Rejoignez-nous

Culture

Vernier accorde une caution de 67 millions pour l'Espace culture Concorde

Publié

,

le

La Ville de Vernier a accepté de cautionner l’Espace culture Concorde mardi soir pour 67 millions de francs. Le Conseil municipal a accepté à deux tiers des voix de donner sa garantie à l'emprunt de la Fondation qui gère le centre. Une caution accordée pour 20 ans. Les opposants envisagent de lancer un référendum.

Le Conseil municipal de la Ville de Vernier a accepté mardi soir d’apporter sa  caution à hauteur de 67 millions de francs la Fodac, la Fondation pour le développement des arts et de la culture, pour une durée de 20 ans. Ce cautionnement va permettre à la Fondation de financer un espace culturel dans le quartier de la Concorde. L’Espace culture Concorde - c’est son nom - va accueillir dans ses murs le CFC danse, une salle de spectacle, des salles de répétition et de création pour la danse, des logements pour les personnes en formation mais aussi un hôtel et un restaurant. Le cautionnement a été accepté par les deux tiers du Conseil municipal. La réaction de Martin Staub, Conseiller administratif chargé de la cohésion sociale.

Martin StaubConseiller administratif chargé de la cohésion sociale

Vote immédiat

L’an dernier, le Conseil municipal avait déjà accordé un financement de 10 millions de francs au projet, estimé à 113 millions de francs. Un vote immédiat, sur le siège a été demandé. Le timing était essentiel selon le Conseiller administratif chargé de la cohésion sociale, pour que la formation CFC danse n'aille pas ailleurs.

Martin StaubConseiller administratif chargé de la cohésion sociale

Espace culture Concorde est un projet ambitieux pour Vernier qui devrait lui permettre de rayonner au-delà des frontières. Le détail avec Martin Staub.

Martin StaubConseiller administratif chargé de la cohésion sociale

Référendum envisagé

Avant le vote, des élus du PDC, du MCG et de l’UDC ont estimé que le risque pris par le cautionnement était démesuré. 67 millions correspondent à la moitié du budget verniolan. Ils ont demandé, en vain, un renvoi en commission des finances. Ils envisagent de lancer un référendum, la décision formelle devrait être prise la semaine prochaine. Le délai référendaire court jusqu’à début septembre et plus de 1600 signatures sont requises.

Pour Martin Staub, les risques financiers sont maîtrisés.

Martin StaubConseiller administratif chargé de la cohésion sociale

La Fondation a trouvé plus de 40% de fonds propre, soit plus de 50 millions sur les 113 que coûtent le projet.

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Le 14e Festival Antigel à Genève a attiré 46'000 personnes

Publié

le

Un des spectacles de cette édition 2024 d'Antigel: "Horizon Vert", dans une serre du Centre de formation professionnelle nature et environnement (CFPne) de Lullier à Jussy (GE). (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Quelque 46'000 personnes ont afflué pour la 14e édition d'Antigel qui a démarré le 1er février dernier et s'achève ce dimanche. Le 80% des 120 représentations - pour quelque 70 spectacles - proposées par le festival pluridisciplinaire genevois ont affiché complet.

"Des chiffres époustouflants compte tenu du fait qu'il n'y avait pas le Grand Central cette année", se sont réjouis les organisateurs dans un communiqué diffusé dimanche après-midi. Antigel avait en effet renoncé à monter son Grand Central pouvant accueillir 3000 personnes par soirée.

La 13e édition avait attiré plus de 55'000 personnes et celle de 2022, 27'000 personnes. Mais jusqu'ici, jamais autant de spectacles n'avaient affiché "sold out" (guichets fermés), souligne-t-on.

Cette édition 2024 a vu défiler plus de 500 artistes toutes catégories confondues, dont 313 artistes suisses, sur une cinquantaine de lieux à travers la ville de Genève et le canton, détaillent les responsables de la manifestation culturelle. Celle-ci s'est déployée dans 21 communes genevoises ainsi qu'à Nyon (VD) et en France voisine.

"Une édition rêvée"

Durant quatre semaines, "nous avons vécu une édition rêvée, partagé un plaisir immense et osé comme jamais", résument finalement les organisateurs. Mêlant musique, arts vivants, performances, mais aussi sport et clubbing, le festival a su créer "de riches échanges entre la population, les artistes et le festival".

Au niveau musical, l'affiche 2024 proposait notamment José González, Air, Jay-Jay Johanson, Beach Fossils, Tim Bernardes, Billy Nomates, James Yorkston, Nina Persson, Kruder & Dorfmeister, French 79, Slowdive ou encore Charlie Cunningham et de Swans.

S'agissant des arts vivants, il a notamment été question cette année de fast fashion dans "RAGS", de Vanessa Riera, de polystyrène dans "Materia", d'Andrea Salustri, de kaléidoscope humain dans "Mirkids", de Jasmine Morand, et d'alpinisme dans "White Out", de Piergiorgio Milano.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Une Cité Bleue toute neuve ouvre bientôt ses portes au public

Publié

le

Leonardo Garcia Alarcon, le directeur général et artistique de La Cité Bleue, veut toucher de nombreux publics grâce à une programmation éclectique (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, la salle de spectacle de la Cité Bleue va rouvrir ses portes, après plus de deux ans de travaux de rénovation. La saison inaugurale, sous la direction artistique de Leonardo Garcia Alarcon, proposera concerts divers, théâtre musical, opéras, projets pédagogiques et créations mêlant musique et danse.

La journée du 10 mars permettra au public de découvrir la salle de 300 places flambant neuf. Tout l'intérieur a été réaménagé, de la scène au parterre, du balcon aux loges, sans oublier les installations techniques. Un studio de répétition a été prévu pour les artistes au sous-sol, ainsi qu'un espace de détente.

Un système électroacoustique américain permet d'adapter l'acoustique aux besoins particuliers de chaque artiste et de chaque performance. La Cité Bleue est la première salle en Suisse à en être équipée. Par ailleurs, la fosse d'orchestre est mobile et motorisée. Il est possible de la monter jusqu'au niveau de la scène.

La rénovation de la Cité Bleue a débuté en janvier 2022. La Fondation de la Cité Bleue, une entité créée par la Cité Universitaire, a été chargée de trouver les fonds nécessaires pour les travaux. La salle de la Cité Bleue s'appelait à l'origine la salle Patino. Elle a pris son nouveau nom en 1996.

Le directeur de la Cité Bleue, Leonardo Garcia Alarcon, a été nommé à ce poste en 2020. Le chef d'orchestre, claveciniste et compositeur argentin est établi de longue date à Genève, une ville qu'il considère comme sa "deuxième maison". Il veut faire de la Cité Bleue un endroit pour tous les publics, où la créativité peut s'épanouir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

César de la révélation pour l'actrice franco-suisse Ella Rumpf

Publié

le

Ella Rumpf (ici lors du dernier festival de Locarno) a été récompensée par les César vendredi soir (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

L'actrice franco-suisse Ella Rumpf a été récompensées vendredi soir lors de la cérémonie des César. Elle a reçu le César de la "révélation féminine" de l'année pour son rôle dans le "Théorème de Marguerite", une coproduction suisse réalisée par Anna Novion.

C'était la deuxième fois qu'Ella Rumpf était sélectionnée comme révélation féminine. En recevant son prix, elle a remercié Anna Novion, qui lui a "fait confiance" et "donné confiance" pour ce rôle qu'elle "n'aurait jamais pensé jouer".

L'actrice de 29 ans a aussi rendu hommage aux autres acteurs du film - Jean-Pierre Daroussin, Clotilde Courau et Julien Frison. "C'était un délice de travailler" avec eux, a-t-elle dit, émue aux larmes.

Dans "Le théorème de Marguerite", la comédienne zurichoise et parisienne incarne Marguerite, une étudiante confrontée à l'échec lors de la présentation de sa thèse. De dépit, elle plaque tout et devient vendeuse de chaussures avant de se découvrir un don pour le Mah-jong. L'actrice a aussi été choisie dans la section "Meilleure interprétation féminine" du prochain Prix du cinéma suisse.

Parmi les cinq actrices nommées dans cette catégorie figurait aussi Suzanne Jouannet, à l'affiche de "La voie royale" du Valaisan Frédéric Mermoud. Julien Frison avait lui aussi été retenu dans la catégorie "Révélation masculine", toujours dans "Le théorème de Marguerite". Le prix est revenu à Raphaël Quenard pour son rôle dans "Chien de la casse".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Capitole de Lausanne rénové et agrandi officiellement inauguré

Publié

le

Au Capitole de Lausanne, la Cinémathèque suisse dispose désormais de deux salles pour près de 900 places au total. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le néon du Capitole a pu de nouveau briller de mille feux vendredi soir à Lausanne. Une cérémonie d'ouverture officielle a célébré la rénovation et l'agrandissement du mythique cinéma. La Cinémathèque suisse y dispose désormais de deux salles pour près de 900 places.

Après trois ans de travaux, l'emblématique établissement de la capitale vaudoise a retrouvé son faste d'antan. La Cinémathèque et la Ville de Lausanne ont invité quelque 730 personnes pour cette soirée d'inauguration, dont des réalisateurs et acteurs suisses. Les invités ont pu librement visiter les lieux et profiter d'un apéritif offert par les autorités lausannoises.

"C'est avec beaucoup de fierté, d'émotions et de bonheur que nous avons sauvé cette salle et que nous l'inaugurons ce soir (...) Un petit miracle pour une grande salle. La renaissance du Capitole", a déclaré le syndic de la Ville de Lausanne Grégoire Junod lors d'une série d'allocutions sur la scène.

De l'âme et de la magie

"Nous célébrons l'âme et la magie d'un lieu exceptionnel", a affirmé pour sa part la conseillère d'Etat vaudoise en charge de la culture Nuria Gorrite. Elle a rappelé toute l'importance d'un tel cinéma comme "lieu de partage essentiel, de vivre ensemble".

De son côté, le directeur de la Cinémathèque suisse Frédéric Maire a déjà promis des surprises, comme par exemple la projection de films avec la présence dans la salle d'un orchestre symphonique.

Dans la grande salle historique flambant neuve, d'autres personnalités ont aussi pris la parole, à l'instar de Jean Studer, président de la Cinémathèque suisse, Olivier Steimer, président de la Fondation Capitole et Yves Fischer, directeur suppléant de l'Office fédéral de la culture (OFC). Tous ont fait l'éloge d'un joyau architectural et patrimonial.

"La petite dame du Capitole"

Les invités ont ensuite eu droit à la projection de "La petite dame du Capitole" (2005), dans la salle historique du Capitole, la plus grande de Suisse. Le documentaire de la réalisatrice Jacqueline Veuve est un portrait de l'ancienne propriétaire du Capitole, "Mademoiselle" Lucienne Schnegg.

Engagée en 1949, elle avait pris la direction du cinéma en 1956 et ce jusqu'en 2010, date du rachat de l'établissement par la Ville de Lausanne. Elle est décédée à l'âge de 90 ans en mai 2015. Elle aura été maintes fois citée lors des allocutions.

La soirée devait se terminer avec une partie musicale (DJ set vinyles) au second et nouveau foyer du Capitole, à la hauteur de la deuxième salle, en sous-sol.

La grande fête d'inauguration se poursuit ce week-end, avec deux journées portes ouvertes agrémentées de visites des lieux (samedi de 10h00 à 17h00 et dimanche de 10h00 à 15h00) et de projections.

Samedi soir à 20h00, "2001, l'Odysée de l'espace" de Stanley Kubrick sera à l'affiche dans une version 70 mm, copie neuve de l'originale. La séance est déjà complète. Le dimanche à 17h00, place au rire avec la comédie d'Yves Robert, "Le Grand Blond avec une chaussure noire", avec l'acteur Pierre Richard (aussi complet).

Salles Buache et Schnegg

Inauguré en 1928, le cinéma, qui fêtera donc ses 100 ans dans quatre ans, vit une nouvelle "grande révolution" après les transformations de 1959. Entamé en 2021, les travaux de rénovation et d'agrandissement ont permis la création en sous-sol d'une deuxième salle de cinéma et d'un nouveau foyer à l'architecture contemporaine.

Les espaces rénovés accueillent désormais aussi une salle de consultation des archives de la Cinémathèque suisse, une boutique et une petite librairie spécialisée, un café-bar et un ascenseur. Coût total de ces trois ans de chantier: 21,6 millions de francs.

La grande salle, toujours aussi imposante qu'élégante, avec son balcon et ses petites loges, a retrouvé toute la splendeur de son esthétique des années 1950. Elle porte désormais le nom du légendaire directeur et pionnier de la Cinémathèque suisse, Freddy Buache. Elle peut recevoir 736 personnes.

Baptisée du nom de Lucienne Schnegg, la nouvelle salle peut, elle, contenir 140 personnes. Elle permettra à la Cinémathèque suisse de développer et diversifier ses activités en permettant notamment de garder des films à l'affiche plus longtemps et de présenter deux films différents dans les deux salles. Le nombre de projections pourra ainsi monter en puissance et dépasser les trois séances quotidiennes de la Cinémathèque "époque" Montbenon.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

"Imaginations en mouvement" aux Printemps de Sévelin à Lausanne

Publié

le

Kylie Walters danseuse et directrice du Théâtre Sévelin 36 à Lausanne depuis janvier dernier. (© Keystone/CYRIL ZINGARO)

Dès mardi et jusqu’au 17 mars prochain, Lausanne sera placée sous le signe de la danse avec l'arrivée des 26e Printemps de Sévelin. Autour des "imaginations en mouvement", le festival accueillera onze spectacles d'envergure internationale et régionale, dont trois créations suisses.

"La programmation a été concoctée par l'ancien directeur du Théâtre Philippe Saire. Je suis très contente de la porter et de la défendre", a déclaré à Keystone-ATS Kylie Walters, nouvelle directrice depuis janvier.

Parmi les spectacles à l'affiche, "Gimme a break", de Séverin Baptiste Cazaux, artiste associé de Sévelin 36, un solo empreint de rave, headbanging et pratiques méditatives. Il partagera la soirée avec le maître de la pole dance, David Zagari, qui présentera la première de sa création "Le Piquet", dans une forme chorégraphique très belle, a souligné la directrice.

Clara Delorme, autre artiste partenaire de Sévelin, partagera la scène avec quatre performeuses dans sa nouvelle création "Le repos", mêlant chant, musique et chorégraphie. "Breathe my love, breathe", une création insolite et rêveuse de Géraldine Chollet investira de son côté le skatepark voisin.

Soirée "coeurs brisés"

Dans "Toujours de 3⁄4 face", Loraine Dambermont révélera en première suisse ses meilleurs secrets d'autodéfense dans un solo énergique et drôlissime. Autre première helvétique, "Landfall" d'Erika Zueneli met en scène dix jeunes interprètes, amateurs et professionnels, rassemblant des énergies et sensibilités diverses. "Une pièce très généreuse et tout public", relève Kylie Walters.

A mentionner également, le Battle All Style, ses danses urbaines et hip hop, organisé par Jenny Larcher. Une soirée "coeurs brisés" est à l'agenda avec "No Honeymoon", un projet curatorial du danseur Guillaume Guilherme, qui a invité trois artistes pour explorer les chagrins d'amour, entre poésie, texte et voix.

Les Printemps de Sévelin ont pour objectif de favoriser les rencontres artistiques entre les professionnels de la danse et le public, rappelle la directrice. Des échauffements collectifs sont notamment proposés, une façon ludique et ouverte à tout le monde d'entrer dans un spectacle.

La dernière semaine du festival, les Printemps de Sévelin participeront au Programme Commun avec les partenaires locaux des arts scéniques, Vidy, l'Arsenic et Plateforme 10.

www.theatresevelin36.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture