Rejoignez-nous

Actualité

Êtes-vous prêts à payer pour la nature ?

Publié

,

le

Le Valais a succombé à la taxe au sac, depuis le 1er janvier : 1,90 franc pour 35 litres. Le « Vieux pays » emboîte donc le pas au canton de Vaud, qui a instauré la pratique depuis cinq ans. Une action plus que concluante :

Tous égaux devant la poubelle !

La mise en place de la taxe au sac, en Valais, n’a pas laissé indifférente Isabelle Falconnier. Pour elle, la poubelle est la seule tâche partagée dans un couple.

Genève reste donc le dernier canton romand à ne pas avoir instauré la taxe au sac. Luc Barthassat, le Conseiller d’Etat en charge de l’environnement, est venu défendre cette exception, dans Radio Lac Matin.

Taxer pour faire diminuer les déchets, une bonne solution, mais il y a également d’autres alternatives.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

Rentrée média : les premières images du nouveau téléjournal

Publié

le

Capture d'écran du Téléjournal du 25 aout 2019 - source RTS

Darius Rochebin ne dira plus « bonsoir »  aux 270 000 Romands qui suivent les informations de la chaine publique en semaine. Une nouveauté également à travers le monde puisque de nombreux téléspectateurs francophones suivent l’information suisse via TV5 Monde. Celui qui a régné sur le TJ officiera désormais le week-end.

Son successeur Philippe Revaz, ancien correspondant aux Etats-Unis, prend les commandes du TJ en semaine. Cette nouvelle incarnation du rendez-vous télévisé du soir ne sera pas la seule innovation de la RTS. Ce dimanche soir, les premières images du nouveau décor ont été montrées à la fin de téléjournal. L’occasion d’entrevoir le nouveau plateau qui a nécessité près de deux mois de travaux. La RTS voulait apporter davantage de chaleur dont la dominante blanche avait été soulignée lors d’une étude menée auprès des téléspectateurs. Le verdict du public pourra être rendu dès ce lundi soir.

Philippe Revaz succède à Darius Rochebin à la présentation du TJ en semaine

 

Un décor aux teintes plus chaleureuses est dévoilé ce lundi

 

Les infographies pourront apparaitre en avant plan de la table du plateau du TJ

Continuer la lecture

Actualité

Affaire Maudet : Serge dal Busco bientôt entendu

Publié

le

Le conseiller d’Etat PDC Serge Dal Busco sera entendu le 27 septembre par le Ministère public genevois comme personne appelée à donner des renseignements (PADR) dans le cadre du volet Manotel lié à l’affaire Maudet.

Cette information a été confirmée par le président du PDC Genève, Vincent Maitre. Ce dernier rappelle que des convocations en tant que PADR arrivent tous les jours à Genève.

Serge Dal Busco certifie aussi que sa campagne a été financée intégralement par ses propres deniers.

Selon le Ministère public genevois, le groupe hôtelier Manotel avait viré à deux associations de soutien à Pierre Maudet un total de 105’000 francs. Le groupe a aussi financé à hauteur de 20’000 francs une soirée d’anniversaire pour l’élu PLR. Ces éléments sont susceptibles de constituer l’acceptation d’un avantage.

L’affaire Maudet a éclaté il y a quasiment un an. Les investigations se poursuivent.

Continuer la lecture

Actualité

L’Iran, invité surprise du G7

Publié

le

Donald Trump et Emmanuel Macron ne se sont pas compris sur le dossier iranien. (©KEYSTONE/AP Pool/ANDREW HARNIK)

Coup de théâtre au sommet du G7 : le chef de la diplomatie iranienne est arrivé dimanche à Biarritz, dans le sud de la France. Le président français et ses pairs européens ont tenté de convaincre Donald Trump de faire un geste pour sauver l’accord sur le nucléaire.

Mohammad Javad Zarif va rencontrer son homologue français Jean-Yves Le Drian, a confirmé l’Elysée, précisant « qu’à ce stade », aucun entretien n’était prévu avec les Américains présents au sommet. Il avait été reçu par Emmanuel Macron vendredi à Paris.

M. Zarif va « continuer les discussions à propos des récentes mesures entre les présidents de l’Iran et de la France », a renchéri le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi. Les Iraniens ont cessé en juillet de respecter certains engagements de l’accord de Vienne encadrant leur programme nucléaire, en réaction à la sortie en mai 2018 des Etats-Unis du texte et à la réintroduction de lourdes sanctions américanes.

Trump et Macron se contredisent

Le président français essaie de convaincre Washington d’alléger les sanctions sur le pétrole iranien en échange d’un retour de Téhéran à ses engagements. Dans la matinée, il avait cru pouvoir annoncer l’accord des Sept -Donald Trump compris- pour parler à l’Iran d’une même voix.

« Nous nous sommes mis d’accord sur ce qu’on va dire sur l’Iran. Il y a un message du G7 sur nos objectifs, et le fait qu’on les partage évite les divisions », avait assuré Emmanuel Macron sur la chaîne de télévision LCI/TF1. « Nous avons acté d’une communication commune et d’une décision d’action qui permet de réconcilier un peu les positions », a-t-il ajouté.

Mais deux heures plus tard, Donald Trump jetait un pavé dans la mare en lançant lapidairement : « Je n’ai pas discuté de cela ».

Un froid sur le commerce

Le président américain a aussi jeté un froid sur le commerce. Il a exclu toute désescalade dans sa guerre commerciale avec la Chine malgré les appels pressants des autres membres du G7.

Il « regrette (juste) de ne pas avoir encore plus relevé les droits de douane », a ironisé sa porte-parole Stephanie Grisham. Le président avait pourtant semblé regretter, dans de premières déclarations, être allé aussi loin.

Sur un autre sujet qui fâche, le Brexit, Donald Trump a épaulé ostensiblement le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson dans le bras-de-fer qui l’oppose aux Européens sur le Brexit. « C’est l’homme qu’il faut pour faire le travail », a-t-il lancé lors de leur première rencontre dimanche, autour d’un petit déjeuner, lui promettant un « très grand accord commercial » dès que Londres aura quitté l’UE.

Mobilisation pour l’Amazonie

Sur l’urgence du moment, les feux de forêt qui ravagent l’Amazonie, les pays du G7 sont d’accord pour « aider le plus vite possible les pays qui sont frappés », a déclaré dimanche Emmanuel Macron. « Nous sommes en train de travailler à un mécanisme de mobilisation internationale pour pouvoir aider de manière plus efficace ces pays », a précisé le chef de l’Etat.

Les sept dirigeants se sont aussi entendus pour « renforcer le dialogue et la coordination » sur les crises actuelles avec la Russie. Ils ont toutefois estimé qu’il était « trop tôt » pour la réintégrer dans un G8, selon une source diplomatique.

La Russie a été exclue du G8 en 2014 après l’invasion de la Crimée. Mais Donald Trump est plutôt favorable à son retour, à contrecourant de ses pairs.

MM. Macron, Trump et Johnson ont aussi débattu dimanche avec Angela Merkel, Shinzo Abe, Giuseppe Conte et Justin Trudeau de l’état de l’économie mondiale. Cette dernière montre des signes inquiétants d’essoufflement en Allemagne, en Chine et aux Etats-Unis, et des moyens de la relancer.

« Président de la République des pollueurs »

Après être arrivés samedi sous le soleil, les dirigeants ont continué à profiter d’une vue imprenable sur l’Atlantique, loin de toute foule estivale, une partie de Biarritz ayant été évacuée. A quelques dizaines de kilomètres, les opposants au G7 n’entendent pas désarmer après avoir tenu un contre-sommet et un rassemblement en fin de semaine.

Plusieurs centaines de manifestants ont participé dimanche à Bayonne à « une marche des portraits » d’Emmanuel Macron qui ont été décrochés dans les mairies, le qualifiant de « président de la République des pollueurs ».

Source : ATS

Continuer la lecture

Sport

Football: salaire royal pour Servette à Thoune!

Publié

le

Le gardien Jeremy Frick, le défenseur central Steve Rouiller (en blanc) et l'arrière-garde servettienne ont su résister à la pression de Thoune en seconde période.

Très nets vainqueurs à Thoune (4-0), les Servettiens remportent leur première victoire de la saison sur terrain adverse. Mais le score ne reflète pas la physionomie du match: une efficacité maximale (réjouissante!) sur le plan offensif, mais des approximations défensives inexploitées par leurs adversaires. 

Les néo-promus l’ont emporté grâce à des buts inscrits en première mi-temps par Miroslav Stevanovic sur un tir des 20 m et par Steve Rouiller, de la tête sur un coup-franc de Sébastien Wütrich. Ils ont frappé au bon moment car ensuite ils n’ont guère eu l’occasion de se montrer dangereux.

En difficulté au cours des quarante-cinq premières minutes, Thoune a largement dominé les débats au cours de la seconde période se créant de nombreuses occasions de buts. Le gardien Jeremy Frick a alors multiplié les parades, alors que d’une tête plongeante Simone Rapp (ex-LS) a raté d’un rien la cible (30e), Michael Gonçalves a sauvé sur la ligne (48e) et Ridge Munsy a trouvé la base du poteau (64e).

Finalement, c’est dans les derniers instants du match qu’un penalty transformé en deux temps par Sébastien Wütrich suite à l’intervention de la VAR qui a signalé une faute de main de Havenaar sur une reprise d’Alex Schalk, a permis à Servette de se mettre à l’abri. Survenu dans les arrêts de jeu, le but de Schalk leur permettra surtout d’améliorer leur différence de buts.

Didier Fischer: « on travaillé pour ça! »

La satisfaction était grande au coup de sifflet final dans le camp grenat. Mais pour le président grenat Didier Fischer, davantage que de la réussite, c’est le résultat d’un travail de tous les instants.

Didier Fischer Président du Servette FC

 

Sébastien Wütrich; « notre objectif reste le maintien. »

Au-delà de la victoire attendue, les Servettiens ont démontré leur efficacité offensive et leur capacité à exploiter les faiblesses adverses. Malgré leurs qualités, ils doivent faire preuve de davantage de constance selon leur meneur de jeu Sébastien Wütrich.

Sébastien Wütrich Meneur de jeu du Servette FC

 

Aux grenats de confirmer leur efficacité et leurs bonnes dispositions lors de leur prochain samedi 31 août (19h) à la Praille face à Neuchâtel Xamax…

 

Continuer la lecture

Actualité

Nouvelle plainte contre Tariq Ramadan

Publié

le

Tariq Ramadan a été remis en liberté mi-novembre, sous contrôle judiciaire, après neuf mois de détention provisoire (archives). (©KEYSTONE/EPA/MOHAMED MESSARA)

Tariq Ramadan est visé par une nouvelle plainte en France pour un viol en réunion, qui se serait produit en 2014, selon une source proche du dossier. L’islamologue genevois est déjà mis en examen pour deux viols.

Selon les deux médias, cette plainte a été déposée fin mai par « une femme, aujourd’hui âgée d’une cinquantaine d’années, qui travaillait alors comme journaliste radio ». Elle a conduit le parquet de Paris à délivrer un réquisitoire supplétif.

L’avocat de M. Ramadan, Me Emmanuel Marsigny, a confirmé dimanche à l’AFP l’existence de cette plainte, en se refusant à tout commentaire. L’intellectuel musulman, qui fut une figure aussi influente que controversée de l’islam européen, est déjà accusé par trois autres femmes en France et une autre à Genève.

Depuis le 2 février 2018, il est mis en examen pour deux viols, dont un sur personne vulnérable, des accusations qu’il conteste. Pour la troisième plainte, il est actuellement placé sous le statut intermédiaire de témoin assisté.

M. Ramadan a été remis en liberté mi-novembre, sous contrôle judiciaire, après neuf mois de détention provisoire. Dans cette nouvelle plainte citée par les deux médias, la femme accuse l’intellectuel musulman de viols en réunion avec « une personne de son staff » lors d’une rencontre pour une interview réalisée le 23 mai 2014 dans la chambre d’hôtel de M. Ramadan à Lyon.

« Violence inouïe »

« C’est allé très vite, c’était d’une violence inouïe », a déclaré à la justice la plaignante, selon des propos cités par le JDD et Europe 1. Selon la plainte, la femme aurait par ailleurs été contactée par M. Ramadan sur l’application Messenger le 28 janvier 2019, affirmant qu’il voulait lui faire une « proposition », « sur le plan professionnel », message auquel elle n’aurait pas répondu.

Elle raconte que le lendemain, elle a reçu la visite de deux hommes. « Ils m’ont dit que Tariq Ramadan avait essayé de me joindre […] et si j’avais les idées mal intentionnées ils pouvaient arranger ça », a-t-elle affirmé.

Selon le JDD et Europe 1, le parquet de Paris a adressé fin juillet un réquisitoire supplétif en élargissant l’enquête à des faits de viol en réunion, menaces et intimidation. Il revient désormais aux juges d’instruction en charge de l’enquête de prononcer ou non une nouvelle mise en examen pour ces faits.

Source : ATS

Continuer la lecture