plus n’est-ce pas ?). Alors c’est parti pour un training en famille avec @yanisport.fr, préparateur physique. Le coach propose des vidéos de sport à la maison pour les adultes mais aussi avec vos enfants et même votre bébé !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

VOUS Y PASSEREZ TOUS ! Les parents, je vous ai concocté cette petite séance sympathique qui a pour but de passer du temps avec bébé, de s’amuser et de penser à autre chose ! 👶😊 Rassurez vous, le nombre de répétitions est très général, si vous n’allez pas au bout de ces séries, ce n’est pas une honte ni un échec. Vous pourrez récupérer quelques secondes entre chaque exercice et je vous recommande 1’30 à 2 minutes de récupération après l’enchaînement des 5 exercices. ( Noubliez pas le BONUS ) 😜, essayez d’effectuer 4 à 6 x le parcours ❤ Retrouvez tout de suite tous les exercices démontrés en story et je les mettre à la une !😁💪🏽 Prenez votre temps surtout, maîtrisez les mouvements avec un pack d’eau ou autres avant, afin d’assurer la sécurité de bébé. La séance est courte, il faut également penser au bébé qui peut peut-être en avoir marre au bout de 30 minutes de séance 🥱 IDENTIFIEZ LES JEUNES PARENTS OU FUTURS PARENTS SOUS CE POSTE !🤩😁💪🏽 À VOUS DE JOUER !❤ #fit #coach #trainer #fitness #trainingBaby #YaniSport #baby #trainer #ensemblealamaison

Une publication partagée par YaniSport (@yanisport.fr) le

 

      Do It Yourself !

Les DIY ont le vent en poupe en ce moment et ça @coronaminus_kids l’a bien compris ! Sur ce compte très mignon, Déborah et Morgane vous proposent plein d’idées DIY et recettes à réaliser avec vos kids.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Comme quelques bouts de carton peints suffisent à leur bonheur (ça fait 10 jours qu’ils vivent leur best life n’est-ce pas ?) j’ai eu envie de faire plaisir (encore) à ma fille.⁣ ⁣ Après le four en carton réalisé par son papa, je me suis lancée dans un jeu « make my pizza » en carton. A faire avec ou pour eux c’est simplissime et efficace, il suffit de carton et de peinture (pas à pas en story à la une). ⁣ C’est parfait pour des heures de jeu d’imitation ou comme suggéré souvent dans vos recommandations en story ça peut permettre une approche des mathématiques pour les petits : fais moi une pizza avec 3 courgettes, 4 olives, 5 champignons, etc… ⁣ ⁣ Seul problème que je vois ? Ne plus savoir s’arrêter… j’ai rêvé que je déclinais le principe version sandwich, burrito, gâteau 😅 ⁣ ⁣ #coronaminuskid⁣ #diy⁣ #carton⁣ ⁣ – D

Une publication partagée par Coronaminus Kid (@coronaminus_kid) le

       Cuisinez en famille

On le sait, la cuisine est devenue une activité phare en cette période de confinement. Et rien de plus normal ! On peut enfin prendre le temps de tenter des petits plats et ça fait du bien au moral de les savourer tous ensemble.

Avec les recettes de @missmaggiekitchen, vous allez pouvoir mettre vos enfants aux fourneaux et croyez-moi, ils vont régaler toute la famille !

Cette magnifique tarte aux pommes ne vous fait-elle pas envie ? Nous si !

Vous voilà plein d’idées pour occuper vos kids ce week-end et pour passer de bons moments en famille !

Continuer la lecture

Canton de Genève

Crèches suburbaines: une pétition pour améliorer les conditions de travail

Publié

le

A Genève, le personnel des crèches des communes suburbaines est en colère. Leur Convention collective de travail intercommunale a été dénoncée en juin par la FIPEGS, la Fédération des Institutions de la Petite Enfance Genevoises Suburbaines, en pleine négociation. Les éducatrices et éducateurs des institutions subventionnées ont lancé une pétition qui a recueilli plus de 550 signatures, sur les 800 personnes employées pour protester.

Elle a été adressée aux 12 Communes signataires, dont Carouge, Thônex et Veyrier, ainsi qu’à la fédération patronale, la FIPEGS. Les syndicats dénoncent des attaques inacceptables des conditions de travail. Et regrettent l’arrêt brutal des négociations. Valérie Buchs, secrétaire syndicale du SIT.

Valérie Buchs Secrétaire syndicale au SIT

Même son de cloche du côté du Syndicat du service public. Une modification des conditions actuelles n’est pas envisageable, il faudrait plutôt les améliorer. Quentin Stauffer, secrétaire au SSP.

Quentin Stauffer Secrétaire syndical au SSP

Le syndicaliste rappelle qu’il faut déjà 11 ans d’ancienneté pour bénéficier d’un treizième salaire.

Du côté de la FIPEGS, la fédération patronale, on précise que la CCT a été dénoncée en accord avec la majorité des communes subventionnantes. Mais qu’elle continue à s’appliquer tant qu’un accord ne sera pas trouvé.

Seule la commune d’Onex a désapprouvé l’abandon de la convention collective de travail par la FIPEGS. Pour Carole-Anne Kast, la Conseillère administrative chargée de la petite enfance, rien ne justifiait un départ de la table des négociations.

Continuer la lecture

Famille

Des logements-relais pour les victimes de violences domestiques

Publié

le

Lundi, la Commission du logement du Conseil municipal de la Ville de Genève a voté la motion « Priorisons les logements pour les victimes de violences domestiques! ». Un vote qui a eu lieu le 25 novembre, date de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Hier, lundi 25 novembre, a été votée la motion « Priorisons les logements pour les victimes de violences domestiques ». Une motion qui a été déposée le 5 octobre 2015 par Mme Hélène Ecuyer et MM. Morten Gisselbaek et Tobias Schnenli. Quatre ans plus tard, la motion a finalement été votée lors de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. La date de la votation, hautement symbolique, n’a pas été choisie volontairement et ne serait qu’un heureux hasard de calendrier d’après Olivier Gurtner, président de la Commission du logement.

Olivier Gurtner, président de la Comission du logement

Si Hélène Ecuyer, l’une des dépositaires de la motion en 2015, se réjouit de ce vote, elle fustige tout de même le temps de traitement de cette motion qu’elle juge fondamentale et espère qu’elle sera véritablement appliquée.

Hélène Ecuyer, conseillère municipale et l'une des dépositaires de la motion en 2015

Le texte M-1193 demande au Conseil administratif « d’étudier l’obligation pour les bénéficiaires de nouveaux droits de superficie pour des constructions de 20 logements et plus, de mettre à disposition 5% de la surface d’habitation comme logements-relais dédiés aux personnes victimes de violences domestiques et de leur imposer rapidement cette obligation ». Parmi les autres éléments importants, la motion propose également de « confier la gestion de ces logements à l’une ou l’autre des associations ou structures actives dans ce domaines. Des associations comme le foyer Au Coeur des Grottes ou le centre LAVI, centre Genevois de consultation pour victimes d’infraction. Des associations qui ont déjà de l’expérience en situations d’urgences ou de longue durée comme l’estime Olivier Gurtner.

Olivier Gurtner, président de la Commission du logement

La motion doit maintenant passer entre les mains du Conseil municipal pour une adoption définitive. Si la Commission parvient à obtenir un rapport oral, le vote pourrait être proposé dès le 3 ou 4 décembre. Si le Conseil Municipal adopte la motion, ce sera ensuite à l’exécutif, le Conseil administratif, de mettre en place une mise en oeuvre concrète pour appliquer le principe des 5% de logements qui soient réservés aux logements-relais dans les projets de plus de 20 logements. Un délai qui semble plausible à Hélène Ecuyer mais qui ne le pense pas probable à moins que le sujet soit déclaré comme une urgence et que celle-ci soit suivie.

Hélène Ecuyer, conseillère municipale et l'une des dépositaire de la motion en 2015

Continuer la lecture