Rejoignez-nous

Actualité

Entreprises cotées : ce que disent les rachats d’actions

Publié

,

le

La saison des résultats annuels des entreprises cotées touche à sa fin. En Suisse, les dividendes ont en général augmenté dans les plus grandes sociétés. On détruit même des titres pour maintenir ou rehausser le rendement par action. Comment faut-il comprendre cela ?

Oui, c’est un peu le sujet philosophique du moment s’agissant de grandes entreprises cotées. Les dividendes sont en hausse depuis des années. C’est-à-dire la part de bénéfice que les entreprises distribuent à leurs actionnaires. Cette part a de nouveau augmenté tendanciellement pour l’exercice 2018.

Mais c’est aussi que les bénéfices ont augmenté, tout simplement.

Oui, dans pas mal de cas, mais pas forcément. On est depuis plusieurs années dans une phase assez étrange : les entreprises relèvent leurs dividendes parce qu’elles ont une trésorerie pléthorique. Et qu’elles ne savent pas très bien dans quoi l’investir.

Cela veut dire aussi que les actionnaires ne servent plus à rien.

On peut le voir comme cela. Les actionnaires ont amené de l’argent pour que l’entreprise l’investisse et leur assure un bon retour sur investissement. Mais quant l’entreprise marche bien, elle a tendance à autofinancer son développement. Alors effectivement, les actionnaires deviennent moins utiles.

C’est pour cela que les entreprises ont tendance actuellement à racheter leurs actions. Pour les détruire.

Oui, et pour un bon prix puisque les marchés actions sont très élevés ces temps. Alors certains actionnaires répondent à l’appel. Ils vendent. Ceux qui restent auront des dividendes plus élevés, puisqu’il y aura moins d’actions. L’entreprise rémunère en quelque sorte la fidélité de ceux qui restent. Parce que l’entreprise aura peut-être besoin d’eux un jour pour augmenter le capital. Lors d’acquisitions importantes par exemple. Ou pour recapitaliser en cas de coup dur.

Certaines entreprises empruntent même pour racheter une partie de leurs actions.

Oui, parce que l’on emprunte aujourd’hui à des conditions exceptionnellement bonnes. Mais là, on est un peu dans l’ingénierie capitalistique. Il y a aussi des entreprises qui augmentent leurs dividendes malgré des bénéfices en recul.

Cela donne un peu l’impression de marcher sur la tête tout de même. Qu’est-ce que ça veut dire au juste sur le plan économique ?

Vous avez raison : ce n’est de toute évidence pas quelque chose de durable. Plutôt une transition. Mais vers quoi ? Ça s’est déjà produit dans l’histoire, en moins prononcé. Et ça donne vraiment l’impression que l’on est en fin de cycle. Mais de quel cycle au juste ? C’est difficile à dire.

Tout se passe un peu comme si l’on attendait un élément nouveau. Quelque chose qui relance une dynamique dans l’économie. Une crise financière, économique, politique ? Une nouvelle révolution technologique ? De nouvelles règles de concurrence ? Le décollage de l’Afrique ?

Quelque chose qui redonne en tout cas l’envie d’investir et de prendre des risques. De se développer, de se réorienter, de s’imposer. Alors quoi ? Dans ce genre de circonstances, c’est en général ce que l’on a le moins anticipé qui se produit.

François Schaller
Entreprises cotées : ce que disent les rachats d’actions
François SchallerEntreprises cotées : ce que disent les rachats d’actions

Actualité

Thomas Koechlin en demi-finales

Publié

le

Thomas Koechlin toujours dans le coup. (© KEYSTONE/EPA/MARTIN DIVISEK)

Thomas Koechlin a passé sans encombre la 1re partie de son programme en trois parties à Tokyo. Le Genevois s'est extrait des qualifications du slalom monoplace en eaux vives (C1) en terminant 12e.

Les quinze premiers céistes étaient qualifiés pour les demi-finales de lundi. Koechlin, qui dispute ses premiers JO à 29 ans, n'a pas affiché la même verve que lors de son succès au test-event pré-olympique il y a deux ans au même endroit, sur le site de Kasai.

Il a misé sur la prudence sur la première des deux manches (0 pénalité) pour décrocher son viatique, mais devra gagner en tout cas cinq secondes s'il entend se mêler à la course aux médailles. La finale des dix meilleurs a également lieu lundi.

Contrairement aux qualifications, demi-finales et finale se disputeront sur une seule manche.

La Thurgovienne Naemi Brändle (19 ans) s'est également qualifiée, difficilement, en kayak cette fois (K1). Elle est sortie 22e, pour 24 qualifiées. Elle est encore très loin des meilleures. En 1re manche, elle a raté deux portes (100 secondes de pénalité), avant de commettre deux touchettes en seconde manche (8 secondes). Sa demi-finale se déroulera mardi.

Le Slovaque Matej Benus et l'Australienne Jessica Fox s'annoncent comme les favoris pour la suite de la compétition.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le tourisme suisse mettra longtemps à se remettre de la pandémie

Publié

le

Les touristes asiatiques ne sont pas encore revenus en Suisse (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Il faudra des décennies pour que le tourisme suisse se remette complètement de la pandémie de coronavirus. Selon Martin Nydegger, directeur de Suisse Tourisme, l'année 2021 s'annonce encore pire que 2020.

L'incertitude et les décisions de dernière minute accompagneront le tourisme pendant longtemps, souligne M. Nydegger dans une interview accordée à la SonntagsZeitung. Il faut se préparer au fait qu'une épidémie virale apparaîtra toujours quelque part. Le tourisme suisse "doit trouver ses repères dans ce nouveau contexte".

Pour l'année en cours, la reprise est plus lente qu'espéré, relève Martin Nydegger. Cette année, la Suisse devrait encore enregistrer 5% de nuitées hôtelières en moins par rapport à 2020.

"Pas une bonne nouvelle"

Pour le directeur de Suisse Tourisme, "ce n'est pas une bonne nouvelle, car 2020 a été la pire année de l'histoire". L'effondrement de l'année en cours n'a rien à voir avec l'été, mais est en lien avec la mauvaise saison hivernale. Il table sur un été légèrement meilleur que l'année dernière, mais pas bon pour autant.

Environ 10% de moins d'hôtes suisses passeront leurs vacances dans le pays. "Toutefois, dans le même temps, nous constatons que les visiteurs étrangers sont de nouveau plus nombreux à venir chez nous. Ils compensent le recul de la clientèle helvétique", relève M. Nydegger.

Environ 15% de visiteurs supplémentaires ont voyagé en Suisse depuis l'Allemagne, la France, l'Italie, l'Autriche, les Pays-Bas et la Belgique cet été par rapport à l'année précédente. Suisse Tourisme s'attend à une augmentation à peine perceptible en provenance des autres pays européens. La clientèle d'Amérique du Nord et des Etats du Golfe revient lentement.

Pas encore d'hôtes asiatiques

En revanche, il n'y a toujours pas de visiteurs en provenance d'Asie. La Chine n'osera pas expérimenter avant les Jeux olympiques d'hiver de février 2022, estime Martin Nydegger. Au cours des deux ou trois prochaines années, les Asiatiques ne seront pas aussi nombreux à venir en Suisse qu'avant la pandémie. "Mais je pense que nous verrons une courbe de croissance très forte dès que celle-ci sera terminée".

Les tempêtes et les inondations entravent également l'activité touristique. Les chemins de fer de montagne et les compagnies de navigation ont enregistré de très mauvais résultats. Les inondations catastrophiques en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg ont également eu des conséquences négatives.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Kocher en lice pour le bronze

Publié

le

Fabienne Kocher (à gauche) peut se parer de bronze à Tokyo (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Fabienne Kocher disputera l'un des deux combats pour le bronze aux JO de Tokyo chez les moins de 52 kg.

La Zurichoise de 28 ans s'est logiquement inclinée devant l'impressionnante Amandine Buchard en demi-finale.

La médaillée de bronze des Mondiaux 2021 n'a rien pu faire face à la Française, championne d'Europe en titre, qui s'est imposée sur ippon après à peine 16'' de combat. Elle devra vaincre la Britannique Chelsie Giles, qu'elle a battue lors des récents Mondiaux, pour se parer de bronze dans le Nippon Budokan.

Fabienne Kocher peut écrire une page d'histoire du judo helvétique à Tokyo. Première Suissesse à s'assurer un diplôme olympique, elle peut devenir la première Suissesse à décrocher une médaille dans des Jeux. Le dernier podium helvétique aux JO avait été l'oeuvre du Vaudois Sergei Aschwanden, 3e chez les moins de 90 km en 2008.

Amandine Buchard, qui a remporté tous ses combats sur ippon, défiera pour sa part la Japonaise Uta Abe en finale. La Française aura l'avantage de la fraîcheur face à la double championne du monde, qui s'est imposée en prolongation ("golden score") en demi-finale face à l'Italienne Odette Giuffrida (26 ans).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Delarze/Röösli se qualifient pour la finale

Publié

le

Delarze/Röösli disputeront la finale des JO de Tokyo (© KEYSTONE/AP/Darron Cummings)

Barnabé Delarze et Roman Röösli lutteront pour les médailles aux JO de Tokyo. Le deux de couple s'est qualifié pour la finale programmée mercredi en terminant au 3e rang de la deuxième demi-finale.

Le Vaudois et le Lucernois ont donc rempli leur premier objectif en se hissant en finale. Déjà troisièmes à mi-parcours, les deux ambitieux compères ont conservé une marge de 0''69 sur l'embarcation russe, 4e et "condamnée" à la finale B.

Cette deuxième demi-finale a été dominée par les Néerlandais Melvin Twellaar/Stef Broenink, qui ont devancé de 2''94 les Chinois Liu Zhiyu/Zhang Liang et de 5''72 Delarze/Röösli. La première demi-finale a été remportée par les Français Hugo Boucheron/Matthieu Androdias.

Déception en revanche pour le quatre sans barreur helvétique. Paul Jacquot, Markus Kessler, Joel Schürch et Andrin Gulich ont dû se contenter de la 5e place du repêchage, à plus de 16 secondes de la 2e place donnant accès à la finale A.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Gmelin en demi-finales, Rol/Merz également

Publié

le

Jeannine Gmelin s'est qualifiée pour les demi-finales à Tokyo (© KEYSTONE/EPA/LAURENT GILLIERON)

Jeannine Gmelin disputera les demi-finales du skiff aux JO de Tokyo. La Zurichoise a pris la 2e place du quatrième quart de finale alors que les trois premières décrochaient leur qualification.

La médaillée de bronze des récents championnats d'Europe a devancé de plus de 7 secondes la quatrième de cette régate, la Mexicaine Kenia Lechuga. Elle a néanmoins terminé à 7''14 de la Néo-Zélandaise Emma Twigg, impressionnante dans ce quart de finale.

Le deux de couple poids léger composé de Frédérique Rol et Patricia Merz disputera également les demi-finales. La Vaudoise et la Zougoise ont parfaitement maîtrisé leur sujet en repêchage, remportant leur série avec 0''70 d'avance sur l'embarcation russe.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture