Rejoignez-nous

Actualité

Au moins 1234 morts en Indonésie après le tsunami

Publié

,

le

Même si l'aide humanitaire commence à arriver, les survivants doivent toujours affronter la faim et la soif. Vivres et eau potable sont rares. (©KEYSTONE/EPA/ADI WEDA)

Le bilan du séisme suivi d'un tsunami qui a frappé l'île indonésienne des Célèbes est passé à au moins 1234 morts, a annoncé mardi l'agence de gestion des catastrophes. Un précédent bilan faisait état de 844 morts.

"A 13h00 le dernier bilan disponible est de 1234 morts", a indiqué Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes au cours d'un point presse. La catastrophe qui a frappé vendredi la localité de Palu, où vivent 350'000 habitants sur la côte occidentale des Célèbes, a aussi fait 61'867 déplacés.

Alors que les autorités avaient toléré ces derniers jours que la population se serve dans les magasins devant le manque d'approvisionnement et l'aide qui tardait à venir, la police a arrêté mardi 35 personnes pour avoir volé des ordinateurs et de l'argent et s'est engagée à arrêter les pillages.

Même si l'aide humanitaire commence à arriver, les survivants doivent toujours affronter la faim et la soif. Vivres et eau potable sont rares. Et les hôpitaux sont submergés par le nombre de blessés.

Les secours manquent d'équipements lourds. Ils peinent également du fait de la coupure des routes et de l'ampleur même des dégâts.

Accès difficile

L'armée indonésienne dirige les secours mais, à la suite d'un appel du président, des ONG internationales ont également dépêché des équipes sur le terrain.

La Croix-Rouge a annoncé mardi avoir fait une découverte macabre dans une église du centre des Célèbes balayée par une coulée de boue: "Trente-quatre corps au total ont été retrouvés", a déclaré à l'AFP Aulia Arriani, une porte-parole. L'âge exact des victimes n'a pas été précisé dans l'immédiat.

Initialement, 86 jeunes participaient à un camp d'étude de la Bible dans le Centre de formation de l'Eglise de Jonooge avaient été portés disparus. Le sort de ceux dont les corps n'ont pas été récupérés était non précisé dans l'immédiat.

Le district montagneux de Siri Biromaru, au sud-est de Palu, est difficile d'accès et les secouristes sont confrontés à une marche exténuante pour récupérer les victimes.

L'Indonésie est le pays musulman le plus peuplé du monde mais compte des minorités religieuses, y compris chrétiennes parmi ses 260 millions d'habitants.

Décomposition accélérée

Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (UNOCHA) a estimé lundi à 191'000 le nombre de personnes ayant besoin d'une aide humanitaire d'urgence, dont 46'000 enfants et 14'000 personnes âgées. Les morts pris au piège dans les décombres des bâtiments dévastés par le séisme de magnitude 7,5, sont également un motif d'inquiétude pour les autorités. Dans le climat équatorial chaud et humide qui prévaut en Indonésie, la décomposition est accélérée et fournit un terrain propice aux maladies.

A Poboya, dans les collines surplombant Palu, les volontaires ont commencé à enterrer les victimes dans une vaste fosse commune, d'une capacité pouvant aller jusqu'à 1300 corps. Les camions transportant les dépouilles enveloppées dans des sacs orange, jaune et noir font la navette jusqu'au site. Les corps sont déposés jusqu'à la fosse et ensevelis par des pelleteuses.

A Balaroa, un quartier périphérique de Palu qui abritait un complexe résidentiel, les dégâts sont énormes. La zone est rasée, parsemée d'arbres arrachés, de morceaux de béton, de tôles ondulées tordues, de cadres de portes arrachés et de meubles en miettes.

A la recherche des proches

Les équipes mènent une course contre la montre pour sortir des survivants. Dans le seul hôtel Roa Roa, les secouristes estiment que 50 à 60 personnes pourraient avoir été ensevelies. Pour l'instant deux personnes ont été sauvées sur ce site, selon une source officielle. Bon nombre d'habitants ont passé les derniers jours à la rechercher leurs proches disparus. D'autres font la tournée des morgues en plein air, où les morts sont allongés en plein soleil.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a expliqué qu'il s'efforçait de réunir les familles séparées et fournissait une "aide médico-légale" pour aider à l'identification des victimes.

L'archipel de 17'000 îles et îlots formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indopacifique, australienne et eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, zone de forte activité sismique. Mardi, le pays a subi mardi une nouvelle série de secousses, qui se sont produites toutefois à des centaines de kilomètres de Palu.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Une expulsion qui a tout changé

Publié

le

Dimitri Cavaré voit rouge et la tournure du match va changer. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Sion séduit encore mais ne parvient toujours pas à s'imposer à Tourbillon. Après la défaite contre YB et le nul face au Servette FC, les Sédunois ont partagé l'enjeu devant les Grasshoppers (2-2).

Après une première période parfaitement maîtrisée avec un but de Filip Stojilkovic sur un centre de Musa Araz, les Sédunois ont perdu le fil du match à la 54e minute avec l'expulsion de Dimitri Cavaré pour une faute de dernier recours. A dix contre onze, ils concédaient très vite deux buts de Tomas Ribeiro (56e) et du joker Renat Dadashov (62e). Mais cette saison, le FC Sion témoigne d'une force de caractère qu'il n'affichait pas la saison dernière. Et ce n'est que justice si Denis-Will Poha pouvait exploiter une relance catastrophique de Noah Loosli pour égaliser à la 67e.

On devait en rester là et ce résultat doit convenir aux deux formations. Le FC Sion a cueilli un point qui semblait bien lointain à 2-1 pour l'adversaire et en infériorité numérique. Quant aux Grasshoppers, ils demeurent invaincus après cinq rencontres pour s'emparer provisoirement la première place du classement.

A noter que la dernière victoire à domicile du FC Sion en championnat remonte à un succès 1-0 contre Lausanne le 2 mars dernier. Il reste désormais sur neuf rencontres sans la moindre victoire. Jamais encore, le FC Sion n'avait accusé une telle série en Super League.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Personne n'a empoché le jackpot samedi soir au Swiss Loto. (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 7, 15, 18, 23, 32 et 41 . Le numéro chance était le 3, le rePLAY le 5 et le Joker le 017860.

Lors du prochain tirage samedi, 13,5 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Une septuagénaire décède sur l'A9

Publié

le

Une Vaudoise de 76 ans est décédée vendredi en fin de journée lors d'un accident sur l'autoroute entre Chexbres et Vennes (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une personne a perdu la vie et quatre autres ont été blessées vendredi en fin de journée sur l'A9 entre Chexbres et Lausanne-Vennes. Une collision dans le tunnel de Chauderon est à l'origine de l'accident.

A l'entrée du tunnel, vendredi vers 17h30, une voiture a heurté la glissière de sécurité, avant d'être percutée par un fourgon qui la suivait, relate samedi la police vaudoise dans un communiqué.

Une des passagères de la voiture impliquée, une Vaudoise de 76 ans, est décédée sur les lieux de l'accident. Les trois autres occupants de la voiture, blessés et en état de choc, ont été transportés en ambulance au CHUV ainsi que le conducteur du fourgon également en état de choc. Leurs jours ne sont pas en danger.

L'autoroute a dû être fermée et les véhicules se trouvant sur la chaussée montagne ont été évacués. Cette situation a provoqué d'importantes perturbations du trafic dans la région ainsi qu'un bouchon de plusieurs kilomètres sur l'autoroute entre Vevey et Lausanne. Le trafic a pu être rétabli samedi vers 03h30.

Le Ministère public a ouvert une instruction pénale afin d'établir les circonstances exactes de cet accident, ajoute la police vaudoise, qui lance un appel à témoins.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Un festival buskers à Morges (VD)

Publié

le

Les musiques du monde seront à l'honneur au centre-ville de Morges pour la première édition de son festival buskers (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Nouveau venu parmi les festivals vaudois de l'été, BuskersAMorges se déroule de mercredi à samedi. La manifestation met à l'honneur les musiques du monde avec quinze groupes et une cinquantaine d'artistes venus d'Amérique latine, d'Afrique, du Japon ou encore d'Irlande et de Suisse.

Outre la musique, des contes et des spectacles de danse ou de cirque seront proposés dans les rues de Morges de 17h00 à minuit. A l'instar des autres festivals buskers, l'accès aux spectacles est gratuit, le public étant invité à contribuer au chapeau des artistes.

La majorité des artistes seront présents durant les quatre jours du festival. Ils se produiront à plusieurs reprises dans les six endroits prévus au centre-ville.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Brûler du bois est mauvais pour le climat, dit un météorologue

Publié

le

Lorsque le bois est brûlé, le CO2 capturé par l'arbre est relâché dans l'atmosphère (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Un météorologue alémanique s'insurge contre la recommandation d'acheter du bois de chauffage pour l'hiver afin de faire face à la crise énergétique. Selon lui, les pellets de bois sont aussi nocifs pour le climat que le charbon, le gaz ou le pétrole.

Interrogé dans les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia, Jörg Kachelmann relève que les substances nocives émises s'accumulent dans l'air en hiver. "Le fait que l'on mente aux gens pour qu'ils croient à toutes ces bêtises de propriétaires forestiers, qui mettent notre avenir en péril, est très mortifiant", lance-t-il.

Le météorologue rappelle qu'il existe de nombreuses alternatives au bois, comme l'énergie solaire, les pompes à chaleur ou la géothermie. Mais le gouvernement n'a rien fait pour aller dans ce sens, ajoute-t-il. "La protection de la population a été oubliée à un moment donné avec le livret de la protection civile et les médias recopient les mensonges éhontés du lobby du bois, selon lequel, brûler des forêts est bon chez nous mais mauvais en Amazonie".

"Un tel appel est une révélation et une preuve de la manière catastrophique dont un pays a oublié de réfléchir, de se prémunir, de se libérer de ses dépendances", poursuit-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture