Rejoignez-nous

Actualité

Economie domestique: des employées de maison témoignent à Genève

Publié

,

le

Les employés de l’économie domestique sont des travailleurs comme les autres et doivent bénéficier des mêmes droits. C’est ce qu’a rappelé mardi le syndicat SIT à Genève. Trois femmes témoignent de leur conditions de travail. 

Hier, à l’occasion de la journée internationale des employés de maison, le syndicat international des travailleurs avait convoqué la presse genevoise pour rappeler que les employés domestiques sont encore bien mal lotis. 19,50 de l’heure c’est le salaire que prévoit leur contrat type de travail cantonal – et encore lorsqu’ils sont payés ce prix et qu’ils ne sont pas employés au noir. Avec des horaires qui dépassent souvent les 50 heures par semaine.

Des Working Poor que l’on a retrouvé durant cette crise du Covid-19 aux Vernets, dans la file d’attente pour un sac de nourriture à 20 francs. Des employés de maison qui sont pourtant essentiels, comme le rappelle Mirella Falco, Secrétaire syndicale au SIT.

Mirella FalcoSecrétaire syndicale au SIT

Témoignages poignants

Trois femmes étaient là pour témoigner de leurs conditions de travail, l’une s’occupait de 8 enfants pour un salaire de 1600 francs par mois. Elle faisait également le ménage et la cuisine chez ces employeurs, brésiliens d’origine, qui la laissaient régulièrement seule pendant plusieurs semaines, avec les 8 enfants dont le plus âgé a 14 ans.

Une autre, d’origine Philippine, travaillait dans une ambassade depuis 8 ans, à raison de 60 heures par semaine, 6 jours sur 7. Elle a été renvoyée en avril, à cause du Covid, après que son employeur lui ait signifié une interdiction stricte de sortir de la résidence d’ambassade, même pour se nourrir et faire ses courses.

Enfin une troisième qui travaillait 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, chez une femme impotente, à l'AI, sans aucun véritable congé. Ecoutez son témoignage. Elle s'appelle Anne-Marie.

Anne-Marieemployée de maison

Application de la Loi sur le travail

Une série d’abus que dénonce le SIT et qui demande que les employés de maison bénéficient de la protection de la Loi sur le travail. Le syndicat réclame que leur salaire soit revalorisé à 23 francs de l’heure dans le prochain contrat type de travail cantonal qui arrive à échéance en décembre. Avec un temps de travail de 41 heures par semaine et non 60 voire 72 heures. Les personnes qui travaillent dans le care, le soin à la personne, sont essentielles pour la société. Il devrait être valorisé selon le syndicat. Mirella Falco.

Mirella FalcoSecrétaire syndicale au SIT

Abus de vulnérabilité

Evidemment, toutes ces mauvaises conditions de travail sont encore plus flagrantes lorsque les personnes sont au noir, non déclarées. Elles sont en quelque sorte «otages» de leur employeur puisqu’elles n’ont aucune possibilité de changer d’emploi et cela les rend encore plus vulnérables. Mirella Falco

Mirella FalcoSecrétaire syndicale au SIT

Les employés qui travaillent la nuit, « en live-in » devraient être rémunérés en conséquence et leur salaire devrait être majoré de 50% pour ces heures-là, selon le syndicat, qui rapporte des cas de maltraitance. Des employés de maison qui s'occupent de personnes âgées et qui n'auraient pas assez à manger.

Mirella FalcoSecrétaire syndicale au SIT

Registre des heures

Le syndicat conseiller aux employés de l'économie domestique de tenir un registre de leurs horaires. Pour prouver qu'ils ont bien travaillé durant tout ce temps.

Mirella FalcoSecrétaire syndicale au SIT

A l'automne une rencontre est prévue avec la Chambre des relations collectives de travail, la CRCT. Le but du SIT: que les employés de l'économie domestique bénéficient de la protection de  la Loi sur le travail et que les contrôles des inspecteurs de cette chambre puissent s'opérer.

 

 

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Bienne fait tomber Fribourg, Lausanne et Genève battus

Publié

le

Michael Hügli, en jaune, a inscrit le seul but de la rencontre (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Dans le match au sommet de National League, c'est Bienne qui a eu le dernier mot. Les Seelandais ont dominé le leader Fribourg 1-0 grâce à Hügli.

Les amateurs de hockey offensif pensaient certainement se régaler avec le choc entre deux clubs plutôt enclins à aller devant. Il a pourtant fallu déchanter. Parce qu'il n'y a eu qu'une réussite tombée à la 8e de la crosse de Michael Hügli. Et on peut dire que la victoire biennoise est méritée.

Les Seelandais ont tiré davantage au but que des Fribourgeois étonnamment muets. Mais on savait bien qu'après la série de dix succès consécutifs, les Fribourgeois allaient certainement connaître un coup de "moins bien". On l'a vu une première fois contre Rapperswil, voici la deuxième contre Bienne. Mais aucune raison de paniquer pour Christian Dubé qui peut se dire qu'il y a pire qu'une défaite 1-0 et qu'il n'y a pas une montagne de corrections à apporter.

Pour l'équipe entraînée par Antti Törmänen, c'est une victoire importante après la défaite à Lausanne. Joren van Pottelberghe s'est offert un blanchissage et la défense devant a parfaitement soutenu la comparaison avec l'arrière-garde des Dragons. Ce succès permet à Bienne de revenir à deux longueurs des Fribourgeois.

Martschini crucifie Lausanne

On avait le sentiment que Lausanne avait peut-être trouvé cette constance après laquelle il court depuis le début de la saison. Que ces deux succès du week-end contre Ajoie et Bienne pouvaient initier quelque chose d'intéressant. Au final, le LHC a sauvé un point en s'inclinant 4-3 ap devant Zoug.

Le début de match a ressemblé aux matches précédents avec un LHC bien dans ses patins et qui est parvenu à battre à deux reprises Genoni grâce à Douay (2e) et Frick (14e). Et tout semblait se dérouler comme sur des roulettes pour les hommes de John Fust. Mais dès l'entame du tiers médian, Simion a pu dévier un habile lancer de Djoos. Et à la 37e, c'est Cadonau qui a pu égaliser.

Les Zougois, venus à Malley avec un effectif limité et de nombreux jeunes de leur académie, ont même réussi un truc en marquant le 2-3 à la 48e au terme d'une scène confuse. De retour dans l'alignement, Almond a pu offrir un point aux Vaudois. Mais les poignets de Martschini ont eu le dernier mot en prolongation.

Scherwey se paie Genève

Genève-Servette voulait se payer une petite série positive, mais Tristan Scherwey en a décidé autrement. Dans un match qui sentait bon la lutte pour la deuxième barre, les Ours se sont finalement imposés 3-2 ap. Et c'est l'emblématique Fribourgeois qui a sonné la révolte.

Parce qu'après deux périodes, les Aigles étaient devant grâce à leurs joueurs importés, Tömmernes et Winnik. Mais Scherwey a trouvé une première fois la faille à la 52e avant de remettre ça dans le temps supplémentaire pour offrir un deuxième point à son équipe.

A Lugano, Ajoie s'est une nouvelle fois incliné. Les Jurassiens ont été battus 4-1 par les Tessinois. C'est Devos qui a inscrit l'unique réussite ajoulote en jeu de puissance alors que le score était de 4-0 pour les hommes de Chris McSorley.

Toujours au Tessin mais dans le haut du canton, Ambri-Piotta a battu Langnau 3-1. Dans le dernier match de la soirée, c'est Rapperswil qui s'en est allé cueillir deux points à Zurich à la faveur de sa victoire 4-3 tab au Hallenstadion. Les Lions ont égalisé à la 60e grâce à Chris Baltisberger et en ayant sorti leur gardien. Mais le bonhomme du match fut Cervenka qui a enfilé deux tirs au but pour sceller le score lors de la séance de penalties.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Lausanne-Sport s'impose à Aarau

Publié

le

Amdouni a inscrit le but de la qualification pour Lausanne (© KEYSTONE/Alexander Wagner)

Lausanne-Sport disputera les quarts de finale de la Coupe de Suisse en février prochain.

Les hommes du coach Ilija Borenovic sont allés s'imposer 1-0 sur le terrain du 4e de Challenge League Aarau mardi en 8e de finale.

Une réussite de son meilleur buteur Zeki Amdouni à la 56e minute a suffi au bonheur des Lausannois. Auteur de quatre réalisations cette saison en championnat, l'attaquant de 20 ans avait déjà été l'homme de la qualification au tour précédent, lui qui avait inscrit le 3-2 en prolongation à Bulle en septembre.

Aarau, qui avait atteint les demi-finales de la Coupe de Suisse 2020/21, a dominé les débats après avoir concédé l'ouverture du score. Mais la troupe entraînée par Stephan Keller n'est jamais parvenue à prendre en défaut la défense lausannoise et son gardien Thomas Castella.

Bienne sort le SLO

Il y aura au moins un club de Promotion League en lice au stade des quarts de finale. Dixième du championnat de 3e, Bienne a en effet éliminé Stade Lausanne-Ouchy mardi soir. Les Seelandais se sont imposés 1-0 face au 5e de Challenge League sur un penalty transformé par Brian Beyer à la 89e.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Présence de salmonelle: Migros rappelle des souchets en poudre

Publié

le

La présence de salmonelles a été constatée dans un échantillon de souchets séchés. (© Migros)

Migros rappelle des paquets de souchets en poudre Alnatura. La présence de salmonelles a été constatée dans un échantillon. Tout risque pour la santé ne pouvant être exclu, le géant orange demande à sa clientèle de ne pas consommer ces produits.

Le rappel concerne des paquets de 225 grammes portant le code-barres 4104420224254. La date limite de conservation est le 22.03.2022 ou le 20.05.2022, précise l'Office fédéral de la sécurité alimentaire (OSAV).

Les salmonelles sont des bactéries pathogènes pour l'homme et l'animal. Chez l'homme, elles peuvent déclencher 6 à 72 heures après la consommation des troubles gastro-intestinaux accompagnés de fièvre, ainsi que des vomissements, des diarrhées et des douleurs abdominales. Les personnes ayant consommé l'un de ces produits sont invitées à consulter un médecin en cas d'apparition de symptômes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un Suisse sacré pour la première fois meilleur pâtissier au monde

Publié

le

David Schmid "est considéré comme un phare" dans le secteur de la boulangerie-confiserie suisse. (© SBC)

L'Argovien David Schmid a été sacré mardi meilleur pâtissier du monde de l'année. Il est le premier Suisse à décrocher ce titre, a annoncé l'association suisse des patrons boulangers-confiseurs (SBC).

David Schmid "est considéré comme un phare" dans le secteur de la boulangerie-confiserie suisse, indique la SBC dans un communiqué. "Il avance avec détermination et convainc par son esprit d'innovation et sa créativité et n'hésite pas à partager ses connaissances et à transmettre ses idées."

Lauréat de nombreux prix depuis la fin de sa formation en 2001, David Schmid a ouvert avec son épouse l'an dernier une pâtisserie qui porte son nom à Zofingue (AG). Avec une gamme réduite mais de qualité, il a créé "un petit morceau de France" au c½ur de la cité argovienne, écrit la SBC. Le couple a reçu en juin dernier la "couronne boulangère".

Il faut remplir différents critères pour devenir le meilleur pâtissier au monde. Les candidats doivent notamment être au bénéfice d'une formation de pâtissier, exploiter de manière active et indépendante un café-boulangerie-pâtisserie, avoir publié un ouvrage et avoir participé avec succès à des concours. Ils doivent aussi avoir à leur actif des activités de marketing et des activités innovantes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Contraception: l'influence du statut migratoire, mais pas seulement

Publié

le

Le préservatif est le moyen de contraception le plus fréquemment utilisé en Suisse, suivi des méthodes hormonales combinées (pilule). Les femmes font plus attention que les hommes (photo d'illustration). (© Keystone/CHRISTIAN BEUTLER)

Le statut migratoire influence la pratique de la contraception: les femmes issues de groupes de migrants se protègent moins que les Suissesses. Mais d'autres facteurs entrent en jeu comme le revenu, la formation ou le style de vie.

Dans l’ensemble, 78% des hommes et des femmes de 15 à 49 ans sexuellement actifs ont eu recours à la contraception. Le préservatif est la méthode la plus fréquemment utilisée (35%). Suivent les méthodes hormonales combinées, à savoir la pilule (30%).

Neuf pour cent des personnes interrogées recourent à des méthodes hormonales purement progestatives (stérilets hormonaux ou piqûres); 8%, hommes ou femmes, se font stériliser; 4% utilisent le stérilet en cuivre; enfin, 3% font appel à des méthodes de contraception naturelles. En cas de pépin, 1% se rabat sur la pilule du lendemain.

C'est ce qui ressort d'une enquête de l'Observatoire suisse de la santé se basant sur des données de 2017. L'utilisation de méthodes contraceptives varie d'un groupe de population à l’autre, en fonction du pays d’origine des migrants de première et de deuxième génération.

Les plus prudents

Les personnes d’origine suisse indiquent le plus souvent contrôler leur fécondité, tous types de moyens contraceptifs confondus (84% des femmes et 82% des hommes). Les personnes originaires du Portugal, d’Espagne ainsi que d’Amérique du Sud et du Nord affichent des taux semblables.

Les personnes issues de tous les autres pays prennent nettement moins souvent des mesures pour éviter les grossesses. Les prévalences les plus faibles sont enregistrées chez les ressortissants d'Europe du Sud-Est (68% des femmes et 62% des hommes), et chez ceux provenant de l'est de la Méditerranée et d'Afrique (67% des femmes et 55% des hommes).

Le statut migratoire joue aussi un rôle dans les pratiques contraceptives: les femmes déjà citoyennes suisses à la naissance, dont les parents sont d’une autre nationalité, ont plus ou moins autant recours aux contraceptifs que les Suissesses de parents suisses. Par contre, les femmes nées en Suisse, mais ayant une autre nationalité à la naissance contrôlent nettement moins souvent leur fécondité, selon le rapport de l'Obsan.

Des choix individuels

Les personnes provenant du Portugal et d’Espagne sont celles qui ont le plus recours aux méthodes hormonales combinées (46%). Ce moyen est utilisé par un peu moins d'un tiers des Suissesses et Suisses. En revanche, la pilule est le moins apprécié des ressortissant-e-s de l'Est de la Méditerranée et d'Afrique.

Des facteurs socio-économiques entrent en jeu. D'autres liés au style de vie influencent aussi les habitudes: les femmes faisant plus de 150 minutes de sport par semaine ont plus souvent recours à la contraception que les autres. Mais elles optent plus rarement pour les méthodes hormonales combinées.

Les végétariennes ont aussi moins tendance à contrôler leur fécondité. Les personnes qui mangent chaque jour cinq portions au moins de fruits et légumes, évitent viande et boissons sucrées et ne fument pas prennent nettement plus rarement des contraceptifs hormonaux combinés. Parmi elles, les femmes mentionnent plus souvent la stérilisation comme moyen de contraception.

Les femmes présentant une consommation d’alcool à risque recourent plus fréquemment à la stérilisation et au stérilet hormonal. En revanche, en ce qui concerne le stérilet en cuivre, les méthodes naturelles, le préservatif et les autres méthodes, on ne relève pas de différence en fonction de facteurs liés au style de vie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture