Rejoignez-nous

Actualité

Au moins 1234 morts en Indonésie après le tsunami

Publié

,

le

Même si l'aide humanitaire commence à arriver, les survivants doivent toujours affronter la faim et la soif. Vivres et eau potable sont rares. (©KEYSTONE/EPA/ADI WEDA)

Le bilan du séisme suivi d'un tsunami qui a frappé l'île indonésienne des Célèbes est passé à au moins 1234 morts, a annoncé mardi l'agence de gestion des catastrophes. Un précédent bilan faisait état de 844 morts.

"A 13h00 le dernier bilan disponible est de 1234 morts", a indiqué Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes au cours d'un point presse. La catastrophe qui a frappé vendredi la localité de Palu, où vivent 350'000 habitants sur la côte occidentale des Célèbes, a aussi fait 61'867 déplacés.

Alors que les autorités avaient toléré ces derniers jours que la population se serve dans les magasins devant le manque d'approvisionnement et l'aide qui tardait à venir, la police a arrêté mardi 35 personnes pour avoir volé des ordinateurs et de l'argent et s'est engagée à arrêter les pillages.

Même si l'aide humanitaire commence à arriver, les survivants doivent toujours affronter la faim et la soif. Vivres et eau potable sont rares. Et les hôpitaux sont submergés par le nombre de blessés.

Les secours manquent d'équipements lourds. Ils peinent également du fait de la coupure des routes et de l'ampleur même des dégâts.

Accès difficile

L'armée indonésienne dirige les secours mais, à la suite d'un appel du président, des ONG internationales ont également dépêché des équipes sur le terrain.

La Croix-Rouge a annoncé mardi avoir fait une découverte macabre dans une église du centre des Célèbes balayée par une coulée de boue: "Trente-quatre corps au total ont été retrouvés", a déclaré à l'AFP Aulia Arriani, une porte-parole. L'âge exact des victimes n'a pas été précisé dans l'immédiat.

Initialement, 86 jeunes participaient à un camp d'étude de la Bible dans le Centre de formation de l'Eglise de Jonooge avaient été portés disparus. Le sort de ceux dont les corps n'ont pas été récupérés était non précisé dans l'immédiat.

Le district montagneux de Siri Biromaru, au sud-est de Palu, est difficile d'accès et les secouristes sont confrontés à une marche exténuante pour récupérer les victimes.

L'Indonésie est le pays musulman le plus peuplé du monde mais compte des minorités religieuses, y compris chrétiennes parmi ses 260 millions d'habitants.

Décomposition accélérée

Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (UNOCHA) a estimé lundi à 191'000 le nombre de personnes ayant besoin d'une aide humanitaire d'urgence, dont 46'000 enfants et 14'000 personnes âgées. Les morts pris au piège dans les décombres des bâtiments dévastés par le séisme de magnitude 7,5, sont également un motif d'inquiétude pour les autorités. Dans le climat équatorial chaud et humide qui prévaut en Indonésie, la décomposition est accélérée et fournit un terrain propice aux maladies.

A Poboya, dans les collines surplombant Palu, les volontaires ont commencé à enterrer les victimes dans une vaste fosse commune, d'une capacité pouvant aller jusqu'à 1300 corps. Les camions transportant les dépouilles enveloppées dans des sacs orange, jaune et noir font la navette jusqu'au site. Les corps sont déposés jusqu'à la fosse et ensevelis par des pelleteuses.

A Balaroa, un quartier périphérique de Palu qui abritait un complexe résidentiel, les dégâts sont énormes. La zone est rasée, parsemée d'arbres arrachés, de morceaux de béton, de tôles ondulées tordues, de cadres de portes arrachés et de meubles en miettes.

A la recherche des proches

Les équipes mènent une course contre la montre pour sortir des survivants. Dans le seul hôtel Roa Roa, les secouristes estiment que 50 à 60 personnes pourraient avoir été ensevelies. Pour l'instant deux personnes ont été sauvées sur ce site, selon une source officielle. Bon nombre d'habitants ont passé les derniers jours à la rechercher leurs proches disparus. D'autres font la tournée des morgues en plein air, où les morts sont allongés en plein soleil.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a expliqué qu'il s'efforçait de réunir les familles séparées et fournissait une "aide médico-légale" pour aider à l'identification des victimes.

L'archipel de 17'000 îles et îlots formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indopacifique, australienne et eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, zone de forte activité sismique. Mardi, le pays a subi mardi une nouvelle série de secousses, qui se sont produites toutefois à des centaines de kilomètres de Palu.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Record de jours de "stress thermique extrême" en Europe en 2023

Publié

le

La Grèce a connu en 2023 le plus grand incendie de forêt de l'histoire du continent, qui a dévasté 96'000 hectares (archives). (© KEYSTONE/EPA ANA-MPA/KOSTAS TSIRONIS)

L'Europe a connu en 2023 un nombre record de jours de "stress thermique extrême", ont indiqué l'observatoire européen Copernicus et de l'OMM lundi. Le "stress thermique extrême" correspond à une température ressentie dépassant l'équivalent de 46 degrés celsius.

Cet indice prend en compte l'effet sur le corps humain de la température combinée à d'autres facteurs (humidité, vent, rayonnement), précise le rapport annuel du service changement climatique de Copernicus, réalisé avec l'Organisation météorologique mondiale (OMM), chargée des questions relatives au temps, au climat et à l'eau.

Outre les canicules, le continent a subi de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes au cours de l'année: deux millions de personnes ont été touchées par des inondations ou des tempêtes, des sécheresses sévères ont affecté la péninsule Ibérique et l'est de l'Europe et le plus grand incendie de forêt de l'histoire du continent a dévasté 96'000 hectares en Grèce.

Ces catastrophes ont coûté 13,4 milliards d'euros, à 80% imputables aux inondations lors d'une année marquée par des précipitations très au-dessus de la moyenne, notent les deux institutions.

Impact sanitaire

Leur rapport s'attarde particulièrement sur l'impact sanitaire des canicules, alors que le réchauffement climatique rend les étés de plus en plus chauds et meurtriers sur le continent.

"Nous observons une tendance à la hausse du nombre de jours de stress thermique en Europe et 2023 n'a pas fait exception" avec ce nouveau record, qui n'est toutefois pas quantifié dans le rapport, a déclaré Rebecca Emerton, climatologue à Copernicus.

Pour mesurer ce confort thermique, le C3S et l'OMM se réfèrent à l'indice universel du climat thermique (UTCI en anglais) qui représente la chaleur subie par le corps humain en prenant en compte non seulement la température, mais aussi l'humidité, la vitesse du vent, l'ensoleillement et la chaleur émise par l'environnement, dont l'effet est plus prononcé dans les villes où les matériaux (béton, goudron...) absorbent davantage les rayonnements solaires.

L'indice, exprimé en équivalence d'une "température ressentie" en degrés celsius, comprend dix catégories différentes: du stress froid extrême (au-delà de -40) au stress chaud extrême (plus de 46) en passant par l'absence de stress thermique (entre 9 et 26).

Du jamais vu

Une exposition prolongée au stress thermique augmente le risque de maladie et est particulièrement dangereuse pour les personnes vulnérables.

Le 23 juillet, au plus fort de la canicule, 13% de l'Europe connaissait un degré au moins de stress thermique, du jamais vu. La chaleur extrême a frappé surtout le sud de l'Europe, où la température de l'air a atteint jusqu'à 48,2 degrés en Sicile, soit 0,6 degré de moins que le record continental.

La surmortalité liée à la chaleur en 2023 n'est pas encore connue, mais le rapport rappelle que des dizaines de milliers de personnes sont mortes en Europe au cours des étés étouffants de 2003, 2010 et 2022.

Causé par les émissions de gaz à effet de serre de l'activité humaine, le réchauffement climatique augmente l'intensité, la durée et la fréquence des canicules.

Mesures "bientôt insuffisantes"

Le phénomène est particulièrement visible en Europe, qui se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne de la planète, dont le climat mondial est déjà au moins 1,2 degrés plus chaud qu'avant l'ère industrielle.

Le réchauffement accru en Europe, associé au vieillissement de la population et à l'augmentation du nombre de citadins, aura de "graves conséquences pour la santé publique", ajoute le rapport. "Les mesures actuelles de lutte contre la canicule seront bientôt insuffisantes" pour y faire face.

Au niveau mondial, 2023 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée, sous l'effet du changement climatique accentué par le retour du phénomène cyclique El Niño. La température des océans, qui absorbent 90% de l'excès de chaleur provoqué par l'humanité, se maintient à des chaleurs inédites depuis un an.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Les recherches continuent après le crash d'hélicoptères japonais

Publié

le

Les deux hélicoptères patrouilleurs SH-60K se sont abîmés dans l'océan Pacifique avec quatre personnes à bord chacun. (© KEYSTONE/AP)

D'importantes recherches en mer se poursuivaient lundi au Japon après le crash ce week-end de deux hélicoptères des forces d'autodéfense japonaises, probablement entrés en collision lors d'un exercice nocturne. L'accident a fait un mort et sept disparus.

Dix navires et cinq aéronefs de la force maritime d'autodéfense japonaise sont mobilisés pour ces opérations, ainsi que des éléments de la force aérienne d'autodéfense et des gardes-côtes nippons, selon un officier de la marine. "Nous menons des opérations de recherches 24 heures sur 24".

Les deux hélicoptères patrouilleurs SH-60K se sont abîmés en mer avec quatre personnes à bord chacun. Ils participaient au moment de l'accident à un exercice nocturne de lutte anti-sous-marine dans l'océan Pacifique, à plusieurs centaines de kilomètres au sud de Tokyo.

Un soldat retrouvé

Un seul membre d'équipage, décédé, a été retrouvé pour l'heure, ainsi que des débris des appareils et leurs enregistreurs de vol. Les données de ces enregistreurs éloignent pour l'instant l'hypothèse d'un accident causé par des problèmes techniques, a souligné le ministre de la défense Minoru Kihara.

En raison de ce drame, le chef d'état-major des forces maritimes d'autodéfense, l'amiral Ryo Sakai, a annulé un déplacement en Chine, où il devait participer à un congrès naval international sur le Pacifique occidental.

"Il est extrêmement regrettable que nous ayons perdu du personnel important qui participait à un entraînement très dur, tard dans la nuit", a déclaré lundi le premier ministre japonais Fumio Kishida.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Suisse

Séisme de magnitude 3,8 dans le nord vaudois

Publié

le

Le Service sismologique suisse enregistre entre 1000 et 1500 séismes chaque année (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Un séisme de magnitude 3,8 sur l'échelle de Richter s'est produit dans la nuit de dimanche à lundi près d'Yvonand (VD), selon le Service sismologique suisse (SED) de l'EPFZ. Ce tremblement de terre a pu être ressenti sur une zone étendue.

La secousse s'est produite à 03h35, précise le SED dans une annonce automatique. L'hypocentre se trouvait à 1,6 kilomètre de profondeur. En règle générale, on ne s’attend pas à des dégâts pour un tremblement de terre de cette magnitude.

Le Service sismologique suisse enregistre entre 1000 et 1500 séismes chaque année. La population n'en ressent que 10 à 20. Ces tremblements de terre présentent en général des magnitudes de 2,5 ou plus.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Huit corps retrouvés au bord d'une route au Mexique

Publié

le

Un message présumément attribué au trafic de drogue a été retrouvé à côté des neuf corps, selon un média mexicain (cliché symbolique/Keystone archives). (© KEYSTONE/AP/FELIX MARQUEZ)

Huit corps ont été retrouvés dimanche au bord d'une route dans le nord du Mexique, ont indiqué des sources judiciaires. Les médias locaux font état de neuf corps découverts dénudés et portant des traces de violence.

"Huit personnes de sexe masculin ont été retrouvées sans vie" vers 08h30 locales sur la route entre Chihuahua et Ciudad Juarez près de la frontière avec les Etats-Unis d'Amérique, a indiqué le parquet général de l'Etat de Chihuahua dans un communiqué.

Une enquête a été ouverte "pour élucider la cause de la mort" et identifier les victimes. Aucune preuve balistique n'a été retrouvée.

A côté des neuf corps a été retrouvé "un message présumément attribué au trafic de drogue", rapporte pour sa part le site du journal Milenio. "Les corps ont été retrouvés dénudés et les mains attachées avec du plastique transparent", ajoute Milenio.

Toutes les victimes avaient environ entre 35 et 50 ans, selon la même source.

Le Mexique a enregistré plus de 420'000 meurtres depuis 2006, début d'une vaste offensive antidrogue lancée par le président de l'époque, Felipe Calderon. La plupart sont attribués à des organisations criminelles.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Percée pour les héritiers de l'ETA politique au Pays basque

Publié

le

Arnaldo Otegi (à droite sur le cliché) a promis de "continuer à travailler humblement" pour le peuple. (© KEYSTONE/EPA/Miguel Tona)

Le parti séparatiste EH Bildu, considéré comme l'héritier de la branche politique de l'ETA, a réalisé dimanche une percée électorale historique lors d'un scrutin régional au Pays basque, en Espagne. Il n'est toutefois pas parvenu à se hisser en tête.

La formation de gauche est passée de 21 à 27 sièges sur 75 au sein du parlement régional. Elle détient le même nombre de députés que le parti nationaliste basque (PNV), parti conservateur qui domine la vie politique régionale depuis des décennies.

Le PNV, qui perd quatre sièges, mais a recueilli près de 30'000 voix de plus, est toutefois assuré de conserver le pouvoir dans cette riche région industrielle, peuplée de 2,2 millions d'habitants et dotée d'énormes compétences.

"Le PNV a gagné les élections" et va "donc prendre la responsabilité de former le gouvernement" régional, a déclaré son président Andoni Ortuzar.

Selon les analystes, la coalition actuellement au pouvoir dans la région entre le PNV et les socialistes du premier ministre espagnol Pedro Sánchez, arrivés troisièmes du scrutin, devrait être reconduite.

"Pas de géant"

Six ans après la dissolution en 2018 de l'ETA, tenue pour responsable de la mort de plus de 850 personnes en quatre décennies de violences, EH Bildu a mené une stratégie électorale gagnante. La formation a mis au deuxième plan ses revendications indépendantistes pour se focaliser sur les questions sociales, l'écologie et le féminisme.

Ce parti, toujours dirigé par un ancien membre de l'ETA, Arnaldo Otegi, a bénéficié en particulier d'un fort soutien parmi les plus jeunes, qui ont peu ou pas vécu dans une société basque meurtrie par la violence terroriste.

"Aujourd'hui, nous avons fait un pas de géant. Nous entrons dans une nouvelle ère" au Pays basque, a déclaré dimanche soir Pello Otxandiano, le candidat aux régionales de la formation qui espère un jour parvenir à se hisser au pouvoir dans la région. "Nous allons continuer à travailler humblement, comme toujours, pour ce peuple", a dit pour sa part Arnaldo Otegi.

Ce scrutin régional, très suivi dans le pays, plaçait le parti socialiste de M. Sánchez dans une position inconfortable d'arbitre entre le PNV et Bildu, qui sont deux alliés indispensables de son gouvernement minoritaire au Parlement à Madrid. Les socialistes avaient toutefois, dès le début de la campagne, fermé la porte à une alliance avec Bildu si jamais ce dernier remportait le scrutin.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture