Rejoignez-nous

Actualité

Coronavirus: l'OFSP va mettre en place une hotline

Publié

,

le

Les représentants de l'OFSP ont rencontré la presse ce mardi à Berne. (©KEYSTONE/k_sim)

La Suisse est prête à faire face au coronavirus. Même si le pays est préservé du virus chinois, pour l’instant précise l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Mais la situation est très volatile au niveau international. Il est toutefois trop tôt pour parler de pandémie.

"Tous les échantillons analysés se sont pour l'heure révélés négatifs", a indiqué mardi devant la presse à Berne Daniel Koch, responsable de la division Maladies transmissibles à l'OFSP. Reste qu'au niveau international, la situation est en constante évolution et difficile à évaluer.

Hotline

Selon Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale à l'OFSP, il faut s'attendre à ce que d'autres cas se présentent en Europe. La Suisse pourrait être touchée tôt ou tard.

Pour répondre aux multiples questions du public, l'OFSP va mettre en place une "hotline" ces prochains jours. La maladie s'est en effet répandue dans l'ensemble de la Chine hormis une province. Et 17 pays dans le monde sont désormais touchés, dont la France et l'Allemagne en Bavière.

Daniel Koch a répété qu'en l'état, on ne peut pas parler de pandémie, soit une épidémie au niveau mondial. La Suisse se conforme aux indications de l'OMS qui n'a pour l'heure pas déclaré d'urgence de portée internationale.

Mais la nouvelle rassurante est qu'à la connaissance de l'OFSP il n'y a pas eu hors de la Chine des cas de contagion entre humains. Interrogé sur un cas au Japon, Patrick Mathys a indiqué ne pas être au courant.

Trop tôt pour des recommandations

Compte tenu de la situation actuelle, l'OFSP estime qu'il n'y a pas lieu de faire des recommandations particulières à la population comme par exemple acheter des masques de protection. "En l'état, la situation ne l'exige pas", a déclaré Daniel Koch.

Ce qui n'empêche pas la Suisse de se préparer à plein régime pour faire face à la maladie. Le centre national de référence pour les infections virales émergentes (CRIVE) à Genève, par lequel passent tous les échantillons de cas suspects liés au coronavirus, s'est doté d'une Task Force, a indiqué Isabella Eckerle, médecin et professeure au CRIVE.

Elle travaille 24 heures sur 24 sept jours sur sept, avec trois séries de tests par jour et est contact avec les laboratoires européens et chinois. L'OFSP est quant à lui en contact permanent avec les médecins cantonaux.

Stock de masques en réserve

Pour éviter une pénurie de masques, la Confédération examine actuellement si un stock dont elle dispose est encore utilisable. Il s'agit de plusieurs millions de pièces qui appartiennent à la pharmacie de l'armée, a précisé à Keystone-ATS Patrick Mathys.

Ces masques chirurgicaux à usage unique seront mis à la disposition du personnel de santé en cas de pénurie. Ils avaient été achetés en son temps pour la pandémie de grippe des années 2009-2010 et ont été régulièrement vérifiés.

Par ailleurs, plusieurs pharmacies de Suisse romande ont déjà vendu tous les masques en stock et passé commande pour de nouveaux lots d'ici la fin de la semaine, selon Christophe Berger, président de la Société vaudoise de pharmacie.

Information dans les aéroports

Quant aux aéroports, ils sont prêts à mettre en oeuvre des mesures pour filtrer les passagers. Il est également question d'informer les voyageurs. Mais l'ensemble du dispositif nécessite d'être coordonné avec les aéroports européens comme Francfort ou Amsterdam, a précisé Patrick Mathys.

Interrogé sur un éventuel danger d'être contaminé par des touristes chinois en Suisse, Daniel Koch a tenu à rassurer: ce risque est très faible. Il faut un contact très étroit à moins d'un mètre pour être infecté.

L'OFSP ne tient pas à informer au jour le jour sur le nombre de cas suspects analysés en Suisse. Hormis les deux cas à Zurich dont la presse a parlé, il y en a eu d'autres, a-t-il dit sans plus de détails. En revanche, dès qu'un cas se révélera positif, la Confédération informera aussitôt publiquement.

Moins de 10 échantillons suspects

Jusqu'à mardi matin, le CRIVE avait analysé moins de dix échantillons de patients suspectés d'avoir été infectés par le coronavirus qui sévit en Chine, selon le service média des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Le centre mène ces analyses depuis qu'il a développé un test permettant le diagnostic, soit depuis la mi-janvier.

Des critères stricts sont appliqués pour ces examens. Ils sont menés sur des patients présentant de la fièvre, des problèmes respiratoires et de retour d'un séjour en Chine ou ayant été en contact avec des personnes revenues de ce pays.

Selon les données transmises par les autorités chinoises, le coronavirus s'attaque plutôt aux personnes âgées et aux malades chroniques. Les infections chez les moins de 30 ans et les enfants sont plus rares, a indiqué Isabella Eckerle. Mais ces données doivent être traitées avec beaucoup de précaution.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Une qualification sans histoire pour le Servette FC

Publié

le

La joie mesurée des Grenat après l'ouverture du score de Miroslav Stevanovic. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Servette FC n’est pas tombé dans le piège. Trois jours après leur superbe victoire à Berne face aux Young Boys, les Grenats se sont imposés 2-0 à Delémont pour se hisser dans le dernier carré.

Devant 5482 spectateurs, le Servette FC a livré une performance en demi-teinte avant le repos avant de trouver l’ouverture par Miroslav Stevanovic à la 52e. Introduit à la pause, le Bosnien a su exploiter un centre de Bendeguz Bolla pour battre l’excellent Steven Oberle. Impuissant sur cette frappe du no 9 servettien, le portier des Jurassiens a réussi trois parades remarquables sur deux frappes de Jérémy Guillemenot et une de Bolla. Il a toutefois été surpris sur son premier poteau lors du 2-0 de la 74e inscrit par la nouvelle recrue Takuma Nishimura,

"Bourreau" de St. Gall et de Lucerne aux tours précédents, Delémont n’a pas réussi la passe de trois. Il y avait bien deux ligues d'écart entre les deux formations. Même si le score est resté dans le domaine du raisonnable et même si René Weiler avait procédé à un large turnover, les Jurassiens n’ont, ainsi, pas été en mesure d’emballer le match pour faire croire à leur public que l’exploit pouvait être possible-

Le Servette FC disputera à la fin avril une troisième demi-finale depuis 2021. Les deux premières à domicile contre St. Gall et Lugano avaient laissé bien des regrets à une équipe qui n’a plus joué une finale de Coupe de Suisse depuis 2001. Mais ce Servette 2023/2024 qui traverse sans doute sa plus belle saison depuis deux décennies semble en mesure de saisir cette fois pleinement sa chance.

undefined

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un nouveau millionnaire mais pas le jackpot au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Une personne a deviné les six bons numéros mercredi au Swiss Loto et empoche 1 million de francs, mais pas le jackpot (image symbolique). (© KEYSTONE/OBS/LOTERIE ROMANDE/OBS/LOTERIE ROMANDE/SIMON MAGNENAT)

Une personne est devenue millionnaire mercredi grâce au Swiss Loto. Elle a deviné les six bons numéros et empoche 1 million de francs. Il fallait cocher les numéros 3, 9, 23, 27, 33 et 38. Le numéro chance était le 1, le rePLAY le 1 et le Joker le 532638.

Lors du prochain tirage samedi, 65 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

Vers la disparition des composteurs de billets à partir de 2026

Publié

le

A partir de 2026, ces machines orange servant à composter les cartes de transport devraient progressivement disparaître (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI)

Les entreprises de transports ne seront plus tenues d'entretenir leurs composteurs de billets au-delà de 2025. L'organisation faîtière des transports publics Alliance Swisspass justifie cette décision par l'augmentation de la vente de billets via supports numériques.

Une autre raison est qu'un grand nombre de ces machines orange qui permettent aux voyageurs de composter leur carte de transport "ont atteint leur durée de vie et devraient être remplacées, ce qui entraînerait des investissements très importants", a indiqué Alliance Swisspass à Keystone-ATS, confirmant une information publiée par le magazine alémanique des consommateurs K-Tipp.

Aujourd'hui déjà, certaines entreprises de transports en Suisse romande ne proposent plus de cartes à oblitérer, poursuit la faîtière. Le magazine K-Tipp affirme pour sa part dans un article publié mercredi que ces cartes - vendues à plus de 6,3 millions d'exemplaires dans toute la Suisse en 2023 - restent très appréciées des clients.

C'est peu par rapport à l'ensemble des titres de transport vendu l'année dernière, rétorque Alliance Swisspass dans ce même article.

Smartphone obligatoire

Le magazine alémanique des consommateurs fait également remarquer que la suppression des cartes à oblitérer mettrait dans l'embarras les parents qui ont de jeunes enfants et les personnes âgées notamment. En effet, il n'est pas possible d'acheter un titre de transport numérique sans smartphone.

Selon Alliance Swisspass, la branche des transports publics étudie depuis longtemps des solutions de remplacement tout en tenant compte des besoins des différents groupes d'intérêt, les enfants qui voyagent seuls ou les personnes sans smartphone notamment.

La faîtière indique par ailleurs que voyager de manière anonyme restera possible à l'avenir. Les transports publics "respectent bien entendu les dispositions en vigueur en matière de protection des données", souligne encore Alliance Swisspass.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Genève: une étudiante dédommagée après avoir contracté le sida

Publié

le

L'Université de Genève va dédommager une étudiante italienne qui a contracté en 2011 le virus du sida alors qu'elle effectuait des recherches en laboratoire pour achever sa thèse (archives). (© Keystone/ANTHONY ANEX)

L'Université de Genève (UNIGE) va dédommager une étudiante italienne qui a contracté en 2011 le virus du sida alors qu'elle effectuait des recherches dans un de ses laboratoires. Les deux parties ont signé un accord qui clôt une bataille judiciaire.

"Les parties ont souhaité, par gain de paix, mettre un terme à la procédure judiciaire en cours", a indiqué mercredi un porte-parole de l'UNIGE, confirmant ainsi des informations publiées par l'Université de Padoue. Le dédommagement s'élève à environ 140'000 francs.

"La transaction en cours de finalisation n’implique pas de reconnaissance de responsabilité ou de prétentions de l’une ou l’autre partie", ajoute le porte-parole.

L'étudiante italienne, dont l'identité demeure confidentielle, a effectué un échange d'études en 2011 à l'UNIGE dans le cadre du programme universitaire européen Erasmus, selon la presse italienne. Elle devait effectuer des recherches pour achever sa thèse et avait travaillé dans un laboratoire de l'UNIGE en utilisant des échantillons du virus du sida.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Actualité

Le Parlement accepte l'internement des assassins mineurs

Publié

le

Plusieurs orateurs ont souligné que la mesure concernerait des cas rares mais graves (image d'illustration). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Les assassins mineurs doivent pouvoir être internés. Suivant le Conseil des Etats, le National a validé mercredi, par 130 voix contre 61, ce durcissement voulu par le Conseil fédéral. La gauche s'y est opposée, en vain.

Le projet prévoit que l'internement ne s'applique qu’aux personnes qui ont commis un assassinat après l’âge de 16 ans et qui, à la fin de la peine ou de la mesure relevant du droit pénal des mineurs, présentent un risque sérieux de commettre un nouvel assassinat. L'internement des mineurs doit être possible, quand bien même il est délicat. La règlementation est formulée de manière très restrictive, a relevé Vincent Maître (C/GE) pour la commission.

Le système actuel est équilibré. Il vise la thérapie et son taux de succès est très élevé. Il n'y a pas besoin de révision, a opposé en vain Florence Brenzikofer (Vert-e-s/BL). Et d'ajouter qu'il n'est pas possible de prévoir à l'adolescence quel sera l'avenir d'un jeune. De plus, il y a le risque que des juges prononcent des peines plus basses afin d'éviter un internement.

L'UDC aurait au contraire voulu étendre la possibilité d’internement à d’autres délits tels que le meurtre, les lésions corporelles graves ou le viol. Sa proposition n'a pas trouvé d'écho auprès des autres partis.

Les députés ont en revanche décidé de relever la peine maximale pour un assassinat commis après l’âge de 16 ans de quatre à six ans.

Plus de congés non accompagnés

Le National a aussi accepté un autre pan de la révision. Ce volet concerne le droit pénal des adultes et prévoit qu'aucun congé non accompagné ne soit accordé aux délinquants qui subissent un internement ou une peine privative de liberté en milieu fermé.

Les députés ont également approuvé de justesse une proposition du Centre et de l'UDC qui demande que la récidive en matière d'assassinat, de meurtre et de viol soit inscrite comme une condition pour l'internement.

Le dossier retourne au Conseil des Etats.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture