Rejoignez-nous

A la une

École inclusive à Genève: un environnement scolaire adapté à chaque enfant

Publié

,

le

Entourer davantage les élèves pour favoriser leur apprentissage, c’est le but des équipes pluridisciplinaires mises en place par le Département de l’instruction publique à Genève. Elles sont présentes dans 21 établissements primaires et elles font partie du dispositif de l’école inclusive.

Le but du dispositif inclusif est d’offrir à chaque enfant l’environnement scolaire le plus adapté à ses particularités individuelles, quel que soit son handicap, son talent, son origine ou ses conditions de vie.

L’équipe pluridisciplinaire basée dans les écoles primaires du Mail et de Carl Vogt dans le quartier Plainpalais fait partie de ce dispositif. Elle se compose d’une infirmière, d’une psychologue, d’une logopédiste, d’un enseignant spécialisé. Mais aussi d’une éducatrice sociale en milieu scolaire. Valérie Wohlhauser.

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Il s’agit d’aider les enseignants et les parents. Si un enfant ne se sent pas bien à l’école, il va moins bien travailler. Tout est lié pour la travailleuse sociale en milieu scolaire.

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Pour aider les parents et les enseignants, Valérie Wohlhauser s’appuie sur le réseau.

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Collaboration avec les enseignants

Le travail de l’éducatrice se fait en concertation avec le corps enseignant:

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Plusieurs moyens sont imaginés pour intervenir auprès des enfants. Valérie Wholhauser intervient notamment lors de conflits, par le biais du jeu coopératif.

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Une société en mutation

Les équipes disciplinaires constituent une aide précieuse pour les enseignants. La Conseillère d’État chargée de l’instruction publique, Anne Emery-Torracinta le rappelait à la rentrée: de plus en plus d’enfants ont des problèmes de comportement et cela dès le plus jeune âge.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat chargée du Département de l'instruction publique

Les parents sont plus isolés qu’auparavant, selon la Conseillère d’Etat.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat chargée du Département de l'instruction publique

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

Arrestations au cycle du Renard: la FAMCO et Vernier réagissent

Publié

le

keystone

Des élèves ont été arrêtés par la police au cycle d’orientation du Renard à Vernier. C’est ce que rapporte la Tribune de Genève. Une demi-douzaine d’élèves de 11ème année sont sortis de l’établissement scolaire encadré par les forces de l’ordre, certains avec des menottes aux poignets.

Les faits ont eu lieu mercredi au retour d’un élève de la section R1, communication et technologie, qui avait été exclu du cycle pendant une semaine. Des coups auraient été portés à un enseignant. Les professeurs du Renard ont demandé une conférence du personnel extraordinaire à la direction, qui a refusé. Ils envisagent de faire grève. La réaction de Julien Nicolet, membre du comité de la FAMCO, la Fédération des Maîtres du Cycle d’Orientation.

Julien Nicolet Membre du comité de la FAMCO

De son côté,  la Ville de Vernier, dit agir activement  auprès des jeunes scolarisés au cycle du Renard. Le Maire de Vernier, Martin Staub.

Martin Staub  Maire de Vernier

La semaine dernière la FAMCO saluait la volonté du Département de l’instruction publique de réformer le cycle d’orientation. Elle  réclamait davantage de moyens pour l’école.

Julien Nicolet Membre du comité de la FAMCO

Le cycle du Renard est dans un état de vétusté avancé. Ce qui rend difficile l’apprentissage, selon Julien Nicolet. Il dénonce aussi le principe des sections, qui tendrait à démotiver les élèves.

Julien Nicolet Membre du comité de la FAMCO

Notez que le cycle d’orientation du Renard n’est pas membre de la FAMCO.

 

Continuer la lecture

A la une

Les étourneaux quitteront Genève dans quelques jours

Publié

le

Une nuée d'étourneaux photographiée à la frontière entre l'Allemagne et le Danemark [Keystone/DPA/Carsten Rehder]

Ils ne vous sont pas passés inaperçus ces derniers temps à Genève, les étourneaux sansonnets sont légion. Faites connaissance avec ces occupants temporaires de nos arbres.

Sur la plaine de Plainpalais, sur le pont des Bergues, sur l’île Rousseau ou encore aux cimetière des Rois, les étourneaux sansonnets font passablement de bruits et ne laissent pas indifférents. Présent en nombre, les oiseaux migrateurs sont de retour comme chaque année pour une bonne raison.

Patrick Jacot Ornithologue genevois

 

Si d’année en année les individus peuvent changer d’emplacement, durant la période de la même année ils resteront toujours sur le même arbre.

Patrick Jacot Ornithologue genevois

 

Se reposer avant la grand traversée voilà ce que viennent donc faire ces oiseaux à Genève. Mais avec un tel nombre une question se pose:  Sont-ils nuisibles ? La réponse est non, sauf peut-être pour les vignerons.

Patrick Jacot Ornithologue genevois

A noter que les étourneaux étaient totalement intégré aux spectacles de la Fête des vignerons 2019.

Quelques prédateurs

Mais il ne faut pas croire que les étourneaux sansonnets sont à Genève en tout tranquillité. Ils sont en effet chassés par d’autres oiseaux ornithophage comme les faucons et notamment les faucons pèlerins.

Patrick Jacot Ornithologue genevois

Le faucon pèlerin étant l’un des oiseaux les plus rapides du monde, si ce n’est le plus rapide, cela donne des chasses spectaculaire.

Patrick Jacot Ornithologue genevois

 

Départ imminent

Mais ces étourneaux sansonnets ne sont pas là ad vitam eternam puisqu’ils ne font qu’une halte avant de migrer vers le sud. Le tout avec une date de départ qui est plus ou moins définie et elle est imminente.

Patrick Jacot Ornithologue genevois

 

Le problème de réchauffement climatique amène progressivement des bouleversements. Même si l’étourneau ne restera à priori jamais toute l’année sous nos latitudes, les dates de départ et d’arrivée pourraient être chamboulées.

Patrick Jacot Ornithologue genevois

Patrick Jacot qui est également le président fondateur du Centre ornithologique de réadaptation de Genthod.

 

Article web: Sébastien Telley

Propos recueillis par Manon Christen

Continuer la lecture

A la une

Migros livre en moins d’une heure avec Smood: comment ça marche?

Publié

le

Depuis aujourd’hui, il est possible de se faire livrer ses produits Migros en moins d’une heure. Pour ce nouveau service, le géant orange s’est associé à Smood, un des leader de la livraison de plats à domicile en Suisse. A cette occasion, nous avons suivi une livraison depuis la commande jusqu’à sa remise dans nos studios. 

S’il est possible d’appeler avec son téléphone, nous avons fait le choix de commander depuis l’application. En l’occurence, huit produits pour un apéritif, notamment du fromage, des fruits et des glaces. Une fois effectuée, la demande va directement à la Migros la plus proche, en l’occurence celle du centre commercial Les Cygnes, aux Pâquis.

Sur place, une tablette trône dans l’espace client. Une notification retentit au moment où la commande est passée, presqu’instantanément. Les explications de Floran Baillif, project manager chez Smood:

Floran Baillif  Project manager chez Smood

Place alors au « picking », un employé de la Migros remplit le charriot avant de transmettre son contenu au livreur de Smood. Victor y travaille depuis six ans, c’est lui qui nous conduit jusqu’à la rédaction dans sa smart rose, couleur caractéristique de la marque. Malgré le délais assez serré, il ne semble pas stressé:

Victor Livreur chez Smood

Pour les besoins de l’émission, le processus a été plus long que d’habitude. Mais après un trajet rapide jusqu’à la rue des Bains, la commande est tout de même livrée en 50 minutes directement dans notre studio, à Benjamin Smadja. La promesse d’effectuer cette livraison en moins d’heure est donc tenue:

Arrivée dans les studios de Radio Lac

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

A la une

Tram 15: Lancy se dit satisfait de l’accord avec Genève

Publié

le

Une grande partie des blocages ont été levés pour le tram 15 en direction de Saint-Julien. Le Conseil d’Etat genevois a signé une convention avec Lancy. Elle permet de répondre aux deux griefs soulevés par la Commune. Lancy ne voulait pas d’une boucle de rebroussement du tram 12 qui empiétait de manière trop importante sur le quartier des Palettes. Elle a obtenu gain de cause.

La Ville ne souhaitait pas non plus que la circulation dans le quartier soit redessinée pour éviter des nuisances. Une demande également acceptée par le Canton. Le Maire de Lancy Stéphane Lorenzini se dit très satisfait de cet accord.

Stéphane Lorenzini Maire de Lancy chargé des travaux

Il reste encore quelques oppositions à ce projet même si la plupart ont été levées.

Stéphane Lorenzini Maire de Lancy chargé des travaux

En l’absence de recours, les travaux du tram 15 devraient débuter en 2020. Notez que ce tram est bi-directionnel.

 

Continuer la lecture

A la une

Importants retards des TPG sur la rive gauche ce matin à Genève

Publié

le

KEYSTONE

La circulation à Genève a été chaotique ce matin. Les automobilistes ont dû prendre leur mal en patience dans les bouchons. Affectés également, les bus TPG de la rive gauche qui ont accusé d’importants retards. En cause : une opération de marquage des routes sur le pont du Mont-Blanc qui aurait pris plus de temps que prévu, selon François Mutter, le porte-parole des transports publics genevois.

François Mutter Porte-parole des Transports publics genevois

En revanche, les TPG n’ont pas été avertis ce mercredi de la survenance de ces travaux de marquage sur le Pont du Mont-Blanc.

François Mutter Porte-parole des Transports publics genevois

Les fréquences des bus TPG devraient revenir à la normale dans l’après-midi, selon le porte-parole qui indique que

 

Continuer la lecture