Rejoignez-nous

Actualité

Bientôt des caméras de surveillance au Lignon?

Publié

,

le

Selon nos informations, quatre élus à Vernier relancent le débat autour de la vidéosurveillance. Ils demandent que le budget de la commune inclut l’achat de caméras.

Après les incendies volontaires survenus fin octobre au Lignon, à Vernier, « mieux vaut prévenir que guérir », estiment des élus. Selon nos informations, quatre conseillers municipaux, dont André Sotomayor, exigent des mesures concrètes pour que les Verniolans n’aient plus à vivre un mois d’octobre aussi embrasé que celui de 2018. Un projet de résolution demande l’achat de caméras et la mise en place d’un système de vidéosurveillance. Celui-ci couvrirait des endroits stratégiques de la deuxième plus grande commune du canton. Mais les requêtes ne s’arrêtent pas là. Le poste de police municipale de Vernier doit faire l’objet d’une analyse afin de le rapprocher du cœur de la commune, soit un endroit plus stratégique. Actuellement, le poste se situe à la hauteur de la rue Henri-Golay qui se trouve être plus proche du quartier des Charmilles que du Lignon ou de Vernier-Village.

Ces demandes font suites à plusieurs sinistres au Lignon dont un qui a particulièrement marqué les esprits la nuit du 31 octobre. Le feu a été bouté à des chaises roulantes pour personnes à mobilité réduite et a pris rapidement dans un immeuble situé au 50-53 Avenue du Lignon. Les pompiers ont dû évacuer une centaine de personnes dont 33 soignées dans le nid de blessés et six ont été transportées aux Hôpitaux universitaires genevois (HUG).

La vidéosurveillance refusée plus de quinze fois depuis 2009

Alors que plus de la moitié des communes genevoises ont mis les sites sensibles sous vidéosurveillance, Vernier a rejeté cette mesure à une quinzaine de reprises depuis 2009. La commune n’est pourtant pas épargnée par les incivilités et la délinquance. En 2015, peu avant Noël, une large majorité du Conseil municipal a refusé deux motions. Les coûts élevés des caméras de surveillance ont été jugés disproportionnés par rapport aux bénéfices attendus. A Vernier, il aurait sans doute dépassé les frais occasionnés par le vandalisme. Le scénario risque de se répéter mardi au Conseil municipal mais les incendies d’octobre dernier feront peut-être pencher la balance. Ne serait-ce qu’en faveur d’un renvoi de cette résolution pour une étude approfondie en commission.

L’expérience des autres communes montre une baisse du vandalisme. Cependant, le problème a tendance à se déplacer. De plus, les caméras ont parfois aidé à identifier des délinquants, mais ne préviennent pas les délits.

@GhufranBron

1 commentaire

1 commentaire

  1. Mel

    9 novembre 2018 à 7 h 42 min

    C’est faux nous avons déjà des caméras au Lignon. Vous pouvez le constater par vous-même au niveau parking du no.8-9-10.
    D’autre part, l’incendie à la grande tour n’a strictement rien à voir avec un incendie en extérieur. Le plus grand nouveau propriétaire ayant instauré des pratiques telles que bloquer les portes d’entrée de l’immeuble ouvertes : facile ensuite d’y mettre le feu dans de telles conditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Genève devient un centre pour l’éducation en situation d’urgence

Publié

le

KEYSTONE/EPA/MONIRUL ALAM

La Suisse veut améliorer l’éducation dans les situations d’urgence. Conformément à son engagement en 2019 lors du Forum mondial sur les réfugiés, elle a lancé lundi à Genève un centre mondial sur cette question.

Plus de 120 millions d’enfants ne sont pas scolarisés en raison de crises humanitaires ou de conflits. Plus de la moitié des enfants réfugiés n’ont pas accès à l’éducation et la pandémie a provoqué la fermeture de milliers d’écoles. Lors du lancement en ligne, une réfugiée a elle souhaité que cette nouvelle entité puisse changer la situation de nombreux enfants.

Le nouveau centre doit rassembler les acteurs de la Genève internationale autour d’un engagement politique et d’une action opérationnelle pour l’éducation des enfants affectés par les conflits, la violence, les catastrophes, les migrations et les déplacements. Neuf institutions multilatérales, internationales et universitaires le soutiennent, dont le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ou le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR).

Les Etats membres de l’ONU et d’autres organisations établies à Genève doivent collaborer avec ce nouveau mécanisme. Le centre veut pousser tous les acteurs à s’engager à davantage prendre en considération l’éducation des enfants dans les efforts humanitaires ou de développement.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Test négatif à la frontière genevoise? la proposition passe mal

Publié

le

La proposition des Présidents des grands partis de Suisse est irréaliste selon le Groupement transfrontalier européen (GTE). Comment exiger un test négatif aux nombreux frontaliers qui passent la frontière à Genève? Une idée accueillie fraîchement par l’association.

La proposition peut surprendre…un test Covid négatif demandé à toute personne qui entre en Suisse, y compris aux frontaliers. C’est ce que proposent plusieurs Présidents de partis politiques suisses dans une lettre au  président de la Confédération Guy Parmelin envoyée ce week-end. Exiger un test de moins de 48 heures à l’entrée en Suisse y compris aux travailleurs frontaliers…c’est complètement irréaliste pour Guylaine Riondel-Besson, docteur en droit chargée des recherches juridiques au Groupement transfrontalier européen.

Guylaine Riondel-Besson
Docteur en droit en charges des recherches juridiques au GTE
Guylaine Riondel-Besson Docteur en droit en charges des recherches juridiques au GTE

La Docteur en droit s’interroge sur la méthodologie. Guylaine Riondel-Besson.

Guylaine Riondel-Besson
Docteur en droit en charges des recherches juridiques au GTE
Guylaine Riondel-Besson Docteur en droit en charges des recherches juridiques au GTE

Si le coût des tests revient aux entreprises, une telle proposition pourrait coûter très très cher, estime la juriste. Elle rappelle que le personnel soignant des HUG est en grande majorité frontalier.

Guylaine Riondel-Besson
Docteur en droit en charges des recherches juridiques au GTE
Guylaine Riondel-Besson Docteur en droit en charges des recherches juridiques au GTE

Les présidents des grands partis proposent également d’introduire des tests rapides dans les hôtels pour les voyageurs d’affaires. Ces propositions n’ont de loin pas fait l’unanimité. De nombreux élus ont réagi sur les réseaux sociaux.

Continuer la lecture

Actualité

Une classe en quarantaine à Genève à cause du variant britannique

Publié

le

Photo illustration Keystone

Une classe de primaire du groupe scolaire de Cressy, dans le canton de Genève, a été placée en quarantaine.

Au moins un des élèves a en effet été testé positif au nouveau variant britannique du Covid-19. L’information, révélée dimanche par la RTS, a été confirmée lundi par les autorités genevoises.

Avec le nouveau variant, plus contagieux, les mesures de précaution sont plus strictes. Le but est d’éviter une propagation du virus mutant dans l’école, avec au final, l’obligation de devoir fermer l’ensemble de l’établissement, a expliqué le porte-parole du département de la santé Laurent Paoliello.

Plusieurs classes en Suisse alémanique ont déjà été placées en quarantaine en raison du virus mutant. En Suisse romande, cette classe genevoise est la première à subir ce sort.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Vernier lance un projet pilote d’extinction partielle de l’éclairage public

Publié

le

La Ville de Vernier lance aujourd’hui et pour les six prochains mois un projet pilote d’extinction de l’éclairage public. Un enjeu écologique dont l’objectif est d’améliorer la qualité de vie des habitants. Le concept est inédit dans le canton de Genève. 8000 Verniolans sont concernés et auront un rôle à jouer.

« Vernier rallume les étoiles » ! C’est le nom du projet pilote d’extinction partielle de l’éclairage public lancé aujourd’hui par la Ville de Vernier. Le projet répond à une motion votée par le Conseil municipal le 9 avril 2019. Durant les six prochains mois, l’éclairage public de quatre secteurs de Vernier sera éteint entre 1h et 5h du matin. Les secteurs concernés ont été soigneusement sélectionnés, de concert avec la police municipale et les Correspondants de Nuit. Il s’agit de chemins situés dans les quartiers de Châtelaine-Balexert-Concorde, Aïre et Canada ainsi que dans la zone industrielle du Lignon. Près de 8000 Verniolans sont concernés. Détail des objectifs avec Mathias Buschbeck, conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie. 

Mathias Buschbeck
Conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie
Mathias Buschbeck  Conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie

La période d’extinction des réverbères ne s’est pas décidée au hasard. Elle correspond à l’arrêt de la desserte des Transports publics genevois. Des heures où l’activité humaine diminue fortement, surtout dans les zones résidentielles et industrielles.

Peur pour la sécurité

Bien que le projet permette des économies d’énergie, l’aspect sécuritaire est remis en question. Pour certains, l’absence d’éclairage public fait craindre une hausse des agressions. Un argument que réfute Mathias Buschbeck

Mathias Buschbeck
Conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie
Mathias Buschbeck Conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie

 

Population partie prenante

Une fois cette phase de test de 6 mois passée, la population sera invitée à participer à son bilan afin de déterminer de la suite à donner à ce projet novateur. Intégrer les Verniolans au projet est essentiel comme l’explique Mathias Buschbeck.

Mathias Buschbeck
Conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie
Mathias Buschbeck Conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie

Continuer la lecture

Actualité

Situation épidémiologique stable à Genève, malgré le variant

Publié

le

La situation épidémiologique reste stable à Genève. Le nouveau variant représente 5 à 6 % des tests positifs. Elle progresse par rapport au début du mois de janvier, mais les fermetures de commerces et de restaurants semblent porter leurs fruits selon la Médecin cantonale. Du côté des vaccinations, 10’000 personnes ont reçu le vaccin. Le point avec la Pharmacienne cantonale.

La situation est stable à Genève du côté épidémiologique. Chaque jour entre 130 et 150 personnes sont testées positives au Covid et entre 10 et 15 personnes sont hospitalisées. En tout 400 personnes sont aux HUG pour un Covid aigu ou pour les suites d’un Covid aigu. Et ce malgré le nouveau variant plus contagieux. Pour la doctoresse Aglaé Tardin, médecin cantonale genevoise, c’est un soulagement.

Aglaé Tardin
Médecin cantonale genevoise
Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

La proportion du variant est actuellement de 5 à 6% des tests positifs. Elle progresse puisque début janvier, le nouveau variant ne représentait qu’un pourcent. Une progression qui inquiète tout de même la médecin cantonale.

Aglaé Tardin
Médecin cantonale genevoise
Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

Du côté des vaccinations, quelque 10’000 personnes ont reçu la première dose de vaccin. Le point de la situation avec la Pharmacienne cantonale genevoise, Nathalie Vernaz.

Nathalie Vernaz-Hegi
Pharmacienne cantonale genevoise
Nathalie Vernaz-Hegi Pharmacienne cantonale genevoise

Lundi le canton de Genève va recevoir 10’500 doses de vaccins Moderna.

 

Continuer la lecture