Rejoignez-nous

Actualité

Avec Livique, la Coop se lance dans la vente de meubles en ligne

Publié

,

le

Vous nous parlez aujourd’hui du groupe Coop, très remuant cette année. Il  a relancé sa filiale d’ameublement. Le réseau TopTip est devenu « Livique ». Avec un site web sophistiqué qui vous a inspiré quelques réflexions…

Livique, c’est la contraction un peu tirée par les cheveux de « living », art de vivre, et « unique ». Et le site web de Livique est en fait assez représentatif d’une tendance encore embryonnaire: les grandes enseignes du meuble veulent permettre à leurs clients de visualiser des ensembles meublés complets dans une même pièce. Votre salon au hasard, avec la porte et les fenêtres au bon endroit.

Et puis vous commandez vos meubles sur le site. Vous les payez online et vous attendez qu’on vous les livre… Du e-commerce assez classique tout de même.

Oui, jusque-là. Mais c’est un peu différent de ce qui se passe déjà… disons dans la mode. Dans le genre expérimental en tout cas : vous pouvez vous voir à l’écran. Habillé différemment, comme ceci, comme cela. Et puis vous commandez votre tenue complète en un seul clic.

Mais… dans l’ameublement ? Vous vous voyez commander votre salon sans l’avoir touché ? Sans l’avoir essayé ? Le divan, les fauteuils, les chaises. Sans parler des retours. Là, ça se complique sérieusement.

On entendait déjà ce genre de chose au début du e-commerce. Souvenez-vous : acheter des chaussures sans les avoir essayées ? Ca semblait impossible.

C’est vrai. Mais est-ce que ça veut dire qu’on pourra bientôt tout acheter sur le web ? Non, pas forcément. Ce qui se passe dans l’ameublement, ça suggère plutôt que les relations entre e-commerce et commerce de point de vente entrent vraiment dans leur phase de maturité.

Regardez les sites suisses du meuble. Vous pouvez commander directement de petits objets. Parfois même de plus grands. Mais les comportements d’achat sont bien plus diversifiés qu’on l’imaginait au départ. Et ils vont probablement le rester.

Les sites de e-commerce en général permettent d’acheter, mais ils servent souvent de vitrines. Vous comparez les assortiments et les prix. Et puis vous vous rendez physiquement vers l’enseigne qui vous a convaincu.

A l’inverse, c’est le magasin qui peut servir de vitrine : vous flânez une heure sur un point de vente. Vous achetez ensuite ce qui vous a plu sur des sites genre Amazon. Toutes les enseignes qui commercialisent des marques connaissent ce redoutable phénomène.

Justement ! C’est surtout de cela dont on parle quand il s’agit de crise du commerce de détail.  

Oui, et à juste titre. Pourtant… pensez à vos propres manières de procéder. La diversité des comportements d’achat entre web et points de vente reste en fait une sorte de boîte noire. Et elle est encore amplifiée par la diversité des comportements selon les domaines et les produits. A ma connaissance, aucune étude n’a encore rendu compte de la profondeur de cet univers. Alors oui, je pense que le secteur de l’ameublement en Suisse pourrait fournir un bon terrain de recherche.   

François SchallerEcographie

Politique

Vaud vise le plus haut label en matière de durabilité numérique

Publié

le

En vue de l'obtention du label numérique responsable, l'Etat de Vaud a porté à cinq ans la durée de vie standard de son matériel informatique (image prétexte). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'Etat de Vaud vient de signer la charte de l'Institut du numérique responsable et entend obtenir d'ici 2025 le label du même nom. Premier employeur du canton, il affirme ainsi sa volonté d'exemplarité, moyennant un renforcement de sa politique en la matière.

"Très concrètement, en vue de la labellisation, l’Etat évaluera les mesures prises pour réduire l’impact environnemental de l’informatique cantonale, et renforcera son action sur l’ensemble du cycle de vie du matériel informatique (...) et des services numériques", écrit l'Etat de Vaud lundi dans un communiqué.

Dans cette optique, la durée de vie standard du matériel administratif a été allongée à cinq ans. Les questions de sécurité numérique, de robustesse des infrastructures et des impacts sociaux du numérique - notamment la prévention de l'hyperconnexion - seront abordées. En outre, une campagne sur le thème du numérique responsable sera lancée ces prochains jours.

Ecoles impliquées

Le label ne porte pas uniquement sur l'informatique de l'administration, mais également sur l'informatique pédagogique. Pour cette raison, le Département de l'enseignement et de la formation professionnelle est également impliqué, du point de vue de la gestion du parc informatique des écoles et via le projet d’Education numérique, qui vise à former des futurs citoyens capables de comprendre les enjeux en la matière.

A noter que l'Etat de Vaud s'est attaqué à la réduction de l'impact environnemental du numérique voici déjà plusieurs années. Les mesures en vigueur portent notamment l'allongement de la durée de vie du matériel, l'utilisation d'infrastructures à basse consommation d'énergie et la sensibilisation du personnel au numérique responsable.

Une collaboration a également été mise sur pied avec l'organisation Caritas qui bénéficie du matériel encore fonctionnel mais devenu obsolète. Cette dernière a ainsi reçu 3000 appareils en 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Santé

Novartis: Actares fustige la rémunération de la direction

Publié

le

Multipliée par près de deux à 16 millions de francs, l'enveloppe dévolue au seul directeur général Vasant Narasimhan est plus de cinq fois plus élevée que le plafond de trois millions de francs préconisé comme limite supérieure par Actares. (archives) (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

L'organisation de conseil aux actionnaires Actares ne trouve rien à redire aux performances de Novartis l'an dernier, ni aux perspectives brossées pour la suite des affaires. La rémunération des décideurs par contre fait grincer des dents.

Multipliée par près de deux à 16 millions de francs, l'enveloppe dévolue au seul directeur général Vasant Narasimhan est plus de cinq fois plus élevée que le plafond de trois millions de francs préconisé comme limite supérieure par Actares, écrit cette dernière dans un communiqué lundi.

L'écart salarial entre le grand patron et un employé qualifié dans la production s'est subséquemment creusé pour atteindre un rapport estimé de 1 pour 160.

L'organisation recommande aux actionnaires de rejeter lors de l'assemblée générale du 5 mars l'ensemble des propositions liées aux rémunérations tant de la direction générale que du président du conseil d'administration Joerg Reinhardt, jugées inappropriées. Les autres points à l'ordre du jour en revanche ne sont pas contestés.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Plus de 12'500 personnes au premier salon MINT

Publié

le

Plus de 400 classes vaudoises ont participé au premier salon MINT (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Inédit en Suisse romande, le premier salon des disciplines dites MINT - mathématiques, informatique, sciences naturelles et techniques - a attiré plus de 12'500 personnes (élèves, corps enseignant et familles) la semaine dernière au SwissTech Convention Center de l'EPFL. Son objectif était d'encourager les élèves de 8 à 12 ans (5 à 8P) à se projeter dans un métier en lien avec ces quatre matières.

Durant sept jours, 38 exposants représentant les hautes écoles, les écoles professionnelles et les entreprises de la région ont transmis leur savoir et leur expertise à des enfants "très impliqués et à l'écoute", indique lundi le Département vaudois de l'enseignement et de la formation professionnelle, organisateur de l'événement avec l'EPFL et la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie. Plus de 400 classes vaudoises ont fait le déplacement.

"Ce salon nous a permis d'intéresser les jeunes à nos formations, mais il nous a aussi donné une opportunité unique d'entrer en contact avec les parents, de leur présenter ce que l'on fait et de leur parler des débouchés", a relevé Christophe Unger, directeur de l'Ecole technique - Ecole des métiers de Lausanne, cité dans le communiqué.

Pour le conseiller d'Etat Frédéric Borloz également, la mission est accomplie: "Sur les stands, les échanges avec les lieux de formation et les entreprises ont été riches, preuve du grand intérêt du public."

Les filles dans le viseur

Pour l'Etat de Vaud, le salon MINT est vu comme un outil supplémentaire et complémentaire au Salon des métiers. Il s'adresse particulièrement aux filles, qui peuvent rencontrer des modèles féminins qui font carrière dans des métiers majoritairement occupés par des hommes.

Un bilan complet sera désormais effectué grâce notamment aux résultats d'un sondage. Il permettra de déterminer les contours de la prochaine édition.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

168'000 visiteurs au salon de l'auto!

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Le salon international de l'automobile a trouvé son public pour son grand retour à Genève, après quatre éditions annulées: le GIMS a attiré 168'000 visiteurs sur les sept jours de la manifestation à Palexpo.

"Ce n'est pas tout à fait les 200'000 personnes espérées mais c'est une bonne base de travail pour transformer l'essai l'an prochain", s'enthousiasme Sandro Mesquita, le directeur général du GIMS. Objectif: capitaliser sur cette base de fréquentation.

Sandro MesquitaDirecteur Général du GIMS

L'édition 2025 est d'ailleurs déjà fixée, elle aura lieu du 17 au 23 février. Avec l'espoir d'attirer l'an prochain une plus large délégation de constructeurs. L'exemple de Renault qui s'est attiré toute la lumière avec sa nouvelle R5 électrique pourrait donner des idées à d'autres exposants...

Sandro MesquitaDirecteur Général du GIMS

Développement à suivre.

 

Continuer la lecture

Suisse

Un motocycliste perd la vie à Valbroye (VD)

Publié

le

La route reliant Prévondavaux à Combremont-le-petit a été fermée pendant plusieurs heures pour les besoins de l'intervention et du constat (image prétexte). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Un motocycliste de 55 ans a perdu la vie dimanche dans une collision avec une voiture sur la commune de Valbroye (VD). Le malheureux est décédé sur place, malgré l'intervention des secours. Le conducteur de l'automobile a été fortement choqué.

L'accident s'est produit peu après 18h30, sur la route reliant Prévondavaux à Combremont-le-Petit. Pour une raison encore inconnue, le motocycliste "a perdu la maîtrise de son engin dans une courbe à droite et est venu percuter frontalement un véhicule automobile qui circulait normalement en sens inverse", a fait savoir la Police cantonale vaudoise lundi dans un communiqué.

La route a été fermée dans les deux sens durant plusieurs heures pour les besoins de l'intervention et du constat. Une enquête a été ouverte.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture