Rejoignez-nous

Actualité

A l’aube de cette année 2019, on a mille raisons de se réjouir

Publié

,

le

C’est votre jour de chance, et à vous aussi, chers auditeurs. Parce qu’il faut bien le dire, 2017 a été une année MOISIE. Pourrie. Depuis quelques mois on le sait : avec le réchauffement climatique on va tous crâmer. On n’arrivera jamais à payer nos retraites. Si on échappe au cancer. Les centrales nucléaires sont au bout de leur vie. Et puis…

…là c’est 8h10, vous êtes crevés, vous avez mal dormi, au boulot c’est de la folie, vous répondez à vos mails en retard à 22h30, les enfants sont insupportables et votre compte en banque crie famine. Et il va encore falloir supporter la dinde de Noël, le monologue de votre beau-père sur - au choix - les impôts qui ont augmenté, les chasseurs qui ne peuvent plus chasser, ou ses plaquettes de frein qui déconnent.

Bref. Heureusement que je suis là. Parce qu’aujourd’hui, c’est cadeau, je vais vous faire une chronique 100% bonnes nouvelles. C’est mal vu, les bonnes nouvelles. C’est suspect. L’optimisme, ça fait naïf. Et pourtant, à l’aube de cette année 2019, on a mille raisons de se réjouir.

Je vous en fais la liste, en vrac.

D’abord, la surface de forêts dans le monde augmente. Vous pensiez que d’ici 20 ans, nos enfants ne verraient plus des arbres que dans leurs jeux vidéos ? Faux ! Une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de New York et de la NASA, publiée dans la revue Nature, atteste que depuis 1982, le globe compte 2,24 millions de km2 de forêts en plus !

Le féminisme est devenu un combat officiel, si ce n’est mondial ! Grâce au mouvement #metoo, et aux réseaux sociaux, les femmes victimes de violence sont mieux entendues qu’auparavant. Et mieux défendues. Leur représentation dans les postes de cadre ou dans les institutions est en forte évolution et même si l’égalité n’est pas encore pour demain, et si c’est encore vous, auditrice, qui nettoierez les toilettes en 2019, dites-vous que ça peut évoluer ! Votre conjoint a peut-être entendu parler de charge mentale et qui sait, fait-il lui même désormais ses propres lessives ?

On vit toujours plus vieux ! Depuis 150 ans, nous « gagnons » 3 mois de vie supplémentaire chaque année ! Grâce à la science, aux progrès de la médecine, nous savons mieux combattre les maladies et lutter contre la souffrance et la douleur, la nôtre et celle de nos proches.

Nous sommes plus intelligents ! N’en déplaise aux mauvaises langues, qui alertent sur l’impact des smartphones sur nos cerveaux, nous vivons plus que jamais dans un monde de connaissances et de savoir ! A portée de clic, des milliards de documents, de textes et d’images sont disponibles, on peut facilement contredire le beau-père sur la chasse, trouver un poème de Rimbaud en une seconde, ou regarder à quoi ressemble un le moucherolle royal d’Amazonie. C’est fantastique !

Jamais nous n'avons vécu dans un monde où le nombre de victimes tuées par violence est si faible (rapporté à la population). En Europe, le taux d’homicide est de 1 pour 100 000 habitants de nos jours, alors qu’il était 100 fois plus important au 14e siècle ! Nous n’y pensons pas toujours, parce que les accidents, ou les annonces d’accidents ou d’agressions, rythmnent nos vie, mais c’est bien le cas.

Je ne suis pas la première à faire l’effort de penser en rose. Si vous voulez creuser, vous pouvez acheter le livre de Johan Norberg sur le Progrès, ou les écrits de Matt Ridley, intitulés « l’optimiste rationnel ».

Ou plus simplement, on peut écouter Charles, Charles Trenet, qui nous met du baume au cœur en chantant « Y’a d’la joie, bonjour bonjour les hirondelles, y’a d’la joie, dans le ciel par dessus les toits. Y’a d’la joie, et du soleil dans les ruelles, y’a d’la joie, partout, y’a d’la joie ».

Je vous souhaite à tous de bonnes fêtes et de démarrer l’année qui vient avec le sourire et le plein d’endorphines. Je vous le dis : 2019 sera l’année de la teuf !

Marie MaurisseSans rancune

Economie

Airbnb: presque la totalité des taxes de séjour payées à Neuchâtel

Publié

le

Le canton de Neuchâtel recense environ 200 prestataires Airbnb (poto symbolique). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Grâce à une surveillance et à des campagnes de mise en conformité, 99% des 200 annonceurs Airbnb sont correctement annoncés et encaissent la taxe de séjour à Neuchâtel. Les députés ont donc accepté mardi de classer un postulat PLR de 2018.

"L’égalité de traitement complète entre les prestataires Airbnb, les hôtels et les autres hébergements est aujourd’hui atteinte, tout comme la perception de l’ensemble des taxes de séjour. Il n’existe plus de potentiel d’augmentation des recettes qu’un éventuel prélèvement à la source pourrait générer", a déclaré le conseiller d'Etat Laurent Favre, responsable du développement territorial.

Environ 200 prestataires neuchâtelois offrent près de 300 objets (appartements ou maisons de vacances) à la location sur Airbnb. Ils assurent environ 1,75% des nuitées soumises à la taxe dans le canton et 1,9% des recettes de la taxe de séjour. En 2021, les nuitées Airbnb se sont élevées à 7382 pour un total cantonal de 425'451.

Lors d’une première surveillance du marché en 2018, 70% des logements d’hôtes et 58% des logements de vacances Airbnb n’étaient pas déclarés à l’autorité cantonale et ne prélevaient pas la taxe de séjour. Les campagnes de mise en conformité ont permis d'arriver à un taux actuel de 99%.

Certains prestataires non conformes ont été indirectement dénoncés car certains touristes se sont plaints de ne pas recevoir la Neuchatel Tourist Card. Cette dernière est très convoitée car elle donne droit à la gratuité des transports publics et à de nombreux loisirs.

Pas d'accord

Par contre, le Conseil d'Etat a renoncé à un accord avec Airbnb, même si des contacts ont été noués avec la plateforme, dans le but de conclure une convention de collaboration sur le prélèvement à la source de la taxe de séjour. Le postulat PLR demandait d'automatiser la perception de celle-ci avec la multinationale.

Selon le Conseil d'Etat, les conditions proposées par l’entreprise généraient nettement plus d’inconvénients que d’avantages. Airbnb n'exonère pas par exemple les mineurs de la taxe de séjour, prélevée à la source, et n'admet qu'un seul montant. "On veut continuer à avoir un tourisme familial et ne pas avoir une taxe unique", a ajouté Laurent Favre.

Neuf accords, dont huit avec les cantons de Lucerne, Zurich, Bâle-Campagne, Bâle-Ville, Zoug, Genève, Schaffhouse et Fribourg, ont déjà été signés en Suisse avec Airbnb. Le dernier en date concerne 20 communes vaudoises. Il entrera en vigueur au 1er avril. Le canton de Genève et la Ville de Lucerne limitent par ailleurs la location Airbnb à 90 jours par an et par logement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Vingt-cinq chars Leopard devraient être revendus en Allemagne

Publié

le

La Suisse devrait mettre hors-service 25 chars Leopard, estime une commission parlementaire. Afin de permettre la revente au constructeur allemand (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La commission de politique de sécurité du National veut la mise hors-service de 25 chars Leopard de l'armée. La Suisse pourrait ainsi revendre au constructeur allemand les véhicules dont elle n'a plus besoin.

La commission a soutenu une proposition en ce sens par 17 voix contre 7, indiquent mardi les Services du Parlement. Il s'agit de créer la base qui permettra à la Suisse de revendre à son fabricant en Allemagne les véhicules dont elle n'a plus besoin.

La commission veut préciser, par 10 voix contre 9 et 6 abstentions, que les chars ne seront mis hors-service que s'ils sont revendus à leur fabricant. La mise hors-service et la vente ultérieure de ces chars ne présentent aucun inconvénient pour la Suisse du point de vue de la garantie d’un équipement complet des troupes mécanisées, de l’instruction et de la constitution d'une réserve de pièces de rechange, selon la majorité.

Une minorité de la commission s'y est opposée, afin que l'armée suisse puisse recourir aux chars en cas d'éventuel besoin futur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Immeuble en feu à Bex (VD)

Publié

le

Les pompiers ont dû intervenir dans la nuit de lundi à mardi à Bex en raison d'un incendie dans un immeuble (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un incendie s'est déclaré dans la nuit de lundi et mardi à Bex (VD), peu avant deux heures du matin. A l'arrivée des secours, les habitants avaient déjà tous pu évacuer le bâtiment. Aucun blessé n'est à signaler, hormis une personne légèrement incommodée par la fumée.

Un des appartements situés au rez-de chaussée a été entièrement ravagé par les flammes. Durant les opérations, les locataires ont été pris en charge par la commune et la plupart ont été relogés chez des proches, précise la police vaudoise dans un communiqué. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes du sinistre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

L'activité du Pouvoir judiciaire toujours plus importante

Publié

le

Olivier Jornot, procureur général de Genève, présente l'activité du pouvoir judiciaire 2022 lors d'une conférence de presse au palais de justice, ce mardi 28 mars 2023. © Miguel Hernandez

À Genève, le bilan 2022 du Pouvoir judiciaire fait état d'une hausse de 4,9% des nouvelles affaires pour quasiment atteindre les 105'000 procédures traitées. Parmi les inquiétudes, le Tribunal de protection de l'adulte et de l'enfant qui voit ses chiffres prendre l'ascenseur. Les revenus de la justice sont également en augmentation.

Toujours plus d'activité pour le Pouvoir judiciaire genevois. En 2022, la justice a traité près de 105'000 procédures, ce qui représente une hausse de 1,7% par rapport à 2021. Pour la huitième année consécutive, plus de 100'000 procédures ont été traitées. Une hausse qui se ressent dans tous les domaines. Ecoutez Olivier Jornot, procureur général.

Olivier JornotProcureur général et président de la Commission de gestion du Pouvoir judiciaire

La croissance de 5% des procédures traitées dans la filière pénale résulte d'une hausse de 12% des entrées au Ministère public. Celle-ci comprend l'augmentation de 31,5% des procédures liées aux délits routiers suite à la mise en service de nouveaux radars. La filière pénale a obtenu quatre nouveaux postes de juges.

De son côté, la filière civile représente 52,5% des procédures traitées en 2022. Son niveau d'activité a été globalement stable, hormis le Tribunal de protection de l'adulte et de l'enfant, la Commission de conciliation en matière de baux et loyers a connu une hausse de plus de 15%.

Revenus exceptionnels

Une augmentation des affaires qui se ressent aussi dans les livres de comptes. 2022 a été une bonne année pour les recettes du pouvoir judiciaire avec plus de 116 millions de francs de revenus contre 58 millions en 2021. Comment expliquer ces bons résultats? La réponse d'Olivier Jornot

Olivier JornotProcureur général et président de la Commission de gestion du Pouvoir judiciaire

Conséquence de ces bons résultats: 56% des charges, qui s'élèvent à près de 207 millions, sont couvertes par les revenus, contre 25% habituellement.

Bureau de la médiation

S'agissant des projets en cours de réalisation, le procureur général a rappelé l'adoption par le Grand Conseil, lors de sa première session 2023 de la loi sur la médiation, issue du travail commun du Pouvoir judiciaire, des associations d'avocats, de médiateurs ainsi que du département de la sécurité, de la population et de la santé (DSPS). Un projet de loi qui devrait entrer en vigueur en janvier 2024. Le détail avec Olivier Jornot.

Olivier JornotProcureur général et président de la Commission de gestion du Pouvoir judiciaire

Parmi les autres projets qui occupent la justice, la nouvelle gouvernance prévue pour les prochaines élections générales de 2026. Celle-ci prévoit que le patron du Ministère public et le président de la Cour de justice se partage à tour de rôle la gouvernance du pouvoir judiciaire. Le projet doit encore être adoptée par le Grand Conseil. Egalement à l'ordre du jour, la mise en oeuvre cantonale du projet national de dossier judiciaire électronique et la révision du Code de procédure pénale.

Continuer la lecture

Economie

Rachat de Credit Suisse: le gouvernement suit la situation de près

Publié

le

Des députés vaudois se sont inquiétés mardi des conséquences de la fermeture de Credit suisse sur l'emploi et l'économie du canton. Le Conseil d'Etat annonce suivre la situation de près (photo d'illustration). (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Suite à deux interpellations développées mardi au Grand Conseil vaudois sur l'impact dans le canton de Vaud de la fermeture de Credit Suisse, le gouvernement a fait part de sa préoccupation quant à cette situation. La conseillère d'Etat Isabelle Moret a demandé au Service de l'emploi d'examiner différentes mesures.

La cheffe du Département de l'économie, de l'innovation, de l'emploi et du patrimoine (DEIEP) s'exprimait suite aux questions posées au nom de l'Alliance vaudoise par l'UDC Yvan Pahud. Le député s'inquiétait de l'impact de la fermeture sur les employés vaudois, du Credit Suisse et d’UBS et sur l'économie, et s'interrogeait d'un éventuel soutien du Conseil d'Etat.

Un questionnement également porté dans une autre interpellation, celle du socialiste Jean Tschopp, sur les conséquences du fiasco de la banque pour le personnel, mais aussi les petits actionnaires, la Caisse de pension de l’Etat de Vaud, le canton, les communes ou encore les institutions culturelles et sportives pour leur contrat de sponsoring.

Isabelle Moret a fait part de la préoccupation du Conseil d'Etat, relevant que dans le canton, Credit Suisse compte 480 collaborateurs et six succursales, UBS 900 employés et quatorze succursales. La ministre a pris le pouls des associations économiques, des banques concernées et d'autres, afin de sonder et sentir la situation.

La conseillère d'Etat a également demandé au Service de l'emploi d'examiner différentes mesures avant et après la fermeture du Credit Suisse. "Nous avons décidé de monitorer la situation régulièrement, afin d'être prêt à agir le moment venu", a-t-elle déclaré.

Il faut cependant agir au niveau suisse et pas seulement vaudois, a-t-elle poursuivi. La Conférence des directeurs cantonaux de l'économie publique plaide pour une task force au niveau national. "Nous avons écrit à la Confédération et demandons des garanties pour les clients privés et les PME", a-t-elle relevé, en amont de la réponse aux deux interpellations.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture