Rejoignez-nous

Actualité

Deux fondations contre la précarité unissent leurs forces

Publié

,

le

Des containers qui forment le hameau de studios mobiles "Eureka" soutenu par l'association "Carrefour-Rue" ont été inaugurés en 2014 à Chêne-Bougeries. (Photo: KEYSTONE)

Dès le 1er janvier 2020, les associations Carrefour-Rue et La Coulou vont unir leurs forces sous la forme d'une fondation qui va s'appeler Fondation Carrefour-Rue & Coulou. Leur but: faciliter la gestion des deux entités. Les membres tirent également la sonnette d'alarme sur l'augmentation de la précarité dans le canton. 

"C'est un tournant dans l'existence de ces deux associations". C'est par ces mots qu'a commencé sa présentation ce lundi Noël Constant, président de Carrefour-Rue et La Coulou. Les deux associations vont fusionner dans le but de réunir toutes les activités sous un seul chapeau afin d'en faciliter la gestion. Un changement qui n'aura aucun impact sur les activités de la fondation comme l'explique Yann Aebersold, travailleur social.

Yann AebersoldTravailleur social

Les activités et les aides proposées par la fondation sont nombreuses. Parmi elles, un espace d'hygiène et santé, des logements-relais, un lieu d'accueil avec petit-déjeuner. Et des repas distribués. "Il y a 15 ans, 50 personnes venaient manger au Jardin de Montbrillant. Aujourd'hui, elles sont 200.", affirme Noël Constant. Une augmentation constante qu'il explique par deux facteurs essentiellement.

Noël ConstantPrésident de Carrefour Rue et la Coulou

Une précarité en augmentation

A Genève, le nombre de personnes sans-abri est estimé à 200. "Mais cela ne tient pas compte des "invisibles", ce qui signifie que ce nombre peut être bien supérieur", souligne Yann Aebersold. Au sein de la fondation, on rappelle également un point primordial: la précarité ne signifie pas uniquement un manque d'argent ou de logement. De nombreuses personnes souffrent de précarité sociale ou mentale. Noël Constant.

Noël ConstantPrésident de Carrefour Rue et la Coulou

La difficulté principale pour faire face à cette hausse de la précarité est le temps que mettent les infrastructures à se mettre en place. "Pour ouvrir de nouveaux bureaux quelques semaines suffisent, mais quand il s'agit de mettre en place des studios mobiles pour permettre aux personnes nécessiteuses de dormir au chaud cela prend 2 ans", se désole Yann Aebersold. Le travailleur social ne souhaite accabler personne, mais pointe du doigt une problématique courante à Genève: la durée des démarches administratives.

Yann AebersoldTravailleur social

Pour mener à bien ses actions, la fondation peut compter sur le soutien de 300 bénévoles par mois et 2000 par année. En 2018, son budget était de 1.3 million financé à hauteur de 52% par des fonds privés et 48% par des subventions publiques.

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Personne n'a empoché la cagnotte du loto samedi. (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 6, 8, 9, 10, 12 et 29. Le numéro chance était le 6, le rePLAY le 11 et le Joker le 932402.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 4,7 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le personnel soignant est descendu dans la rue à Berne

Publié

le

Les manifestants se sont rassemblés samedi après-midi à Berne pour demander de meilleures conditions de travail. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Plusieurs centaines d'employés du domaine de la santé ont manifesté samedi à Berne pour réclamer des mesures pour lutter contre les départs dans leur profession. Les manifestants ont demandé de meilleurs salaires, de nouvelles allocations et davantage de vacances.

"Nous tirons la sonnette d'alarme", ont scandé les manifestants devant le Palais fédéral. Ils ont aussi emporté des bassins et d'autres récipients spécifiques à leur profession pour faire du bruit sur la Place fédérale.

Les organisateurs ont estimé le nombre de participants à 700. Beaucoup avaient enfilé leur tenue de travail pour l'occasion.

"Les applaudissements, c'était hier"

"Les applaudissements, c'était hier - aujourd'hui, nous avons besoin de plus de temps et d'argent", pouvait-on lire sur l'une des banderoles, selon un journaliste de l'agence Keystone-ATS sur place. Une infirmière brandissait une pancarte sur laquelle il était écrit : "j'ai 255 heures supplémentaires", une autre "La santé n'est pas une marchandise".

"Malgré l’acceptation de l’initiative sur les soins en 2021, plus de 300 soignants abandonnent le métier chaque mois", déplorent Unia, le Syndicat des services publics (SSP), Syna et l'Association professionnelle des infirmières et infirmiers (ASI) samedi dans un communiqué. "Ces départs aggravent encore la crise due au manque de ressources dans le domaine de la santé, et des soins de qualité ne peuvent plus être garantis", poursuivent-ils.

Pour arrêter cette vague de départs, ils proposent cinq mesures d'urgence. Les salaires doivent être augmentés et le temps de travail effectif mieux calculé. Il devrait prendre en compte les déplacements et le temps consacré à se changer.

Quant aux vacances, le personnel soignant devrait profiter d'au moins cinq semaines jusqu'à 49 ans, de six semaines dès 50 ans et atteindre sept semaines à partir de 60 ans.

Enfin, les syndicats demandent une hausse des allocations, notamment pour l’accueil extra-familial des enfants. Des soutiens devraient aussi être introduits en cas de modification des plans de services à court terme.

Offensive sur la formation

Le peuple suisse avait largement accepté l'initiative sur les soins infirmiers en novembre 2021. Le Conseil national doit ficeler un premier paquet de mise en ½uvre lors de la prochaine session d'hiver en adoptant une politique offensive sur la formation. Le Conseil des Etats a donné son feu vert lors de la session d'automne.

Mais les mesures équivalent à essayer de remplir une baignoire sans mettre un bouchon, a comparé un orateur lors de la manifestation. Il a exigé des meilleures conditions pour le personnel soignant.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Vallorbe (VD) expose une crèche géante et évolutive

Publié

le

La crèche géante et évolutive est exposée cette année dans l'église de Vallorbe avec environ 1000 personnages en terre cuite. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Pour la 13e fois depuis 2007, la crèche de Noël géante aux cinq sens est visible pour les Fêtes de fin d'année. Créée par deux passionnés, elle est exposée cette année dans l'église de Vallorbe (VD) sur 150 m2 et avec quelque 1000 personnages en terre cuite.

L'installation, visitable gratuitement depuis samedi et jusqu'au 15 janvier prochain de 10h00 à 18h00, fait comme à son habitude appel aux cinq sens: cascade, fontaine, mousse, terre et autres huiles essentielles chatouillent oreilles et narines. Des petits biscuits sont aussi offerts à la dégustation par l'une des figurines. La crèche se laisse voir mais aussi toucher, rappellent les deux créateurs.

Camarades d'école primaire, Maurice Bianchi et Créa Calame se sont retrouvés 40 ans plus tard autour d'une crèche réalisée par le premier dans une église. Depuis 2007, ils créent chaque année à quatre mains une crèche dans leur atelier au temple des Eplatures à La Chaux-de-Fonds, abandonné et mis gracieusement à leur disposition par la Ville.

Autre particularité: durant toute la durée de l'exposition, la crèche ne cesse d'évoluer au fil des jours et des événements. Des personnages - comme Marie enceinte, Joseph ou les Rois mages - apparaissent et se déplacent continuellement. Le petit Jésus sera, lui, comme il se doit, déposé dans la crèche le 24 décembre.

Village sicilien du 17e siècle

Les deux passionnés reconstituent à leur manière un village sicilien du 17e siècle, reproduit au 1/9e, un monde miniature dans tous les détails: les habitants occupés dans leur maison, les rémouleur, vannier, boulanger, ferronier, souffleur de verre et autres artisans affairés dans leurs ateliers, la place du marché, la taverne, l'auberge, le kiosque, les moulins, les vignes, le lac et ses pêcheurs. Au total, une centaine de scènes de vie sont reproduites.

Les personnages sont fabriqués en Sicile, à Caltagirone, berceau de la terre cuite, par un artisan local. Les accessoires sont réalisés par les deux créateurs de la crèche. Au total, cela représente en moyenne un travail de 1000 heures bénévoles chacun par année.

La Chaux-de-Fonds, Yverdon, Lausanne, Siviriez (FR), St-Maurice (VS) ou encore Genève ont déjà accueilli leur travail. En 2016, ils ont réalisé une crèche de 380 mètres carrés environ à Morteau, en France, leur record. Le maire de Morteau leur a d'ailleurs remis une médaille d'honneur de la ville pour l'occasion.

Le nombre de visiteurs varie en général entre 30'000 et 100'000 personnes suivant les années.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Un bâtiment industriel en feu à Bex (VD)

Publié

le

Un incendie s'est déclaré samedi matin dans la zone industrielle de Bex (VD). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un bâtiment de la zone industrielle de Bex (VD) a pris feu samedi matin, provoquant un important dégagement de fumée. Aucun blessé n'a été signalé.

L'incendie s'est déclaré vers 10h00, et l'intervention des pompiers était encore en cours à la mi-journée, a indiqué Pascal Granado, porte-parole de la police vaudoise, contacté par Keystone-ATS.

Selon un témoin sur place, le bâtiment touché se trouve juste derrière la gare. Plusieurs camions de pompiers ont été envoyés sur les lieux pour tenter de maîtriser le sinistre. Des nacelles ont aussi été déployées pour permettre d'accéder au feu.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

P.-Y. Maillard réélu à la tête de l'USS et grève féministe en 2023

Publié

le

Le président de l'USS Pierre Yves Maillard à l'ouverture du 57e Congrès à Interlaken (BE). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Pierre-Yves Maillard a été réélu samedi pour quatre ans à la présidence de l'Union syndicale suisse (USS). La faîtière syndicale a également décidé d'organiser l'an prochain une grève féministe le 14 juin.

L'élection s'est faite à l'unanimité samedi lors du Congrès annuel de l'USS, à Interlaken (BE), a annoncé l'USS sur Twitter. La présidente d'Unia Vania Alleva (sortante) et la secrétaire générale du Syndicat des services publics (SSP) Natascha Wey (nouvelle) ont été élues vice-présidentes dans la foulée.

Mme Wey remplace l'actuel vice-président Giorgio Tuti. Celui-ci quittera son poste de président du Syndicat du personnel des transports (SEV) en février 2023.

Le conseiller national vaudois Pierre-Yves Maillard - et candidat au Conseil des Etats lors des prochaines élections fédérales en octobre 2023 - dirige l'USS depuis 2018, date à laquelle il a succédé à Paul Rechsteiner. Ce dernier avait passé près de vingt ans à la tête de la faîtière syndicale.

Grève féministe

La faîtière syndicale a également décidé d'organiser l'an prochain une grève féministe le 14 juin. Elle constate que la situation des femmes en matière de salaire et de retraite ne s'est guère améliorée depuis la grève de 2019. Une offensive pour l'égalité, notamment sur le lieu de travail, est donc nécessaire.

Les objectifs prioritaires de l'USS sont de revaloriser le travail des femmes, d'obtenir des salaires plus élevés ainsi qu'une augmentation des rentes. Il s'agit également de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture