Rejoignez-nous

Economie

Les Jeunes Libéraux-Radicaux n'hésitent pas à prôner le nucléaire

Publié

,

le

Présidente des Jeunes Libéraux-Radicaux Vaud (JLRV), Pauline Blanc a marqué les esprits mardi lors de la conférence de presse de la rentrée politique du parti cantonal (archives). (© )

Sur les 57 candidats que présente le PLR Vaud aux élections fédérales de cet automne, 20 candidatures sont celles des jeunes du parti cantonal. Ils ont profité de la conférence de presse de la rentrée politique pour plaider en faveur du nucléaire et prôner un tour de vis en matière d'immigration.

C'est peu dire que les Jeunes Libéraux-Radicaux Vaud (JLRV) ont fait leur effet parmi leurs aînés mardi matin à Chardonnes pour le traditionnel rendez-vous du PLR Vaud de mi-août face au lac Léman. Ils se présentent avec 19 candidats sur leur propre liste et une candidature sur la liste principale du parti cantonal.

Lorsque leur présidente Pauline Blanc a pris la parole pour évoquer 20 propositions concrètes, c'est le nucléaire et l'immigration qu'elle a mis en évidence. De "laisser la porte ouverte au nucléaire" défendu par la ligne du parti national, Mme Blanc a poussé le curseur plus loin, à "autoriser la production d'énergie nucléaire".

"Il ne faut pas opposer le nucléaire aux énergies renouvelables. Le nucléaire fait partie des meilleures solutions. Une véritable transition énergétique ambitieuse, nécessaire et financièrement acceptable ne peut se réaliser sans le nucléaire", a-t-elle affirmé. Pour ce faire, il faut s'appuyer sur les nouvelles technologies et centrales de 4e génération, a-t-elle ajouté.

"Position un peu clivante"

Si elle reconnaît que cette position est "un peu clivante" avec les aînés, elle rappelle que le comité directeur des JLRV a accepté à l'unanimité de soutenir l'initiative populaire demandant de permettre à nouveau la construction de centrales nucléaires en Suisse, dont la récolte d'au moins 100'000 signatures doit se faire avant le 1er mars 2024.

Intitulé "De l'électricité pour tous en tout temps. Stop au black-out", le texte veut inscrire dans la Constitution que "toute forme de production d'électricité respectueuse du climat est autorisée." Depuis le scrutin de 2017 (Stratégie énergétique 2050) la loi interdit la construction de toute nouvelle centrale. Les membres du comité d'initiative sont issus en majorité des rangs des partis de Jeunes UDC, PLR, du Centre et de la Lega.

Interrogée sur cette position claire et assumée, la présidente du PLR Vaud, Florence Bettschart-Narbel, a semblé un peu empruntée, tout en rappelant qu'il ne fallait "pas fermer la porte aux nouvelles technologies" nucléaires.

Pas la solution

De son côté, le chef de groupe PLR au Grand Conseil, Nicolas Suter, a estimé que "ce ne sont pas les centrales nucléaires qui vont résoudre le problème", tout en saluant le "réalisme" des JLRV "de poser la question, d'ouvrir le débat". Plus tôt, dans son intervention sur la responsabilité et l'innovation dans le domaine énergétique, M. Suter avait surtout insisté sur le photovoltaïque, la biomasse, l'éolien et la géothermie, sans citer le nucléaire.

Sur l'immigration, thématique aussi mise en exergue mardi, les JLRV ont argué qu'il fallait "conditionner le regroupement familial à l'autonomie vis-à-vis de l'aide sociale". "Il est important d'éviter l'immigration qui a pour seul but de profiter de notre système social, qui est en majeure partie financé par la classe moyenne", a résumé Pauline Blanc.

Priorité au pouvoir d'achat

Le PLR Vaud a actuellement cinq représentants dans la députation vaudoise au Conseil national. Il compte gagner un sixième siège et propose au total 57 candidats et candidates. Au Conseil des Etats, ils espèrent remporter les deux sièges avec le PLR Pascal Broulis et l'UDC Michaël Buffat sous l'étiquette à droite de l'Alliance vaudoise. Pouvoir d'achat, sécurité et innovation sont au coeur de leur priorité.

Au niveau cantonal, l'accent a été mis sur le pouvoir d'achat de la population. "Le PLR va s'engager pour des mesures qui favorisent la classe moyenne qui vit de son travail, notamment pour une amélioration de l'accueil préscolaire pour soulager les parents, pour une meilleure intégration sur le marché du travail pour pallier les pénuries de main-d'oeuvre et pour une fiscalité attractive", a indiqué Mme Bettschart-Narbel dans son discours.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Economie

La hausse des loyers s'est poursuivie en janvier (Homegate)

Publié

le

Les loyers ont bondi à Zurich (+11,5%), mais aussi à Genève (+5,2%), ainsi qu'à Lucerne et Berne (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les loyers proposés ont connu une nouvelle augmentation en Suisse en janvier, tant en variation mensuelle qu'annuelle. L'indicateur présente toutefois de sensibles différences selon les cantons.

En moyenne, la hausse se monte à 0,3% en rythme mensuel et à 1,9% sur un an, selon l'indice des loyers publié lundi par la plateforme immobilière Homegate, élaboré en collaboration avec la Banque cantonale de Zurich (ZKB).

Par rapport à décembre, l'indice a progressé de 0,4 point pour s'établir à 125,6 points. En variation mensuelle, les cantons de Schwyz (-2,6%), Glaris (-1,7%) et Zurich (-0,4%), ce dernier affichant son premier repli depuis août 2023, ont échappé à la hausse en janvier. Il en est allé de même dans le demi-canton de Bâle-Ville (-0,4%).

Malgré le recul enregistré en janvier, le canton de Zurich continue d'afficher une vive hausse de loyers proposés en glissement annuel, soit de 7,1%. Seuls Zoug (+7,3%) et les Grisons (+8,5%) ont présenté une croissance plus élevée. Aucun canton n'a affiché de repli.

Au niveau des villes passées sous revue, les loyers proposés ont diminué sur un mois à Lausanne (-2,1%) et Lugano (-0,8%). Ils ont en revanche crû de 0,5% à Berne et à Zurich. En variation annuelle, la ville des bords de la Limmat a continué d'enregistrer la plus forte croissance avec un bond de 11,5%. Des augmentations importantes ont aussi été constatées en particulier à Genève (+5,2%), ainsi qu'à Lucerne et Berne (4,8% chacune).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Swiss Re a fortement accru sa rentabilité en 2023

Publié

le

Evoquant l'actuel exercice, Swiss Re se veut confiant. Le groupe, qui a adopté depuis le début de l'année la norme comptable IFRS, continue de viser un bénéfice net de 3,6 milliards de dollars, comme annoncé début décembre. (KEYSTONE/Steffen Schmidt) (© KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT)

Swiss Re a enregistré une solide performance en 2023. Avec des charges moins élevées liées aux dommages des catastrophes naturelles et une embellie de ses placements, le réassureur affiche un bénéfice net de 3,21 milliards de dollars, contre 472 millions en 2022.

Le rendement des fonds propres s'est lui envolé à 22,3%, contre 2,6% en 2022. Soutenu par un environnement de marché attrayant, les hausses des taux d'intérêt ayant entraîné une augmentation des revenus des placements récurrents, le résultat illustre aussi l'amélioration des marges de souscription, a indiqué vendredi Swiss Re.

Le retour sur investissement s'est nettement redressé, passant de 2,0% à 3,4% d'une année à l'autre. Celui des revenus récurrents s'est étoffé à 3,6%, contre 2,6% douze mois auparavant. L'environnement de taux d'intérêt devenu plus attrayant à la faveur des resserrements des politiques monétaires des banques centrales dans un contexte d'inflation a bénéficié aux réinvestissements. Côté revenus, les primes nettes encaissées et les commissions se sont hissées à 45,03 milliards de dollars, gagnant 4,4% sur un an. A taux de change constants, la croissance s'est fixée à 4,9%.

La performance a peu ou prou correspondu aux attentes des analystes, les revenus des primes et le dividende les ayant toutefois dépassées. Sondés par AWP, les experts avaient anticipé en moyenne des primes de 44,76 milliards de dollars, un bénéfice net de 3,29 milliards ainsi que des ratios combinés de 94,4% pour P&C et de 92,2 pour Corso.

Sinistres moins onéreux

Dans le secteur de l'assurance dommage et responsabilité civile (PS&C), les primes nettes acquises se sont étoffées de 3,9% à 22,9 milliards de dollars. A taux de change constants, elles ont augmenté de 4,3%. Inférieures aux 1,7 milliards inscrits au budget, les charges des sinistres liés aux grandes catastrophes naturelles, notamment le tremblement de terre en Turquie et en Syrie au début de l'année, l'ouragan Otis au Mexique au 4e trimestre, ainsi que plusieurs tempêtes et les inondations intervenues en Europe tout au long de l'année, ont pesé à hauteur de 1,3 milliard, contre 2,6 milliards en 2022.

Le ratio combiné de P&C Re, soit le rapport entre les primes encaissées et les remboursements, s'est amélioré à 94,8%, contre 102,4% affichés douze mois auparavant, un niveau supérieur à 100% étant synonyme d'une activité non rentable. L'unité a au final vu son bénéfice net décoller à 1,9 milliard de dollars, contre 312 millions en 2022.

Les affaires vie, L&H Re, ont dégagé un bénéfice net de 976 millions de dollars, contre 416 millions l'année précédente. Les primes nettes acquises et les commissions ont augmenté de 4,4% à 15,6 milliards de dollars en 2023. A taux de change constants, elles ont crû de 5,6%. La gestion active des portefeuilles en vigueur et un résultat d'investissement solide ont compensé les sinistres de mortalité élevés aux États-Unis.

Les solutions réservées aux entreprises (Corso) ont poursuivi leur croissance, le bénéfice net passant d'un exercice à l'autre de 486 à 678 millions de dollars, quand bien même ls primes nettes acquises sont restées stables à 5,5 milliards. À taux de change constants et en excluant l'activité elipsLife vendue mi-2022, ces dernières ont augmenté de 7,3%. Le ratio combiné de Corporate Solutions s'est élevé à 91,7%, contre 93,1% en 2022.

Optimisme de mise

La jeune branche des marques blanches IptiQ, a poursuivi son développement, les primes brutes bondissant de près de 30% à 1,1 milliard de dollars. La perte nette s'est elle contractée à 247 millions, contre 362 millions auparavant.

Les actionnaires du réassureur bénéficieront du bon résultat dégagé l'an dernier, le conseil d'administration leur proposant lors de la prochaine assemblée générale le versement d'un dividende augmenté de 40 cents, à 6,80 dollars par action. Swiss Re note à cet effet disposer d'une dotation en capital toujours très robuste, le réassureur, estimant son taux de solvabilité (SST) à 300% au début de l'année 2024, bien au-delà de la cible de 200 à 250%.

Evoquant l'actuel exercice, Swiss Re se veut confiant. Le groupe, qui a adopté depuis le début de l'année la norme comptable IFRS, continue de viser un bénéfice net de 3,6 milliards de dollars, comme annoncé début décembre. Dans un contexte de prix favorable au secteur de la réassurance, Swiss Re note avoir augmenté le volume de primes en attente de renouvellement en ce début d'année de 9% à 13,1 milliards dans les affaires P&C Re. Dans l'ensemble, une hausse tarifaire de 9% a été obtenue.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

La Banque cantonale de St-Gall a poursuivi sa croissance en 2023

Publié

le

Evoquant ses perspectives, la SGKB anticipe pour l'exercice en cours un résultat au niveau de celui de 2023. (KEYSTONE/Ennio Leanza). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La Banque cantonale de St-Gall (SGKB) a poursuivi sa croissance en 2023. L'établissement de Suisse orientale a vu son bénéfice net bondir de 12,98% à 207,2 millions en un an. Les actionnaires se verront proposer un dividende haussé de 2 francs à 19 francs par action.

Après avoir fléchi en 2022, les revenus considérés dans leur ensemble sont repartis à la hausse l'an dernier, ceux-ci s'étoffant de 13,5% à 580,7, millions de francs, ressort-il du communiqué publié mercredi par la SGKB. Alors que l'effectif s'est accru à un total de 1393 collaborateurs à fin 2023, les charges ont augmenté de 5% à 291 millions. Au final, le résultat d'exploitation est ressorti à 272,7 millions, décollant en l'espace de douze mois de 23%.

Côté revenus, les opérations porteuses d'intérêts ont enregistré un résultat brut en hausse de 19,5%, portées notamment par les hausses de taux d'intérêts, alors que celui des commissions et des prestations de services a gagné 4,9%. Les affaires de négoce ont terminé l'exercice sous revue sur un résultat brut en progression de 8,4%.

Le volume d'affaires de la banque s'est étoffé de 6,9 milliards de francs (+8,25%) à 90,9 milliards, une croissance revenant à l'ensemble des secteurs d'activité ainsi qu'à la filiale allemande. L'afflux net de nouveaux fonds s'est inscrit à 4,2 milliards, en hausse de 7,8%, portant les avoirs sous gestion à 58,74 milliards. Les prêts à la clientèle ont eux progressé de 5,7% à 32,2 milliards.

Actionnaire principal de l'établissement, le canton de St-Gall se voit proposer le versement de 58,1 millions de francs de dividende. A ce montant, s'ajoutent 11,6 millions versés au titre de la garantie d'Etat et 15,3 millions d'impôts.

Evoquant ses perspectives, la SGKB anticipe pour l'exercice en cours un résultat au niveau de celui de 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Mois de janvier porteur pour les caisses de pensions (UBS)

Publié

le

Pour UBS, "cette incertitude quant au calendrier et à la vitesse des baisses de taux a entraîné des performances modérées et négatives pour les obligations européennes et américaines". (KEYSTONE/Christian Beutler) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Les instituts de prévoyance suisses dont les avoirs sont placés chez UBS ont enregistré en janvier une performance moyenne de 0,48% après déduction des frais, tirées par les actions mondiales et suisses.

Le rendement annualisé atteint 2,97% depuis le début des mesures en 2006, précise vendredi la banque aux trois clés.

Janvier a été marqué par une performance négative pour les obligations en francs suisses, dont le rendement a atteint -0,40%. En revanche, les actions mondiales ont réalisé les meilleurs résultats, avec une hausse moyenne de 1,77%. Les fonds spéculatifs (hedge funds) ont également enregistré une performance solide, avec une augmentation de 1,73%. Le capital-investissement (private equity) et les actions suisses ont également été des investissements rentables, respectivement à hauteur de 1,28% et 1,25%.

Le mois dernier, l'écart de performance de toutes les caisses de pension était de 1,54 point de pourcentage. Le meilleur résultat (1,31%) provient d'une caisse de pension de taille moyenne avec des actifs sous gestion compris entre 300 millions et un milliard de francs.

Le pire (-0,23%) est attribué à une caisse de pension de grande taille avec plus d'un milliard de francs d'actifs sous gestion. L'écart de performance le plus petit (1,2 point de pourcentage) a été observé parmi les caisses de taille moyenne.

Dans leur commentaire, les spécialistes d'UBS soulignent que "malgré un début d'année solide, les marchés boursiers mondiaux ont été affectés par des données macroéconomiques meilleures que prévu, ce qui a entraîné une réévaluation de la politique de la Fed".

Le patron de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, a insisté sur le fait que la Fed n'était pas suffisamment confiante quant à la capacité de l'inflation à atteindre l'objectif de 2% lors de sa réunion de mars. L'évolution des prix PCE, mesure privilégiée par l'institut, a montré une inflation sous-jacente (hors énergie et alimentation) au plus bas depuis près de trois ans, à 2,9% sur un an.

Pour UBS, "cette incertitude quant au calendrier et à la vitesse des baisses de taux a entraîné des performances modérées et négatives pour les obligations européennes et américaines".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Année de forte croissance pour la BC de Zurich

Publié

le

A fin décembre, la somme au bilan du mastodonte zurichois s'élevait à 201,26 milliards de francs, peu ou prou stable (+0,7%) sur un an. (KEYSTONE/Walter Bieri) (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) a bouclé 2023 avec tous les voyants au verts. Dans un contexte favorable de hausse de taux d'intérêts, l'établissement a étoffé ses volumes hypothécaires, gonflé ses recettes et soigné la rentabilité.

Le bénéfice net s'est envolé de 17% à 1,24 milliard de francs, indique vendredi la ZKB dans un communiqué. Le canton de Zurich et les communes vont percevoir une rémunération totale de 528 millions, réhaussée de 35 millions par rapport à l'année dernière.

La rentabilité opérationnelle de l'établissement, l'une des quatre banques systémiques de Suisse, a fortement progressé. Le résultat afférent a atteint 1,47 milliard de francs, en hausse de 38,8%. Cela s'explique par une croissance des revenus bien supérieur à l'augmentation des charges, qui ont été alourdies de 5,3% à 1,68 milliards.

Le produit d'exploitation a bondi de 16,1% à 3,19 milliards de francs, porté par les opérations d'intérêts. Cette activité, principale contributrice aux recettes du géant bancaire, a dégagé un résultat net de 1,82 milliard, soit une poussée de près de 30%. En termes de volumes d'affaires, les créances hypothécaires ont dépassé la marque des 100 milliards, à 100,87 milliards (+4,2%), alors que les dépôts clientèle se sont fixés à 101,45 milliards (-1,8%).

Les recettes de commissions ont grappillé 1,5% à 940 millions de francs, tandis que les opérations de négoce ont généré un produit de 415 millions (+1,6%).

A fin décembre, la somme au bilan du mastodonte zurichois s'élevait à 201,26 milliards de francs, peu ou prou stable (+0,7%) sur un an.

La masse sous gestion a crû de 12,7% à 450,8 milliards de francs, grâce notamment à des afflux nets d'argent de 36,8 milliards (+2,8 milliards en comparaison annuelle). L'effet de marché a contribué à cette progression à hauteur de 15,4 milliards.

Pour l'exercice en cours, le patron de la banque Urs Baumann affirme que la performance de 2023 en termes d'opérations d'intérêts ne se répètera pas. "Le résultat d'exploitation de l'année en cours ne pourra (...) pas être comparé aux sommets atteints en 2023. Nous misons toutefois à nouveau sur un bénéfice consolidé attrayant en 2024", souligne le directeur général, cité dans le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture