Rejoignez-nous

Actualité

Economie domestique: des employées de maison témoignent à Genève

Publié

,

le

Les employés de l’économie domestique sont des travailleurs comme les autres et doivent bénéficier des mêmes droits. C’est ce qu’a rappelé mardi le syndicat SIT à Genève. Trois femmes témoignent de leur conditions de travail. 

Hier, à l’occasion de la journée internationale des employés de maison, le syndicat international des travailleurs avait convoqué la presse genevoise pour rappeler que les employés domestiques sont encore bien mal lotis. 19,50 de l’heure c’est le salaire que prévoit leur contrat type de travail cantonal – et encore lorsqu’ils sont payés ce prix et qu’ils ne sont pas employés au noir. Avec des horaires qui dépassent souvent les 50 heures par semaine.

Des Working Poor que l’on a retrouvé durant cette crise du Covid-19 aux Vernets, dans la file d’attente pour un sac de nourriture à 20 francs. Des employés de maison qui sont pourtant essentiels, comme le rappelle Mirella Falco, Secrétaire syndicale au SIT.

Mirella Falco
Secrétaire syndicale au SIT
Mirella FalcoSecrétaire syndicale au SIT

Témoignages poignants

Trois femmes étaient là pour témoigner de leurs conditions de travail, l’une s’occupait de 8 enfants pour un salaire de 1600 francs par mois. Elle faisait également le ménage et la cuisine chez ces employeurs, brésiliens d’origine, qui la laissaient régulièrement seule pendant plusieurs semaines, avec les 8 enfants dont le plus âgé a 14 ans.

Une autre, d’origine Philippine, travaillait dans une ambassade depuis 8 ans, à raison de 60 heures par semaine, 6 jours sur 7. Elle a été renvoyée en avril, à cause du Covid, après que son employeur lui ait signifié une interdiction stricte de sortir de la résidence d’ambassade, même pour se nourrir et faire ses courses.

Enfin une troisième qui travaillait 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, chez une femme impotente, à l’AI, sans aucun véritable congé. Ecoutez son témoignage. Elle s’appelle Anne-Marie.

Anne-Marie
employée de maison
Anne-Marieemployée de maison

Application de la Loi sur le travail

Une série d’abus que dénonce le SIT et qui demande que les employés de maison bénéficient de la protection de la Loi sur le travail. Le syndicat réclame que leur salaire soit revalorisé à 23 francs de l’heure dans le prochain contrat type de travail cantonal qui arrive à échéance en décembre. Avec un temps de travail de 41 heures par semaine et non 60 voire 72 heures. Les personnes qui travaillent dans le care, le soin à la personne, sont essentielles pour la société. Il devrait être valorisé selon le syndicat. Mirella Falco.

Mirella Falco
Secrétaire syndicale au SIT
Mirella FalcoSecrétaire syndicale au SIT

Abus de vulnérabilité

Evidemment, toutes ces mauvaises conditions de travail sont encore plus flagrantes lorsque les personnes sont au noir, non déclarées. Elles sont en quelque sorte «otages» de leur employeur puisqu’elles n’ont aucune possibilité de changer d’emploi et cela les rend encore plus vulnérables. Mirella Falco

Mirella Falco
Secrétaire syndicale au SIT
Mirella FalcoSecrétaire syndicale au SIT

Les employés qui travaillent la nuit, « en live-in » devraient être rémunérés en conséquence et leur salaire devrait être majoré de 50% pour ces heures-là, selon le syndicat, qui rapporte des cas de maltraitance. Des employés de maison qui s’occupent de personnes âgées et qui n’auraient pas assez à manger.

Mirella Falco
Secrétaire syndicale au SIT
Mirella FalcoSecrétaire syndicale au SIT

Registre des heures

Le syndicat conseiller aux employés de l’économie domestique de tenir un registre de leurs horaires. Pour prouver qu’ils ont bien travaillé durant tout ce temps.

Mirella Falco
Secrétaire syndicale au SIT
Mirella FalcoSecrétaire syndicale au SIT

A l’automne une rencontre est prévue avec la Chambre des relations collectives de travail, la CRCT. Le but du SIT: que les employés de l’économie domestique bénéficient de la protection de  la Loi sur le travail et que les contrôles des inspecteurs de cette chambre puissent s’opérer.

 

 

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Un mystérieux drapeau flotte sur la plaine de Plainpalais

Publié

le

A Genève, un drapeau géant à été déployé sur la plaine de Plainpalais ce samedi matin. Un œil colossal composé de milliers de portraits, provenant de 190 pays, qui rappelle la responsabilité de celles et ceux qui décident de l'avenir de notre planète.

 

Quand l'art et l'activisme se rencontre à Plainpalais. Ce drapeau de la taille d'un bâtiment de 10 étages est déployé lors d'événements majeurs sur le climat. Il est l'œuvre l’artiviste Dan Ascher et il a été présenté pour la première fois à Madrid lors de la COP25. Ce drapeau représente un œil géant, composé de millier de visages - peut-être le votre d'ailleurs - qui rappelle la responsabilité de celles et ceux qui décident de l'avenir de notre planète.

"Les yeux du monde sont sur vous"

Le message aux dirigeants est clair : les yeux du monde sont sur vous. Ce n'est donc pas la première fois que ce message artistique et activiste est utilisé mais aujourd'hui, les yeux du monde volent pour la première fois à Genève, en partenariat avec le FIFDH qui a pour thème les nouvelles formes de résistance.

Le drapeau sera enlevé ce samedi à 18 heures. Et si vous voulez que votre visage garnisse cet œil lors des prochains événements, rendez-vous sur www.WeAreWatching.org.

Continuer la lecture

Actualité

Antoine Flahaut plutôt opposé à un passeport « immunité »

Publié

le

A l’heure où le passeport vaccinal est à l’étude dans tous les pays d’Europe, que penser d’un passeport "immunité", basé sur le fait que l'on a contracté la Covid-19? Et pour combien de temps le vaccin protège-t-il? On fait le point avec le Professeur Antoine Flahaut, qui enseigne à la faculté de médecine de l’UNIGE et qui dirige l’Institut de santé globale.

 

Continuer la lecture

Actualité

Genève accuse des retards dans la livraison de vaccins

Publié

le

Si la situation épidémiologique enregistre une très lente décrue, les retards dans la livraison de vaccins sont un véritable casse-tête pour le service du Médecin cantonal. 17'000 doses attendues cette semaine ne seront finalement disponibles que dans deux semaines. 

La situation épidémiologique à Genève observe une lente décrue avec une situation de plateau qui persiste. 69 personnes ont été testées positives au Covid hier et le taux de positivité a baissé à 4,9%. Plus de 1000 personnes sont en quarantaine et 850 en isolement. Sur le front des hospitalisations, 232 personnes sont hospitalisées, dont 12 en soins aigus. Un seul décès est à déplorer. D’importants retards sont observés dans les livraisons de vaccins, un véritable casse-tête pour le Médecin cantonal. Les explications de la Pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz au micro de Judith Monfrini.

Nathalie Vernaz-Hegi
Pharmacienne cantonale genevoise
Nathalie Vernaz-HegiPharmacienne cantonale genevoise

La vaccination accuse ainsi un retard de deux semaines. Ce seront près de 2'000 personnes qui auront vu leur rendez-vous repoussés. Elles se montrent néanmoins compréhensives. Nathalie Vernaz.

Nathalie Vernaz-Hegi
Pharmacienne cantonale genevoise
Nathalie Vernaz-HegiPharmacienne cantonale genevoise

Vingt mille personnes de plus de 75 ans ont eu leurs deux doses. Et 40'000 ont reçu la première. Elles sont assurées de recevoir la deuxième dose.

Nathalie Vernaz-Hegi
Pharmacienne cantonale genevoise
Nathalie Vernaz-HegiPharmacienne cantonale genevoise

Malades du Covid pas prioritaires

Notez que ceux qui ont attrapé le Covid sont immunisés durant trois mois au moins. Ils ne seront donc pas vaccinés dans un premier temps vu les doses limitées de vaccin. Selon la  Pharmacienne cantonale, il n’y a aucune contre-indication à recevoir le vaccin malgré la présence d’anticorps.

Variant anglais pas moins virulent

Le variant anglais est à l’origine de ces nouvelles contaminations. Est-il moins virulent et provoque-t-il moins d’hospitalisations. La réponse du Docteur Simon Regard, chef du secteur maladies transmissibles au service du Médecin cantonal.

Dr Simon Regard
Chef du secteur maladies transmissibles au service du Médecin cantonal
Dr Simon RegardChef du secteur maladies transmissibles au service du Médecin cantonal

Test salivaire dès lundi à Genève

Le test salivaire sera possible dès lundi prochain dans le Canton de Genève. Un prélèvement salivaire sera effectué sur des personnes dont on pense qu’elles n’ont pas la maladie. Docteur Simon Regard.

Dr Simon Regard
Chef du secteur maladies transmissibles au service du Médecin cantonal
Dr Simon RegardChef du secteur maladies transmissibles au service du Médecin cantonal

Pour la réouverture prévue le 22 mars prochain, il faudra que plusieurs conditions cumulatives soient réalisées. Notamment un taux de positivité inférieur de 5% et un taux de reproduction du virus inférieur à 1. Des conditions décrites sur le site de l’OFSP.

Continuer la lecture

Actualité

Le dessinateur genevois Chappatte remporte le prix suisse de la caricature pour la 3e fois

Publié

le

Photo archives ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Patrick Chappatte remporte le prix de la caricature suisse de l'année 2020 pour "Planète Coronavirus". Déjà primé en 2012 et 2014, c'est la troisième fois que le dessinateur genevois remporte cette distinction.

"Planète Coronavirus" a été publié dans le magazine allemand "Der Spiegel" le 28 mars 2020 et le mois suivant dans le journal alémanique le "Nebelspalter", le plus ancien titre satirique au monde à être toujours publié. On le voit aussi dans le livre de l'expo, "Marqué par le corona" (Von Corona gezeichnet), préfacé par le conseiller fédéral Alain Berset, et sorti en décembre dernier.

Chappatte n'est pas blasé de recevoir des prix. "Il couronne - sans jeu de mots - 12 mois de travail marqués par la présence obsédante de ce virus à pointes, a-t-il dit à Keystone-ATS. Jamais dans ma carrière, ni dans celle de mes confrères, n’avons-nous connu ainsi un unique sujet de dessin à même d’engloutir tous les autres."

"Et s'il ne fallait retenir qu'un seul de mes dessins, j’aurais choisi celui-ci, poursuit le dessinateur genevois. Justement, cette éclipse de la terre par l’astre sombre du Covid."

Gérald Herrmann à la 3e place

La deuxième place revient à Christof Biedermann pour "Das Boot ist voll" (La barque est pleine), publié en juillet dernier par le journal "Reformiert". Gérald Herrmann remporte la troisième place pour "Davos", sorti dans la "Tribune de Genève".

En raison de la pandémie, le public n'a pas voté cette année, mais 46 illustrateurs de presse ont choisi les gagnants. L'exposition n'a pu être vue en ligne que de décembre à février. Ce prix de la meilleure caricature est remis traditionnellement lors de l'exposition "Gezeichnet", qui se tient chaque année au Musée de la Communication de Berne, indiquent les organisateurs.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Les HUG renforcent la lutte contre les violences et discriminations

Publié

le

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) renforcent leur dispositif de lutte contre les discriminations et en faveur de la promotion d'un climat de travail inclusif et égalitaire. Une charte "égalité, diversité et inclusion" est en cours de rédaction.

Cette charte devra être signée par tous les collaborateurs des HUG, a expliqué jeudi Sylvia de Meyer, responsable du programme "égalité et diversité", un poste qui vient d'être créé. Tous les employés devront aussi suivre la formation en ligne sur la prévention du harcèlement sexuel élaborée par l'Etat de Genève.

Le conseil d'administration a décidé en janvier d'ajouter la valeur "égalité et inclusion" aux valeurs relationnelles des HUG, a fait savoir l'institution à quelques jours de la Journée internationale des droits des femmes. Ces valeurs - la confiance, le respect, l'esprit d'équipe et la reconnaissance - doivent régir le comportement des collaborateurs entre eux mais aussi avec les patients, a précisé le directeur général des HUG Bertrand Levrat.

Culture plus respectueuse

L'objectif est de renforcer la culture de tolérance zéro envers les violences et les discriminations, en particulier celles fondées sur le genre. "Dans le domaine hospitalier, qui est assez hiérarchisé, il peut y avoir une crainte de dénoncer des supérieurs", relève M. Levrat. Le fait que les professions deviennent mixtes permet d'avoir une culture plus respectueuse, reconnaît-il.

Bertrand Levrat souhaite que tout acte irrespectueux ou comportement inadéquat avéré soit dénoncé et sanctionné. D'où la création d'une commission de traitement des plaintes en matière de harcèlement et de discrimination qui s'occupera désormais des cas. "Il faut permettre aux gens de sentir qu'ils peuvent parler librement", souligne-t-il.

Source: ATS

Continuer la lecture