Rejoignez-nous

Actualité

Desplanches: "Un vrai accomplissement"

Publié

,

le

Jérémy Desplanches est passé de la parole à l'acte en se parant de bronze (© KEYSTONE/AP/David Goldman)

"C'est incroyable. Ma première finale olympique, et je décroche une médaille. C'est un vrai accomplissement", a lâché Jérémy Desplanches après s'être paré de bronze sur 200 m 4 nages aux JO de Tokyo.

"C'est un accomplissement pour moi, mais aussi pour toutes les personnes qui m'ont accompagné tout au long du chemin. Ce furent cinq années difficiles", depuis les JO de Rio où il avait été éliminé dès les demi-finales dans cette discipline, "avec notamment le Covid-19. J'ai connu plein de doutes", a-t-il rappelé.

"J'ai eu la chance d'être bien accompagné, d'avoir autour de moi des personnes qui croyaient en moi", a poursuivi le Genevois de bientôt 27 ans, qui s'entraîne à Nice sous la férule de Fabrice Pellerin depuis plus de sept ans maintenant. "C'est une expérience de fou", a-t-il enchaîné.

"Un honneur, carrément"

Le vice-champion du monde 2019 et champion d'Europe 2018 ne voulait, ou ne pouvait pas y croire au terme de cette finale. "J'ai vu la petite croix, j'ai vu Desplanches, j'ai vérifié plusieurs fois. Avec plus de recul, c'est incroyable", qui peinait à réaliser tout le chemin parcouru depuis qu'il s'est établi à Nice.

"Quand je serai posé sur mon lit, je me dirai que j'ai honoré ce que j'avais dit. J'avais annoncé que je voulais une médaille, j'en ramène une", a fièrement souligné le vice-champion d'Europe 2021. "Je suis hyper fier de rapporter une médaille à la Suisse. C'est vraiment un honneur, carrément".

Son obsession a payé

A-t-il réussi la course parfaite? "Pas loin sans doute. Mais quand je prendrai le temps de l'analyser, j'y verrai des défauts. Et c'est tant mieux, car je suis quand même à une seconde du titre (réd: à 1''17). Mais c'était une super bonne course", a concédé un Jérémy Desplanches forcément aux anges.

"Je vois que cette obsession que j'ai eue pour les Jeux depuis cinq ans a payé. Je ne sais pas quoi dire de plus. C'est trop beau", a-t-il poursuivi, avant d'évoquer son chrono de 1'56''17, synonyme de nouveau record de Suisse. "Honnêtement? Je m'en fiche. 1'56''17, 1'55''15 ou 1'57'', ce que je voulais c'est la place. C'est tout ce qui compte aux Jeux. Mais ce n'est pas mal comme chrono!"

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Suisse

La mission "Juice" sur de bons rails un an après son lancement

Publié

le

Le 14 avril 2023, le décollage de la sonde "Juice" a été suivi attentivement depuis l'Université de Berne (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Un an après son lancement, la sonde "Juice" est sur la bonne voie. La mission d'exploration des lunes de Jupiter s'est si bien déroulée jusqu'ici qu'il pourrait être possible d'atteindre davantage que prévu sur le plan scientifique.

"Juice" a été lancée dans l'espace le 14 avril 2023 à bord d'une fusée Ariane 5 depuis le centre spatial européen de Kourou, en Guyane française. Après son arrivée à proximité de Jupiter prévue en juillet 2031, la sonde doit notamment rechercher des traces de vie sous les surfaces glacées des lunes de Jupiter Europe, Ganymède et Callisto.

Economie de carburant

"Dès le lancement, tout s'est déroulé comme prévu", a indiqué à Keystone-ATS Peter Wurz, directeur de l'Institut de physique de l'Université de Berne. Sous sa direction, un appareil de mesure a été développé et construit pour la mission "Juice".

La sonde a suivi la bonne trajectoire et a ainsi économisé du carburant qui avait été prévu pour d'éventuelles corrections. "Ce carburant pourra être utilisé plus tard pour la science", selon le Pr Wurz.

L'utilisation exacte de ce carburant supplémentaire est actuellement en discussion. Il est possible qu'il y ait plus de survols des lunes de Jupiter ou qu'il y ait un survol plus rapproché de Ganymède.

Lors de la mise en service de la sonde, tout ne s'est toutefois pas déroulé comme prévu. Une antenne-radar de seize mètres de long, baptisée "Rime", qui avait été repliée pour le lancement, ne s'est pas déployée correctement.

"Cela nous a donné des maux de ventre pendant quelques jours", relève Peter Wurz. Grâce à un procédé complexe, au cours duquel la sonde a été tournée vers le soleil pour la réchauffer, les scientifiques y sont tout de même parvenus.

En un an, "Juice" a parcouru 951'650'000 kilomètres, soit plus de 2,5 millions de kilomètres par jour. Mais la sonde n'a effectué que 12% de son chemin, car elle fait des détours. Afin d'utiliser le moins d'énergie possible pour son trajet, elle tourne d'abord plusieurs fois autour du Soleil et prend ainsi de l'élan.

Institutions suisses impliquées

Outre la recherche de traces de vie, la mission "Juice" doit aussi contribuer de manière générale à la compréhension de la formation de Jupiter. Comme la géante gazeuse est la plus ancienne planète de notre système solaire, la compréhension de sa formation est considérée comme importante pour les connaissances sur l'origine de la Terre.

L'histoire serait conservée dans la glace des lunes de Jupiter. Concrètement, les scientifiques vont étudier leur composition chimique. "Juice" ne se posera pas sur les lunes glacées pour prélever directement des échantillons, mais se contentera de les survoler.

En Suisse, l'Université de Berne, l'Institut Paul Scherrer (PSI) et le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa) participent à la mission de l'Agence spatiale européenne (ESA).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Les personnes âgées vivant seules, un foyer sur cinq en 2050

Publié

le

Plus de 10 millions de personnes âgées vivront seules en 2050, selon les projections de l'Institut national de recherche sur la population et la sécurité sociale (image prétexte) (© KEYSTONE/EPA/KIMIMASA MAYAMA)

Un ménage japonais sur cinq sera composé en 2050 d'une personne âgée vivant seule, a indiqué vendredi une étude. Ce alors que le Japon est confronté aux problèmes de la prise en charge d'une population vieillissante.

En 2050, 10,8 millions de personnes âgées vivront seules, soit 20,6% des ménages, selon des projections de l'Institut national de recherche sur la population et la sécurité sociale.

Ces chiffres représentent une augmentation notable par rapport à 2020, lorsque 7,37 millions de personnes âgées vivant seules, soit 13,2% des ménages, ont été recensées, selon ces projections publiées par l'Institut tous les cinq ans. Les jeunes Japonais se marient de plus en plus tard, ou choisissent de ne pas avoir d'enfants car ils n'ont pas les moyens d'assurer leur éducation.

Le Japon est confronté à un défi démographique, le nombre grandissant des personnes âgées entraînant des coûts croissants des soins médicaux et de la prise en charge de la dépendance, alors que le pays fait face à une diminution de la population active pouvant financer ces dépenses.

De nombreuses personnes âgées ont des enfants ou des membres de leur famille qui peuvent s'occuper d'elles, même si elles vivent seules, relève l'Institut. "Cependant, dans une trentaine d'années, la proportion de foyers composés d'une personne âgée sans enfants vivant seule" devrait augmenter, alors que les fratries pourvoyeuses d'aidants familiaux devraient parallèlement diminuer, selon l'étude.

La population du pays a diminué de 595'000 habitants à 124 millions en 2023, selon les statistiques du gouvernement publiées vendredi. Cette diminution a été compensée par l'arrivée d'étrangers, la population des citoyens japonais ayant perdu 837'000 habitants pour s'établir à 121 millions. Le gouvernement japonais a tenté sans succès de ralentir le déclin démographique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Sport

Super League: Grasshopper sous pression

Publié

le

Marco Schällibaum: un premier match avec GC ce soir contre Lugano (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Marco Schällibaum prendra place pour la première fois ce soir dès 18h30 sur le banc de Grasshopper lors de la 32e journée de Super League. Il affrontera Lugano, club qu'il a dirigé par le passé.

GC (11e/30 points), qui reste sur une série de deux points pris en sept matches, est sous pression. Mais affronter Lugano (3e/53 pts) ne constitue pas une tâche facile: les Tessinois suivent une tendance très favorable avec six succès et un nul. Ils sont assurés de figurer du bon côté de la barre après la 33e journée.

A 18h30 aussi, le Lausanne-Sport (8e/37 pts) accueillera le FC Zurich (4e/48 pts). Les Vaudois voudront confirmer leurs récents bons résultats contre un FCZ qui est bien placé pour lui aussi basculer dans le Championship Group.

La soirée sera conclue par la rencontre entre Saint-Gall (6e/44 pts) et Yverdon (9e/37 pts). L'enjeu sera surtout important pour les Brodeurs, qui n'ont qu'un point d'avance sur Lucerne dans la lutte pour la 6e place.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Trump "veut ramener l'Amérique aux années 1800", tacle Harris

Publié

le

La menace d'un durcissement majeur sur l'IVG existe, selon la vice-présidente américaine Kamala Harris (archives). (© KEYSTONE/AP/Stephanie Scarbrough)

En matière d'avortement, Donald Trump "veut ramener l'Amérique aux années 1800", a taclé Kamala Harris vendredi lors d'un déplacement en Arizona. La justice de cet Etat vient d'estimer applicable une interdiction quasi-totale de l'IVG, vieille de 160 ans.

"Voici à quoi ressemble un second mandat de Trump: plus d'interdictions, plus de souffrances et moins de liberté", a lancé la vice-présidente américaine. "Comme il l'a fait en Arizona, il veut ramener l'Amérique aux années 1800."

A quelques mois de la présidentielle de novembre, l'avortement s'impose comme un enjeu majeur de la campagne aux Etats-Unis et notamment dans cet Etat-clé du sud-ouest, où Joe Biden a battu Donald Trump avec seulement 10'000 voix d'avance en 2020. Car la Cour suprême de l'Arizona a jugé mardi applicable une loi de 1864, qui interdit l'avortement dès la conception, sauf dans le cas où la mère court un danger mortel.

Le viol et l'inceste ne sont pas considérés comme des exceptions valables. Ce texte remontant à la guerre de Sécession, un temps où les femmes n'avaient pas le droit de vote, fait polémique et embarrasse jusque dans les rangs républicains. Son application réelle reste très incertaine, notamment car la procureure générale d'Arizona a juré de ne poursuivre aucun médecin ou femme impliquée dans une IVG.

Stratégie pour supprimer les droits des femmes

Mais la menace d'un durcissement majeur existe. Mme Harris a dépeint cette décision comme "l'une des plus grandes répliques" du tremblement de terre survenu en 2022, lorsque la Cour suprême des Etats-Unis a annulé la protection constitutionnelle du droit à l'avortement.

Ce renversement, décidé par des magistrats conservateurs pour certains nommés par Donald Trump, n'était "que le premier acte d'une stratégie plus vaste visant à supprimer les droits et libertés des femmes (...), Etat par Etat", a dénoncé la vice-présidente démocrate. "Donald Trump est l'architecte de cette crise des soins de santé", a-t-elle poursuivi. "Et ce n'est pas un fait qu'il cache. En fait, il s'en vante."

Boulet électoral

L'Arizona fait partie de la poignée d'Etats-clés qui décideront de l'élection présidentielle. Les démocrates y font de l'avortement un argument massue en faveur d'une réélection de Joe Biden, jusqu'ici distancé par Donald Trump dans les sondages.

Une vaste campagne publicitaire d'au moins un million de dollars doit cibler cet Etat du sud-ouest pour présenter le président démocrate en ardent défenseur de l'IVG. Depuis deux ans, une vingtaine d'Etats américains ont interdit ou sévèrement restreint l'accès à l'avortement.

Mais cette victoire idéologique s'est transformée en boulet électoral pour les républicains. Les sondages montrent que la majorité des Américains soutiennent l'avortement, ce qui fragilise le parti conservateur dans les urnes. Même les électeurs du Kansas, Etat pourtant ancré à droite, ont récemment soutenu le droit à l'IVG dans un référendum.

Conscient du risque politique, Donald Trump joue désormais la retenue, en rappelant que chaque Etat est libre de légiférer sur le sujet. "La Cour suprême de l'Arizona est allée trop loin dans sa décision sur l'avortement", a-t-il répété vendredi sur son réseau Truth Social.

"Assez de cette manipulation!"

Le Parlement d'Arizona, dominé par les républicains, doit "agir aussi vite que possible" pour adopter une nouvelle loi, a-t-il estimé. "Nous devons idéalement avoir les trois exceptions pour le viol, l'inceste et la vie de la mère. C'est important!"

Dans sa publication, il a présenté les démocrates comme des "extrémistes", en répétant un mensonge selon lequel la gauche américaine soutient "l'exécution des bébés, dans certains cas après la naissance". A Tucson, Mme Harris l'a renvoyé à son alliance de fait avec les électeurs évangéliques, partisans d'une interdiction totale de l'avortement, et au flou qu'il a longtemps entretenu sur la question.

"Les amis de Donald Trump au Congrès américain tentent de faire passer une interdiction nationale", a-t-elle rappelé. "Et maintenant, Trump veut nous faire croire qu'il ne signera pas d'interdiction nationale? Assez de cette manipulation!"

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

"VIVE LA LIBERTÉ, BORDEL... !": Milei rencontre Musk au Texas

Publié

le

Le patron de Tesla, SpaceX et X, Elon Musk, a publié sur le réseau social une photo de lui avec le chef d'Etat argentin, Javier Milei, tous deux pouces en l'air. (© X)

Le président argentin Javier Milei a tweeté vendredi "VIVE LA LIBERTÉ, BORDEL... !" après une rencontre avec Elon Musk dans l'usine Tesla du milliardaire, au Texas, dans le sud des Etats-Unis.

"Libertad!" ("liberté", en espagnol), a écrit Elon Musk vendredi sur son réseau social X (ex-Twitter), en réponse à un message de Javier Milei contenant une photo des deux hommes se serrant la main dans une salle de réunion et cette phrase: "VIVE LA LIBERTÉ, BORDEL... !".

Le patron de Tesla, SpaceX et X a aussi publié une autre photo de lui avec le chef d'Etat en blouson de cuir, tous deux pouces en l'air, et le message "Pour un futur enthousiasmant !".

Les deux personnalités ont visité l'usine puis ont discuté de "la nécessité de libérer les marchés et de défendre les idées de liberté" et de "l'importance d'éliminer les obstacles bureaucratiques qui éloignent les investisseurs", selon un communiqué de la présidence argentine. "Le président et l'homme d'affaires américain ont convenu d'organiser prochainement un grand événement en Argentine pour promouvoir les idées de liberté", a-t-elle ajouté.

Austérité

Sarcastique, belliqueux, pontifiant, prompt à l'auto-célébration... Javier Milei, investi en décembre, inonde les réseaux sociaux de messages et mèmes, dans une communication non-stop, entre tribune, défouloir et journal de bord, qui rappelle celle de Donald Trump en son temps ou encore celle d'Elon Musk.

Le président assène à l'économie de son pays un choc d'austérité qu'il décrit lui-même comme le "plus grand ajustement budgétaire de l'histoire de l'Argentine, de l'humanité", mais lui vaut de nombreuses manifestations.

Elon Musk a racheté Twitter fin 2022 dans l'objectif affiché de "libérer" la plateforme. En pratique, il a largement assoupli la modération des contenus et laissé revenir des personnalités auparavant bannies, suscitant la colère de nombreuses associations de défense des droits humains et le départ de nombreux annonceurs.

Il affiche régulièrement ses opinions politiques, largement pro-républicaines, et s'est entretenu, en public ou en privé, avec de nombreuses personnalités politiques de droite ou d'extrême droite, comme le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture