Rejoignez-nous

Politique

Le Parlement approuve le budget 2024, déficitaire de 249 millions

Publié

,

le

La conseillère d'Etat vaudoise Valerie Dittli peut avoir le sourire: après 2023, son deuxième budget, pour 2024, a été accepté mardi par le Grand Conseil (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Après seulement trois séances du Grand Conseil mais non sans de vifs débats, le budget 2024 du Canton de Vaud est sous toit. Les députés ont largement approuvé mardi la version du Conseil d'Etat à une petite exception près, écartant une douzaine de modifications.

Le budget 2024 table sur un déficit de 249 millions de francs. Il comprend une baisse d'impôt pour les personnes physiques et des montants pour indexer le salaire de l'administration cantonale et du parapublic. Le total des charges brutes s'élève à 11,627 milliards de francs, en hausse de 4,9% par rapport au budget 2023.

Lors du vote final, il a été approuvé par 110 députés, contre sept refus et 21 abstentions. La majorité absolue était nécessaire. Les refus sont venus de la gauche radicale (EP) et les abstentions de quelques parlementaires UDC et socialistes.

"C'est le meilleur équilibre trouvé" pour notre canton, a déclaré la ministre des finances Valérie Dittli. "Le Conseil d'Etat a voulu maintenir la stabilité et préserver les équilibres", a-t-elle insisté. Pour l'après 2024, qui s'annonce plus "complexe et compliqué", la ministre a prôné "la recherche de l'efficience au sein de l'Etat et la maîtrise de la croissance des charges".

Débat moins fleuve que prévu

Les discussions budgétaires au Grand Conseil auront été moins longues que potentiellement envisagées, ne nécessitant finalement que trois séances et deux débats depuis l'entrée en matière mardi dernier jusqu'au vote final ce mardi. La séance de mercredi passé aura été la plus animée à la suite de deux propositions surprises de l'UDC.

Les nombreuses critiques lors de l'entrée en matière, surtout de l'UDC et de la gauche radicale, ont été formulées dans une douzaine d'amendements, dont une dizaine du groupe Ensemble à Gauche et POP (EP) pour un supplément budgétaire total souhaité de près de 150 millions de francs. Mais à l'issue du premier débat, les députés ont écarté toutes ces modifications.

Celles de l'UDC visaient à ne pas accorder une indexation salariale à tous les employés des secteurs publics et parapublics, mais uniquement à ceux qui présentent les revenus les plus modestes. Ces propositions avaient mis le feu aux poudres dans l'hémicycle, engendrant de très vifs échanges, avant d'être nettement refusées.

EP revient à la charge

Mardi en deuxième débat, seuls trois amendements d'EP ont été redéposés par Hadrien Buclin, également rapporteur de minorité de la Commission des finances. Renforcement budgétaire du CHUV (15 millions de francs), aide médicale à Gaza (passée de 500'000 à 200'000 francs) et indexation du forfait pour les requérants d'asile (950'000 francs), ils ont à nouveau été rejetés.

Au final, seul un amendement de la Commission des finances, mais sans impact financier sur le budget, aura été accepté en lien avec la répartition des charges du Conseil de la magistrature.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

International

Le Premier ministre chinois en Australie: relations commerciales

Publié

le

La visite de M. Li suit la levée par Pékin de la plupart des barrières commerciales aux exportations australiennes, notamment le charbon, le bois, l'orge et le vin. (© KEYSTONE/AP/Asanka Brendon Ratnayake)

Le Premier ministre chinois Li Qiang est arrivé samedi en Australie pour une visite de quatre jours visant à développer les relations commerciales dans un contexte diplomatique tendu dans la région.

Li Qiang, deuxième homme le plus puissant de l'appareil d'Etat chinois derrière le président Xi Jinping, a atterri à l'aéroport d'Adélaïde dans le sud du pays.

Il a été accueilli sur le tarmac de l'aéroport par la ministre australienne des Affaires étrangères Penny Wong, d'autres représentants du gouvernement et des journalistes.

Le déplacement du haut responsable chinois en Australie est la deuxième étape d'une tournée diplomatique en Océanie qui l'a d'abord mené en Nouvelle-Zélande.

En Australie, Li Qiang doit rencontrer un viticulteur de l'Etat d'Australie-Méridionale. Il devrait également s'enquérir de l'état de santé des deux pandas géants prêtés par la Chine au zoo d'Adélaïde. Puis il s'entretiendra avec son homologue australien Anthony Albanese, avant d'être reçu à Canberra pour un dîner d'Etat, et de se rendre dans une mine de lithium en Australie-Occidentale.

Levée des barrières

La visite de M. Li suit la levée par Pékin de la plupart des barrières commerciales aux exportations australiennes, notamment le charbon, le bois, l'orge et le vin.

La Chine et l'Australie étaient ces dernières années à couteaux tirés, en particulier depuis une demande australienne d'enquête en 2020 sur l'origine de la pandémie de Covid-19, que Pékin estimait politique, et la décision de Canberra d'exclure l'équipementier Huawei de son réseau 5G.

La Chine avait alors relevé ses taxes sur nombre de produits australiens, en particulier le vin, le boeuf et l'orge.

La plupart de ces surtaxes ont été levées à la faveur d'un réchauffement des relations entre Pékin et Canberra depuis l'arrivée des travaillistes au pouvoir.

En matière de défense, cependant, les tensions persistent, l'Australie privilégiant une alliance étroite avec les Etats-Unis dans le Pacifique.

Canberra et Washington oeuvrent à renforcer leurs liens avec les nations insulaires, après la signature d'un accord de sécurité secret entre Pékin et les îles Salomon en 2022.

La Chine a vivement critiqué le pacte de sécurité Aukus. Il comprend notamment la livraison à Canberra de sous-marins à propulsion nucléaire. Pékin y voit une menace pour sa sécurité, et une violation des règles de non-prolifération nucléaire.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

"Purge" à LFI : la cheffe des écologistes convoque ses instances

Publié

le

La patronne des Ecologistes Marine Tondelier (en centre) souhaite que le Nouveau Front populaire soutienne les candidats évincés par LFI (archives). (© KEYSTONE/AP/Thomas Padilla)

La patronne des Ecologistes Marine Tondelier s'est dite "extrêmement choquée" par la "purge" au sein de LFI - où plusieurs députés sortants, critiques de Jean-Luc Mélenchon, n'ont pas été réinvestis pour les législatives - et a convoqué les instances de son parti.

"J'ai convoqué les instances d'EELV ce matin pour voir quelles suites donner à cela", a déclaré samedi sur France 2 Marine Tondelier, qui doit aussi s'entretenir avec les responsables socialiste Olivier Faure et communiste Fabien Roussel.

La patronne des Ecologistes souhaite que le Nouveau Front populaire soutienne, malgré tout, les candidats évincés par LFI.

En cause, la présence controversée d'Adrien Quatennens, député sortant de la 1ère circonscription du Nord, condamné à quatre mois d'emprisonnement avec sursis pour violences conjugales.

En revanche, Danielle Simonnet, élue à Paris, ainsi que Raquel Garrido et Alexis Corbières, députés de Seine-Saint-Denis, qui incarnent des voix discordantes au sein de La France insoumise, ont été écartés et remplacés par d'autres candidats.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Mobilité

La CITraP contre un moratoire sur l’extension du réseau ferroviaire

Publié

le

La Communauté d'intérêts pour les transports publics demande des corrections à l'offre révisée pour le trafic ferroviaire à longue distance pour 2035 (photo symbolique). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Communauté d'intérêts pour les transports publics (CITraP) Suisse est contre un moratoire général sur les projets d'extension du réseau ferroviaire. Elle réitère ses critiques à l'encontre du concept 2035, craignant des détériorations massives de l'horaire.

La CITraP rejette les demandes de moratoire général sur les projets d'extension telles qu'elles ont été esquissées par les médias ces derniers jours, écrit-elle samedi dans un communiqué. Un arrêt de l'extension du réseau ferroviaire nuirait aux transports publics et provoquerait "un tas de ruines".

Par ailleurs, la communauté d'intérêts réitère ses critiques à l'encontre du concept d'offre révisé de l'Office fédéral des transports (OFT) pour le trafic ferroviaire à longue distance pour 2035. Elle exige de rendre public l'état actuel des bases de planification afin qu'une évaluation globale soit possible, craignant des détériorations "qui ne sont pas présentées aujourd'hui de manière transparente sur la table".

Améliorations

Le groupe se réjouit que "de premières améliorations aient été apportées par rapport à la situation d'il y a un an". Mais dans plusieurs régions de Suisse, des détériorations subsistent pour la clientèle des transports publics, telles que des ruptures de correspondances et des allongements sensibles de la durée du trajet, souligne-t-il.

La CITraP juge particulièrement incompréhensible que les temps de parcours prolongés de l'horaire 2025 soient maintenus dans le projet d'offre révisé 2035, entre autres sur les lignes Berne – Genève et Bienne – Genève. Elle demande une correction. Idem pour la liaison Rail-Jet Zurich-Sargans-Innsbruck-Vienne qui, détournée via Saint-Gall, serait allongée de 30 minutes.

Côté trafic international, la CITraP demande des améliorations rapides, notamment vers les n½uds de correspondance importants comme Lyon et Munich.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Gaza: la jetée américaine va être déplacée pour être mise à l'abri

Publié

le

Mise en place mi-mai, la jetée avait déjà été enlevée à la fin du mois à cause d'une tempête, avant d'être réinstallée (archives). (© KEYSTONE/AP U.S. military's Central Command)

La jetée temporaire américaine qui permet d'acheminer de l'aide humanitaire à Gaza va être retirée en prévision d'une mer agitée, a annoncé le commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (CENTCOM) vendredi. Cette mesure doit permettre d'éviter les dommages.

La jetée sera déplacée dans le port israélien d'Ashdod, en Israël. "La décision de déplacer temporairement la jetée n'est pas prise à la légère, mais elle est nécessaire pour que la jetée temporaire puisse continuer à acheminer l'aide à l'avenir", a ajouté le CENTCOM, promettant qu'elle sera réinstallée "rapidement".

Le programme alimentaire mondial (PAM), en charge de l'acheminement de l'aide à Gaza via la jetée, avait déjà annoncé lundi suspendre ses opérations pour évaluer la situation sécuritaire. Mise en place mi-mai, elle avait déjà été enlevée à la fin du mois à cause d'une tempête, avant d'être réinstallée.

Risque de famine à grande échelle

Premier soutien militaire d'Israël, Washington a installé cette jetée au large de Gaza face aux sévères restrictions imposées par Israël à l'acheminement terrestre de l'aide vers le territoire palestinien, ravagé par huit mois de guerre.

Selon l'ONU, la quasi-totalité des 2,4 millions d'habitants de la bande de Gaza ont été déplacés par les combats et les bombardements et se trouvent en situation d'insécurité alimentaire, avec un risque de famine à grande échelle.

La guerre à Gaza a été déclenchée le 7 octobre par l'attaque lancée par le Hamas depuis Gaza dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, l'armée israélienne a lancé une offensive de grande envergure à Gaza qui a fait 37'266 morts, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Enquête sur la fiabilité du titane chinois utilisé par Boeing

Publié

le

Le titane incriminé a été intégré à des 737 et 787 Dreamliner de Boeing ainsi qu'à des A220 d'Airbus, construits entre 2019 et 2023 (archives). (© KEYSTONE/AP THE PLAIN DEALER/C.H. PETE COPELAND)

Le régulateur américain de l'aviation civile enquête sur la fiabilité du titane utilisé par Boeing et Airbus dans la fabrication d'appareils récents et dont les certificats ont été falsifiés. Selon des responsables, il n'y a pas de risque pour les avions en service.

D'après le New York Times, il s'agit de métal fourni par un fournisseur chinois, assorti de documents comportant de fausses informations, inscrites par un employé.

"Boeing a signalé spontanément au régulateur américain, la FAA, que ces matériaux avaient été obtenus auprès d'un fournisseur qui pourrait avoir communiqué des documents falsifiés ou incorrects", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la FAA. "La FAA enquête sur l'étendue et l'impact de ce problème".

Plusieurs responsables de l'industrie ont expliqué à l'AFP, sous couvert d'anonymat, que ce développement n'induisait pas de risque immédiat pour les avions actuellement en service.

Avions construits entre 2019 et 2023

Selon le New York Times, le titane incriminé a été intégré à des 737 et 787 Dreamliner de Boeing ainsi qu'à des A220 d'Airbus, construits entre 2019 et 2023, sans qu'il soit encore possible d'en déterminer le nombre.

Spirit AeroSystems, sous-traitant de Boeing et d'Airbus qui mène sa propre enquête, privilégie l'hypothèse d'un seul lot de titane concerné, a indiqué un porte-parole. "La documentation est falsifiée", a-t-il commenté, mais "le titane est de bonne qualité. Pour nous, il n'y a pas de problème de sécurité. Mais on ne parvient pas à retrouver l'origine" du métal.

Le porte-parole a précisé que Spirit avait pris livraison du titane sous forme de pièces et non de métal brut.

Boeing a indiqué qu'il retirerait le titane sur les appareils non encore livrés, mais que ceux actuellement en service pouvaient "continuer à voler en sécurité". "Les tests effectués à ce stade ont montré que le bon alliage de titane avait été utilisé", a ajouté l'avionneur.

Airbus a assuré au New York Times que "la capacité de l'A220 à voler était intacte".

Boeing multiplie les déboires depuis plusieurs mois, en partie liés à des problèmes sur ses chaînes de montage. Jeudi, il a fait état de fixations insuffisamment serrées sur plusieurs 787 Dreamliner en attente de livraison. Le patron du groupe, Dave Calhoun, doit être auditionné, la semaine prochaine, devant une commission du Sénat américain.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture