Rejoignez-nous

Actualité

Accident du rallye Dakar 1986: hommage à un pilote suisse

Publié

,

le

Le jeune pilote d'hélicoptère François-Xavier Bagnoud effectuait régulièrement des vols et sauvetages pour la compagnie privée de son père Air Glaciers.

Le 14 janvier 1986 en soirée, un hélicoptère s’écrase au Mali lors de la 14ème étape du rallye Dakar. A son bord, les cinq passagers perdent la vie. Hommage à François-Xavier Bagnoud, jeune pilote d’hélicoptère né à Genève, aux commandes de l’appareil.

C’est une histoire qui commence dans la passion. Fils d’Albina Du Boisrouvray et Bruno Bagnoud, le jeune suisse né en 1961 à Genève attrape très tôt le virus du pilotage. Son père est le fondateur de la société Air Glaciers basée à Sion, spécialisée dans le secours en montagne. François-Xavier est un élève pour le moins brillant et lors de ses études en France et aux Etats-Unis, il se démarque par un apprentissage rapide et de grandes qualités en tant que pilote. Devenu ingénieur en aérospatial, il écrit aussi un ouvrage intitulé Théorie de l’hélicoptère pour les pilotes privés. Il devient à l’époque le plus jeune pilote d’avion et d’hélicoptère d’Europe et travaille plusieurs années auprès de son père pour des sauvetages et vols réguliers. C’est donc un jeune pilote expérimenté qui se rend en Afrique pour suivre le rallye Dakar. Retour sur le contexte de ce tragique accident.

Paris Dakar, ou l’histoire d’un rallye dangereux.

Le Rallye Dakar, anciennement appelé Paris-Dakar n’a plus besoin d’être présenté, il figure chaque année dans les actualités et représente sans doute l’un des rallyes les plus importants. Inauguré en 1978 sur la place du Trocadéro à Paris sur l’idée de son créateur Thierry Sabine, il rassemble alors moins de 200 équipages. Un chiffre qui ne cessera de grimper. 

Le rallye ne vit pas que des heures de gloire, et compte de nombreux moments sombres en raisons de la grande difficulté de cette épreuve. Des éléments s’accumulent et rendent le parcours difficile et dangereux, entre des vents qui effacent les traces et brouillent les pistes, et des risques d’attentats.

En raison de ces complications géopolitiques, la course est déplacée en Amérique du sud en 2009, jusqu’à l’année dernière. L’édition 2020 se déroule actuellement en Arabie Saoudite, jusqu’au 17 janvier.

Au total de ces 42 années de course, 70 décès sont à regretter. Parmi eux, des enfants des populations locales, heurtés par des concurrents, 25 participants, 7 journalistes et aussi, l’accident aérien de 1986, dans lequel l’organisateur de l’événement Thierry Sabine perdra la vie, accompagné du chanteur français Daniel Balavoine, de la journaliste française Nathalie Odent, du technicien RTL Jean Paul Le Fur, et du jeune pilote suisse François-Xavier Bagnoud .

Dernier accident mortel en date, le pilote portuguais Paulo Goncalves, concourant pour la treizième fois au rallye Dakar, suite à une chute de son engin le 12.01.2020.

Un hélicoptère survolant une dune dans le désert, lors du rallye Dakar 2020. EPA/ANDRE PAIN

Voyage dangereux et météo mouvementée.

L’accident du 14 janvier 1986 ayant entraîné la mort des quatre passagers et du pilote suisse laisse planer un point d’interrogation sur les causes précises de ce crash. En cette journée de la 14ème étape de la course, Sabine et Balavoine se rendent sur les lieux de la mission humanitaire pour laquelle Daniel Balavoine a fait le déplacement. Pour le retour au bivouac de Gourma-Rharous, à 250 km de là, ils monteront donc tous deux dans l’hélicoptère piloté par Bagnoud. Initialement, c’est un équipage tout autre qui était prévu, comprenant Patrick Poivre D’Arvor, le célèbre photographe Yann Arthus-Bertrand et les journalistes français Jean-Luc Roy et Patrick Chêne. Ces derniers changent leurs plans en dernière minute et décident d’embarquer dans un avion pour Tambouctou.

Depuis le début de la journée, c’est une météo très difficile qui accompagne aussi bien les concurrents que le groupe héliporté. En effet, des vents de sable font rage et laissent peu de visibilité. L’équipage décolle tardivement, vers 17h15. Ils effectueront deux arrêts, le premier au départ d’une épreuve chronométrée, et le second pour demander une assistance à cause des conditions météo. Bagnoud était connu pour être un pilote prudent, il parait donc évident qu’il a suivi lors de ce voyage les mêmes règles de sécurité que dans chacune de ses missions, comme en témoigne ce deuxième arrêt. Un fait plus mystérieux repose sur le nouveau décollage de l’hélicoptère. Lors du deuxième arrêt l’équipage croise en effet un 4×4, et Bagnoud confirme au pilote ainsi qu’au co-pilote de leur envoyer une voiture pour les secourir. Selon les témoignages, François-Xavier Bagnoud s’exprimait calmement, tandis que Thierry Sabine est décrit comme très irrité de devoir patienter et se plier aux directives de son pilote.

Finalement, l’appareil redécolle et suit une voiture. Le véhicule percutera une dune allongée et difficilement visible dans la nuit, puis sera entraîné dans plusieurs loopings. La voiture croisée auparavant sera la première témoin de l’accident.

Plusieurs causes pourrait être à l’origine du dernier décollage imprudent de l’appareil. L’humeur de Thierry Sabine, agacé de devoir s’arrêter à seulement cinq minutes de vol de la base a été de nombreuses fois évoquée, tandis qu’un accident nécessitant un retour à la base rapide est aussi possible. En effet, des gazes ont été retrouvées à l’endroit du second arrêt de l’appareil, ce qui pourrait laisser penser à n’importe quel incident (morsures de serpent par exemple) rendant le retour urgent.

Après le décès de François-Xavier Bagnoud, ses proches fondent l’organisation non-gouvernementale FXB pour lutter contre la pauvreté et poursuivre la diffusion des valeurs et la passion des sauvetages chers au cœur du pilote.

 

Moi Manon stagiaire chez Radio Lac

#17 Moi, Manon, 25 ans, stagiaire chez Radio Lac

Publié

le

Mon agenda, parfois bien remplis.

Episode 17: Pourquoi la radio?

C’est une question qui revient assez souvent dans mes conversations. En général, mes amis trouve très sympa que je travaille pour une radio, ensuite ils me demandent quand est-ce que on peut m’entendre, (Pas souvent, désolé) puis pourquoi j’ai décidé de me diriger dans ce domaine. En effet, c’était un peu inattendu.

Quand j’étais petite, j’ai voulu faire mille métier, je me suis passionnée pour des centaines de choses. Du plus loin que je me souvienne, j’aurai aimé être styliste, car je dessinais et je pensais que c’était aussi simple. Ensuite, j’ai voulu être vétérinaire, une idée qui a duré un moment avant que je me rende compte que les études nécessaires étaient surement trop exigeante. Mais c’était déjà trop tard car je faisais un cursus scientifique. Une fois terminé, je suis repartie dans le littéraire avec une licence de langues, suivie d’un bachelor dans le tourisme et la communication. Après ça, partir travailler dans un média faisait du sens dans le non-sens. On me demande aussi souvent ce que je fais et si c’est un bon stage. Répondre en quelques phrases n’est pas forcément l’idéal, donc je vais essayer de répondre dans cet épisode.

Oui, ce que je fais me plait beaucoup. J’aime être indépendante et proposer des sujets. J’aime l’aspect positif que nous essayons de voir dans chaque actu, même si parfois c’est compliqué. Tous les jours, de nouvelles choses sont a entreprendre, de nouveaux contacts à prendre, des interviews à caler, des domaines a étudier, à découvrir. Pendant ce stage, j’ai appris beaucoup de choses sur les techniques de radio, monter des sons, faire des interviews, préparer des sujets, écrire des articles et des lancements, mais aussi sur des sujets dont je n’avais aucune idée. J’en ai appris plus sur l’astronomie, l’économie, la politique, les animaux, l’actualité, la cuisine, la météo, l’histoire, tout cela ua fil des interviews et rencontres en tout genre. Je suis entrée dans un salon érotique, j’ai rencontré le champion d’Europe de pâtisserie, j’ai bu un peu de champagne, parlé chinois, je suis monté en haut de la tour de la RTS, j’ai visité l’ONU et le Musée de la Croix Rouge, caressé des vaches, fait un Escape Game, assisté à une séance de presse, visité le hameau du père Noel, vu l’atelier de Martel…  Lister toutes ces portes que m’a ouvert la radio est encore plus incroyable, et je suis vraiment ravie d’avoir encore quelques semaines à découvrir certainement d’autres sujets.

Les journées sont bien chargées mais je ne regrette pas d’avoir tout ça sur mon petit agenda, il fait aussi office de souvenir, c’est en partie pour cela que j’aime le garder en format papier.

A la semaine prochaine !

Continuer la lecture

Football

Super League : reprise victorieuse, mais laborieuse pour Servette

Publié

le

L'attaquant ivoirien Koro Kone (en blanc) ouvre le score après 15 secondes de jeu ; le gardien neuchâtelois Laurent Walthert est impuissant (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott).

Servette a gagné son match de reprise à Neuchâtel (2-1) grâce à des buts inscrits par Kone et Tasar. Kamber a réduit l’écart pour Xamax en tout début de seconde mi-temps avant de se faire expulser peu avant l’heure de jeu…

Cette fois-ci, ça y est. Servette a enfin réussi à gagner à la Maladière pour la première fois depuis plus de seize ans (03.09.03) et la toute première fois dans le nouveau stade et cette pelouse synthétique. C’est ce qu’on retiendra de ce brumeux soir de janvier neuchâtelois. Après un but inscrit par Koro Kone sur un centre parfait de Miroslav Stevanovic alors qu’on jouait depuis une quinzaine de secondes de jeu, les choses sont devenues beaucoup plus difficiles pour les visiteurs qui ont passablement souffert. Les « rouges et noirs » se sont créés quatre occasions de but nettes avant la mi-temps: par Raphaël Nuzzolo dont le tir a été dévie du bout des doigts en corner par Jeremy Frick (11e), puis par un ancien Servettien Samir Ramizi dont la volée acrobatique a frôlé la cadre des buts servettiens alors que Frick était battu (27e), ensuite par Gaëtan Karlen dont l’envoi a obligé le dernier rempart genevois à une nouvelle parade et par Arbenit Xhemajli dont le coup de tête a laissé le portier visiteur pantois avant de sortir d’un rien.
En seconde période, les Xamaxiens se ménagés de nouvelles occasions : ils ont souvent contraint le gardien servettien à la parade. Mais la palme est revenu à Nuzzolo qui raté un but tout fait dans les tous derniers instants du match.
Les Servettiens, eux, ont réussi à tirer les marrons du feu, marquant au tout début et tout à la fin de la première période. L’essentiel est là. Trois points et un pas de plus vers le maintien, objectif numéro un du club, en repoussant ses adversaires du jour, avant-dernier et potentiellement barragiste à seize points. Que pouvait-on demander de plus d’un match de reprise?

Kone débloque d’entrée son compteur

A ‘issue du match, Koro Kone n’était pas le moins heureux des Hommes lui a permis à ses couleurs de prendre l’avantage d’entrée de jeu ; un apport décisif et surtout bienvenu pour celui qui n’a guère été en vaine l’automne passé.

Koro Kone Attaquant du Servette FC

 

Quant à l’entraîneur Alain Geiger, une prestation peu convaincante de son équipe, il préférait retenir en premier lieu des enseignements positifs de cette partie…

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Alain Geiger : « on a eu peur ! »

Outre les trois points engrangés, le fait d’avoir gagné à Neuchâtel pour la première fois depuis près de dix-sept ans, la toute première fois dans le nouveau stade et sur sa pelouse synthétique, représentait une satisfaction pour le camp servettien. Au contraire de ce qui s’est passé à Neuchâtel en octobre dernier, Servette n’a pas été rejoint au score après avoir mené 2-0…
Quant à dire que c’est le signe d’une progression, il y a un pas que le coach grenat ne franchit pas !

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

 

Continuer la lecture

Actualité

La place des Nations se mue en place « anti 5G »

Publié

le

En moins d’un mois et malgré le moratoire voté par le Conseil d’Etat, le nombre d’antennes 4G équipées de la technologie 5G a quadruplé à Genève. De 28 en décembre dernier, elles sont aujourd’hui 120. Une manifestation « anti 5G » avait lieu cet après-midi place des Nations.

« La 5g aux WC, « Nous voulons garder notre santé et notre liberté » ou encore « Arrêtons la folie 5G » , voici ce que l’on pouvait lire sur les différentes pancartes des manifestants anti 5g, campés sur la place des Nations ce samedi après-midi. Contrairement aux revendications, les effectifs sont très hétérogènes. Le manifestant type est un retraité, un enfant, une femme, un homme, un activiste de longue date ou un citoyen lambda. Tous se sont rassemblés pour dénoncer les dangers de la technologie 5G. Parmi eux, Olivier Pahud, instigateur du mouvement « 4G: Bien assez », il rappelle notamment que le problème des ondes n’est pas d’aujourd’hui :

Olivier Pahud Citoyen engagé

Si d’un point de vue purement technique la technologie cinquième génération peut sembler plus performante et plus rapide (si tant est que nous en ayons besoin), elle pose néanmoins question quant à son impact sur notre santé. C’est pour cela qu’une centaine de manifestants battait le pavé ce samedi. Mais quels étaient concrètement leurs revendications ? Chacun s’est visiblement déplacé avec sa propre opinion sur la question mais non sans une pointe d’inquiétude:

Les Genevois

Aujourd’hui, la Suisse compte près de 2300 antennes actives et équipées de la technologie 5G. Une sur cinq est installée en Suisse Romande.

Continuer la lecture

Actualité

Open d’Australie: Wawrinka gagne avant la limite

Publié

le

Wawrinka a profité de l'abandon d'Isner samedi à Melbourne (©KEYSTONE/AP/MDB KAJ)

Moins de 48 heures après sa grosse frayeur devant Andreas Seppi, Stan Wawrinka a vogué tranquillement vers les huitièmes de finale de l’Open d’Australie. Il s’est imposé avant la limite devant John Isner.

Le géant américain a abandonné après 65 minutes de jeu alors qu’il était mené 6-4 4-1, service Wawrinka à suivre. Il est apparu sans grand tonus sur le court même si les trois premières balles de break de la partie furent pour lui. Mais après deux premiers jeux de service compliqués, Stan Wawrinka pouvait ravir son engagement à 2-2 pour s’affirmer comme le grand patron sur le court.

Le lauréat de cet Open d’Australie voilà six ans affrontera lundi le vainqueur de la rencontre le no 4 mondial Daniil Medvedev. Stan Wawrinka aura ainsi l’occasion de prendre sa revanche sur l’amère défaite concédée devant le Russe en quart de finale du dernier US Open.

Continuer la lecture

Actualité

Pierre Maudet débriefe Davos pour Radio Lac

Publié

le

Pierre Maudet au World Economic Forum, le 21 Janvier 2020 (KEYSTONE/Alessandro della Valle)

A peine revenu de Davos, le Conseiller d’Etat en charge du Développement Économique a reçu Radio Lac dans son bureau ce samedi matin. La cinquantième édition de cette grande messe du Forum Economique de Davos (WEF) a-t-elle encore un sens pour l’économie locale?  Pierre Maudet livre son regard optimiste et réaliste sur les enjeux de la planète économique: Climat, moral des patrons, initiatives locales et réseautage.

Radio Lac: Vous venez de rentrer de Davos, que retenir de ce 50e Forum Économique Mondial?

Pierre Maudet: Genève y est toujours présente chaque année. Rappelons que Davos est à Genève puisque le WEF y a son siège et déploie des activités tout au long de l’année. Il s’agit de prendre la température, le pouls de la planète, avec beaucoup de conférences, de débats et d’opportunités à saisir.

Deux principaux enjeux se dessinent: la digitalisation de la société, à savoir l’avènement du numérique et des plateformes, ainsi que les discussions en lien avec la fiscalité et le marché du travail. La durabilité et les questions relatives à l’environnement sont au coeur des débats.

On a, en effet, beaucoup parlé de Donald Trump, de Greta Thumberg et de leurs vues opposées sur l’économie. Est-ce que cela correspond à ce que vous avez observé?

C’est ce que l’on voit, c’est évident. Le thème climatique figure à l’agenda. C’est une préoccupation aussi des milieux politiques et économiques. Phénomène intéressant: A Genève, nous avons lancé en octobre dernier une grande manifestation sur la finance durable, c’est à dire la capacité pour les banquiers d’orienter les investissements sur des énergies propres. Trois mois plus tard, cela a un écho extrêmement fort à Davos. Dans le domaine bancaire, beaucoup de réunions se succèdent auprès des investisseurs, et des grandes sociétés notamment les géants du pétrole qui étaient présents sur ces questions-là. Même si l’actualité n’en fait pas écho, Davos est une vitrine pour Genève. J’y étais aussi pour présenter toute une série d’initiatives prises par les hautes écoles, en particulier l’Université de Genève. L’occasion pour nous de présenter des chercheurs, valoriser des start-ups issues de l’Université et d’essayer de les injecter dans l’économie réelle auprès de grandes sociétés. Par exemple, dans le domaine de l’environnement, la Faculté des Sciences a pris l’initiative de présenter toute une série d’activités nouvelles.

Vu de Genève, Davos est un événement qui peut paraître haut perché. Au milieu de tous les Chefs d’Etats, et des Conseillers Fédéraux, quelle est la place d’un Conseiller d’État?

Elle est très modeste et dépend de l’activité que l’on peut déployer. Il y a la partie visible de Davos vue par les médias: le discours de Donald Trump et les prises de positions fortes. Et il y a, ce qui se passe dans les coulisses et c’est en réalité plus important. Vous pouvez y faire des rencontres imprévues, originales et intéressantes, comme la Première Ministre de la Finlande âgée seulement de 34 ans  (NDLR : Sanna Marin, plus jeune premier ministre au monde). Elle est extrêmement dynamique, branchée sur les questions d’égalité. J’ai pu m’entretenir dix minutes avec elle de manière informelle. Ces rencontres restent toujours orientées sur des partages d’expériences et des histoires concrètes. Après Davos, ces prises de contact restent précieuses au même titre que les entrepreneurs genevois que je retrouve également là-bas.

L’étude PwC sur le moral des grands patrons suisses et internationaux laisse penser que le ciel économique s’assombrit? L’avez-vous ressenti?

Je l’ai ressenti. Au risque de vous surprendre, je n’ai pas l’impression que ce soit nouveau. Chaque année, c’est un peu la même chose. Le monde d’aujourd’hui est frappé d’incertitudes. Ces dernières varient d’une année sur l’autre. En 2018, ce fut la fiscalité. Cette année, les regards se tournent vers la Chine et les élections américaines. La forte présence de l’Afrique constitue une source d’espoir face au déclin démographique en Europe. Il convient toutefois de préserver les ressources naturelles et les cerveaux de ce continent extrêmement dynamique. A Genève, nous assistons aussi à une accélération des relations économiques. Cela rend difficile la compréhension des enjeux. Le WEF n’aboutit à aucune décision mais apporte beaucoup d’éclairages et de clés de lecture sur le monde qui nous entoure par exemple, sur les questions numériques. J’en ressors très optimiste et convaincu que nous sommes au seuil d’une année où l’on verra beaucoup de solutions se dégager. Nous reprendrons la main sur la question climatique à la faveur des nouvelles technologies.

Avez-vous un exemple concret à ce sujet?

Jeudi dernier, nous avons eu l’occasion de présenter avec l’Université de Genève et le Programme Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) un système de cartographie en temps réel, avec une dimension prédictive, pour anticiper les changements climatiques.  Les acteurs politiques et économiques ont trouvé ça génial. J’y vois le ferment d’un projet qui pourrait se développer en 2020 à Genève. Il consiste à rendre visible, à matérialiser et à développer la capacité d’anticipation sur ces enjeux de températures, de montées des eaux et d’éventuelles migrations.

Sur le tableau de bord économique dont vous disposez, quels sont les indicateurs à suivre notamment sur cette question du climat?

A Davos, lors d’un débat,  le modérateur a demandé au public quelle était sa principale préoccupation économique. Au niveau planétaire, tout le monde a répondu  – le climat- . Pourtant au niveau local, personne n’a cité cette réponse! En fait,  la réponse commence devant chez soi, cela concerne aussi Genève. Aujourd’hui, cette question a d’autant plus de résonance après l’inauguration du Léman express. Nous devons developper les plans de mobilité au sein des entreprises, encourager le covoiturage et les horaires flexibles ainsi que le télétravail pour améliorer les conditions environnementales.

Cela présente une résonance particulière ce week-end (en raison du pic de pollution)?

Particulièrement ces derniers jours à Genève.

Continuer la lecture