Rejoignez-nous

Actualité

Economie romande : enfin au niveau alémanique

Publié

,

le

Les banques cantonales et l’Institut d’économie appliquée de l’Université de Lausanne viennent de présenter leur rapport annuel sur le PIB romand. Le produit intérieur brut. Que faut-il en retenir ?

Eh bien que l’économie régionale va plutôt bien en termes de croissance, mais moins bien que l’an dernier. Et ça ira un peu mieux l’an prochain C’est ce que l’on entend de l’économie suisse depuis des mois.

La croissance est en général plus élevée en Suisse romande qu’en Suisse alémanique tout de même.

Vous avez raison. Et depuis le début des années 2000 en fait. Il y a probablement un effet démographique, parce que la croissance de la population favorise mécaniquement la croissance du PIB. Mais la Suisse romande a surtout rattrapé son légendaire retard global dans les technologies, les services et même l’industrie.

Vous voulez dire que la Suisse romande est aujourd’hui au même niveau?

Oui, et c’est assez nouveau. Ce ne sont pas les banques cantonales qui vont le claironner, parce que ce n’est pas dans la culture communautaire du pays. Heureusement. Mais ce rattrapage est aujourd’hui une réalité que les Suisses n’ont de loin pas encore intégré mentalement. Le « sous-développement » de la Suisse occidentale fait toujours partie de la conscience nationale. En fait, les cinq cantons romands et le Jura bernois francophone représentent aujourd’hui un quart de la population suisse. Et l’étude présentée hier fait ressortir que le PIB régional couvre un quart du PIB national. Eh bien voilà, nous y sommes.

Combien ce PIB régional représente en francs ?

170 milliards environ. Dont une progression de 5 milliards de francs l’an dernier. La croissance de 1,2% ne sera que de 2 milliards cette année. Ce sont des différences qui comptent. Ne serait-ce que sur le plan des revenus fiscaux des communes et des cantons.

Mais l’économie romande est aussi plus sensible à ce qui se passe dans le monde.

Oui, elle réagit davantage actuellement au ralentissement de la croissance mondiale par exemple, ou de la zone euro. C’est parce qu’elle est plus orientée sur des activités internationales. Ce sont surtout les multinationales de toutes tailles et les exportations qui se sont développées en Suisse romande ces trois dernières décennies. Et pas seulement dans le bassin lémanique. Même le tourisme en Valais est en un certain sens une activité d’exportation. Sensible à la valeur extérieure du franc par exemple.

L’économie de la Suisse alémanique est pourtant très internationalisée elle aussi.

Oui, mais les entreprises actives sur le marché intérieur sont bien plus nombreuses proportionnellement du côté de Zurich, de Bâle ou de Berne. Et bien plus importantes qu’en Suisse romande. La quasi-totalité des importateurs et distributeurs sont basés en Suisse alémanique par exemple. Ça représente beaucoup d’emplois et de valeur ajoutée. Y compris dans le e-commerce d’ailleurs. Parmi les grands sites à l’échelle suisse, il n’y a guère que Nespresso et Le Shop qui se trouvent par ici. Heureusement si l’on ose dire, parce que le commerce et le e-commerce de détail subissent dans toute la Suisse la concurrence croissante des importations directes personnelles.

 

Actualité

Le Conseil fédéral reste inchangé

Publié

le

Les Verts n'ont eu aucune chance lors de l'élection du Conseil fédéral. Les sept ministres en place ont été réélus dès le 1er tour par le Parlement mercredi. (©)

Les Verts n’ont eu aucune chance lors de l’élection du Conseil fédéral. Les sept ministres en place ont été réélus dès le 1er tour par le Parlement mercredi. Cette situation ne s’est plus reproduite depuis 1999.

Malgré l’agitation avant le renouvellement du Conseil fédéral, aucun bouleversement ne s’est produit. Le Parlement a préféré miser sur la continuité.

Les Verts, soutenus par le PS, ont tenté de barrer la route au libéral-radical Ignazio Cassis. Mais le Tessinois a été réélu au premier tour avec 145 voix, mieux que lors de son entrée au gouvernement en 2017 (125 voix).

Regula Rytz n’a récolté que 82 voix. Elle a ainsi à peine fait le plein des voix du camp rose-vert (83) et n’a pas réussi à obtenir des suffrages des Vert’libéraux. C’était pourtant le seul groupe bourgeois à avoir auditionné la présidente des écologistes.

Le PVL avait décidé de laisser la liberté de vote à ses membres, laissant présager une dispersion de voix qui ne semble pas avoir eu lieu. Cette désaffection pourrait affecter les relations entre les deux partis adeptes de la cause environnementale.

Formule magique

« L’ancienne formule magique a été dynamitée par les électeurs le 20 octobre », a déclaré le chef du groupe des Verts Balthazar Glättli avant l’élection. Le Conseil fédéral en place ne représente que 68,9% des électeurs et donne une majorité à la « droite dure » a souligné Roger Nordmann (PS/VD).

Tous les autres groupes du camp bourgeois avaient annoncé qu’ils soutiendraient la réélection d’Ignazio Cassis. Leurs chefs respectifs avaient invoqué la concordance et la stabilité.

Pour Beat Walti, chef du groupe PLR, il n’y a aucune raison pour que le PLR renonce à l’un de ses sièges. La question d’une éventuelle entrée des Verts au Conseil fédéral devra se régler dans quatre ans au plus tôt, a ajouté Thomas Aeschi.

Meilleurs scores personnels

La démocrate-chrétienne Viola Amherd a été brillamment réélue. Plébiscitée avec 218 voix sur 232 bulletins valables, elle a dépassé ses collègues. Elle a même obtenu une voix de plus que Didier Burkhalter en 2015. Seul Hans-Peter Tschudi avait fait mieux en 1971 (220 voix).

Pour les autres conseillers fédéraux sortants, les choses sont allées vite. L’UDC Ueli Maurer, les socialistes Simonetta Sommaruga et Alain Berset ont été réélus sans difficulté. Le ministre des finances a été obtenu avec 213 voix sur 221 bulletins valables, la Bernoise a récolté 192 voix (218 valables) et le Fribourgeois 214 voix (230 valables). Ils ont tous obtenu leur meilleur score depuis leur élection.

Le Vaudois Guy Parmelin n’a pas non plus eu de peine à se maintenir avec 191 voix (204 valables). Tout s’est déroulé sans surprise jusqu’à l’élection de Karin Keller-Sutter qui n’a obtenu que 169 voix, 21 voix allant à Marcel Dobler, libéral-radical saint-gallois lui aussi. Trente-sept bulletins étaient blancs.

Continuer la lecture

Canton de Genève

Météo à Genève: hausse progressive des températures

Publié

le

Source: Keystone ATS

Le ciel sera couvert avant le retour de la pluie ce soir. Il fera 4° cet après-midi.

Demain: des nuages denses, quelques éclaircies et de la pluie en fin de soirée à Genève. Il fera 7° au plus fort de la journée.

Vendredi: de la pluie et toujours 7°.

Samedi: de la pluie, mais en moins forte quantité. Les maximales seront de 9°.

Dimanche: de faibles pluies, vite remplacées par les nuages avant le retour des éclaircies. Il fera 12°.

Le village le plus humide au Monde 

Voyageons un peu en Inde où se trouve le village le plus humide et pluvieux de la Terre: Mawsynram. Dans ce petit village situé au Nord-est de l’Inde, il peut parfois pleuvoir plusieurs semaines sans discontinuer. Avec en moyenne 32 litres d’eau par mètre carré qui tombent tous les jours, le village figure même au livre Guinness des records.

Continuer la lecture

Actualité

Seuls le PS et les Verts roulent pour Rytz

Publié

le

Regula Rytz ne pourra pas compter sur le soutien du centre (archives). (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les Vert’libéraux seront divisés pour l’élection de Regula Rytz et d’Ignazio Cassis. La candidate des Verts ne reçoit pas non plus l’appui du centre, alors que l’UDC souhaite que tous les membres du Conseil fédéral soient réélus.

Les élections d’octobre ont bouleversé les forces électorales mais il y a des règles selon lesquelles un ministre en place n’est pas renversé, a dit la cheffe du groupe des Vert’libéraux Tiana Moser. Aujourd’hui, la formule magique est assise sur un système quadripartite qui ne représente pas l’électorat au gouvernement. « C’est pas bon pour la Suisse », a-t-elle déclaré.

Du point de vue comptable, la candidature des Verts est donc compréhensible et le PLR avec un deuxième siège est surreprésenté.

Mais des arguments plaident aussi pour Ignazio Cassis: il est proeuropéen, représente le Tessin et ne devrait pas être écarté selon les règles qui préside à l’élection du gouvernement, a ajouté Mme Moser.

Leo Müller (PDC/LU) a lui appelé mercredi l’ensemble des partis à discuter de la représentation du Conseil fédéral à l’avenir dans l’intérêt du pays. « Nous devons trouver un consensus. » La Suisse est un pays d’équilibre, de concordance et de stabilité. Et en signe de stabilité, le PDC, le PBD et le PEV rééliront les ministres en place.

Le refus de soutenir la candidate des Verts Regula Rytz n’est pas un non définitif, a souligné M. Müller. Après le résultat historique du parti écologique, il aurait fondamentalement droit à un siège au gouvernement. Mais « la gauche serait aussi surreprésentée avec trois sièges », a précisé le Lucernois. Tout comme la droite est surreprésentée avec quatre sièges.

L’UDC ne veut rien changer

De son côté, l’UDC réélira tous les conseillers fédéraux au nom de la concordance, a annoncé mercredi matin le chef de groupe Thomas Aeschi (ZG). Le parti exclut tout à fait d’évincer un représentant de la minorité tessinoise au profit d’une deuxième Bernoise.

L’UDC se range derrière la concordance des quatre plus grands partis pour autant que les autres partis le fassent aussi, a précisé le Zougois. La question d’une éventuelle entrée des Verts au Conseil fédéral devra se régler dans quatre ans au plus tôt.

Seuls les socialistes ont annoncé rouler pour Mme Rytz. Ils ont annoncé réélire tous les autres conseillers fédéraux. Il est nécessaire de rééquilibrer la composition du Conseil fédéral pour qu’il soit plus représentatif, a souligné Roger Nordmann (PS/VD).

La population a donné un signal pour le recentrage de la politique avec un accent clair sur la lutte contre le réchauffement climatique, a estimé le chef du groupe PS. Le Conseil fédéral en place ne répond pas à ce souhait, puisqu’il ne représente que 68,9% des électeurs et donne une majorité à la « droite dure ».

Le parti socialiste soutiendra donc Mme Rytz qui a « le format pour être une excellente conseillère fédérale ». De plus, avec son élection, le Conseil fédéral représenterait 82,1% de l’électorat.

Mme Rytz obtient évidemment le soutien de son parti. « L’ancienne formule magique a été dynamitée par les électeurs le 20 octobre », a déclaré mercredi le chef du groupe des Verts Balthazar Glättli avant l’élection du Conseil fédéral. Les Verts prennent sérieusement leur responsabilité en présentant Regula Rytz.

 

Source / ATS

Continuer la lecture

Actualité

Demain les cabines d’essayages seront virtuelles

Publié

le

Le monde de demain : Nouvelle tendance dans le monde de la mode 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Imaginez, demain, vous êtes en train de faire du shopping, vous flashez sur un pantalon ou un chemisier mais vous avez la flemme de vous déshabiller et d’aller l’essayer en cabine.

Voilà la solution : la cabine d’essayage virtuelle. Elle est composée de panneaux lumineux, de caméras et de rétroprojecteurs et elle fonctionne sur le principe de la photogrammétrie.

Pour comprendre ce dont il s’agit : ce sont 125 caméras qui photographient la personne sous tous les angles. Et toutes ces données sont ensuite compilées pour donner une vision 3D de la personne, son avatar numérique en quelque sorte.

Et du coup vous n’avez plus besoin d’enfiler le vêtement pour voir comment il vous sied et vous pouvez même essayer les vêtements directement sur les sites internet, en utilisant votre fichier 3D, enregistré à vos mensurations exactes.

Le but, c’est de faciliter l’achat ?

Oui de favoriser l’acte d’achat en boutique et en ligne, c’est en tout cas l’espoir des créateurs et des vendeurs qui rappellent qu’aujourd’hui « il y a 60 % d’abandon de panier sur les sites de ventes en ligne parce qu’on hésite sur la taille du vêtement. » 

Autre argument développé : l’argument écologique, en considérant que si vous avez vos mensurations exactes, la possibilité d’essayer virtuellement, et bien cela devrait limiter le nombre de retours et l’empreinte écologique des livraisons.

Noter qu’un acteur belge « Cabin 3D » est déjà dans les starting bloc, il qui aimerait commercialiser sa cabine d’ici 1 ou 2 ans.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Droits de l’enfant au parascolaire avec Terre des Hommes suisse

Publié

le

Un atelier qui dure une heure, et durant lequel les enfants apprennent quels droits ils ont. C’est ce qu’a imaginé l’ONG Terre des Hommes suisse, qui parcourt à Genève les écoles et les parascolaires. Ce mardi, c’était au tour du parascolaire des Charmilles. 

Ils sont une vingtaine d’enfants d’âges différents, assis dans une belle salle de gymnastique aux Charmilles. Devant eux, Lolita Mbala – animatrice pour Terre des Hommes – a préparé une série d’activités autour de la problématique des droits de l’enfant.

On commence par se mettre en groupes. Un exercice qui, après une longue journée d’école, s’avère relativement laborieux. Puis, il s’agit pour les enfants de trouver six droits différents en fonction de pictogrammes. Droit de culte, droit de se rassembler… finalement, les enfants ont des idées et trouvent la majorité des droits recherchés.

Droit à la participation 

Pour cette animation, parmi la cinquantaine de droits de l’enfant qui existent, la thématique du droit à la participation a été mise en exergue. Pour Lolita, l’objectif est de montrer que ce droit doit être exercé au quotidien et qu’il ne se limite pas à pouvoir lever la main.

Lolita Mbala Animatrice à Terre des Hommes suisse

Du côté des enfants, si certains étaient dissipés, d’autres se sont prêtés au jeu de bon coeur. C’est le cas de Sonia, 7 ans. Elle énumère correctement les droits qu’elle a appris. Pour elle, les droits de l’enfant sont une nécessité, notamment à l’étranger, puisqu’ils concernent  « des personnes comme nous » affirme-t-elle.

Sonia Enfant de 7 ans

Plus d’informations sur le site internet de Terre des Hommes suisse.

 

Continuer la lecture