Rejoignez-nous

Coronavirus

Creustel : les parodies de films cultes façon coronavirus qui cartonnent sur Instagram !

Publié

,

le

parodie-jurrassic-park-coronavirus

Un couple de comédiens parodie des long-métrages célèbres en mode « coronavirus » et c’est très drôle !

La fièvre des réseaux sociaux @creustel, des parodies de films cultes en mode Coronavirus

 

Confinement, semaine 4. Il faut trouver de nouvelles occupations et c’est vrai qu’on passe de plus en plus de temps à scroller (faire défiler nos fils d’actualités) sur les réseaux sociaux à la recherche de contenus nouveaux. Et si il est difficile de sortir de l’actualité, on peut toujours en rire. C’est le pari du couple de comédien français Marion Cresvaux et Julien Pestel qui nous régalent tous les jours avec leurs parodies de films façon confinement et coronavirus. Un projet qui nous a beaucoup fait rire et qu’on partage donc avec vous.

creustel-parodies-films-cultes-coronavirus

Marion Cresvaux et Julien Pestel, le duo derrière Creustel

Des parodies de films culte en mode coronavirus et confinement

Tout a commencé le 18 mars 2020 avec une parodie du Parrain 2 où Diane Keaton et Al Pacino se disputent au sujet de cette « petite grippe » qui les empêche de sortir, le coronavirus. Cet extrait, posté sur Instagram, cumule aujourd’hui 186’000 vues et a marqué le début d’une série de parodies de films cultes. Derrière cette idée, Marion Cresvaux et Julien Pestel, acteurs et auteurs.

Les deux français, confinés eux-même, revisitent donc des extraits de films à succès comme Le Silence des Agneaux, A Star is Born ou Mission Impossible avec des doublages sur le thème du coronavirus, des mesures de confinement et autres sujets d’actualité liés à l’épidémie. Leur objectif : sortir une vidéo par jour pendant toute la durée du confinement. Vingt vidéos sont déjà disponibles sur leur compte Instagram @creustel.

Parmi les extraits parodiés, on retrouve par exemple une séquence de Maman, j’ai raté l’avion où le jeune garçon au supermarché conseille à la caissière de porter un masque ou une conversation skype entre un homme sortit se promener et une femme qui lui rappelle que c’est un comportement égoïste et inconscient le tout dans un extrait d’Interstellar.

Jurassic Park, Kill Bill, Dirty Dancing, l’Exorciste sont autant de films incontournables revisités par le couple.

Derrière le côté humoristique et décalé du projet, il y a aussi comme objectif de rappeler des messages importants. « Rester chez vous » avec la parodie d’Interstellar par exemple. Mais aussi la difficulté pour le corps médical avec une très bonne parodie des Noces Rebelles où les comédiens reconstituent un dispute de couple entre le mari, confiné et la femme appartenant au corps médical et qui sort travailler. « Je m’ennuie et je me tape tous les téléfilms de Noël sur M6 alors qu’on est fin mars » s’indigne ainsi Leonardo Di Caprio face à Kate Winslet qui lui répond: « Excuse-moi de sortir de la maison pour soigner des gens et de risquer ma peau ».

Voyez plutôt cet extrait :

 

Des parodies 100% homemade pour nous faire rire et réfléchir

Marion et Julien nous expliquent qu’ils font tout eux même: du choix du film au montage final en passant par la réécriture des dialogues, l’enregistrement des voix et les effets sonores. Cela représente 4 à 5h de travail par jour pour ces petites pastilles destinées à nous faire rire mais aussi réfléchir sur nos comportements, l’actualité, le confinement…

Les vidéos, disponibles sur Youtube, Twitter et Instagram, rencontrent un franc succès. Le compte Instagram @creustel, lancé au début du projet, a aujourd’hui plus de 230’000 followers et chacune des vidéos dépassent les 80’000 vues sur Youtube. Bref, c’est un carton plein pour ce beau projet !

Je vous remets le dernier extrait publié à date, une remake de Mission Impossible qui évoque la problématique des masques.

Vous pouvez retrouver l’intégralité des vidéos sur Instagram @creustel ou sur la chaîne Youtube de Julien Pestel.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Genève à la rescousse de ses clubs

Publié

le

Peut-être une bouffée d’air frais pour les clubs genevois ! Un protocole d’accord a été signé entre l’Etat et les représentants des établissements, qui ont dû fermer leurs portes le 31 juillet pour freiner la propagation du coronavirus. Une aide d’urgence qui prévoit la participation financière des pouvoirs publics pour les charges qui ne peuvent pas être réduites par les enseignes, comme leurs loyers, les assurances liées à leur activité commerciale, leurs abonnements de télécommunication mais aussi leurs factures SIG.

L’aide de l’Etat concerne également les charges fixes de type cotisations sociales et LPP, contrats de location sur le matériel et les machines, frais fiduciaires et stocks périmés.

Le montant maximum prévu par l’Etat? Deux millions de francs par mois, ce qui correspond à environ 30 000, 40 000 francs par mois par établissement. 

En contrepartie, les établissements  s’engagent sur l’honneur à ne pas licencier leur personnel pour des motifs liés à la crise économique et sanitaire.

Le Grand Conseil genevois devra se prononcer les 1er et 2 octobre prochains sur  ce projet de loi.

Pour Jean-Marc Humberset,  le propriétaire du Moulin Rouge et du Point Bar, cette aide d’urgence est une « belle lumière au bout du tunnel »

 

Jean-Marc Humberset  Gérant du Moulin Rouge et du Point Bar

 

 

 

Continuer la lecture

Coronavirus

Covid-19: sept décès dans un EMS à Siviriez

Publié

le

L'EMS de Siviriez dans le canton de Fribourg est touché de plein fouet par la pandémie de Covid-19, qui a déjà fait sept morts parmi ses résidents. (©Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Cinquante-trois personnes sont désormais infectées au Covid-19 dans la maison de retraite de Siviriez FR, où 37 pensionnaires avaient été testés positifs la semaine dernière. Sept personnes sont déjà décédées de cette contamination.

Trente-quatre personnes infectées sont des résidents et 19 des employés de la maison de retraite, a indiqué mercredi le canton de Fribourg. Comme environ un tiers du personnel de l’établissement est contaminé ou mis en quarantaine, le service médical cantonal de Fribourg a demandé que des résidents soient admis à l’hôpital.

Le groupe hospitalier de Fribourg a promis d’accepter neuf personnes. La Protection civile sera aussi engagée dès samedi pour venir en aide à cet EMS pour une durée de dix à quinze jours.

Six astreints recevront une formation spécifique vendredi. Ils seront quotidiennement engagés, dans les domaines des soins de base et de l’animation, de la logistique et de la cuisine.

Début septembre, 37 personnes avaient été testées positives au Covid-19 et deux d’entre elles avaient été conduites à l’hôpital. Le canton de Fribourg avait interdit les visites et opté pour une quarantaine collective fin août.

Une autre épidémie à Bulle

Une autre épidémie de Covid-19 est signalée dans un EMS à Bulle FR. Jusqu’à présent, 21 résidents et 13 employés y ont été testés positifs au Covid-19. Une personne est décédée.

Des cas isolés ont été découverts dans d’autres maisons de retraite du canton, principalement parmi les employés.

Continuer la lecture

Coronavirus

La crise sanitaire aura finalement eu raison de la Geneva Pride

Publié

le

Après un report, la Geneva Pride est finalement annulée!

La crise sanitaire aura eu raison de la tenue de la Geneva Pride. La manifestation était initialement prévue du 27 juin au 5 juillet puis reportée à septembre. Le Week-end des fiertés, qui devait avoir lieu du 10 au 13 septembre, n’a pas été autorisé par le canton.

« Bien que cette décision tombe comme un coup de massue, pour la deuxième fois en l’espace de trois mois, la Geneva Pride comprend la situation et veut honorer sa responsabilité sociale, en protégeant son public et l’ensemble de la population », écrit lundi l’association éponyme. La programmation aurait dû être communiquée ces prochains jours.

Malgré le cadre sanitaire actuel, Geneva Pride songe à renforcer sa visibilité dans l’espace public. Et de souligner que « 2020 est une année politique cruciale » pour la communauté LGBTIQ+, avec l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie, en vigueur depuis juillet, et les débats parlementaires sur le mariage égalitaire ainsi que sur la facilitation du changement de sexe à l’état civil.

Dans l’immédiat, l’association alerte le public et les autorités sur les risques sociaux que pose le Covid-19, au-delà des risques sanitaires, pour les personnes LGBTIQ+ comme pour d’autres groupes minorisés et discriminés. La distance sociale et l’impossibilité de se réunir constituent des facteurs aggravants d’invisibilisation, de violences, d’isolement, de dépression voire de suicides, écrit-elle.

La prochaine Pride romande doit se tenir à Genève l’an prochain, du 19 au 27 juin. Elle sera organisée par la Geneva Pride.

Avec ATS Keystone.

Continuer la lecture

Coronavirus

Rentrée scolaire: de nombreux défis pour la Ville de Genève

Publié

le

Ils sont près de 12’500 élèves à avoir fait leur rentrée en primaire ce matin en Ville de Genève. Un début d’école marqué par les mesures sanitaires et le Covid-19.

La Ville de Genève a présenté ce matin les grands enjeux de cette rentrée 2020. Deux défis de taille, la hausse des effectifs de 300 enfants au primaire pour un total de 12’430 élèves accueillis et les mesures sanitaires. Cette rentrée scolaire est marquée par le sceau du coronavirus, comme l’a rappelé ce matin la Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité, Christina Kitsos.

Christina Kitzos Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

Tous les matins une armée de nettoyeurs vont s’activer de 6 h 30 à 10 h 30 pour nettoyer les 36 bâtiments scolaires de la Ville de Genève. Le corps enseignant doit porter le masque à chaque fois que la distance sociale de un mètre cinquante ne peut être respectée.

Du côté du parascolaire, les effectifs augmentent également. Ils sont 400 de plus à le fréquenter cette année, pour un total de 6850 inscrits. Une hausse qui suit l’évolution de la société. Christina Kitsos.

Christina Kitzos Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

La hausse des effectifs scolaires découle du nombre de nouveaux logements. 4000 depuis 2010 en Ville de Genève. L’accueil à journée continue a été plébiscité par les parents. Et la Conseillère administrative y voit une manière de réduire les inégalités sociales. Durant les heures de parascolaire, il est nécessaire que les enfants puissent s’essayer au sport et se familiariser avec la culture.

Christina Kitzos Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

Pour faire face à cette augmentation, la Ville a aménagé 300 places dans les restaurants scolaires de Contamines, des Allières, de l’Europe et des Pâquis. D’autres locaux parascolaires ont été aménagés aux Genêts et à Budé. Dans les prochaines années de nouveaux bâtiments scolaires vont devoir être construits. Le Conseil administratif va présenter prochainement une planification.

Navettes à Le Corbusier

Le département de la cohésion sociale avait fait face à une levée de bouclier des parents des enfants de l’école Le Corbusier. Des travaux d’installation de pavillons obligent une partie des élèves à rejoindre pour quatre mois l’école des Crêts-de-Champel. Plusieurs mesures ont été prises par la Ville en concertation avec les parents et le directeur de l’école. La Cheffe de service des écoles, Isabelle Widmer.

Isabelle Widmer Cheffe de service des écoles

A l’école Le Corbusier, 8 pavillons vont être ajoutés aux 4 existants.

Coup de pouce aux parents

L’allocation rentrée qui est de 130 francs au primaire et de 180 francs au cycle d’orientation peut être demandée par toute famille qui bénéficie des subsides pour ses assurances maladies. Les parents peuvent acquérir des fournitures scolaires dans une dizaine d’enseignes. Ils doivent être titulaires du permis B pour en bénéficier mais la Conseillère administrative souhaite assouplir cette exigence et l’étendre aux familles dans la précarité.

 

 

Continuer la lecture

Coronavirus

Du nouveau dans la propagation de la Covid-19

Publié

le

Le coronavirus causant le Covid-19 a été retrouvé depuis des mois sur de multiples objets dans des chambres d’hôtel ou d’hôpital, ainsi qu’en suspension dans l’air. Jusqu’à une étude prépubliée cette semaine, il n’avait jamais été démontré que les particules virales en aérosols étaient suffisamment intactes pour se répliquer et provoquer une infection.

Une équipe de l’université du Nebraska a pour la première fois réussi à faire se répliquer des particules de SARS-CoV-2 prélevées dans l’air de chambres de malades du Covid-19, dopant l’hypothèse selon laquelle le virus est transmissible non pas seulement par les postillons et les grosses gouttelettes émises par la toux et les éternuements, mais aussi par les microscopiques gouttelettes que nous rejetons lorsque nous respirons et parlons, et qui sont si légères qu’elles restent en suspension longtemps, en l’absence de ventilation.

Les résultats sont préliminaires et n’ont pas été examinés par le comité de lecture d’une revue scientifique, qui devra confirmer que la méthode employée par les scientifiques est valable. Ils ont été mis en ligne lundi sur le site medrxiv.org, où la communauté scientifique peut librement les commenter. Mais la même équipe avait prépublié en mars une étude montrant que le virus restait présent dans l’air de chambres d’hôpital de malades, et cet article-là va bientôt être publié par une revue scientifique, selon l’auteur principal.

Microgouttelettes de 1 à 5 microns

« Ce n’est pas facile », dit à l’AFP Joshua Santarpia, professeur au centre médical de l’université du Nebraska, à propos de la méthode pour collecter des particules virales dans l’air, à l’aide d’un appareil de la taille d’un téléphone portable. « Les concentrations sont faibles, on a généralement peu de chances de récupérer des échantillons utilisables ».

Les chercheurs ont prélevé l’air dans les chambres de cinq patients alités, 30 cm au-dessus de leurs pieds environ. Les patients parlaient, quelques-uns toussaient. Les scientifiques ont réussi à collecter des microgouttelettes de moins de cinq microns de diamètre contenant du virus, et même de moins d’un micron.

Ils ont ensuite isolé le virus et l’ont placé dans un milieu spécial pour le faire se répliquer. Ils n’ont réussi à se faire répliquer avec certitude que trois des 18 échantillons, venant de gouttelettes d’un micron. Mais Joshua Santarpia en est sûr: « il se réplique en culture cellulaire et est par conséquent infectieux ».

« Une composante de la transmission »

La voie aérienne de transmission était considérée comme improbable au début de la pandémie par les autorités sanitaires de plusieurs pays et l’Organisation mondiale de la santé, qui estiment que la contamination directe (par postillons et gouttelettes directement projetés sur le visage) reste la voie principale de contagion. Mais l’OMS, sous pression des scientifiques, a reconnu le 7 juillet que des preuves émergeaient sur la transmission par l’air.

« Le débat est devenu plus politique que scientifique, je crois que la plupart des infectiologues s’accordent à dire que la voie aérienne est une composante de la transmission, bien que nous débattions encore de son importance », dit Joshua Santarpia.

La professeure Linsey Marr, spécialiste de la transmission aérienne des virus, a commenté sur Twitter que l’étude présentait « des preuves solides », en ajoutant: « il y a du virus infectieux dans l’air. Reste à savoir quelle quantité il faut respirer pour être infecté ».

Continuer la lecture