Rejoignez-nous

Actualité

Trois mois de prison ferme requis contre l'idéologue Alain Soral

Publié

,

le

Alain Soral, de son vrai nom Alain Bonnet, 64 ans et domicilié à Lausanne depuis octobre 2019, mercredi devant le Tribunal de police de l'arrondissement de Lausanne à Montbenon. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le procureur général vaudois Eric Cottier a requis mercredi trois mois de prison contre l'essayiste franco-suisse d'extrême droite Alain Soral pour homophobie. Devant le Tribunal de police de Lausanne, la défense a, elle, plaidé l'acquittement. Verdict vendredi.

Alain Soral, de son vrai nom Alain Bonnet, 64 ans et domicilié à Lausanne depuis octobre 2019, était jugé pour diffamation et pour discrimination ou incitation à la haine à l'encontre d'une journaliste de La Tribune de Genève et de 24 heures ayant publié un article à son sujet en août 2021.

Ce procès faisait suite à une ordonnance pénale du Ministère public au printemps dernier, contre laquelle l'écrivain, journaliste et éditeur s'était opposé. M. Cottier a donc confirmé le dispositif de cette sanction dans son réquisitoire, le dernier avant son départ à la retraite à la fin de l'année.

Dans une vidéo publiée sur le site internet de son association Egalité et Réconciliation (E&R) en réaction à l'article, M. Soral avait notamment traité la journaliste de "grosse lesbienne" et "militante queer", insinuant que ce dernier terme voulait dire "désaxé". Celle-ci avait déposé une plainte pénale en septembre 2021. L'accusation a qualifié ce discours d'homophobe.

"La Suisse n'est pas la Soralie"

"Le but visé de la vidéo était d'atteindre personnellement la journaliste par rapport à son orientation sexuelle et de susciter des sentiments de haine et de mépris", a déclaré le procureur général. "M. Soral a enfreint la loi, la décision du tribunal peut-être exemplaire et une première en Suisse (...) "La Suisse, ce n'est pas la Soralie", a-t-il affirmé.

M. Cottier faisait référence à une nouvelle disposition du Code pénal (art. 261 bis), approuvée par le peuple en février 2020. Elle permet de sanctionner la propagation de la haine ainsi que les appels à la discrimination ou à la violence fondés sur l'orientation sexuelle, à l'instar des discriminations visant l'ethnie, la religion ou l'origine depuis la norme antiraciste introduite en 1995.

"Il y a une arrogance, un mépris, un égocentrisme et une absence totale d'empathie, pas le plus petit des regrets" chez Alain Soral, a aussi relevé le procureur. Il a justifié la peine ferme, sans sursis, dans une "logique pénale" pour dissuader le pamphlétaire de récidiver, lui qui a déjà été condamné à une vingtaine de reprises en France, en grande partie pour des infractions liées à la provocation à la haine, diffamation et injure antisémite.

"Procès d'inquisition"

De son côté, la défense a évoqué une affaire qui prend "des allures de procès d'inquisition". L'avocat de M. Soral, Pascal Junod, a réfuté la diffamation. "Le Minsitère public se trompe, les mots utilisés dans la vidéo n'étaient pas dépréciatifs. Il s'agit de considérations factuelles" mal interprétées, a-t-il argumenté. "C'était peut-être virulent sur le ton mais pas sur le fond".

Pour l'avocat, l'article de la journaliste "n'était pas modéré, il était même mensonger, un article miltant et politique". Il a aussi rappelé, comme Alain Soral lui-même, la violence exercée contre son client, les campagnes de dénigrement systématiques de la part des médias, l'acharnement de la communauté LGBT qui lui est hostile, les injures et menaces dont il est souvent victime.

M. Soral est "un primodélinquant en Suisse, qui n'a jamais eu de condamnation dans ce pays, qui a une conduite exemplaire depuis son installation, qui n'a aucune activité politique et ne fait qu'écrire en paix" depuis trois ans à Lausanne, a encore énuméré son avocat, plaidant dès lors l'acquittement de tous les chefs d'accusation.

Très affectée psychologiquement

L'avocat de la journaliste, Etienne Campiche, a, lui décrit un "acte courageux" de vouloir porter plainte pour qu'"à l'avenir ce type d'attaque réduisant une personne à son orientation sexuelle ne se reproduise plus". C'est un cri du coeur et non un plaidoyer politique, a-t-il résumé. La journaliste a été très affectée psychologiquement par les propos de M. Soral.

"J'ai été frappée par la mise en scène de la vidéo avec ma photo en grand et choquée par les commentaires haineux qui sont restés sous ma photo, sans modération. Cela m'a fait prendre conscience des effets de l'incitation à la haine, à mon encontre et par ricochet à l'encontre de la communauté LGBT", a-t-elle expliqué.

Conciliation refusée

Au cours de l'audience, la présidente du tribunal Malika Turki a proposé aux deux parties une conciliation, qui a été refusée par la plaignante. "Le mal est déjà fait. Je laisse la justice trancher", a dit la journaliste. M. Soral s'est néanmoins engagé à retirer immédiatement la vidéo du site internet.

Il a admis une réaction" agacée, excédée voire vindicative" ainsi que "des mots violents et inélégants" au lieu d'être "plus littéraires et intellectuels". Il a aussi rappelé qu'à l'époque, il était "psychologiquement fragile" en raison de deux opérations à venir contre un cancer.

Le verdict est attendu vendredi à 17h00.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

International

Bélarus: citoyen allemand condamné à mort pour "acte de terrorisme"

Publié

le

La Biélorussie est le seul Etat d'Europe où la peine de mort existe encore. (© KEYSTONE/AP)

Un citoyen allemand a été condamné à mort au Bélarus, le seul pays d'Europe appliquant encore la peine capitale, après avoir été accusé notamment d'"acte de terrorisme" et de mercenariat, a rapporté vendredi l'ONG Viasna.

Dans un communiqué, Viasna dit avoir eu "la confirmation" du fait que Rico Krieger, qui serait médecin militaire et âgé de 30 ans, avait été condamné à mort le 24 juin par un tribunal de Minsk. Selon cette source, l'affaire a un lien avec le régiment Kastus Kalinouski, composé de Bélarusses combattant l'armée russe aux côtés de l'Ukraine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Rare naissance au Cambodge de 60 crocodiles en voie d'extinction

Publié

le

Les crocodiles siamois mesurent jusqu'à trois mètres de long et le bassin du Mékong et les zones humides du Cambodge semblent abriter les seules populations sauvages restantes, selon l'organisation de protection de la nature WWF. (© KEYSTONE/AP/Heng Sinith)

L'espoir renaît pour le crocodile siamois, l'un des reptiles les plus menacés au monde. Cela avec la rare naissance de 60 spécimens au Cambodge, ont déclaré jeudi les autorités.

Cinq nids ont été découverts à la mi-mai dans un parc national du sud-ouest du pays, où ces crocodiles sont victimes de braconniers, a annoncé le ministère cambodgien de l'environnement dans un communiqué commun avec l'ONG Fauna & Flora.

Les nids contenaient 106 oeufs, et 60 d'entre eux ont éclos avec succès entre le 27 et le 30 juin, a déclaré le ministère.

"Cette découverte indique que la zone est un habitat clé pour les crocodiles naturels, ce qui donne de l'espoir pour le rétablissement de l'espèce", a-t-il ajouté.

Plus que 400 crocodiles sauvages

Les chercheurs estiment qu'il ne reste plus que 400 crocodiles sauvages, principalement au Cambodge.

Leur survie est menacée par les braconniers qui fournissent des oeufs et des reptiles adultes aux fermes de crocodiles de la région, où leurs peaux sont transformées en ceintures, chaussures et sacs à main de luxe.

C'est une source de "fierté" que le pays abrite certaines des espèces les plus rares du monde, a déclaré le ministre cambodgien de l'environnement, Eang Sophalleth, s'engageant à poursuivre ses efforts pour "préserver la biodiversité".

Déforestation et braconage

La déforestation et le braconnage ont été fatals à de nombreuses espèces au Cambodge, l'une des nations les plus pauvres et les plus corrompues d'Asie.

Les crocodiles siamois mesurent jusqu'à trois mètres de long et le bassin du Mékong et les zones humides du Cambodge semblent abriter les seules populations sauvages restantes, selon l'organisation de protection de la nature WWF.

Ils figurent actuellement sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) pour les espèces menacées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

Ukraine: Moscou revendique la prise d'un nouveau village dans l'est

Publié

le

Des policiers ukrainiens enquêtent sur le site d'un tir de roquette russe dans la ville de Chuhuiv dans la région de Kharkiv, au nord-est de l'Ukraine, vendredi. Au moins 9 personnes ont été blessées, selon les autorités locales. (© KEYSTONE/EPA/SERGEY KOZLOV)

La Russie a revendiqué vendredi la prise d'un nouveau village dans l'est de l'Ukraine, poursuivant sa poussée en direction de la localité de New York, cible d'intenses bombardements de la part des forces russes qui cherchent à progresser.

"Le village de Iourivka (...) a été libéré", a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Iourivka, un tout petit village du Donbass, se trouve à 2 km au sud de New York, et non loin de Toretsk, deux localités qui subissent depuis la mi-juin de nombreuses frappes de la part des Russes qui cherchent à s'en emparer et progresser dans la région de Donetsk (est).

L'armée ukrainienne, en manque d'hommes et de munitions, fait face à des assauts russes le long de la ligne de front, qui s'étend sur près de 1000 km, notamment dans l'Est, où l'armée russe a conquis plusieurs petites localités ces dernières semaines, malgré d'importantes pertes.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Gaza : aucun cas de polio détecté jusqu'ici, dit l'OMS, inquiète

Publié

le

Selon l'OMS, des dizaines de milliers d'enfants de moins de cinq ans de la bande de Gaza risquent de contracter la polio et d'autres maladies évitables par la vaccination. (© KEYSTONE/EPA/HAITHAM IMAD)

Aucun cas de poliomyélite n'a été détecté jusqu'à présent dans la bande de Gaza, a déclaré vendredi l'OMS, après la découverte du virus dans des échantillons d'eaux usées. Mais l'organisation est très inquiète.

Mardi, le Réseau mondial de laboratoires de lutte contre la poliomyélite a isolé le poliovirus de type 2 dérivé d'une souche vaccinale dans six échantillons de surveillance environnementale collectés le 23 juin, a déclaré le porte-parole de l'OMS, Christian Lindmeier, lors d'un point de presse à Genève.

"Cette découverte est extrêmement préoccupante", a souligné M. Lindmeier, et était "malheureusement attendue" étant donné la situation sanitaire dans la bande de Gaza soumise à des bombardements intensifs depuis neuf mois par les forces israéliennes.

"Le virus n'a à l'heure actuelle été isolé que dans l'environnement et aucun cas de paralysie associé n'a été détecté", a-t-il précisé.

La poliomyélite est une maladie très contagieuse provoquée par un virus (le poliovirus) qui envahit le système nerveux et qui peut entraîner en quelques heures des paralysies irréversibles.

"Réponse rapide essentielle"

L'OMS, d'autres agences de l'ONU et le ministère de la Santé de Gaza contrôlé par le Hamas, sont en train d'essayer de déterminer l'ampleur de la propagation du poliovirus, a souligné M. Lindmeier.

"Ils détermineront quelles mesures prendre pour stopper toute nouvelle propagation", a-t-il ajouté. "Une réponse rapide est essentielle pour empêcher la propagation du virus", insiste t-il, soulignant les conditions très difficiles sur le terrain. Il n'exclut pas le risque d'une "propagation internationale".

Couverture optimale avant

Selon M. Lindmeier, la couverture vaccinale contre la polio était "optimale" à Gaza avant la guerre, estimée à 89% en 2023.

Actuellement, seuls 16 des 36 hôpitaux de l'étroite bande de territoire palestinien sont partiellement fonctionnels, et environ 45 des 105 établissements de soins de santé primaires sont opérationnels.

Dizaines de milliers d'enfants à risque

Les taux de vaccination chutent à cause des conditions extrêmes auxquelles sont soumises la population et le système de santé. Des dizaines de milliers d'enfants de moins de cinq ans risquent de contracter la polio et d'autres maladies évitables par la vaccination, selon le porte-parole.

L'OMS estime que beaucoup de maladies "se propagent de manière incontrôlable" dans le territoire assiégé.

"Les efforts visant à collecter et à transporter des échantillons de patients à Gaza afin de déterminer les causes de leurs maladies ont toutefois été empêchés par l'insécurité, les restrictions d'accès et, plus récemment, la fermeture du poste frontière de Rafah" avec l'Egypte, a expliqué M. Lindmeier.

"En fin de compte, un cessez-le-feu est essentiel pour permettre d'augmenter rapidement les campagnes de vaccination et combler les lacunes générées par la guerre", a-t-il souligné.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Environnement

Douze personnes sont mortes dans des accidents agricoles en Suisse

Publié

le

Deux personnes sont décédées lors du renversement d'un tracteur ou un transporteur (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Douze personnes ont perdu la vie dans des accidents agricoles en Suisse depuis le début de l'année, dont trois enfants. Deux personnes avaient déjà atteint l'âge de la retraite.

Trois enfants âgés de 6 à 9 ans ont perdu la vie en lien avec des véhicules ou des machines, indique vendredi le service de prévention des accidents dans l'agriculture (SPAA). Deux personnes sont décédées lors du renversement d'un tracteur ou un transporteur. Une personne a été écrasée lors de l'attelage d'un outil porté.

Deux personnes ont perdu la vie dans un accident dû aux gaz dans la fosse à lisier. Une personne est décédée dans une grange en feu. Deux personnes ont fait une chute mortelle d'un toit ou d'un grenier à foin. Et une personne a été retrouvée sans vie dans un box à chevaux, précise le SPAA.

Pour celui-ci, les risques sont souvent trop peu perçus, sous-estimés ou ignorés. Le SPAA et agriss veulent sensibiliser les personnes qui travaillent dans l'agriculture à prendre au sérieux les "dangers invisibles" et à ne pas prendre de risques pour leur sécurité ou leur santé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture