Rejoignez-nous

Actualité

Des centaines de personnes ont dit au revoir au Père Glôzu

Publié

,

le

Des centaines de personnes ont rendu hommage à Pierre-Yves Glauser ce mardi. (Photo: kjo)

La cathédrale Saint-Pierre à Genève a accueilli des centaines de personnes cet après-midi à l'occasion des obsèques de Jean-Yves Glauser. Plus connu sous le nom du Père Glôzu, le mythique patron du restaurant de l'Hôtel-de-Ville s'en est allé vendredi dernier.

Des centaines de personnes se sont rendues mardi après-midi à la cathédrale Saint-Pierre à Genève pour un dernier au revoir au Père Glôzu. Mythique patron du restaurant de l’Hôtel-de-Ville, Jean-Yves Glauser s’est éteint vendredi dernier à l’âge de 76 ans des suites d’une longue maladie. Il avait repris les rênes du restaurant en Vieille-Ville depuis 1984. Une institution qui a vu passer de nombreuses personnalités, des politiques, des artistes. Lui-même artiste, ancien clown, musicien, mais également aux commandes de différents cabarets, Jean-Yves Glauser était un personnage haut en couleur. Ecoutez son fils, Vincent Glauser.

Vincent GlauserFils du Père Glôzu

Parmi les personnalités proches du Père Glôzu, de nombreux politiciens, le restaurant de l'Hôtel-de-Ville faisant office de stamm. Ecoutez l'ancien conseiller d'Etat Luc Barthassat.

Luc BarthassatAncien conseiller d'Etat

Les amis de Jean-Yves Glauser ont bien évidemment fait le déplacement pour rendre hommage à celui qu'ils connaissaient parfois de longue date. Marco Mattille, ancien commissaire de police et ami du Père Glôzu depuis 1977.

Marco MattilleAmi du Père Glôzu

Max également était un proche. Ancien photographe, il a connu le Père Glôzu en 1988. De cette rencontre est née une forte amitié.

MaxAmi du Père Glôzu

Aujourd’hui, c'est son fils, Vincent Glauser, qui entend reprendre les rênes de l’établissement, touché par les nombreux messages et témoignages reçus.

Vincent GlauserFils du Père Glôzu

En mémoire de son père, Vincent Glauser souhaite par-dessus tout garder l’esprit du bistrot.

Culture

Karl’s kühne Gassenschau dit au revoir à St-Triphon (VD)

Publié

le

Karl’s kühne Gassenschau a présenté durant tout l'été son spectacle "Silo 8" dans les carrières de St-Triphon (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Karl’s kühne Gassenschau tire un bilan "très positif" de sa dernière saison dans les carrières de St-Triphon (VD). Près de 75'000 spectateurs ont afflué pour voir une nouvelle version du spectacle "Silo 8". La troupe ignore quand elle pourra revenir en Suisse romande.

Un centre de données doit voir le jour sur le site de la carrière des Andonces, à St-Triphon. Le projet ayant pris du retard, Karl’s kühne Gassenschau a pu s'y produire cette année encore. Désormais, la troupe ignore quand elle pourra revenir en Suisse romande: "cette question n'a pour le moment pas de réponse", indique-t-elle dimanche.

L'an prochain, une nouvelle pièce intitulée "Reception" sera jouée en Suisse alémanique, dès le mois de juin à Dietikon (ZH). Les travaux d'aménagement pour ce spectacle aquatique sont en cours.

Souvenir lumineux

Dans le Chablais vaudois, la troupe alémanique explique qu'elle gardera "un lumineux souvenir de ces belles soirées" passées sur le site: "au revoir St-Triphon et merci pour tout". Elle tire sa révérence avec "Silo 8", qui aura attiré, résultats alémaniques et romands confondus, plus de 575'000 personnes au total depuis 2006.

Le spectacle, qui mêle poésie et cascades, emmenait le spectateur dans une maison de retraite un peu spéciale où la directrice veut contraindre ses pensionnaires à déposer leurs souvenirs personnels à la réception. Mais cela ne se passe pas comme elle le souhaite et les aînés se rebellent.

A St-Triphon, une cinquantaine de personnes de la région se sont relayées pour prêter main forte à l'équipe de Karl’s kühne Gassenschau, pour le nettoyage, le stationnement ou l'accueil, précise le communiqué. En 2023, 72 représentations ont eu lieu.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Plus de 25 brasseries artisanales attendues au Geneva Beer Festival

Publié

le

Les bières artisanales, à l'instar de celles de la Brasserie du Virage ici à l'image, seront à l'honneur au Geneva Beer Festival qui aura lieu du 13 au 14 octobre au Pavillon Sicli (archives) (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)

La 4e édition du Geneva Beer Festival aura lieu vendredi 13 et samedi 14 octobre au Pavillon Sicli dans le quartier des Acacias, à Genève. Plus de 25 brasseries artisanales sont attendues pour ce rendez-vous des amateurs de bonnes mousses.

"La Gueuzerie Tilquin, une pointure dans le monde brassicole, fera le déplacement de Belgique", relèvent les organisateurs qui attendent près de 10'000 personnes sur deux jours. Il y aura aussi des Danois spécialisés dans les bières houblonnées à fermentation haute. Les brasseries locales seront de la partie. Le public pourra s'initier à la fabrication de bières lors d'ateliers pratiques.

Le lien entre le vin et la bière sera à l'honneur. En effet, plusieurs brasseries utilisent des méthodes de fermentation mixtes en se servant de fûts de chêne des domaines viticoles. Une dizaine de vignerons-encaveurs genevois seront présents pour présenter des vins naturels, bio ou en biodynamie.

genevabeerfestival.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Les cantons refusent de céder les hôpitaux à la Confédération

Publié

le

Lukas Engelberger s'oppose à l'idée lancée par Santésuisse mercredi (archives). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) ne veut pas céder la gestion des hôpitaux à la Confédération. Celle-ci est bien loin du quotidien des soins, déclare son président Lukas Engelberger.

La Confédération devrait mettre en place des structures et acquérir les connaissances nécessaires, poursuit M. Engelberger dimanche dans le SonntagsBlick. Elle devrait également payer les traitements hospitaliers stationnaires, dont les cantons assument actuellement plus de la moitié des coûts.

Les cantons doivent améliorer leur planification et collaborer plus étroitement, concède toutefois le président de la CDS. Et le nombre d'hôpitaux, à plusieurs reprises critiqué, n'est pas déterminant, estime-t-il. Ce qui compte, c'est l'efficacité de leur organisation.

Un nombre "supérieur à la moyenne" de traitements médicaux a par exemple été constaté dans les cantons de Bâle-Ville et Bâle-Campagne où une planification hospitalière commune est appliquée. La CDS a tenté de limiter les mandats de prestations, certaines mesures ayant été portées devant les tribunaux. "La Confédération serait confrontée à ce même type d'expérience si elle reprenait la planification hospitalière", assure. M. Engelberger.

Le président de la faîtière des assureurs Santésuisse Martin Landolt a lancé l'idée mercredi de confier la planification hospitalière, dont les cantons sont chargés, à la Confédération. Les conflits d'intérêts auxquels seraient confrontés les cantons les empêcheraient, à ses yeux, de procéder efficacement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Super League: match au sommet à Lucerne

Publié

le

Mario Frick est content du début de saison de Lucerne (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Un match au sommet se déroulera cet après-midi dès 16h30 à Lucerne, qui accueillera le FC Zurich pour le compte de la 9e journée de Super League. La place de leader devrait être en je

Après les rencontres de la semaine, le FCZ occupe la tête (16 points) alors que Lucerne (2e) suit à une longueur (15 pts), à égalité avec Saint-Gall (3e), qui se déplacera pour sa part à Yverdon (7e/12 pts) dès 14h15. Les Vaudois voudront confirmer leur bon début de saison, eux qui sont le club romand le mieux classé.

Le programme sera complété à 16h30 par la partie entre Bâle (9e) et le Stade Lausanne-Ouchy (10e), qui n'ont tous deux pris que 5 points en 7 matches. Le FCB a fait sa révolution vendredi en écartant son entraîneur Timo Schultz. Le choc psychologique va-t-il fonctionner?

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Alain Berset convaincu qu'un autre parti ne ferait pas mieux

Publié

le

Le ministre de la santé Alain Berset a indiqué ne pas avoir encore eu "le temps de regarder" s'il allait changer d'assurance maladie ou non pour faire face à la hausse des primes (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le ministre de la santé Alain Berset, qui a annoncé une nouvelle hausse des primes mardi, est convaincu qu'un autre parti ne ferait pas mieux à la tête de son département. "Vous pouvez y mettre qui vous voulez, cela restera très compliqué", dit-il.

"Cela n'a rien à voir avec l'orientation politique de la conseillère ou du conseiller fédéral", affirme dans Le Matin Dimanche le ministre, qui va quitter le gouvernement à la fin de l'année.

"Le problème est lié à l'atomisation du système de santé, dont le pilotage repose sur une multitude d'acteurs, entre lesquels la transparence nécessaire pour qu'ils assument leurs responsabilités n'est pas garantie", poursuit le conseiller fédéral. Il affirme dans la NZZ am Sonntag qu'il obligerait tous les acteurs du système de santé à se réunir chaque année s'il était totalement libre.

Le Fribourgeois admet toutefois des ratés. "Mon sentiment d'échec? De ne pas avoir réussi à convaincre le Parlement d'en faire davantage", déclare-t-il, tout en se désolant que celui-ci ait "rejeté ou vidé de sa substance" les propositions du Conseil fédéral pour baisser les coûts de la santé.

"Se fâcher avec tout le monde"

Le pouvoir du gouvernement est limité par les lois et la volonté du Parlement qui "ne s'est pas montré très actif ces dernières années sur la réduction des coûts, notamment parce que la hausse des primes était modérée, ajoute-t-il. Maintenant cela va peut-être changer".

Le socialiste juge en outre la transparence et le pilotage du système de santé encore "clairement insuffisants". "A l'OFSP, une quarantaine de personnes sont chargées de la validation des primes. C'est très peu en comparaison des 10'000 collaborateurs qui travaillent pour les assureurs", donne-t-il en exemple.

Un conseil pour celui ou celle qui va le succéder? "Ne pas craindre d'affronter les problèmes de face, ce qui, à la fin, signifie plus ou moins se fâcher avec tout le monde", répond-il. Le nom de la personne qui le succédera sera dévoilé le 13 décembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture