Rejoignez-nous

Actualité

Vaudoise prend une participation minoritaire dans NewCo

Publié

,

le

Vaudoise a pris une participation minoritaire dans NewCo (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'assureur Vaudoise s'est porté acquéreur de 20% du capital-actions de la jeune pousse lausannoise NewCo afin de soutenir son expansion en Suisse allemande, a-t-il annoncé mercredi. Les détails financiers de la transaction n'ont pas été divulgués.

Fondée en 2020 par Flamur et Qazim Ademi, NewCo propose aux entrepreneurs "une solution digitale simple et rapide" pour les accompagner dans les différentes étapes de la création de leur entreprise. Cela va de la réception de la demande à l'enregistrement au Registre du commerce, en passant par la légalisation des signatures.

"Cet investissement s'inscrit dans notre volonté de renforcer l'écosystème des PME de notre entreprise", a commenté Stefan Schürmann, responsable Corporate Development et M&A du groupe Vaudoise, cité dans le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

International

Ukraine: "des morts" dans une triple frappe de missiles russes

Publié

le

La Russie poursuit ses attaques (illustration avec des dégâts à Kiev) (© KEYSTONE/AP)

Une triple frappe de missiles russes a fait "des morts, beaucoup de blessés" mercredi matin à Tcherniguiv, dans le nord de l'Ukraine, a indiqué le gouverneur de ce territoire sur Telegram.

"L'ennemi a mené une attaque de trois missiles quasiment en centre-ville. Il y a des civils morts, beaucoup de blessés", a déclaré le gouverneur Viatcheslav Tchaous dans une vidéo publiée sur Telegram.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La sécurité des Boeing disséquée au Sénat US

Publié

le

La liste des témoins n'incluait pas le directeur général (CEO) de Boeing, David Calhoun (archives). (© KEYSTONE/AP/J. Scott Applewhite)

La sécurité des avions de Boeing, qui fait fréquemment les gros titres ces derniers mois, doit être examinée mercredi au Sénat américain, après des révélations d'un ingénieur de contrôle qualité du constructeur américain sur l'intégrité du 787 Dreamliner et du 777.

Une commission d'enquête a organisé cette audition après avoir "obtenu des informations d'un lanceur d'alerte concernant le groupe Boeing, l'accusant de défaillances de production alarmantes et dangereuses +qui créent des risques sécuritaires potentiellement catastrophiques+", écrivent les sénateurs démocrates Richard Blumenthal et républicain Ron Johnson, dans un courrier adressé le 19 mars au patron de l'avionneur.

Ce dernier, Dave Calhoun, avait été prié de participer à cette audition. Mais il ne figure pas dans la liste des témoins diffusée lundi.

"Boeing comprend l'importance des responsabilités de la commission en terme de supervision et nous coopérons à cette enquête", a réitéré le groupe pendant plusieurs jours, affirmant avoir "offert de fournir documents, témoignages et briefings techniques".

Cette audition se tient après que Sam Salehpour, ingénieur qualité chez Boeing depuis une dizaine d'années, a contacté notamment l'Agence américaine de régulation de l'aviation civile (FAA) au sujet de la sécurité du Dreamliner et du 777.

Il affirme que le constructeur a "de manière répétée, ignoré des inquiétudes graves concernant la sécurité et le contrôle qualité dans la construction des 787 et des 777", selon un courrier du 17 janvier, adressé par ses avocates au patron de la FAA, Mike Whitaker.

"Notre client a identifié d'importants points de préoccupation en matière de sécurité et a fait tout son possible pour attirer l'attention des responsables de Boeing", poursuit ce courrier, rendu public le 9 avril après des informations publiées par le New York Times.

"Déformation"

M. Salehpour explique avoir constaté des "raccourcis" dans le processus d'assemblage du Dreamliner ayant notamment provoqué une "déformation des matériaux composites (...), pouvant altérer les performances d'usure sur le long terme".

Concernant le 777, il affirme que de "nouvelles procédures d'assemblage" mises en oeuvre sans procéder "à la nécessaire reconception des pièces concernées ont entraîné un mauvais alignement des pièces".

Selon lui, "les ingénieurs de Boeing ont subi des pressions pour fermer les yeux" alors que cela "constitue également un grave risque sécuritaire".

D'après le New York Times, des tronçons du Dreamliner "sont incorrectement attachés ensemble et pourraient se dissocier les uns des autres en plein vol après avoir effectué des milliers de vols".

Boeing a immédiatement rejeté ces accusations. Et, lundi, il a défendu ses méthodes et s'est dit "confiant dans la sécurité et la durabilité des 787 et 777", lors d'un briefing avec deux principaux ingénieurs.

Ils ont contesté les accusations selon lesquelles quelque 1400 avions Boeing comporteraient des failles de sécurité importantes.

A la suite de l'alerte lancée par M. Salehpour, la FAA a ouvert une enquête sur ces deux modèles.

"Nous enquêtons de manière approfondie sur tous les signalements", a-t-elle réitéré mardi.

Mais, selon elle, tous les Dreamliner en exploitation "respectent les AD", les directives de navigabilité.

Désormais, trois des quatre modèles d'avions commerciaux actuellement fabriqués par le groupe américain sont officiellement visés par une enquête du régulateur.

Il examine en effet la famille du 737, avion-vedette de Boeing, après qu'un 737 MAX 9 d'Alaska Airlines a perdu une porte-bouchon en vol le 5 janvier.

Un audit de la FAA a identifié des "problèmes de non-conformité" chez le constructeur et chez son sous-traitant Spirit AeroSystems.

L'incident d'Alaska s'est produit dans le sillage de plusieurs problèmes de production en 2023, concernant le 737 MAX et le Dreamliner.

Les livraisons de ce dernier ont été suspendues pendant presque deux ans, en 2021-2022. Puis de nouveau début 2023, pour un souci de fuselage.

Les 737 MAX ont été cloués au sol dans le monde entier après le crash de deux 737 MAX 8 en 2018 et en 2019 (346 morts), à cause de défauts de conception.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Politique

Le National complète l'agenda politique du Conseil fédéral

Publié

le

Le programme de la législature 2023-2027 a occupé mardi le National quasiment toute la journée. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le National soutient l'orientation et les priorités du programme de la législature du Conseil fédéral pour les années 2023-2027. Mais il a adapté plusieurs points dans toute une série de domaines. Les votes ont eu lieu mercredi en raison d'une panne.

La feuille de route du gouvernement comprend quatre lignes directrices, auxquelles sont subordonnés 25 objectifs et 112 mesures. Ces lignes directrices se fondent sur la prospérité et les chances liées au numérique, la cohésion nationale et intergénérationnelle, la sécurité et la promotion de la paix, ainsi que la protection du climat et des ressources naturelles.

La présidente de la Confédération Viola Amherd a aussi souligné de nouveaux défis pour la 52e législature, tels que l'intelligence artificielle, la gestion de crise, l'approvisionnement énergétique et la reconstruction de l'Ukraine. Le programme a été décrit comme ambitieux et bien construit pour certains, comme une énumération non contraignante et pas assez ciblée pour d'autres.

Le dossier part au Conseil des Etats.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

L'éditeur du jeu vidéo GTA licencie des centaines d'employés

Publié

le

Depuis l'année dernière, les restructurations s'enchaînent dans le secteur des jeux vidéos (archives). (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHER NEUNDORF)

L'éditeur américain de jeux vidéo Take-Two, qui détient notamment les très populaires "Grand Theft Auto" (GTA) et "NBA 2K", a annoncé mardi le licenciement de 5% de son personnel, soit plusieurs centaines de personnes.

Le groupe va supprimer des projets en cours et ainsi réduire ses besoins en ressources humaines, pour réaliser des économies et augmenter ses marges, a-t-il expliqué dans un document déposé auprès de la SEC, le gendarme américain des marchés.

Le conseil d'administration de Take-Two "a approuvé un plan de réduction des coûts visant à identifier des gains d'efficacité dans l'ensemble de ses activités et à améliorer les marges de la société, tout en continuant à investir pour la croissance", indique l'entreprise.

Elle estime le coût de ce plan compris entre 160 et 200 millions de dollars.

Take-Two, qui comptait 11'580 employés il y a un an, est la dernière entreprise d'une longue liste de sociétés technologiques à mettre en place un plan social en 2024, après une année 2023 déjà marquée par les réductions d'effectifs dans ce secteur.

Selon le site Layoffs.fyi, 255 entreprises technologiques ont licencié environ 74,000 personnes en 2024.

Développeur, éditeur et distributeur, Take-Two vient de racheter Gearbox Entertainment, connu pour sa série Borderlands, à Embracer, géant suédois du jeu vidéo en pleine restructuration financière, pour 460 millions de dollars.

Le très attendu "GTA VI", nouvel opus du jeu d'action, est prévu pour l'année prochaine.

La bande-annonce sortie en décembre, montrant des courses-poursuites, des fêtes sur des yachts, et, pour la première fois, un personnage féminin principal, avait été vue plus de 42 millions de fois sur YouTube près de sept heures après sa mise en ligne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Culture

Les fans de Taylor Swift victimes d'arnaques aux faux billets

Publié

le

La tournée "Eras" de Taylor Swift est en passe de devenir la série de concerts ayant généré le plus de revenus dans l'histoire de la musique, bien au-delà du milliard de dollars (archives). (© KEYSTONE/EPA AAP/JOEL CARRETT)

Une tournée record qui provoque des arnaques records: les fans britanniques de la vedette américaine de la chanson Taylor Swift ont perdu plus d'un million d'euros dans des escroqueries aux faux billets sur les réseaux sociaux, a estimé mercredi la banque Lloyds.

Des centaines de fans de la chanteuse ont été la cible d'une "vague d'escroqueries" et ont envoyé de l'argent par virement bancaire sans jamais recevoir de billet en retour, perdant chacun en moyenne 332 livres sterling (365 francs), a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Entre l'ouverture à la vente en juillet 2023 des billets pour la tournée monumentale "The Eras Tour" et mars 2024, plus de 600 clients de Lloyds lui ont signalé avoir été victimes d'une arnaque, soit "bien plus que pour tout autre artiste musical", a-t-elle indiqué.

Facebook

S'appuyant sur ces données, la banque britannique a estimé qu'il y a probablement eu "au moins 3000 victimes au Royaume-Uni depuis la mise en vente des billets, et que plus d'un million de livres a été perdu jusqu'à présent à cause des fraudeurs".

La plupart des victimes ont entre 25 et 34 ans, et 90% d'entre elles ont été arnaquées par de fausses publicités ou publications sur Facebook, a précisé Lloyds

Des dizaines de groupes non officiels y ont été créés dans le but d'acheter et de revendre des places de concert pour la tournée de cette icône mondiale, via notamment sa plateforme de petites annonces Marketplace.

Certains "Swifties" ont perdu plus d'un millier de livres en croyant obtenir le précieux billet pour cette tournée européenne à guichets fermés, six ans après le dernier concert de l'icône américaine sur le sol britannique.

"Toutes les dates au Royaume-Uni étant désormais complètes, de plus en plus de fans risquent d'être victimes d'escroqueries dans les semaines et mois à venir", a prédit Lloyds, prévenant qu'un paiement par carte bancaire ou PayPal était plus protecteur qu'un virement.

Selon plusieurs estimations, "Eras" est en passe de devenir la série de concerts ayant généré le plus de revenus dans l'histoire de la musique, bien au-delà du milliard de dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture