Rejoignez-nous

la journée finit bien

VIDEO - Une amende si vous laissez trainer vos déchets

Publié

,

le

Les personnes jetant des déchets sur la voie publique doivent être amendées (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Quiconque jette des déchets sur la voie publique doit être puni. Le National a accepté mercredi, par 136 voix contre 50, de sanctionner le "littering" par une amende maximale de 300 francs, dans un projet de loi plus large visant à développer l'économie circulaire. Explications, avant recyclage, avec Benjamin Smadja et Elsa Duperray.

 

Instaurer une sanction sur les déchets sauvages a une fonction dissuasive, a avancé Gabriela Suter (PS/AG). Bastien Girod (Vert-e-s/ZH) a souligné que les règles actuelles diffèrent d'un canton à l'autre. Des normes identiques dans toute la Suisse amèneront de la clarté, selon lui.

Comme le Conseil fédéral, l'UDC était opposée à toute sanction en la matière. Sans succès.

Prolonger la durée de vie des produits

Le projet prévoit également que le Conseil fédéral puisse fixer des exigences concernant la durée de vie et la réparabilité des produits. Beat Flach (PVL/AG) a salué la lutte contre l'obsolescence programmée. Il est "inacceptable", selon lui, de mettre en vente des produits irréparables.

La fabrication doit se faire de manière respectueuse des ressources. Dans le domaine de la valorisation aussi, la réutilisation des matériaux doit être privilégiée.

Contre l'avis de leur commission, les députés ont accepté dans un vote serré, par 96 voix contre 90 et 2 abstentions, plusieurs critères visant plus de transparence quant à l'étiquetage et l'indice de réparabilité des produits. "La Suisse a pris du retard et il est nécessaire d'agir", a fait valoir Bastien Girod. Outre la gauche, le PVL et quelques centristes l'ont entendu.

Constructions respectueuses des ressources

Le secteur de la construction doit aussi progressivement intégrer les principes écologiques. Pierre-André Page (UDC/FR) a demandé de supprimer les règles "coûteuses" en la matière. "Construire a un coût, mais plus on est efficace et innovant, moins ça coûtera", a contré M. Flach.

Christine Bulliard-Marbach (Centre/FR) s'est aussi montrée favorable à la réutilisation des matériaux de construction. Le projet inscrit explicitement la récupération des métaux ainsi que des fractions valorisables des matériaux d’excavation et des déblais de percement.

Il demande aussi que les ouvrages soient pensés dans le respect de l'environnement. Une partie du PLR voulait exclure les barrages de la disposition. Ces constructions répondent à d'autres impératifs, comme la garantie de la sécurité de l'approvisionnement, a relevé Simone de Montmollin (PLR/GE).

Pour sa part, le ministre de l'environnement Albert Rösti soutenait l'objectif de réduire l'énergie et les émissions de gaz à effet de serre dans ce domaine, mais il a estimé qu'il revient aux cantons de légiférer. Sans succès.

Confédération modèle

Il est en outre prévu que la Confédération donne davantage l’exemple dans le cadre de ses propres constructions et acquisitions. Ce rôle de modèle est nécessaire, a estimé Matthias Samuel Jauslin (PLR/AG) pour la commission.

Le projet crée un train de mesures pour développer l'économie circulaire, en collaboration avec les milieux privés. Il fait suite à une initiative parlementaire de commission.

Au vote d'ensemble, il a été adopté par 133 voix contre 42. Les membres de l'UDC se sont opposés ou abstenus. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

Avec ATS

la journée finit bien

Ce week-end, nous perdons une heure

Publié

le

A 02h00, dans la nuit de samedi à dimanche, il faudra avancer son réveil à 03h00. (© KEYSTONE/DPA/SEBASTIAN GOLLNOW)

Nous allons à nouveau une heure de sommeil dans la nuit de samedi à dimanche, avec le passage à l'heure d'été. A 02h00, les horloges seront avancées d'une heure pour passer à 03h00, car en Avril, on avance et en octobRE, on recule! L'heure normale sera rétablie le 27 octobre.

 

Le changement s'effectue automatiquement pour la plupart des horloges des gares, des clochers, des écoles ou des feux rouges. C'est en général aussi le cas pour les téléphones portables, ordinateurs et autres appareils connectés.

Cette année, l'heure d'été durera du 31 mars au 27 octobre. Ce jour-là, les horloges seront ramenées de 03h00 à 02h00. L'heure normale s'appliquera donc à nouveau à partir de cette date.

Le système de l'heure d'été a été introduit en Suisse en 1981 pour s'aligner sur les pays voisins et sur fond d'économies d'énergie. Ce système ne fait toujours pas l'unanimité. Pour ses détracteurs, il perturberait l'horloge biologique des humains comme celle des animaux.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Expositions et spectacles

Plus de 130 activités avec Pâkomuzé durant les vacances de Pâques

Publié

le

Dans le cadre de Pâkomuzé, petits et grands pourront par exemple venir chasser des ½ufs de dragon au Château de Grandson (archives). (© Keystone/LEANDRE DUGGAN)

Quarante institutions culturelles et musées vaudois s'associent à l'occasion de l'événement Pâkomuzé. Avec plus de 130 activités ludiques proposées du 29 mars au 14 avril, les organisateurs promettent une programmation 2024 "alléchante, diversifiée et innovante".

 

Comme chaque année durant les vacances scolaires de Pâques, la manifestation Pâkomuzé propose aux enfants et aux familles de redécouvrir les savoir et les richesses patrimoniales du canton. Fabrication d'une boîte à bonbons, tableaux à tartiner, exploration céleste, biorobots, portraits surréalistes, art postal ou encore amulettes secrètes, il y en aura pour tous les goûts.

L'EPFL Pavilions, avec des ateliers et des visites 3D, et le château de la Sarraz, pour construire un château médiéval, sont cette année les invités d'honneur de cette édition. Le public est invité à découvrir le programme complet sur le site internet et de s'inscrire, si nécessaire, auprès des musées. De nombreuses activités sont aussi libres d'accès.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Genève

Les lignes de tram 15 et 17 perturbées durant les vacances de Pâques

Publié

le

Des perturbations sont annoncées sur les lignes 15 et 17 pendant la première semaine de vacances de Pâques (photo d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

D’importantes perturbations sont prévues sur les lignes 15 et 17 du réseau tpg durant une partie des vacances scolaires de Pâques. L’alimentation électrique sera interrompue dans tout le secteur de la route des Acacias durant une semaine en raison de travaux liés à la renaturation de la Drize.

 

Les tpg profiteront de cette interruption temporaire pour réaliser des travaux d’entretien des voies et des appareils de voies sur le tronçon neutralisé, précisent-ils dans leur communiqué. En conséquence, aucun tram ne circulera sur les lignes 15 et 17 entre Plainpalais et Lancy-Piscine dès jeudi à 23h00 et jusqu'au vendredi 5 avril à 4h00.

Un service de bus de remplacement, identifiés en ligne 15, sera organisé. Il assurera le parcours entre Plainpalais et Palettes.

La période marquée par les vacances scolaires de Pâques a été déterminée afin de limiter au maximum les nuisances pour les usagers et les usagères des transports publics. Les tpg invitent par ailleurs leurs clients à consulter en temps voulu le site www.tpg.ch ou les applications mobiles tpg et tpg+ pour disposer des horaires en temps réel.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Culture

La Castou quitte définitivement la scène

Publié

le

La Castou (à gauche) s'était notamment produite dans le cadre d'Expo.02 en 2002 (archives). (© KEYSTONE/SANDRO CAMPARDO)

La Castou quitte définitivement les scènes romandes. La comédienne, danseuse et chanteuse à la gouaille inimitable s'est éteinte mercredi à son domicile. Elle avait notamment joué dans plusieurs sitcoms sur la TSR dont "Carnotzet", "Bigoudi" ou "Les Pique-Meurons".

L'artiste de 75 ans s'est éteinte mercredi en début d'après-midi chez elle à Denens (VD). Elle a choisi "d'aller rejoindre "François Silvant", son fidèle ami mort en 2007, a annoncé sa famille. Elle a eu recours à Exit Suisse romande, souffrant depuis de "longs mois" de "douleur intolérable engendrée par une maladie incurable".

Née en 1948 à Saignelégier, Catherine Burkhardt avait débuté sa carrière à l'âge de 18 ans. Elle s'était alors choisi un patronyme "La Castou" suggéré par un ami qui trouvait qu'elle cassait tout.

Mille vies

Difficile d'évoquer en quelques lignes sa "Vie de patachon", du nom de son autobiographie parue en 2021. Elle a eu "plus de mille vies", rappellent ses proches dans un communiqué.

Elle a commencé par un apprentissage de photographe. Puis elle est engagée comme danseuse, notamment dans des émissions de variétés de la TSR avec Claude Nougaro, Serge Gainsbourg ou France Gall. Cette touche-à-tout multiplie les passages sur scène, pour chanter, danser ou y jouer la comédie. Elle y rencontrera Jacques Brel et aura l'honneur de faire la première partie de son tour de chant à Knokke-le-Zoute.

La Castou réalisera de nombreuses tournées durant les années 1970 à l'affiche de revues ou comme artiste de cabaret. Ces dix dernières années, à Denens, elle s'est occupée d'une troupe d'actrices et d'acteurs amateurs, "Les Huluberlus", lui apportant "son langage pour le moins fleuri et ses coups de gueule mémorables", ajoute sa famille. Selon ses voeux, aucune cérémonie ne sera organisée.

Hommage de son canton

Le gouvernement jurassien a salué la mémoire de l'artiste franc-montagnarde. "Durant sa longue et riche carrière de danseuse, chanteuse et comédienne, elle a fait rayonner la culture jurassienne en Suisse et partout dans le monde", écrit-il sur la plateforme X.

"Même avec les derniers projecteurs éteints, les couleurs de sa vie réchaufferont longtemps nos c½urs", a pour sa part réagi la conseillère fédérale jurassienne Elisabeth Baume-Schneider sur le même réseau social.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

la journée finit bien

Sophie Aymon, première femme capitaine à la CGN

Publié

le

La capitaine a reçu officiellement mercredi ses galons et son couvre-chef. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Compagnie générale de navigation sur le Léman (CGN) a sa première capitaine. Sophie Aymon a prêté serment mercredi, en compagnie de deux collègues masculins. Ils rejoignent les 28 capitaines déjà en activité sur le Léman.

 

La Valaisanne de 44 ans a reçu officiellement mercredi ses galons et son chapeau. "Comme la casquette ne me va pas, on a trouvé une alternative. C'est le même couvre-chef que les femmes de la Marine française", a-t-elle expliqué en marge de la cérémonie.

Son assermentation couronne un long parcours au sein de la CGN où elle est entrée en 2002. Elle a commencé comme radeleuse, restant à quai et installant les passerelles au passage des bateaux. Puis elle s'est occupée des contrôles et de la caisse, avant d'entamer une deuxième carrière passant de timonière à pilote et enfin capitaine. "Il faut dix ou douze ans pour en arriver là", confie-t-elle.

Historique

Pour Sophie Aymon, ce "moment est historique". Une page se tourne dans l'histoire de la CGN: "la domination masculine, c'est fini, les femmes arrivent enfin. Je suis assez contente, et mes collègues aussi", ajoute-t-elle. A noter que sur le lac de Neuchâtel ou en Suisse alémanique, quelques femmes ont déjà ouvert la voie.

A la barre de son embarcation, la quadragénaire est désormais "responsable de tout". "Du bateau, de l'équipage, du personnel de restauration, de la clientèle et de l'environnement. On est seul maître à bord. Nous donnons les directives", explique-t-elle.

Comme ses deux collègues assermentés mercredi, la nouvelle capitaine a passé son permis l'an dernier et a donc déjà commencé à naviguer sur le Léman. Elle reprend du service après le week-end de Pâques.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture