Rejoignez-nous

Mobilité

Vaud veut relier Lausanne à Berne en 45 min sur un nouveau tracé

Publié

,

le

La conseillère d'Etat Nuria Gorrite veut faire doubler la part modale du rail à l'horizon 2050. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Deuxième ligne Genève-Lausanne et nouveau tracé Lausanne-Berne, nouvelles lignes régionales, tunnel entre Lausanne et Vevey: Vaud a présenté jeudi sa vision 2050 pour le rail. Avec deux grandes priorités: réduction des temps de parcours et augmentation des cadences.

"C'est une vision générale, mais claire, ambitieuse et cohérente, comme une boussole, un phare", a déclaré la conseillère d'Etat en charge des transports Nuria Gorrite devant la presse à Lausanne. Elle a vanté "un nouveau pacte ferroviaire" avec un "réseau idéal" afin d'assurer la "cohésion nationale" du trafic ferroviaire dans le pays mais également une meilleure connexion avec l'Europe.

Seul un développement ambitieux du trafic ferroviaire permettra de concilier l'atteinte des objectifs climatiques avec les besoins de mobilité croissants liés à l'augmentation de la démographie, a-t-elle expliqué en substance. L'objectif affiché: faire doubler la part modale du rail à l'horizon 2050.

"Anticiper au maximum"

Vaud table sur une augmentation de 30% du volume de mobilité totale d'ici 2050. La hausse globale de la demande de mobilité par le rail est, elle, en effet, estimée à +90% pour le transport voyageur, soit pratiquement le double par rapport à aujourd'hui, et à +45% pour le transport de marchandises.

Même si les décisions, projets, plans et tracés finaux se prennent au niveau de la Confédération, les cantons ont l'obligation d'avoir une vision stratégique et des objectifs clairs de se montrer prêts en amont, a souligné la ministre vaudoise. Il faut donc anticiper au maximum, a-t-elle insisté.

Lausanne: extension souterraine

Sur le plan national, Vaud souhaite "impérativement" réduire le temps de parcours entre Lausanne et Berne, "afin d'éviter un décrochage de la Suisse romande du réseau alémanique et la création d'un réseau ferroviaire à deux vitesses". Cela devrait passer par une nouvelle ligne plus rapide, donc un nouveau tracé, passant à proximité de Moudon pour pallier le détour via Palézieux. Le but est de relier Lausanne à Berne en 45 minutes.

Le Canton garde évidemment toujours une deuxième ligne entre Lausanne et Genève dans ses priorités "indispensables". L'idée est de doubler la ligne actuelle pour créer un tracé alternatif. Une première étape est en passe d'être avalisée par les Chambres fédérales, soit un tunnel entre Morges et Perroy.

Toujours à l'horizon 2050, la gare de Lausanne aura déjà besoin d'une extension, selon Mme Gorrite. Son agrandissement à l'issue des travaux actuels retardés devra se faire en souterrain, avec de nouvelles voies à quai, "sans quoi elle serait totalement saturée".

Deux autres infrastructurent seront indispensables, selon le Canton: une augmentation de capacité sur la ligne Pied du Jura et une liaison directe entre Bussigny et Morges et, enfin, une hausse de capacité sur la ligne du Simplon avec, notamment, la construction d'un tunnel entre Lausanne et Vevey, solution privilégiée pour des raisons de place et de protection de Lavaux.

Cadences à 30 et 15 minutes

Pour délester le noeud ferroviaire de Lausanne, des "mesures importantes et ponctuelles" sont nécessaires. Vaud souhaite ainsi de nouvelles lignes régionales, souvent tangentielles à celles qui existent: entre Cheseaux et Renens, entre Bex et Monthey, la création à Chavornay d'un raccordement direct Orbe et Grandson via Yveron-les-Bains ainsi que la reconstruction d'une ligne entre Vevey et Châtel-St-Denis afin de mieux relier la Gruyère à la Riviera.

Toujours sur le plan régional, à long terme, l'offre ferroviaire devra proposer une cadence à 30 minutes sur l'ensemble du réseau vaudois. Elle devra même s'abaisser à 15 minutes dans les agglomérations et le long des axes à forte demande.

Tout ce catalogue de projets et développements représente une enveloppe financière estimée à plus de 20 milliards de francs, dont plus de 80% correspondent à la réalisation de projets pour le système ferroviaire national. L'investissement pour l'offre régionale se situe, lui, à environ 4 milliards de francs. Mais bien trop tôt à ce stade pour dire ce que cela coûtera au final au Canton de Vaud, a répondu Mme Gorrite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

International

Une collision de trains en Inde a fait au moins huit morts

Publié

le

Une collision entre un train de passagers et un convoi de marchandises a fait plusieurs morts lundi dans l'est de l'Inde. Photo prétexte : gare à New Delhi. (© Keystone/AP/TSERING TOPGYAL)

Au moins huit personnes ont été tuées lundi en Inde lorsque le conducteur d'un convoi de marchandises a ignoré un signal et a percuté un train de passagers par l'arrière dans l'État du Bengale occidental (est), ont annoncé la police et les autorités ferroviaires.

Une cinquantaine de personnes ont été blessées et transportées à l'hôpital, a déclaré Jaya Varma Sinha, présidente du Conseil des chemins de fer indiens, dans un communiqué où il est précisé que le convoi de marchandises "a ignoré le signal et a heurté le train par l'arrière".

Parmi les morts se trouvent le conducteur et son second qui n'ont pas respecté le signal, ainsi qu'un garde-barrière et cinq passagers, a ajouté Mme Sinha.

La présidente du Conseil des chemins de fer indiens a également déclaré que le bilan humain aurait pu être plus lourd car certains des derniers wagons du train, heurtés les plus violemment par le convoi de marchandises, transportaient du matériel et non des passagers.

Des images diffusées par des médias indiens montrent des épaves enchevêtrées de wagons renversés sur le côté, et l'un d'entre eux propulsé vers le ciel, reposant en équilibre précaire sur un autre.

Le bilan pourrait s'alourdir

Un officier de la police locale, Iftikar-Ul-Hassan, a déclaré à l'AFP qu'il avait vu plusieurs personnes gravement blessées extraites des décombres. "Le bilan pourrait encore s'alourdir car quatre personnes ont été admises (à l'hôpital) dans un état grave", a-t-il affirmé.

Le chef de la police du district de Darjeeling, Praween Prakash, a déclaré à l'AFP que les opérations de sauvetage étaient terminées. "Nous travaillons maintenant au déblaiement des débris", a-t-il dit.

Le Premier ministre Narendra Modi a présenté ses condoléances à "ceux qui ont perdu leurs proches", dans un message sur les réseaux sociaux, ajoutant que "les opérations de secours sont en cours".

La ministre en chef de cet Etat situé dans l'est de l'Inde, Mamata Banerjee, a qualifié cet accident de "tragique" dans un message publié sur les réseaux sociaux.

Plus haut pont ferroviaire du monde

"Des médecins, des ambulances et des équipes de secours ont été dépêchés sur place", a écrit Mme Banerjee sur les réseaux sociaux, en qualifiant l'accident de "tragique", mais sans fournir de bilan.

L'accident s'est produit à Phansidewa, dans le district de Darjeeling, lorsque le train Kanchenjunga Express a été heurté par un train de marchandises. Le ministre des Chemins de fer, Ashwini Vaishnaw, a indiqué que les "blessés sont transférés à l'hôpital".

L'Inde, qui possède l'un des réseaux ferroviaires les plus vastes du monde, a connu un grand nombre d'accidents de train meurtriers dans son histoire.

La sécurité de ce réseau, emprunté chaque jour par des millions de passagers, s'est toutefois améliorée ces dernières années à la faveur d'investissements pour le moderniser en le dotant de gares modernes et de systèmes de signalisation électroniques.

L'accident le plus meurtrier de l'histoire du pays reste celui du 6 juin 1981 quand, dans l'État de Bihar (est), sept wagons d'un train qui traversait un pont étaient tombés dans le fleuve Bagmati, faisant entre 800 et 1000 morts. En juin de l'année dernière, près de 300 personnes ont péri dans une collision entre trois trains dans l'Etat d'Odisha (est).

Dimanche, un train a traversé pour la première fois le pont ferroviaire le plus haut du monde - 359 mètres au-dessus d'une rivière - dans une région himalayenne de l'Inde, a annoncé le ministre des Chemins de fer.

Cette structure métallique, qui enjambe la rivière Chenab, relie des parties du nord de l'État du Jammu-et-Cachemire, territoire à majorité musulmane administré par l'Inde, au reste du pays.

Les travaux sur cette voie ferrée sont en cours depuis près de 30 ans et l'ouverture officielle de cette liaison est prévue dans les prochaines semaines.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Mobilité

Les coûts de l'infrastructure ferroviaire sont couverts, dit l'OFT

Publié

le

Le fonds d'infrastructure ferroviaire est financé très solidement, selon le directeur de l'Office fédéral des transports (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le directeur de l'Office fédéral des transports (OFT) rejette dimanche les critiques sur l'extension de l'infrastructure ferroviaire. "En 2040, les coûts d'exploitation et d'entretien, y compris les coûts dus aux investissements, seront couverts", assure-t-il.

Les coûts d'entretien concerneront les deux tiers des moyens du fonds d'infrastructure ferroviaire, précise Peter Füglistaler dans un entretien diffusé par la NZZ am Sonntag. Le reste sera à disposition pour l'aménagement, ajoute-t-il. "Personne ne veut réduire ces moyens. Le fonds est très solidement financé".

Des restrictions existent toutefois pour les nouveaux projets en dehors de l'extension adoptée par le Parlement dans le cadre du concept d'offre 2035, reconnaît M. Füglistaler. "D'autres souhaits concernant de nouveaux projets qui n'ont pas encore été adoptés ne sont pas réalisables jusqu'en 2033. Ce n'est qu'après cette date que des moyens financiers seront disponibles pour d'autres projets d'extension".

Manque de personnel qualifié

Ce n'est pas l'argent qui manque en premier lieu, mais le personnel qualifié, poursuit-il. "Le réseau ferroviaire ne peut en outre pas supporter davantage de chantiers, sinon la ponctualité en souffrira encore plus. En revanche, tous les projets d'extension déjà décidés au Parlement sont importants".

Le directeur de l'OFT ne pense pas qu'un moratoire sur les aménagements, demandé notamment par l'ancien chef des CFF Benedikt Weibel, soit nécessaire. "Si nous faisons cela, les transports publics prétéritent leur avenir. Aujourd'hui déjà, les trains sont pleins", remarque M. Füglistaler. L'extension permettra de disposer de 20% de places assises en plus et de densifier l'horaire, note-t-il.

Selon lui, le fait que les trajets soient parfois un peu plus lents n'est pas pertinent au vu des liaisons supplémentaires et des trains plus modernes. "Les transports publics ont augmenté leur part de marché à chaque fois que nous avons élargi l'offre".

L'augmentation d'un quart de la capacité ferroviaire proposée par le groupe d'experts de M. Weibel, sans aménagement, ignore le trafic de marchandises, relève M. Füglistaler. Cette capacité supplémentaire "résulte de la suppression du trafic de marchandises qui ne circule qu'en Suisse", ajoute-t-il.

Route trop bon marché

Pour parvenir à un transfert de la route vers le rail, il faut s'attaquer au rapport des prix, estime M. Füglistaler. "En matière de coûts, la route est très attractive. Si l'on n'aborde pas ce point, la part de marché des transports publics ne pourra croître que de manière limitée". Une solution pourrait être un système de tarification des embouteillages, qui n'a cependant aucune chance sur le plan politique, reconnaît-il.

Le responsable préconise par ailleurs une vente des billets de train "massivement" simplifiée. Il manque pour cela des offres plus flexibles et plus avantageuses pour ceux qui n'utilisent le train que sporadiquement, relève-t-il, car les billets individuels sont devenus "prohibitifs".

Il rejette toutefois la gratuité des transports publics: "La mobilité est aujourd'hui trop bon marché dans tous les modes de transport. Si nous voulons maîtriser la croissance du trafic tout en protégeant le climat, tous les modes de transport doivent devenir plus chers".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

La CITraP contre un moratoire sur l’extension du réseau ferroviaire

Publié

le

La Communauté d'intérêts pour les transports publics demande des corrections à l'offre révisée pour le trafic ferroviaire à longue distance pour 2035 (photo symbolique). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Communauté d'intérêts pour les transports publics (CITraP) Suisse est contre un moratoire général sur les projets d'extension du réseau ferroviaire. Elle réitère ses critiques à l'encontre du concept 2035, craignant des détériorations massives de l'horaire.

La CITraP rejette les demandes de moratoire général sur les projets d'extension telles qu'elles ont été esquissées par les médias ces derniers jours, écrit-elle samedi dans un communiqué. Un arrêt de l'extension du réseau ferroviaire nuirait aux transports publics et provoquerait "un tas de ruines".

Par ailleurs, la communauté d'intérêts réitère ses critiques à l'encontre du concept d'offre révisé de l'Office fédéral des transports (OFT) pour le trafic ferroviaire à longue distance pour 2035. Elle exige de rendre public l'état actuel des bases de planification afin qu'une évaluation globale soit possible, craignant des détériorations "qui ne sont pas présentées aujourd'hui de manière transparente sur la table".

Améliorations

Le groupe se réjouit que "de premières améliorations aient été apportées par rapport à la situation d'il y a un an". Mais dans plusieurs régions de Suisse, des détériorations subsistent pour la clientèle des transports publics, telles que des ruptures de correspondances et des allongements sensibles de la durée du trajet, souligne-t-il.

La CITraP juge particulièrement incompréhensible que les temps de parcours prolongés de l'horaire 2025 soient maintenus dans le projet d'offre révisé 2035, entre autres sur les lignes Berne – Genève et Bienne – Genève. Elle demande une correction. Idem pour la liaison Rail-Jet Zurich-Sargans-Innsbruck-Vienne qui, détournée via Saint-Gall, serait allongée de 30 minutes.

Côté trafic international, la CITraP demande des améliorations rapides, notamment vers les n½uds de correspondance importants comme Lyon et Munich.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Enquête sur la fiabilité du titane chinois utilisé par Boeing

Publié

le

Le titane incriminé a été intégré à des 737 et 787 Dreamliner de Boeing ainsi qu'à des A220 d'Airbus, construits entre 2019 et 2023 (archives). (© KEYSTONE/AP THE PLAIN DEALER/C.H. PETE COPELAND)

Le régulateur américain de l'aviation civile enquête sur la fiabilité du titane utilisé par Boeing et Airbus dans la fabrication d'appareils récents et dont les certificats ont été falsifiés. Selon des responsables, il n'y a pas de risque pour les avions en service.

D'après le New York Times, il s'agit de métal fourni par un fournisseur chinois, assorti de documents comportant de fausses informations, inscrites par un employé.

"Boeing a signalé spontanément au régulateur américain, la FAA, que ces matériaux avaient été obtenus auprès d'un fournisseur qui pourrait avoir communiqué des documents falsifiés ou incorrects", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la FAA. "La FAA enquête sur l'étendue et l'impact de ce problème".

Plusieurs responsables de l'industrie ont expliqué à l'AFP, sous couvert d'anonymat, que ce développement n'induisait pas de risque immédiat pour les avions actuellement en service.

Avions construits entre 2019 et 2023

Selon le New York Times, le titane incriminé a été intégré à des 737 et 787 Dreamliner de Boeing ainsi qu'à des A220 d'Airbus, construits entre 2019 et 2023, sans qu'il soit encore possible d'en déterminer le nombre.

Spirit AeroSystems, sous-traitant de Boeing et d'Airbus qui mène sa propre enquête, privilégie l'hypothèse d'un seul lot de titane concerné, a indiqué un porte-parole. "La documentation est falsifiée", a-t-il commenté, mais "le titane est de bonne qualité. Pour nous, il n'y a pas de problème de sécurité. Mais on ne parvient pas à retrouver l'origine" du métal.

Le porte-parole a précisé que Spirit avait pris livraison du titane sous forme de pièces et non de métal brut.

Boeing a indiqué qu'il retirerait le titane sur les appareils non encore livrés, mais que ceux actuellement en service pouvaient "continuer à voler en sécurité". "Les tests effectués à ce stade ont montré que le bon alliage de titane avait été utilisé", a ajouté l'avionneur.

Airbus a assuré au New York Times que "la capacité de l'A220 à voler était intacte".

Boeing multiplie les déboires depuis plusieurs mois, en partie liés à des problèmes sur ses chaînes de montage. Jeudi, il a fait état de fixations insuffisamment serrées sur plusieurs 787 Dreamliner en attente de livraison. Le patron du groupe, Dave Calhoun, doit être auditionné, la semaine prochaine, devant une commission du Sénat américain.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Arrivée à Cuba de 4 navires russes dont un sous-marin nucléaire

Publié

le

Quatre navires de guerre russes font escale à Cuba. (© KEYSTONE/EPA/Yander Zamora)

Quatre navires de la marine de guerre russe, dont un sous-marin à propulsion nucléaire, sont arrivés mercredi à Cuba pour une escale de cinq jours, sur fond de tensions croissantes entre les Etats-Unis et la Russie.

Peu après 10h00 locales, le sous-marin "Kazan" est entré dans la baie de La Havane, montrant une partie de son kiosque et de sa tourelle à côté de laquelle un drapeau cubain était visible, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Deux heures plus tôt, le pétrolier "Pashin" et le remorqueur "Nikolaï Chiker" décoré des couleurs blanc, bleu et rouge du drapeau russe, avaient été les premiers à entrer dans le port, suivis par la frégate "Almirante Gorshkov".

"Aucun des navires n'est porteur d'armes nucléaires, de sorte que leur escale dans notre pays ne représente pas une menace pour la région", avait indiqué la semaine dernière le ministère cubain des Forces armées révolutionnaires (Minfar).

Règles respectées

Il s'agit d'une visite qui "respecte strictement les règles internationales auxquelles Cuba adhère" et qui répond aux "relations historiques d'amitié" entre La Havane et Moscou, avait-il précisé.

Le ministère russe de la Défense a indiqué dans un communiqué, cité mercredi par l'agence de presse Interfax, qu'avant d'entrer dans le port de La Havane, la flotte avait réalisé "un exercice sur l'utilisation d'armes de missiles de haute précision".

Pour la porte-parole adjointe du Pentagone, Sabrina Singh, l'arrivée de ces navires à La Havane "n'est pas une surprise, car les Russes ont déjà fait de telles escales sur l'île des Caraïbes". Et ne "constitue pas une menace pour les Etats-Unis", dont les côtes les plus proches se trouvent à environ 160 km de La Havane.

Le conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan a cependant souligné que cette flotte "dispose d'un sous-marin" à propulsion nucléaire "que les flottes qui sont venues (à Cuba) auparavant n'avaient pas".

Relations "stratégiques

Dans le même temps, le ministre des Affaires étrangères russes, Sergueï Lavrov, et son homologue cubain Bruno Rodriguez se sont rencontrés mercredi à Moscou.

Les relations politiques entre les deux anciens alliés de la Guerre froide se sont intensifiées depuis une rencontre entre les présidents des deux pays à Moscou fin 2022. Vladimir Poutine considère les relations avec Cuba comme "stratégiques".

En près de deux ans, plusieurs délégations officielles et commerciales se sont également rendues dans les deux pays pour promouvoir des investissements et projets de coopération économique.

Une flotte de la marine russe s'était rendue à Cuba en 2019, à un moment de fortes tensions entre La Havane et Washington après l'arrivée au pouvoir du républicain Donald Trump (2017-2021).

Depuis plus de six décennies, Washington impose à Cuba un embargo financier et commercial que Donald Trump a renforcé en inscrivant l'île sur sa liste noire des pays soutenant le terrorisme.

Joe Biden, son successeur démocrate, l'a maintenue sur cette liste et n'a pas modifié substantiellement les sanctions.

La Russie fait également l'objet de sanctions commerciales occidentales pour sa guerre avec l'Ukraine.

Un navire patrouilleur de la marine royale du Canada, le "HMCS Margaret Broooke" est par ailleurs attendu vendredi à La Havane dans le cadre du 80e anniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays, selon le ministère cubain des Affaires étrangères.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture