Rejoignez-nous

Genève

Palexpo se transforme en ferme géante pour Swiss Expo

Publié

,

le

Swiss expo se tient à Palexpo à Genève jusqu’à samedi, après avoir déménagé de Lausanne. Pour l’occasion, mille vaches venues de plusieurs pays européens sont présentées. Une véritable vitrine pour le monde agricole. 

Il y a d’abord l’odeur. C’est ce qui interpelle, lorsqu’on découvre cette 24e édition de Swiss Expo. Le bruit aussi, essentiellement des mugissements. Les responsables: mille vaches et génisses, qui ont pris leurs quartiers pour une petite semaine dans les halles de Palexpo. Il s'agit de la troisième exposition bovine la plus importante au monde, a d'ailleurs souligné - lors de son discours inaugural - Robert Hensler, qui assume la présidence de la société faîtière de Palexpo.

Les éleveurs - eux - se disent satisfaits. La plupart estime que Palexpo est plus confortable que le site de Beaulieu à Lausanne. C'est l'avis d'Alexandre Poncet, qui est venu à Swiss Expo de Ballaigues dans le Jura vaudois avec trois vaches.

Alexandre PoncetAgriculteur à Ballaigues, dans le Jura vaudois

Fierté 

Hormis la partie concours, Swiss Expo accueille une multitude d'exposants, venus présenter leur travail et les dernières innovations agro-techniques. Une véritable fierté pour le président du Conseil d'Etat genevois Antonio Hodgers, présent pour l'ouverture du salon. L'élu écologiste, qui connaît le nombre exacte de vaches à Genève (328), insiste sur le fait que Genève n'est pas un canton-Ville. Pour lui, cet événement est également l'occasion de rappeler qu'il s'agit de défendre les paysans.

Antonio HodgersPrésident du Conseil d'Etat genevois

Face aux critiques des "antispécistes" - les militants contre l'exploitation animale - Antonio Hodgers, reconnait que le bien-être animal doit être développé en Suisse. Pourtant, il estime également qu'il s'agit de défendre les agriculteurs locaux, notamment face à la concurrence internationale.

Antonio HodgersPrésident du Conseil d'Etat genevois

Organisateurs satisfaits 

Du coté des organisateurs, on estime également que le lancement du salon est réussi. Le public a répondu présent, notamment les enfants, pour découvrir les métiers de la terre. Cindy Guignard, responsable de la communication pour Swiss Expo, se réjouit aussi du déménagement de Lausanne à Genève. Pour elle, la place gagnée à Palexpo permet de mettre davantage en valeur les exposants.

Cindy Guignard Responsable de la communication à Swiss Expo

Showmanship 

Swiss Expo a également organisé un concours de présentation, baptisé Showmanship, à destination des jeunes de 9 à 28 ans. L'objectif: adopter les bons comportements lorsqu'on présente un animal. C'est ce qu'explique Martin Kipfer, de la régie Ringman.

Martin Kipfer Régie Ringman

Plus d'informations sur le site de Swiss Expo.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Genève: des micro-oasis pour se rafraîchir en ville durant l’été

Publié

le

Sortir même en cas de forte chaleur est recommandé pour maintenir les liens sociaux. La Ville et le canton de Genève ont installé sept micro-oasis de verdure en milieu urbain pour permettre, en particulier aux aînés, de prendre l'air (photo prétexte). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le canton et la ville de Genève reconduisent le projet pilote de micro-oasis en milieu urbain. Jusqu’au 31 août, sept structures éphémères invitent la population – en particulier les seniors – à se rencontrer et se rafraîchir en ville durant l’été. Parmi les nouveautés, la participation de la commune de Vernier et l’aménagement d’un "Refuge climatique" dans le quartier de la Jonction.

Ancrée dans divers quartiers de Genève et de Vernier, chaque micro-oasis propose des places assises ombragées, végétalisées et équipées d'un système de brumisation. Objectif: abaisser localement la température de plusieurs degrés et offrir un environnement agréable et propice à la rencontre, même en cas de fortes chaleurs, écrivent les partenaires du projet jeudi dans un communiqué.

Maintenir les liens sociaux

Mises sur pied à l’initiative de la direction générale de la santé, ces structures rafraîchissantes entendent inciter les personnes âgées à sortir de chez elles quand il fait chaud pour rester actives physiquement et maintenir les liens sociaux, contrairement à ce qui a longtemps été recommandé.

Rester chez soi pour fuir la chaleur accroît en effet le risque d’isolement. La pandémie a mis en évidence le fait que les contacts humains sont absolument nécessaires à la santé globale des personnes, quel que soit leur âge.

Dispositif innovant

Progressivement installées dès juin, les micro-oasis de verdure seront fonctionnelles en juillet et août sur les places du Vélodrome (Jonction), de Saint-Gervais, des Chaumettes (Hôpital), et dans les rues du Léman (Pâquis) et de la Terrassière (Rive). Cette année, la ville de Vernier rejoint le projet pilote en installant deux micro-oasis dans des lieux très fréquentés, (avenue des Libellules 8 et face à la Bibliothèque de Châtelaine).

Par ailleurs, le quartier de la Jonction innove avec un "Refuge climatique" aux abords de la micro-oasis de la place du Vélodrome. Conçu pour devenir, à terme, un lieu d’information autour des questions climatiques, ce refuge permet de tester un dispositif innovant, le low tech Watershed, qui rafraîchit l’air ambiant avec de l’eau de pluie sous l’effet de la chaleur.

Jusqu'en 2023

Le déploiement de la phase pilote du projet lancé l'an dernier se poursuit jusqu’en 2023. Le bilan de la première édition démontre d’ores et déjà qu’en dépit d’une faible fréquentation (partiellement due à l’absence d’épisode caniculaire durant l’été 2021), les personnes âgées utilisant le dispositif se montrent satisfaites et l’utilisent régulièrement. Elles ont aussi confirmé que ces structures éphémères les aident à sortir de chez elles lorsqu’il fait très chaud.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Genève: une fan zone à la Canopée

Publié

le

La Canopée à Genève accueillera une fan zone pour vibrer dès mercredi devant les matchs de l’Eurofoot féminin (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Canopée, sur le quai Gustave Ador à Genève, accueillera dès mercredi et jusqu'au 31 juillet, une fan zone pour suivre les matchs de l’Eurofoot féminin. Ils seront diffusés gratuitement sur grand écran, dans un espace dédié et spécialement aménagé.

Des terrains gonflables de foot 4x4, foot bowling, arène foot 1x1 et de pénaltys seront aménagés pour chaque diffusion. Ludiques, ces installations seront ouvertes au public et accueilleront aussi des démonstrations, notamment de foot freestyle, indique la Ville de Genève jeudi dans un communiqué.

"Nous souhaitons aussi que cette fan zone serve à la promotion du sport féminin", souligne la maire de Genève Marie Barbey-Chappuis. "Plusieurs sportives viendront sur ce site pour effectuer des démonstrations de leur sport", poursuit la magistrate.

Chaque diffusion des matchs de l’équipe suisse féminine donnera lieu à diverses animations. Le 9 juillet, jour de Portugal-Suisse, les joueuses de Servette-Chênois féminin seront présentes sur place dès 16h00 pour jouer sur les différents terrains. Les matchs de Suède-Suisse (13 juillet) et Suisse-Pays-Bas (17 juillet) seront aussi des temps forts, écrit la Ville qui annonce des surprises à la clé.

Parmi les démonstrations planifiées, un tournoi de pétanque mixte le 13 juillet, du street rugby féminin le 16 juillet, ainsi que longboard le 22. En fonction du parcours de l’équipe de Suisse, d’autres animations s’ajouteront au programme.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Carine Ayélé Durand nouvelle directrice du MEG

Publié

le

CarineDurand_© Johnathan Watts

Le Conseil administratif de la Ville de Genève a nommé Carine Ayélé Durand à la direction du Musée d’ethnographie de Genève (MEG). Conservatrice en chef responsable de l’unité des collections du MEG depuis 2015, elle assume la direction ad intérim du musée depuis février. Elle prendra ses nouvelles fonctions le 1er juillet.

L'excellente connaissance de l’institution de Carine Ayélé Durand , son expertise dans les différents domaines d’activités muséales et ses nombreuses expériences internationales sont autant d’atouts pour permettre au MEG, musée résolument ouvert sur les enjeux de société, de poursuivre son évolution, relève la Ville de Genève jeudi dans un communiqué.

Droit des peuples autochtones

Titulaire d’un doctorat en anthropologie de l’université de Cambridge, Carine Ayélé Durand est également diplômée de l’université d’Aix-en-Provence avec un DEA en ethnologie et un magistère en négociations internationales. Agée de 46 ans, elle se consacre depuis plus de vingt ans à l’étude, la gestion et la mise en valeur des collections patrimoniales, aux expositions et aux arts visuels.

Le début de sa carrière est marqué en 2002 par la conception de l’exposition Inuit (2002-2003) au Muséum d’histoire naturelle de Lyon. Comme doctorante, son étude comparative de deux projets de collaboration entre musées européens et peuples autochtones a contribué à transformer en profondeur les pratiques muséales, en conformité avec la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, adoptée en 2007.

Dialogue et justice sociale

En qualité de conservatrice en chef du MEG, Mme Ayélé Durand a notamment assuré toute l’organisation logistique du transfert des collections vers les nouveaux dépôts patrimoniaux. En 2021, elle a signé le commissariat de l’exposition "Injustice environnementale - Alternatives autochtones", actuellement présentée au MEG. Ce dernier applique pour la première fois un principe juridique basé sur le consentement préalable des partenaires autochtones concernés.

Le rôle de la nouvelle directrice sera de positionner le MEG comme une institution muséale de référence face aux principaux enjeux contemporains, comme les inégalités sociales ou encore, les dégradations environnementales. Il s'agira de rendre plus accessibles au grand public des concepts complexes afin de promouvoir le dialogue et la justice sociale.

Carine Ayélé Durand succède à Boris Wastiau qui a quitté la direction du MEG le 1er mars 2022 pour reprendre la tête de l'Alimentarium.

Continuer la lecture

Genève

L'UDC Genève lance deux candidats à la conquête du Conseil d'Etat

Publié

le

Michael Andersen, l'un des deux candidats UDC au Conseil d'Etat (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Réunie en assemblée générale mercredi soir, l'UDC genevoise a décidé de lancer deux candidats à l'élection du Conseil d'Etat qui se déroulera en avril prochain. Les membres du parti ont désigné le conseiller municipal de Vandoeuvres et fiscaliste Michael Andersen ainsi que le vigneron Lionel Dugerdil pour défendre leurs couleurs.

Concernant la stratégie politique pour cette élection, l'UDC mise sur une alliance avec le PLR et invite formellement la formation libérale-radicale à la rejoindre dans une union de la droite genevoise, afin de faire barrage à la gauche, indique le parti dans un communiqué.

Les membres présents à l'assemblée auraient voulu constituer un front qui comprenne le parti du Centre, mais ils ont dû renoncer à ce projet, car les ex-démocrates-chrétiens rejettent toute idée de rapprochement avec l'UDC. Par ailleurs, les militants UDC ont exclu toute alliance avec le MCG.

Continuer la lecture

Genève

Affaire du bitume: Frédérique Perler s’explique et s'excuse

Publié

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

Frédérique Perler s’explique et s’excuse suite au décrochage de goudron aux Pâquis par 2 associations, le 22 juin. Dans un long communiqué, la conseillère administrative genevoise a livré hier son éclairage personnel.

Elle le concède, elle a bien été informée en amont de l’action et elle a même mandaté les services municipaux pour évaluer la faisabilité technique et légale d’une telle action. Une séance a d’ailleurs eu lieu à la mi-juin, pour les en dissuader, en raison de la présence de canalisations en sous-sol. “J’en ai eu des échos rassurants, la plantation d’arbre étant abandonnée, cela m’a grandement soulagée», écrit Frédérique Perler, jusqu’à imaginer que l’affaire était close.

C’est là où les interprétations divergent: les activistes auraient compris qu’il leur était bien possible de dégrapper une portion de bitume sur une faible profondeur. Ils se seraient même assuré qu’une plainte ne serait pas déposée.

Frédérique Perler ne s’y est pas opposée et c’est là qu’elle concède une erreur d’appréciation. “Je ne mesurais pas l’impact concret d’une telle action.” Elle s’en excuse auprès de ses collègues et de la population. Elle s’engage à faire en sorte que cette affaire n’ait aucune conséquence pour le contribuable.

Quant aux conséquences pour Frédérique Perler, c’est encore une autre histoire: un magistrat en retraite a été mandaté pour faire la lumière sur le déroulement des faits.

Continuer la lecture