Rejoignez-nous

Actualité

Antonio Hodgers: "la société doit apprendre à vivre avec ce virus"

Publié

,

le

copyright Léman Bleu

Le Conseil d’Etat genevois a présenté ce matin son plan d’action pour sortir du confinement et de la crise du Covid-19. Il a précisé que cette phase était délicate. Trois dates clés définies par le Conseil fédéral, le 27 avril, le 11 mai et le 8 juin. Les crèches vont rouvrir peu à peu en fonction des besoins dès le 27 avril. L'école obligatoire le 11 mai.

Déconfinement attendu

Antonio Hodgers, le président du Conseil d’Etat a souligné que ce déconfinement était attendu, voire rêvé mais il a aussi averti que «la population devait apprendre à vivre avec ce virus». Que seul un vaccin pourra l’arrêter mais que cela prendra des mois avant que la médecine ne le mette au point. Il est revenu sur l’éventuelle contamination des enfants qui inquiète beaucoup à Genève. «Ils ne sont que peu touchés par le virus» a insisté Antonio Hodgers, une affirmation confirmée par le monde scientifique et médical, selon lui.

Trouver un équilibre

Le 27 avril, les coiffeurs, l’esthétique et certains secteurs du commerce de détail vont rouvrir. Ce qui augmente le risque potentiel, selon le Conseiller d’Etat. En avançant "secteur par secteur", il s’agit de minimiser la transmission du virus et de prendre des précautions. Pour Antonio Hodgers, le risque zéro n’existe pas mais il s’agit de trouver un équilibre. Il a rappelé d’éviter les accolades et les serrages de main.

L’arrêté Covid-19 du Conseil d'Etat reste en vigueur durant toute cette période, à savoir la distanciation sociale, l’hygiène des mains, la règle des 5 personnes.

Réouverture progressive des crèches

Le 27 avril prochain, les crèches vont rouvrir progressivement jusqu’au 11 mai mais des mesures d’accompagnement sont prévues. Avec le médecin cantonal un plan de protection va être mis en place. Le 11 mai, c’est au tour de l’école obligatoire de reprendre. Concernant les examens de maturité et de fin de diplôme, les oraux sont supprimés. Une décision qui revient aux cantons. En revanche pour les écrits la réponse revient à la Confédération qui doit encore se déterminer. Mais le champ d’application des examens s’arrête au 13 mars. La Conseillère d'Etat chargée de l'instruction publique, Anne Emery-Torracinta.

Anne Emery-TorracintaConseillère d'Etat chargée de l'instruction publique

Reprise de certains chantiers

En tant que maître d’ouvrage, l’Etat a décidé de rouvrir certains chantiers. Ce sont des chantiers de caractère stratégique, a expliqué le Conseiller d’Etat chargé des infrastructures, Serge Dal Busco. Il s’agit notamment du chantier de la route des Nations, du prolongement du tram à Bernex, de celui de la route suisse à Versoix, des Vernets et de la plage des Eaux-vives. L’Etat va servir d’exemple et les contrôles seront très serrés.

Guichets de l'Etat accessibles

Concernant les services de l’Etat, certains guichets vont être de nouveau accessibles. Les guichets de l’office cantonal des véhicules notamment. Un bon nombre de prestation peuvent néanmoins se faire en ligne et le Conseil d’Etat encourage la population à ne pas se déplacer et de privilégier également le télétravail.

Transports publics

L’offre dépend des décisions fédérales qui doit planifier toute la reprise du réseau. L’objectif pour le 11 mai est de faire en sorte que l’offre de transport en commun soit la plus importante possible. Les règles à l’intérieur des véhicules des TPG vont aussi s’appliquer et la densité des passagers ne devra pas être la même, de façon à conserver les distances. La Confédération doit d’ailleurs élaborer un concept de protection qui sera présenté le 29 avril.

Stationnement

Les règles de stationnement vont reprendre petit à petit dès la reprise des activités économiques. Le but est d’avoir une fluidité, selon le Conseiller d’Etat Serge Dal Busco. Il va falloir accompagner l'abandon de ces mesures pour éviter le chaos progressivement d'ici au 11 mai. Dès cette date le contrôle du stationnement va reprendre. Il avait été interrompu depuis le 23 mars. Serge Dal Busco

Serge Dal BuscoConseiller d'Etat chargé des infrastructures

Situation fragile des migrants

Thierry Apothéloz a relevé que cette crise exacerbe les besoins des personnes fragiles, notamment les migrants. La loi fédérale sur l'intégration prévoit ces risques, comme celui de ne pas voir son permis renouvelé ou de ne pas pouvoir l'obtenir. Les personnes migrantes pourront obtenir ces prestations. Le Conseil d'Etat a la volonté de limiter les casses autant que possible. Des prestations sociales existent dans le respect des règles du SEM, le Secrétariat d'état à la migration pour éviter d'avoir "une crise sociale non maîtrisée, à relevé le Conseiller d'Etat chargé de la cohésion sociale.

Indemnité pour les petits patrons

Les petits entrepreneurs, chefs d'entreprise  peuvent obtenir, sur demande, une aide supplémentaire du Canton a rappelé Antonio Hodgers, d'un montant de 2'560 francs par mois qui vont s'ajouter aux 3320 francs d'allocation pour perte de gain.

Grand Conseil et Conseils municipaux

Le Grand Conseil va se réunir en séance plénière au mois de mai. Pour les Conseils municipaux, le Conseil d'Etat a repris son arrêté. Ils vont pouvoir se réunir à nouveau dès le 27 avril, dans le respect des mesures sanitaires (selon les directives de la direction générale de la santé) ou par vidéo conférence sur demande de l'exécutif ou d'un cinquième des Conseils municipaux. Une demande qui doit se faire auprès du Conseil administratif. L'accès au public est interdit mais il pourra être suivi en streaming. Les séances en vidéoconférence doivent répondre à certaines conditions. Quant aux séances d'installation dès le 1er juin, elles pourront être faites en présentielles pour autant que les normes sont respectées.

Guichets de l'administration communale

Ils vont pouvoir s'ouvrir dès le 27 avril moyennant le respect des normes sanitaires.

Masque

Le Canton s'approvisionne en masque et en protection. Le port du masque n'est néanmoins pas obligatoire à Genève comme dans le reste de la Suisse.

En conclusion, le Président du Conseil d'Etat a remercié la population genevoise d'avoir joué le jeu et de le jouer encore puisque le déconfinement se fera secteur par secteur. Ces étapes vont susciter des inquiétudes mais elles se feront progressivement pour éventuellement pouvoir revenir en arrière, si nécessaire. L'objectif de ces mesures sanitaires est d'avoir pour chaque citoyen une prise en charge optimale à l'hôpital, a souligné Antonio Hodgers.

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

La cagnotte record du Swiss Loto reste en jeu

Publié

le

Le Swiss Loto est un jeu de loterie classique proposé en Suisse depuis 1970. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Swiss Loto a fait un nouveau millionnaire mercredi, mais le jackpot record de 53,2 millions de francs n'est pas tombé. C'est grâce au jeu du Jocker que le bulletin gagnant permet à son détenteur d'empocher plus de 2,5 millions de francs.

Il n'y a pas de grand gagnant. Le prochain jackpot, samedi, atteint 56,5 millions de francs. Il s'agira du nouveau record.

Les six bons numéros du Swiss Loto sont 10, 13, 14, 23, 24, 30. Le numéro Chance est le 1, le Replay le 5.

Le nouveau millionnaire a joué en Suisse alémanique ou au Tessin, a indiqué dans un communiqué Swissloss, le partenaire de la Loterie romande. Il gagne 2'551'736 francs. Les numéros du jocker gagnant sont 9, 1, 2, 7, 9, 7.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Salle de gym du collège de Bière: piste criminelle privilégiée

Publié

le

La salle de gymnastique est entièrement détruite. (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

La piste criminelle est privilégiée par les enquêteurs dans l'incendie de la salle de gymnastique du collège de Bière. La police lance un appel à témoins.

Les premiers éléments de l’enquête semblent indiquer un acte d’origine criminel, écrit-elle mercredi soir dans un communiqué.

L'incendie a ravagé mercredi matin la salle de gymnastique du collège de Bière (VD). Aucune victime n'est à déplorer. L'établissement scolaire, qui accueille 200 élèves de quatre à douze ans, restera fermé jusqu'à la fin de la semaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

La levée du statut S inquiète les milieux de l'asile

Publié

le

Pour l'ancienne conseillère d'Etat vaudoise Cesla Amarelle, "le temps ne joue pas en faveur du statut S" (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

La levée du statut S, que le Conseil fédéral ne prévoit pas avant mars 2025, inquiète. Les milieux de l'asile appellent le Conseil fédéral à anticiper pour mettre fin à ce statut temporaire qui freine l'intégration, notamment au marché du travail.

Activé en mars 2022 pour les personnes fuyant la guerre en Ukraine, le statut de protection S a été prolongé jusqu'au 4 mars 2025. "Le temps ne joue pas en faveur du statut S", a expliqué mercredi Cesla Amarelle, professeure de droit à l'Université de Neuchâtel. Elle intervenait lors d'un point de presse de la plateforme asile.ch qui tirait le bilan de deux ans de ce permis avec le Pôle de recherche national consacré aux études sur la migration, nccr - on the move.

Selon elle, le Conseil fédéral serait bien inspiré de ne pas trop attendre. Dans son plan provisoire de mise en ½uvre de la levée du statut S, la Confédération part de l'idée que sur les 70'000 bénéficiaires de ce permis, 14'000 devraient être renvoyées sous contrainte. Un nombre sous-évalué, selon l'ancienne conseillère d'Etat.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Le Conseil fédéral veut interdire le Hamas en Suisse pendant 5 ans

Publié

le

Le nouveau conseiller fédéral Beat Jans a tenu mercredi sa première conférence de presse à Berne dans son nouveau rôle, pour présenter la loi sur l'interdiction du Hamas. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le Hamas doit être interdit en Suisse pendant cinq ans. Le Conseil fédéral a ouvert mercredi la consultation sur un projet en ce sens. L'interdiction vise aussi les organisations apparentées au groupe islamiste. La consultation court jusqu'au 28 mai.

Dans le détail, les organisations servant de couverture au Hamas, celles qui en émanent, ainsi que les organisations et groupements qui agissent sur son ordre ou en son nom sont également visées. Dans un communiqué, le gouvernement précise qu'il peut aussi interdire les organisations et groupements considérés comme terroristes qui sont particulièrement proches du Hamas et dont les dirigeants, les buts ou les moyens sont identiques aux siens.

L'interdiction est gage de sécurité juridique et a un effet préventif et répressif, souligne le Conseil fédéral. Elle réduit le risque que la Suisse soit utilisée comme zone de repli et diminue la menace d'activités terroristes sur sol suisse. Elle permet aussi aux autorités de poursuite pénale de contrer de façon plus ciblée les soutiens du Hamas, en facilitant l'administration des preuves.

Il sera également plus efficace et facile de prendre des mesures de police préventives, comme des interdictions d'entrée ou des expulsions, et de lutter contre le financement du terrorisme. Les autorités suisses pourront plus facilement échanger avec leurs homologues étrangères des informations sur les flux financiers en cas de soupçons.

Le Hamas et les organisations liées sont pénalement qualifiés de terroristes. Les actes de soutien sont passibles d'une peine privative de liberté de 10 ans au plus et, pour les personnes qui exercent une influence déterminante au sein de ces entités, de 20 ans au plus.

Prolongation possible par le Parlement

La durée de validité de la loi est limitée à cinq ans, comme le projet a des conséquences majeures pour les organisations, groupements et personnes concernés, note le Conseil fédéral. Elle peut être prolongée par le Parlement lors d'un processus ordinaire. Les Chambres ont déjà chacune adopté en décembre deux motions visant aussi à interdire le Hamas.

Pour sa part, le Conseil fédéral a déjà décidé le 11 octobre de qualifier le Hamas d'organisation terroriste, après les attaques du 7 octobre, qui ont causé la mort de près de 1200 personnes originaires d'Israël ou d'autres pays, dont deux Suisses. Le Hamas s'en est délibérément pris à la population civile, emmenant près de 250 enfants, femmes et hommes en otages, relève le gouvernement. Quelque 130 d'entre eux ne sont toujours pas libérés. D'après Israël, 30 seraient morts.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Le Conseil fédéral veut interdire le Hamas en Suisse pendant 5 ans

Publié

le

Après les attaques du Hamas du 7 octobre dernier, le Conseil fédéral avait déjà décidé de qualifier l'organisation de terroriste (archives). (© KEYSTONE/AP/TSAFRIR ABAYOV)

Le Hamas doit être interdit en Suisse. Le Conseil fédéral a ouvert mercredi la consultation sur un projet en ce sens. L'interdiction vise aussi les organisations apparentées au groupe islamiste. La durée de validité de la loi est limitée à cinq ans.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture