Rejoignez-nous

Actualité

Deux Suisses accusés de liens avec l'Etat Islamique

Publié

,

le

Les deux Suisses sont accusés d'avoir essayé de rejoindre l'Etat islamique (EI) en Syrie (archives). (©KEYSTONE/AP/UNCREDITED)

Deux individus sont dans le collimateur du Ministère public de la Confédération (MPC) pour leurs liens présumés avec le groupe Etat islamique (EI) en Syrie. Un acte d'accusation a été déposé auprès du Tribunal pénal fédéral.

L'acte vise un double national suisse et italien domicilié à Winterthour (ZH), indique vendredi le MPC dans un communiqué. Le deuxième individu concerné par la procédure est un ressortissant suisse et macédonien, établi à Frauenfeld (TG).

Selon l'acte d'accusation, le binational suisse et italien est accusé de soutien et de participation à l'organisation criminelle EI, ainsi que de violation de l'interdiction de la représentation de la violence. Il lui est également reproché d'avoir voyagé en Syrie sur le territoire de l'Etat islamique, où il aurait rejoint la force de combat Jaish Al Muhajirin-Wal-Ansar.

Le MPC estime qu'il est prouvé qu'après son retour en Suisse, l'accusé a incité plusieurs personnes à rejoindre l'EI "en utilisant sa réputation de djihadiste de retour". Pour atteindre son objectif de recrutement, l'individu a joué le rôle de "figure de proue salafiste en Suisse". Il était également en contact avec plusieurs éminents recruteurs de l'EI condamnés originaires d'Europe.

Il est enfin reproché à l'Italo-Suisse d'avoir soutenu l'Etat islamique et les organisations apparentées en diffusant du matériel de propagande. Il aurait également été en possession de représentations de violence.

Transit par la Macédoine

Le double national suisse et macédonien est également accusé de soutien ou de participation à l'EI, ainsi que de multiples violations de l'interdiction de la représentation de la violence. Il aurait notamment tenté de partir pour la Syrie via la Macédoine dans le but de rejoindre l'organisation terroriste.

En Macédoine, le résident de Frauenfeld a été empêché par la police locale de poursuivre son voyage, précise le MPC. Ce dernier estime qu'il est prouvé qu'il aurait également recruté une personne pour le compte de l'EI.

Son objectif était de faire en sorte que la personne recrutée se rende sur le territoire de l'EI en Syrie ou en Irak pour rejoindre l'organisation terroriste. Enfin, le MPC reproche à l'accusé d'avoir soutenu cette dernière en diffusant du matériel de propagande et en étant en possession de représentations de violence.

Procédure ouverte en 2015

La procédure pénale du MPC a été ouverte en février 2015, contre inconnu, mais aussi contre l'Italo-Suisse. Elle a ensuite été étendue au second individu.

Le MPC formulera ses réquisitions de peine lors de l'audience principale devant le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone. La présomption d'innocence prévaut jusqu'à ce qu'un jugement soit entré en force, rappelle l'organe fédéral.

Ce ne serait pas la première fois qu'un djihadiste suisse serait condamné sur le territoire national. En mars 2017, le Tribunal fédéral avait par exemple confirmé une peine de dix-huit mois de prison avec sursis infligée à un Libano-Suisse de 27 ans arrêté en 2015 à l'aéroport de Zurich, en partance pour la Turquie, d'où il voulait rejoindre les rangs de l'EI.

Déchéance de nationalité

En septembre dernier, un double national s'est vu retirer pour la première fois la nationalité suisse. Il avait été condamné à une peine privative de liberté de plusieurs années pour avoir fait de la propagande et recruté des combattants en faveur d’une organisation terroriste islamiste. Il y a quelques jours, une procédure similaire de retrait de la nationalité a été ouverte contre une Suissesse, également ressortissante française et tunisienne.

En mai, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) recensait 66 personnes à risques pour la sécurité du pays, en raison de leurs activités ou motivations terroristes. Le service fédéral comptabilisait par ailleurs 92 voyageurs du djihad partis de Suisse. Sur ce nombre, 31 personnes détiennent la nationalité helvétique, dont 18 binationaux.

En juin, le Conseil fédéral avait affirmé qu'une "bonne dizaine de binationaux soupçonnés d'avoir participé, à l'étranger, à des crimes dans le cadre d'activités terroristes" avaient été identifiés. Une procédure pénale a été ouverte contre la majorité d'entre eux.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mobilité

Le Parlement vote le crédit pour le tunnel Morges-Perroy

Publié

le

L'aménagement ferroviaire prévu dans le cadre de Rail 2050 bénéficiera de près de 3 milliards de francs supplémentaires (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Le tunnel ferroviaire entre Morges et Perroy (VD) est en bonne voie pour décharger la ligne Genève-Lausanne. Le National a accepté lundi une enveloppe de 1,3 milliard dans le cadre de la stratégie "Rail 2050". D’autres projets concernent la Suisse romande.

Au vote sur l'ensemble, le projet qui porte sur un total de près de 3 milliards de francs pour des extensions ferroviaires dans le cadre de la "Perspective Rail 2050" a été adopté à la quasi-unanimité. Le dossier avait déjà passé sans encombre au Conseil des Etats en décembre dernier.

La stratégie 2050 autour des grands centres urbains est la bonne , a relevé Delphine Klopfenstein Broggini (Verts/GE), rappelant qu'il y avait beaucoup de retard. Les investissements dans les infrastructures doivent répondre à la croissance démographique, a renchéri Andri Silberschmidt (PLR/ZH).

Le National s’est en outre rallié au Conseil des Etats qui a demandé 350 millions de plus pour divers projets. L’un d’eux, de 100 millions, vise à corriger les effets négatifs de l’horaire 2025 en Suisse romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Une commission préoccupée par les décès au Vieil hôtel de police

Publié

le

Le vieil Hôtel de police genevois au boulevard Carl-Vogt a été le théâtre de deux décès à la suite de garde à vue depuis le début de l'année (photo symbolique). (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)
A Genève, le décès d'une femme de 21 ans dans une cellule du Vieil hôtel de police rebondit sur le terrain politique. Une délégation de la commission des visiteurs officiels du Grand Conseil a effectué une visite surprise dans les violons de ce commissariat dans la nuit de samedi à dimanche.

Sans empiéter sur l'enquête judiciaire en cours, la commission des visiteurs officiels veut s'assurer de la bonne application des normes et directives en matière de privation de liberté dans les postes de police, a-t-elle indiqué lundi. Et de préciser qu'elle poursuit son travail et ne fera aucune autre communication à ce stade.

Une jeune femme arrêtée pour vol mercredi soir a été retrouvée jeudi matin sans vie dans sa cellule, où elle attendait d'être entendue par un procureur de permanence. Le 3 janvier, un homme avait aussi été découvert inanimé dans les violons du Vieil hôtel de police, situé au boulevard Carl-Vogt. Ces deux décès en deux mois préoccupent vivement la commission des visiteurs officiels.

La mort des personnes arrêtées lors de simples gardes vues interroge aussi des citoyens. Samedi en fin d'après-midi, une centaine de manifestants se sont réunis pendant une heure en face du poste de police à l'appel de Action antifasciste Genève et du collectif Le Silure. Avec un slogan: "Plus aucun mort en détention! Justice et vérité!".

Source: ATS

Continuer la lecture

Suisse

Abbaye de St-Maurice: affaire sous la loupe d'un groupe de travail

Publié

le

Un groupe de travail indépendant va scruter le passé de l'Abbaye de Saint-Maurice pour tirer au clair l'implication de certains de ses membres dans des cas d'abus sexuels, commis ces dernières décennies. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L’Abbaye de Saint-Maurice a chargé le procureur général du canton de Neuchâtel, Pierre Aubert, de constituer un groupe de travail indépendant. Le but est de tirer au clair l’implication de certains de ses membres dans des cas d’abus sexuels ces dernières décennies.

L'enquête sera menée selon des critères à la fois juridiques et historiques, a indiqué l’Abbaye de Saint-Maurice dans un communiqué lundi. Le groupe de travail disposera d’un accès illimité aux archives de l’institution et aux témoignages aussi bien des chanoines que des victimes qui souhaiteront se manifester à cette occasion.

Cette enquête n’a pas pour mission de se substituer à celles que pourraient ordonner les autorités judiciaires compétentes, poursuit l'institution, et M. Aubert n’intervient pas en qualité de magistrat mais d’expert. Il s’est adjoint le concours du département d’histoire contemporaine de l’Université de Fribourg.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Les cantons restent responsables de la collecte des déchets

Publié

le

La collecte des déchets en vue de les recycler restera en mains publiques (archives). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

La collecte des déchets en vue de les recycler restera une tâche publique. Le National voulait ouvrir la porte aux prestataires privés tandis que le Conseil des Etats souhaitait maintenir le monopole cantonal. Les députés ont tacitement rejoint lundi les sénateurs.

Toutefois, une collecte volontaire par des entreprises privées sera possible, mais uniquement si le Conseil fédéral l'autorise spécifiquement pour les fractions de déchets concernés.

Le débat a été plus nourri sur les produits biogènes invendus séparément. La Chambre du peuple avait décidé d'obliger de les déballer et de les collecter, à l'exception des emballages compostables. Celle des cantons ne voulait pas de la disposition. Les députés ont finalement rejoint les sénateurs, par 165 voix contre 26.

Un compromis a été adopté quant aux exigences relatives à la durée de vie et à la réparabilité des produits. Pour le reste, les deux Chambres se sont accordées sur la plupart des points de ce vaste projet visant à développer l'économie circulaire.

Le dossier repart au Conseil des Etats.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le DIP sonde les parents et les élèves sur l'école

Publié

le

A Genève, le Département de l'instruction publique lance un grand sondage à l'attention des parents et des élèves de l'école genevoise (illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

A Genève, le DIP sonde les parents et les élèves de l'école genevoise. Objectif: prendre le pouls des usagers. Les résultats de l'enquête intitulée "Comment va l'école?" seront communiqués avant l'été et alimenteront les réflexions sur l'avenir de l'école dans le canton.

Cette démarche est unique en son genre, a indiqué lundi le Département de l'instruction publique (DIP), revenant sur une information de 20 Minutes. La conseillère d'Etat Anne Hiltpold veut ainsi donner la parole "aux premiers concernés par notre système éducatif, à savoir les élèves ou leurs parents, pour connaître leurs attentes".

Les questions recouvrent un champ très vaste: importance accordée à certaines matières, horaire scolaire, port d'un uniforme à l'école, possibilités de repas dans les cycles d'orientation, devoir à domicile, climat scolaire. A côté des parents et des élèves, les collaborateurs du DIP seront eux sondés sur le climat de travail et les enjeux liés à la gestion des ressources humaines.

Les parents recevront un questionnaire par enfant sous forme d'email. Les élèves de 3P à 8P seront invités à répondre à l'enquête en classe sur du papier, tandis que ceux du cycle d'orientation et du secondaire II pourront le faire sur ordinateur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture