Rejoignez-nous

Genève

Accusé d'avoir tué sa femme il nie et se dit innocent

Publié

,

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

Le procès d'un homme de 71 ans accusé d'avoir, en février 2016, étouffé avec un coussin sa femme âgée de 66 ans, s'est ouvert lundi devant le Tribunal criminel de Genève. L'accusé, un ancien homme d'affaires soleurois disposant d'une fortune qui se chiffre en millions, clame son innocence. Son épouse, affirme-t-il, aurait succombé à une attaque cérébrale.

"Je me suis réveillé en entendant un bruit", explique le prévenu au tribunal. Il devait être environ 06h00. Dans la salle de bains, selon ses dires, il trouve sa femme inconsciente, gisant sur le carrelage. "Sous le choc", il la traîne par les bras jusqu'à la chambre à coucher et la hisse sur le lit, puis appelle les secours.

Le Ministère public, de son côté, est persuadé que le septuagénaire a bien tué sa compagne. Il avance notamment pour preuve une plume qui s'est logée dans les bronches de la victime. Elle aurait été aspirée par la malheureuse alors qu'elle cherchait vainement de l'air, la tête écrasée sous un coussin.

Il y a aussi ces ecchymoses sur les bras de la victime. Pour l'accusé, il s'agit de marques faites lorsqu'il a transporté sa femme jusqu'au lit en la tirant. Le prévenu s'est également expliqué sur une blessure qu'il avait au petit doigt. Une coupure légère, selon lui, qui s'est aggravée quand il a manipulé le corps.

"Un crime sans mobile"

Pour la défense, le dossier est vide ou presque. "C'est un crime sans mobile, sans l'ébauche d'un indice", souligne Alec Reymond. L'avocat et son confrère Marc Oederlin s'en prennent à tour de rôle au Centre universitaire romand de médecine légale (CURML). Seul un scénario a été présenté, celui d'un meurtre, estiment-ils.

Pour les deux avocats, les médecins du CURML se sont érigés en juges. Ils déplorent que des experts internationaux qu'ils ont mandatés ne soient pas entendus. Ils auraient, affirment-ils, donné un éclairage différent sur l'affaire. Notamment, qu'une mort naturelle n'était pas à exclure.

La procureure Anne-Laure Huber a encore demandé à l'accusé la raison pour laquelle il avait jeté, rapidement après les faits, les draps et les taies d'oreiller du lit où sa femme a été retrouvée sans vie. "Dans ma famille, on a toujours jeté les draps des gens qui sont morts à la maison", a répondu le septuagénaire.

Le prévenu avait épousé la victime en 2011. Il avait déjà été marié auparavant, mais cette première union s'était soldée par un divorce. Aujourd'hui, il vit avec une nouvelle compagne, mais indique avoir gardé des liens avec les enfants de sa défunte femme. "On s'est seulement moins vu lors de la crise sanitaire".

Le procès se poursuit jusqu'à vendredi.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Retrouvailles Murray - Djokovic compromises

Publié

le

Andy Murray en mauvaise posture au Geneva Open (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Andy Murray (ATP 75) est en mauvaise posture au 1er tour du Geneva Open face à l'Allemand Yannick Hanfmann (ATP 85). Il aura besoin d'un miracle mardi.

La rencontre a été arrêtée puis repoussée à mardi en raison de la pluie, alors que le Britannique était mené 7-5 4-1 lundi soir. Moins mobile que son adversaire, Murray s'est accroché pendant près d'une heure grâce à son service avant de concéder le break à 5-5 dans le premier set, puis encore deux fois au début de la deuxième manche.

Les retrouvailles avec Novak Djokovic, qu'il n'a plus affronté depuis 2017, sont plus que compromises. Avant la pluie, c'est le Serbe qui a fait son arrivée aux Eaux-Vives.

L'apparition du "Djoker", venu s'entraîner sur un des courts annexes avant d'aller assister à la victoire de Young Boys au stade de Genève, a généré un certain engouement auprès des spectateurs déjà nombreux lundi. "On se dirige très certainement vers un guichet fermé tous les jours", ont d'ailleurs déclaré les organisateurs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le nouveau centre aquatique de Carouge en votation

Publié

le

A la faveur d'un référendum, les Carougeois sont appelés à dire le 9 juin s'ils acceptent de consacrer 74,5 millions de francs pour un nouveau centre aquatique à la Fontenette (illustration). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les Carougeois sont appelés à dire le 9 juin s'ils acceptent de consacrer 74,5 millions de francs pour un nouveau centre aquatique à la Fontenette. L'UDC, qui considère ce crédit de construction trop élevé, a lancé un référendum.

Le nouveau centre aquatique vise à répondre à la forte demande, provenant notamment des nageurs, en équipant le bassin extérieur existant de 50 mètres d'une couverture thermique destinée à prolonger la saison estivale. L'autre bassin de natation de Carouge, à l'école des Pervenches, ne suffit pas pour une ville de 23'000 habitants, estiment les autorités qui avaient lancé un concours d'architecture en 2018.

A la Fontenette, le projet lauréat prévoit d'ajouter trois bassins intérieurs - pour le sport et l'apprentissage de 25 mètres, pour l'animation et pour les loisirs - aux quatre bassins extérieurs actuels. Les bâtiments de la piscine d'été étant vétustes, de nouveaux locaux accueilleront notamment une buvette-restaurant accessible toute l'année. Et le parc sera agrandi et ombragé.

Pas de financement extérieur

L'empreinte carbone des futures installations sera réduite: 40% des besoins en énergie seront produits sur place, le bâtiment aura une très haute performance énergétique et sera raccordé au chauffage à distance, tandis que les bassins seront alimentés par l'eau provenant de la nappe phréatique. En cas d'acceptation du crédit,, les travaux seront lancés en juin 2025 et dureront trois ans.

Sans être opposés à la construction d'un nouveau centre aquatique, les référendaires, soutenus par le PLR, jugent son coût trop élevé, engendrant une probable hausse des impôts communaux. Ils estiment que cette infrastructure, qui bénéficiera aux communes adjacentes et à la France voisine, ne devrait pas être financée que par Carouge. Or les autorités affirment n'avoir pas trouvé de financement extérieur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

La 1e édition du Femmage Festival fait place aux modèles féminins

Publié

le

A Genève, Natacha Koutchoumov participera à la première édition du Femmage Festival, destiné à faire sortir de l'oubli nombre de femmes inspirantes (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La première édition du Femmage Festival aura lieu les 25 et 26 mai aux Jardins de la Jonction, à Genève. Ateliers, expositions, concerts, spectacles, visites guidées visent à faire sortir de l'ombre nombre de femmes inspirantes. L'événement est tout public et entièrement gratuit.

Le festival est parti du constat d’un manque criant de modèles féminins. Il met en avant des profils et des trajectoires de femmes méconnues, invisibilisées, oubliées, écrivent les organisatrices.

La programmation, 100% femmes et locales, comprendra une variété d’activités en relation avec cet objectif. Parmi les invitées, figurent des personnalités telles que Natacha Koutchoumov, Isabelle Collet, Dr. Samia Hurst, Lorella Bertani, Christina Kitsos, Raphaële Bouchet et Coline de Senarclens.

Femmage Festival, qui se déroulera dans l'ancien dépôt TPG, est pensé de façon à pouvoir être exporté facilement en Suisse romande. Son contenu pourra s’adapter à la ville qui l’accueille en sollicitant des intervenantes locales à chaque fois.

Le néologisme "Femmage" – fusion entre les mots femme et héritage – a été choisi afin de pointer le phénomène d’invisibilisation des femmes dans l’histoire, précisent encore les organisatrices.

www.femmagefestival.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Après Troinex, Veyrier vote sur la nouvelle ligne de bus 49

Publié

le

La future ligne 49 des Transports publics genevois est en votation à Veyrier, suite à un référendum contre le crédit de 396'000 francs pour les aménagements routiers ad hoc (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La future ligne 49 des TPG fait l'objet d'une nouvelle votation, après le vote favorable à Troinex en 2022. Les citoyens de Veyrier doivent se prononcer le 9 juin sur un crédit de 396'000 francs pour les aménagements routiers ad hoc, attaqué par référendum.

Comme à Troinex, le parcours de la future ligne qui doit relier Veyrier à la gare du Léman Express de Lancy-Bachet est contesté. Le comité référendaire, à savoir l'Association Veyrier-Rasses-Marais, juge "aberrant" de faire passer le bus sur les chemins des Rasses et du Bois-Gourmand, situés en zone 30 km/h et empruntés quotidiennement par des centaines d'enfants à vélo.

Les référendaires critiquent aussi le fait que cet itinéraire demande la création de nouveaux aménagements, alors que ceux qui s'y trouvent n'ont que quatre ans et ont coûté plus de 4 millions de francs. Les autorités indiquent que la moitié du crédit de 396'000 francs est destinée à la réalisation des arrêts. Selon elles, l'arrivée de ce bus électrique n'engendrera pas de nuisances supplémentaires.

Conséquences à Troinex

Le tracé de cette nouvelle ligne vise à respecter les dispositions légales selon lesquelles chaque habitant en zone urbaine doit disposer d'un arrêt de bus à moins de 300 mètres de son domicile. En cas de refus dans les urnes, la ligne sera abandonnée et une nouvelle offre ne sera pas élaborée avant le plan d'actions des transports collectifs de 2028-2032, met en garde la Ville.

Les conséquences d'un refus se feront sentir à Troinex, où la population a dit "oui" à cette nouvelle ligne en 2022. En cas d'acceptation le 9 juin, sa réalisation dépendra toutefois d'une étude acoustique ordonnée par la justice après le recours de Troinésiens. Les résultats devraient tomber dans les prochains mois.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Djokovic en guest-star, Ruud en favori

Publié

le

Novak Djokovic veut se remettre en selle sur la terre battue genevoise. (© KEYSTONE/AP/DANIEL COLE)

Le Geneva Open peut compter sur un plateau cinq étoiles. Avec Novak Djokovic, Casper Ruud et Andy Murray, de nombreux regards seront braqués sur les Eaux-Vives, à une semaine de Roland-Garros.

Si le numéro un mondial peut légitimement nourrir des ambitions, sa présence au bout du Léman est surtout destinée à se rassurer après un début de saison loin de ses standards. Eliminé piteusement en 16e de finale aux Masters 1000 de Rome, le Serbe veut se remettre en confiance en vue du deuxième tournoi du Grand Chelem de l'année.

Des potentielles retrouvailles avec Murray

Guest-star inattendue, "Nole" n'a joué qu'une seule fois la semaine précédant le tournoi parisien. C'était en 2021, lorsqu'il s'était imposé à domicile à Belgrade avant de soulever la Coupe des Mousquetaires. A Genève, le tirage au sort lui a réservé de potentielles retrouvailles avec Andy Murray, invité lui aussi par les organisateurs, pour son premier match. Les deux hommes ne se sont plus affrontés depuis 2017.

Mais c'est peut-être davantage vers Casper Ruud (ATP 7) qu'il faut se tourner pour trouver un favori désigné du tournoi. Le Norvégien, spécialiste de la terre battue, a triomphé deux fois aux Eaux-Vives en 2021 et 2022. Cette saison, il a été battu en finale à Monte-Carlo et a remporté l'ATP 500 de Barcelone, à chaque fois contre Stefanos Tsitsipas.

Deux Américains feront en outre office d'outsiders aux Eaux-Vives: le longiligne Taylor Fritz (ATP 13), dans la moitié de tableau de Djokovic, et le fougueux Ben Shelton (ATP 14) dans celle de Ruud.

Sans le tenant du titre

Le Chilien Nicolas Jarry (ATP 24) a par ailleurs renoncé à venir défendre le titre conquis l'an dernier après s'être hissé dans le dernier carré du Masters 1000 de Rome. Son adversaire en demi-finale à Rome, l'Américain Tommy Paul (ATP 16), ne viendra d'ailleurs finalement pas non plus à Genève.

Enfin, les organisateurs ont distribué vendredi leur deuxième invitation disponible pour les qualifications, dont les premiers matches sont prévus samedi matin. Le bénéficiaire en est le Neuchâtelois Damien Wenger. La première wild card pour ce tableau avait été donnée au gaucher genevois Antoine Bellier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture