Rejoignez-nous

Actualité

Collaboration suspendue entre la Patrouille des Glaciers et l'armée

Publié

,

le

Les travaux de préparation de l'édition 2022 de la Patrouille des Glaciers se déroulent comme prévu, précise le DDPS, alors que l'Association de soutien, de gestion et de promotion de la Patrouille des Glaciers (ASPdG) a suspendu sa collaboration avec lui (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Association de soutien, de gestion et de promotion de la Patrouille des Glaciers (ASPdG) a suspendu sa collaboration avec le Département fédéral de la défense (DDPS), annonce-t-il vendredi dans un communiqué. Le DDPS se dit surpris par cette décision.

L'ASPdG a pris cette décision suite aux événements de ces derniers mois qui ont "causé un grave préjudice d’image et de réputation à la Patrouille des Glaciers" et ont mené à la détérioration des relations entre les deux entités. L'armée avait suspendu sa collaboration en novembre invitant l'ASPdG à "régler ses problèmes internes". Elle l'avait finalement reprise en février.

Le 16 avril dernier, l'ASPdG a toutefois demandé la mise en oeuvre d'une médiation au DDPS. Elle estimait qu'avec l'accumulation des obstacles, "la situation actuelle n’était plus tenable, que l’organisation de la prochaine course était compromise". Une séance de "crise" a eu lieu le 21 avril, mais, selon l'association, le DDPS a refusé de "mettre autour de la même table le commandant de la PdG et les membres du comité directeur afin de crever l’abcès".

Pour elle, "le refus du DDPS de mettre en place un mécanisme de résolution des conflits est le signe avant-coureur de l’échec inéluctable du travail en commun des deux parties". Elle a donc suspendu avec effet immédiat la collaboration et en demandera la résiliation à ses membres lors de sa prochaine Assemblée générale ordinaire.

Surprise au DDPS

Le DDPS se dit surpris par cette interprétation. Il constate pour sa part que l'association a suspendu sa coopération et a l'intention d'y mettre fin parce qu'elle ne veut pas satisfaire aux exigences du DDPS en matière de transparence, de traçabilité et de contrôle des comptes, souligne Lorenz Frischknecht, chef de la communication du département, à Keystone-ATS.

Le DDPS n'a jamais refusé la discussion, précise Lorenz Frischknecht dans une réponse écrite. Au contraire, il a toujours recherché le dialogue et maintenu la communication malgré la situation difficile au sein de l'ASPdG.

C'est pourquoi il a organisé une rencontre en avril avec l'ASPdG pour trouver une solution. Il a alors assuré à l'association que les préparatifs pour la Patrouilles des Glaciers 2022 se poursuivaient.

Le divisionnaire Yvon Langel, Commandant de la division territoriale 1, a par ailleurs été désigné personne de contact pour que toutes les questions ouvertes concernant les travaux préparatoires puissent être clarifiées sans délai. Le DDPS considère ainsi avoir satisfait la demande de l'ASPdG d'un mécanisme de médiation et donc d'une personne de contact autre que le colonel EMG Daniel Jolliet, commandant de la PdG.

Audit externe

L'armée avait temporairement suspendu sa collaboration avec l'ASPdG, via une lettre envoyée le 6 novembre. La gestion financière de son comité directeur était pointée du doigt. Un audit externe a été mené.

Ses conclusions intermédiaires, qui constatent que l’ASPDG a agi de manière légale et conforme à ses statuts, ont permis à l'armée d'annoncer une reprise de la collaboration dès le mois de février. L'audit appelle toutefois l’ASPdG à prendre des mesures, notamment sur la transparence, la traçabilité et les contrôles des comptes.

Le DDPS attend le rapport final de cet audit, ainsi que les résultats de l’inspection en cours, menée par le contrôle des finances du canton du Valais. Il en tiendra compte dans la suite de ses travaux, précise Lorenz Frischknecht.

L'association se réunira elle en assemblée générale extraordinaire le 1er juin. Seul objet de cette réunion, la procédure d'exclusion du membre "qui a porté des accusations diffamatoires contre le comité directeur".

Gestion des sponsors et de la promotion

L'ASPdG ne veut pas empêcher le DDPS d'organiser seul l'édition 2022. Elle met donc "à sa disposition, pour cette prochaine édition, la marque 'Patrouille des Glaciers/PdG', le logo et le nom dont les droits lui appartiennent", ainsi que le matériel dont elle dispose. Les travaux de préparation se déroulent comme prévu, précise le DDPS, qui informera sur cette édition à une date ultérieure.

La Patrouille des Glaciers a été créée en 1943 et relie Zermatt ou Arolla à Verbier. L'armée suisse, organisatrice de l’épreuve, est responsable de la planification, de la conduite et de la logistique de la course. L’ASPdG, une structure privée et civile fondée en 1995, gère les sponsors et la promotion.

La course de ski-alpinisme est subventionnée par plusieurs collectivités publiques dont l'Etat du Valais et la Confédération. En 2018, 1600 patrouilles - militaires, civiles, suisses et étrangères - y avaient participé. L'édition 2020 a été annulée en raison du coronavirus, la prochaine devrait se dérouler en 2022.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Genève

Une centaine d'Ukrainiens ont vécu leur première rentrée à l'UNIGE

Publié

le

Assiia Bala, étudiante à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE. Ⓒ Miguel Hernandez

À l’Université de Genève, 110 étudiants ukrainiens ont vécu leur première rentrée académique. Un moment partagé entre enthousiasme et incertitudes.

À Genève, voilà une semaine que les étudiants de l’UNIGE ont repris le chemin des cours. Une rentrée particulière pour les 110 étudiants ukrainiens qui ont rejoint les bancs de l'Université genevoise. Dix d'entre-eux sont des étudiants réguliers, les 100 autres sont inscrits au programme d'intégration Horizon académique. Proposé par l'Université depuis 2016 pour les étudiants extra-européens, il a été mis en place avec le concours du Bureau de l’intégration des étrangers du Canton. Un programme qui a beaucoup aidé Assiia Bala, étudiante en première année à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE.

Assiia BalaEtudiante en première année à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE

Assiia Bala, 19 ans, était inscrite à l'Université de Kiev, mais a dû fuir le pays en raison du conflit. Arrivée à Genève le 28 février dernier, son intégration s'est bien passée.

Assiia BalaEtudiante en première année à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE

À lire aussi: L'Université accueille les premiers étudiants ukrainiens

Incertitudes

Passionnée de langues, Assiia parle français, russe, anglais et ukrainien. Si elle est contente de débuter son cursus universitaire, quelques incertitudes demeurent. Notamment en ce qui concerne son avenir.

Assiia BalaEtudiante en première année à la faculté de traduction et interprétation de l'UNIGE

Continuer la lecture

Suisse

Près de trois quarts des Suisses en faveur d'une nouvelle "expo"

Publié

le

Le monolithe de l'Arteplage de Morat avait été l'une des attractions phares d'Expo.02. Un sondage indique que 79% de la population suisse souhaite qu'une partie des projets de la future exposition nationale reste en place après la fin de la manifestation. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Quelque 74% des Suisses sont favorables à une nouvelle exposition nationale. C'est ce qu'indique lundi un "sondage représentatif" mené auprès de 1027 personnes de 15 à 79 ans, par l'institut intervista, sur mandat de "Nexpo - la nouvelle expo".

Près de deux tiers des sondés (62%) souhaitent que la manifestation "contribue à améliorer la cohésion entre les Suisses" et 61% qu'elle "favorise la découverte de régions suisses encore méconnues", précise Nexpo dans un communiqué. En revanche, la promotion de l'image du pays n'est importante que pour 33% de l'échantillon.

Parmi les personnes en faveur de la manifestation, 79% souhaitent que "la population soit impliquée dans son organisation". Une même proportion des sondés aimerait qu'une partie des projets reste en place après la fin de la manifestation, tandis que 83% d'entre eux se disent en faveur d'une expo "climatiquement neutre".

Les sondés souhaitent également que la prochaine exposition revienne moins cher qu'Expo.02, qui avait coûté 1,58 milliard de francs. Un cinquième d'entre eux souhaite même qu'elle n'engendre "pas de coûts du tout".

"Ce sondage nous permet d'affiner notre concept", a déclaré Christina Hanke, directrice commerciale de Nexpo, qui prépare actuellement son dossier de candidature. Plusieurs projets ont actuellement pour objectif d'organiser une exposition nationale en 2027 ou dans les années suivantes. "Nexpo - la nouvelle Expo" est l'initiative des dix plus grandes villes de Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Zurich Insurance projette de s'implanter sur le marché indien

Publié

le

Le groupe Zurich Insurance, dirigé par Mario Greco, a des ambitions en Inde (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le groupe Zurich Insurance veut étendre au marché indien sa présence dans l'assurance dommages.

Dans le cadre d'une procédure de faillite, l'entreprise a fait une offre conjointe avec Primal Group pour reprendre l'indien Reliance General Insurance, a rapporté "The Economics Times" dans son édition dominicale.

Selon le journal économique indien, les deux partenaires se seraient portés acquéreurs chacun de la moitié de la société. Le délai pour la remise d'offres fermes pour la filiale financière du plus gros conglomérat industriel privé indien court encore jusqu'au 30 octobre.

L'assureur zurichois a confirmé lundi à AWP avoir déposé une offre en vue de l'acquisition d'une participation, précisant cependant que les conditions d'une éventuelle transaction faisaient encore l'objet de négociations et qu'il n'y avait aucune garantie que celle-ci aboutisse.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Les maçons vont faire grève en novembre à Genève

Publié

le

Les maçons genevois avaient déjà fait grève en octobre 2018. Ils feront à nouveau grève les 7 et 8 novembre prochain pour protester contre le démantèlement de leurs conditions de travail (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, les relations sociales se durcissent dans le secteur de la construction. Les maçons ont voté deux jours de grève sur les chantiers, les 7 et 8 novembre prochains, annoncent lundi les syndicats. Ils exigent de meilleures conditions de travail.

Les maçons genevois s'opposent au nouveau modèle d'organisation du travail voulu par la Société suisse des entrepreneurs (SSE). Selon les syndicats, cette flexibilisation du temps de travail constituerait "un recul social" et une "atteinte grave à la santé et la sécurité des travailleurs".

Pour la SSE, ce modèle permettrait au contraire un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Les négociations menées jusqu'à présent en vue d'une nouvelle convention nationale (CN) n'ont pas permis de rapprocher les points de vue. Les syndicats revendiquent aussi une hausse des salaires.

A l'initiative des trois syndicats Sit, Syna et Unia, un vote a été organisé sur les lieux de travail pour décider des mesures de lutte à venir. Sur 2632 votants, 2105 ont opté pour deux jours de grève, soit 82%, précisent les syndicats dans un communiqué. Suite à ce résultat net, ils appellent à une grève générale sur les chantiers les 7 et 8 novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Adecco regroupe deux divisions sous la bannière LHH en Suisse

Publié

le

Adecco intègre deux divisions sous la bannière LHH en Suisse (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Adecco intègre deux divisions, Badenoch + Clark et Spring Professional, sous la marque LHH Recruitment Solutions, un changement opéré en Suisse et dans le reste du monde.

"Cette consolidation intervient en réponse à l'évolution encore difficile du contexte suisse, où les entreprises sont confrontées à des changements toujours plus nombreux de postes de travail", souligne lundi le spécialiste de l'emploi temporaire, citant par exemple "un nombre élevé de postes vacants dans presque toutes les catégories professionnelles".

LHH est décrit par Adecco comme une plateforme disposant de services de ressources humaines "entièrement intégrés", réunissant les offres Solutions de recrutement, Transition de carrière et mobilité, Apprentissage et développement.

Badenoch + Clark et Spring Professional existent depuis 1978 et sont présentes dans 12 pays d'Europe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture