Rejoignez-nous

Actualité

Le Parlement libère le milliard de cohésion

Publié

,

le

Quelques heures après le Conseil des Etats, le National a aussi donné son feu vert au milliard de cohésion (archives). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le nouveau milliard de cohésion sera enfin versé à l'Union européenne. Quelques heures seulement après le Conseil des Etats, le National a accepté jeudi de supprimer les conditions à son octroi.

Le sujet cristallise les tensions entre la Suisse et l'Union européenne (UE) depuis des années. Faute d'avancées sur l'accord institutionnel, Bruxelles avait refusé l'équivalence boursière à Berne. En réaction, le Parlement avait conditionné le deuxième milliard de cohésion. Il ne devait être versé que si l'UE s'abstient de toutes mesures discriminatoires.

Le 26 mai change totalement la donne. Le Conseil fédéral rompt unilatéralement les négociations sur l'accord-cadre. L'UE est fâchée et le fait savoir. Pour l'amadouer, le gouvernement veut débloquer l'enveloppe. Le Parlement avait initialement prévu de prendre son temps et de l'examiner en deux sessions. Il a finalement mis les bouchés doubles et bouclé le sujet en une journée.

Le Conseil des Etats a adopté le texte dans la matinée, par 30 voix contre 9. A l'exception de l'UDC, rejointe par quelques centristes, tous les autres sénateurs ont plaidé pour le versement inconditionnel du milliard, parfois à contre-coeur ou par simple "pragmatisme". Les députés ont suivi dans la soirée par 131 voix contre 55. Les débats n'en ont pas moins été animés.

Petit, mais important pas

"L'érosion des relations bilatérales n'est pas une option", a lancé d'entrée de jeu Fabian Molina (PS/ZH). "L'UE est notre principal partenaire politique, économique, culturel et linguistique", a complété Christa Markwalder (PLR/BE). "Il ne faut pas jouer avec le feu", a jugé quant à elle averti Elisabeth Schneider-Schneiter (Centre/BL).

Les effets de l'interruption unilatérale des négociations se font déjà sentir, ont souligné plusieurs orateurs. Aucun nouvel accord n'est pour l'instant signé ou actualisé. La reconnaissance des produits médicaux n'a par exemple pas été acceptée. Et la Suisse est sur le banc de touche dans le cadre du programme Horizon Europe.

"Le lien que Bruxelles fait entre le milliard de cohésion et la participation à Horizon Europe n'est pas joli. Il n'est pas sûr que le versement de la contribution débloque la situation. Si aucune décision n'est prise, il ne se passera pour sûr rien", a souligné Elisabeth Schneider-Schneiter.

"Le milliard de cohésion est un petit, mais important pas vers la normalisation des relations avec l'UE", a plaidé Fabian Molina. Mais ce n'est pas plus. La contribution est due depuis 2013. "Son versement nous permet d'espérer une participation à Horizon Europe et Erasmus+", a souligné Nicolas Walder (Vert-e-s/GE).

Signe de bonne volonté

Seule l'UDC s'est opposée à la contribution au National. Ses représentants se sont succédé à la tribune pour dénoncer une extorsion. "L'UE ne parle plus depuis longtemps de milliard de cohésion, mais taxe d'entrée au marché européen", a argué Roger Köppel (UDC/ZH). "La Suisse ne doit pas céder, car un maître-chanteur revient toujours avec de nouvelles demandes."

Des assertions réfutées par Ignazio Cassis. Le milliard de cohésion est une contribution autonome. "C'est un signe de bonne volonté", a poursuivi le conseiller fédéral. "La Suisse montre ainsi qu'elle demeure un partenaire fiable."

"L'escalade des exigences de part et d'autres n'a servi à rien ces dernières années. Il faut briser le schéma contreproductif des liens infondés entre les dossiers. La Suisse doit avoir la grandeur d'esprit de faire le premier pas", a encore plaidé le ministre des affaires étrangères. La prochaine étape sera l'institution d'un dialogue politique, permettant de clarifier les souhaits de chacun.

Toutes les propositions du parti conservateur pour éviter, retarder ou conditionner le versement de la contribution ont échoué. Tout comme celle de la commission, qui avait suggéré un lien avec Erasmus+. L'adoption d'une motion dans la matinée, exigeant du gouvernement qu'il présente son message relatif au financement du programme, a rendu ce lien superflu, ont relevé plusieurs députés.

L'horloge tourne

Au total, 1,302 milliard de francs doivent être libérés. Le crédit-cadre pour la cohésion de 1,047 milliard doit aider à réduire les disparités économiques et sociales dans l'Europe élargie. L'accent doit notamment être mis sur la formation professionnelle.

Les fonds ne peuvent être engagés que d’ici au 3 décembre 2024. Ils ne sont pas directement versés aux pays partenaires mais affectés à des projets et à des programmes spécifiques, a rappelé le Tessinois. Un processus qui peut durer trois ans. Le temps presse.

Le crédit pour la migration de 190 millions doit lui permettre de soutenir les pays d'Europe du Sud. Il porte sur dix ans. Les quelque 65 millions restants doivent servir pour les charges propres de l'administration fédérale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Hockey

La passe de trois pour Lausanne

Publié

le

Lausanne - Ambri-Piotta: duel entre le Léventin Hietanen et le Vaudois Bertschy. (© KEYSTONE/PostFinance/LAURENT GILLIERON)

En National League, Lausanne a pris le meilleur 3-2 sur Ambri-Piotta tandis que Bienne s'est imposé sur le même score sur la glace de Lugano.

Pour la première fois de la saison, les Vaudois ont aligné une série de trois victoires. Ils ont profité de la venue des Léventins pour poursuivre une collection entamée contre Genève-Servette et Berne. Les joueurs de John Fust ont pris la rencontre par le bon bout. La première pénalité infligée à Ambri-Piotta a été exploitée par Jiri Sekak (6e). 90'' plus tard, Ken Jäger avait doublé la mise et précipité la sortie de Damiano Ciaccio, remplacé par Benjamin Conz devant la cage tessinoise. Superbement lancé par Lukas Frick, Benjamin Baumgartner a crucifié les Léventins (34e). Le but du revenant Steve Moses, prêté aux Léventins par Rapperswil-Jona, n'a pas liquéfié le collectif lausannois devant la cage de Tobias Stephan (51e).

Grâce à ce succès, Lausanne repasse septième devant Genève-Servette, son prochain adversaire mardi aux Vernets.

Un but seulement entre Zurich et Zoug

Bienne marche bien sans faire trop de bruit. Les Seelandais se sont imposés 3-2 sur la glace de Lugano pour enchaîner une série de cinq victoires. Hormis, les quinze premières minutes de jeu où Lugano a dominé, les joueurs de Antti Törmänen ont mieux joué. Deux réussites en supériorité numérique par Yakovenko et Rajala en troisième période ont permis aux Seelandais de s'imposer. Triste week-end pour Lugano, battu deux fois dans le week-end (0-5 à Zoug samedi).

Entre deux favoris du Championnat, les Zurich Lions et Zoug, il a fallu aller en prolongation après un étonnant 0-0. C'est finalement les tenants du titre qui se sont imposés sur une réussite de Lino Martschini. Quelques secondes auparavant, Denis Malgin avait ajusté les deux poteaux sur le même tir ! Cette victoire zougoise met fin à une série de sept succès consécutifs des Zurichois.

Classement: 1. Fribourg-Gottéron 34/71 (115-84). 2. Zoug 35/70 (111-79). 3. Rapperswil-Jona Lakers 37/70 (120-93). 4. Bienne 37/69 (115-92). 5. Zurich Lions 38/68 (125-100). 6. Davos 37/65 (107-91). 7. Genève-Servette 36/53 (97-101). 8. Lausanne 35/52 (95-99). 9. Lugano 37/51 (103-109). 10. Berne 36/46 (104-106). 11. Ambri-Piotta 38/43 (93-106). 12. Langnau Tigers 37/32 (103-136). 13. Ajoie 35/18 (62-154).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Lausanne: rétrospective de l'oeuvre de Burki à l'Espace Arlaud

Publié

le

Disparu en 2016, Burki a laissé une immense production de dessins de presse, qui fait l'objet d'une rétrospective à l'Espace Arlaud à Lausanne (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'oeuvre de Burki fait l'objet d'une première grande rétrospective, dès vendredi à l'Espace Arlaud à Lausanne. Près de 500 dessins et documents divers de l'ancien dessinateur de presse de 24 heures décédé en 2016 sont à voir jusqu'au 10 avril.

Cette rétrospective mêle des sélections d'originaux et d'agrandissements, un portrait intimiste, des documents audiovisuels ou encore des courriers de lecteurs et de personnalités. Des jeux, notamment un quizz et un atelier de dessin, sont aussi proposés.

Selon ses organisateurs, l'exposition doit permettre aux visiteurs "de se familiariser ou de se remémorer l'oeuvre de Burki, sa force, sa singularité et sa longévité." Ils rappellent que le dessinateur, qui a officié de 1976 à 2014 à 24 heures, a été "l'un des artisans phares du dessin de presse en Suisse romande."

Ses dessins ont d'ailleurs souvent quitté le territoire vaudois, en étant par exemple régulièrement repris par le Courrier international.

Plateforme numérique

L'exposition s'accompagne de l'édition d'un recueil thématique et alphabétique des dessins de Burki. Cet ouvrage de 176 pages, intitulé "ABurkiCédaire", est le plus large jamais publié sur l'oeuvre de Raymond Burki. Il est enrichi de textes signés de Marie-Madeleine Gabioud et Jean-Philippe Jutzi.

L'exposition à l'Espace Arlaud sera également l'occasion de présenter la nouvelle plateforme numérique www.letrait.ch, une base de données qui réunit les quelque 8000 dessins de Burki.

Cette plateforme, qui sera officiellement lancée en mars, proposera une recherche multicritères de ses oeuvres (par exemple par dates, thèmes ou personnalités). Un lien sera également proposé pour retrouver l'édition de 24 heures dans laquelle le dessin a été publié.

L'exposition et cette plateforme ont été initiées par la Fondation du Trait, créée notamment par le fils du dessinateur, Stanislas Burki. Née fin 2020, cette fondation vise à présenter l'oeuvre de Burki, mais aussi à promouvoir le dessin de presse en Suisse romande et à encourager la création.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Genève-Servette passe une bonne soirée à Berne

Publié

le

Le portier Connor Hughes, prêté par Fribourg-Gottéron, a disputé son premier but devant la cage de Genève-Servette. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Genève-Servette poursuit sa belle série en National League. Les Genevois se sont imposés 4-1 sur la glace du CP Berne. Rien à faire pour Ajoie face aux Zurich Lions (1-6).

Avec huit victoires à l'occasion des neuf derniers matches, les Genevois se sont remis dans le bon chemin. Il paraît pratiquement impossible qu'ils rejoignent le top 6, mais ils devraient pouvoir se préparer sereinement pour les pré-play-off. Cette fois-ci, c'est l'équipe de la capitale qui fait les frais du redressement des Genevois. Un jeu défensif retrouvé, une attaque opportuniste avec des joueurs comme Joël Vermin ou Tyler Moy bientôt au sommet de leur forme. Pour l'occasion, les Genevois alignaient leur sixième (!) gardien de la saison avec Connor Hughes, généreusement prêté par Fribourg-Gottéron. Le Canado-Suisse a rendu une copie propre.

Pour Berne, étonnamment amorphe, il s'agit de la quatrième défaite de suite. Privé de leur "âme", Tristan Scherwey, les joueurs de la capitale paraissent manquer de caractère.

Les Ajoulots ont concédé leur douzième revers de suite. Face à une des grosses machines du Championnat, les joueurs de Gary Sheehan n'ont pas fait le poids. Privés de compétition depuis le 23 décembre, avec seulement deux seuls renforts étrangers Philip-Michael Devos et Jerome Gauthier-Leduc, difficile pour les Jurassiens de rivaliser avec une équipe zurichoise où certains des joueurs suisses sont supérieurs aux étrangers comme Denis Malgin, décisif. L'international helvétique a d'abord "piqué" le palet à trois Jurassiens mal positionnés près de la bande pour ouvrir la marque (11e). Il a ensuite inscrit le 4-0. Les Lions comptent désormais sept succès consécutifs.

Même dans l'attente de Gregory Hofmann, Zoug possède une armada offensive d'une efficacité redoutable. Lugano en a subi les conséquences (5-0). Le Suédois Carl Klingberg a réussi un doublé, bien aidé par un rebond de la bande sur l'ouverture du score. A 3-0, Chris McSorley a sorti son gardien Niklas Schlegel pour le remplacer par Thibaut Fatton. Sans effet surtout par la faute de l'offensive tessinoise bien tendre.

Les Rapperswil-Jona Lakers ne sont pas prêts d'abandonner leur place dans les six premiers. Ils ont piégé Davos (2-0), un adversaire direct. Sandro Forrer et Andrew Rowe ont joué les marqueurs dans les rangs saint-gallois.

Classement: 1. Fribourg-Gottéron 34/71 (115-84). 2. Rapperswil-Jona Lakers 37/70 (120-93). 3. Zoug 34/68 (110-79). 4. Zurich Lions 37/67 (125-99). 5. Bienne 36/66 (112-90). 6. Davos 37/65 (107-91). 7. Genève-Servette 36/53 (97-101). 8. Lugano 36/51 (101-106). 9. Lausanne 34/49 (92-97). 10. Berne 36/46 (104-106). 11. Ambri-Piotta 37/43 (91-103). 12. Langnau Tigers 37/32 (103-136). 13. Ajoie 35/18 (62-154).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

20,7 millions sont en jeu au prochain tirage (Archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 4, 6, 18, 31, 35 et 42. Le numéro chance était le 3, le rePLAY le 9 et le Joker le 978898.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 20,7 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Les Verts veulent une relance du dossier européen

Publié

le

Les Verts, présidés par Balthasar Glättli, veulent relancer le dossier européen. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les Verts suisses veulent accélérer le règlement du dossier européen. Dans une résolution adoptée samedi, ils demandent au Conseil fédéral de retourner à la table des négociations avec l'UE et de cesser de repousser le problème.

La résolution - adoptée à une écrasante majorité - actualise la position des Verts sur le dossier européen, après que le Conseil fédéral a mis fin aux discussions sur un accord institutionnel avec l'UE, ont expliqué les dirigeants des Verts suisses lors de l'assemblée des délégués du parti tenue en ligne.

Les Verts constatent que "la voie bilatérale s'érode inexorablement" et que le Conseil fédéral "refuse de faire son travail". Il fait preuve d'un "manque de courage", selon les mots du conseiller national genevois Nicolas Walder, vice-président du parti. "Nous attendons une feuille de route pour un plan B", a-t-il dit.

A plus large échelle

Les Verts considèrent qu'une grande partie des problèmes qui leur tiennent à coeur ne peuvent être réglés qu'à l'échelon européen: protection du climat et de la biodiversité, numérisation "au service de l'être humain" d'abord et pas des multinationales, "globalisation durable" et droits démocratiques. "Mais cela ne signifie pas que nous acceptons tout ce qui nous vient de l'Europe", a précisé M. Walder.

La résolution n'a pas valeur de proposition institutionnelle. En l'état, les Verts estiment que les trois options possibles (voie bilatérale, adhésion à l'EEE ou à l'UE) doivent rester sur la table.

Cette résolution vient compléter et appuyer le projet d'initiative populaire annoncé l'automne dernier par Les Verts et Opération Libero visant à forcer le Conseil fédéral à coopérer avec l'UE.

Les Verts ont aussi voté une résolution défendue par la conseillère nationale vaudoise Léonore Porchet en faveur d'une approche "holistique" de la santé. Il s'agit de mettre en place une politique sanitaire globale intégrant pleinement les transports, le social et surtout le climat.

Deux "oui", deux "non"

Concernant les objets soumis à votations le 13 février, les Verts - à de très larges majorités - recommandent de glisser deux "oui" et deux "non" dans les urnes.

Sans surprise, le parti est opposé à la suppression du droit de timbre sur le capital "qui occasionnerait une baisse des recettes de la Confédération de 250 millions de francs par an".

La loi sur un train de mesures en faveur des médias, également soumise à référendum, a en revanche été plébiscitée par les délégués. Ils ont estimé que la chute des rentrées publicitaires des médias devait être en partie compensée afin de maintenir un journalisme de qualité.

L'initiative demandant l'interdiction de l'expérimentation animale et humaine a été jugée extrême et donc refusée. Les Verts lui ont reproché par exemple de conduire à l'impossibilité, en cas de oui, de mener des prises de sang chez les animaux ou de faire des observations de comportements, des actes qui n'occasionnent pourtant aucune souffrance.

Enfin, l'initiative visant à protéger les enfants et les jeunes de la publicité pour le tabac a été largement soutenue.

Fidèle au PS

Par ailleurs, le président du parti Balthasar Glättli a souligné l'importance de l'alliance avec le PS. Si la droite offrait aux Verts un siège socialiste au Conseil fédéral après les élections fédérales de 2023, le parti écologiste le refuserait, a-t-il dit dans une interview aux journaux francophones de Tamedia.

"Ce siège, nous le revendiquons pour faire avancer la cause écologique et, pour y arriver, nous avons besoin de deux socialistes", a-t-il ajouté. Le président des Verts continue cependant à revendiquer un siège à l'exécutif fédéral.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture