Rejoignez-nous

Actualité

Tchin tchin Juncker!

Publié

,

le

« Concluez avec moi, parce que d’ici une année, je ne serai plus là et vous allez voir ! »

Telle a donc été l’invite ouvertement menaçante du très affable Jean-Claude Juncker qui répondait il y a quelques jours aux questions de notre Darius national, lui-même heureusement toujours aussi espiègle et impertinent, ce qui aura empêché que l’entretien tourne au ridicule…

Le futur ex-Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, technocrate archétypique de l’Europe bruxelloise, prétend arracher juste avant la fin de son mandat le fameux accord institutionnel que l’Union européenne réclame depuis 10 ans et dont les Suisses ne veulent pas.

Cet « accord-cadre » que Juncker veut absolument nous imposer est censé prévoir une adaptation des accords bilatéraux aux évolutions législatives de l’Union européenne, l’interprétation de ces mêmes accords, leur surveillance et leur sanction.

En clair, le droit suisse doit s’aligner automatiquement sur le droit européen, la jurisprudence européenne doit s’appliquer en Suisse et la Suisse doit pouvoir être sanctionnée comme n’importe quel Etat membre.

Et pour nous faire accepter ce statut d’Etat croupion, l’« eurocrate furieux » comme l’appellent les Anglais prétend avoir pour la Suisse les yeux de Chimène et nous faire croire qu’il serait l’homme de la dernière chance.

« Il y a moi et puis il y a l’Europe, il ne faut pas confondre » nous explique sans ciller le Président Juncker.

Presque lyrique, Juncker déclare même qu’il veut un accord complet avec la Suisse : « Je suis contre le saucissonnage parce qu’il y a ceux qui coupent et ceux qui mangent les saucisses ».

Ça veut dire quoi, cette métaphore ?

Bonne question !

Tout imbu de sa personne et de son importance historique, Juncker semble s’exprimer comme la Pythonisse, l’antique Pythie de Delphes dont les oracles devaient être interprétés par les prêtres d’Apollon, à moins qu’il ne faille imputer ces « propos de table » à la dernière boisson de celui que les Italiens appellent « Tchin tchin Juncker ».

L’on connaît en effet le péché mignon de Juncker, qui doit régulièrement se défendre d’une faiblesse éthylique par trop criante.

La Commission européenne a officiellement qualifié d’« insultant » le soupçon d’alcoolisme porté contre son Président.  

Pourtant, tout le monde a vu Juncker titubant, incapable de gravir trois marches et devant être soutenu par divers ministres européens lors du dernier sommet de l’OTAN.

Lors d’un précédent sommet européen tenu à Riga, Juncker visiblement aviné embrassait, palpait, donnait des claques à tous les dirigeants : c’est le « touchy-feely-kissy style » de Juncker qui est aussi très prompt aux effusions avec nos conseillères fédérales qu’il appelle par leur petit nom.

Et c’est avec un homme de cet acabit que la Suisse devrait s’empresser de conclure un accord institutionnel ?

De grâce, Monsieur Cassis, suivez le conseil de l’Union syndicale suisse et rompez les négociations avec Juncker, ou à tout le moins attendez patiemment le début des négociations du Brexit pour que l’arrogance des eurocrates s’amollisse.

Mais c’est dans ce but que le Conseil fédéral veut verser un nouveau « milliard de cohésion » à l’Europe…

Voilà bien un cas d’école d’aberration diplomatique : offrir spontanément, en signe de « bonne volonté », un milliard 300 millions de francs à l’Union européenne qui n’en a que faire !

Les élections européennes du printemps prochain tout comme les négociations sur le Brexit vont mettre un joli coup de balai sur la scène européenne, les poussées nationalistes étant inévitables et les Anglais ayant fort peu goûté une récente sortie de Juncker disant : « Je ne suis pas premier ministre anglais. Ce serait bien pour la Grande-Bretagne si je l’étais »…  

Juncker nous l’a d’ailleurs benoîtement avoué : il n’aimerait surtout pas que l’Union européenne ait à négocier l’accord-cadre avec la Suisse en même temps que le Brexit.

Eh bien, Monsieur Cassis, en bon diplomate, voilà très exactement ce qu’il vous reste à faire.

Actualité

Opération dépistage aux HUG pour la Journée mondiale de lutte contre le Sida

Publié

le

L’Unité VIH des HUG était mobilisée ce mercredi à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA. Elle a proposé, comme chaque année, des tests de dépistage gratuits et rapides. Nathalie Fraile est infirmière responsable de l’unité VIH/SIDA aux HUG.

Nathalie Fraile Infirmière responsable de l'unité VIH/SIDA aux HUG

Plus d’une centaine de personnes ont franchi le pas ce mercredi. Des jeunes, principalement, mais aussi d’autres profils. Concrètement pour ce test rapide on vous prend une goutte de sang sur le bout du doigt et vous obtenez le résultat en 4 minutes.

Reportage

Rappelons que le test de dépistage du VIH coûte 55 francs habituellement. Il faut payer 100 francs de plus pour dépister les autres maladies sexuellement transmissibles.

Continuer la lecture

Actualité

Un mois après, toujours pas de bornes rétractables à Puplinge

Publié

le

Le tronçon de la rue de Graman, au centre de Puplinge, devant la Mairie ne pourra bientôt plus être franchi en voiture pendant les heures de pointe. ©RADIOLAC/MIGUELHERNANDEZ

Initialement prévues pour le 1er novembre, un mois plus tard, les bornes ne sont toujours pas opérationnelles. La faute à une pénurie de matériel. Le trafic de transit est tout de même stoppé au coeur du village.

Les bornes rétractables de Puplinge se font attendre. Initialement prévues pour le 1er novembre, un mois plus tard, elles ne sont toujours pas opérationnelles. Ces bornes avaient pour objectif d'empêcher le trafic de transit aux heures de pointe au coeur du village. Un retard qui est dû à la pénurie de matériel qui touche le monde entier. Ecoutez Gilles Marti, maire de Puplinge.

Gilles MartiMaire de Puplinge

À l'origine, ces bornes devaient se situer à la hauteur de la mairie. Elles ne devaient laisser circuler que les TPG et la mobilité douce au sein du village aux heures de pointes matin et soir. Une mesure couplée à une interdiction totale du trafic sur un tronçon de la route de Cornière.

Trafic de transit arrêté

En dépit du retard occasionné par la pénurie, le trafic de transit au sein de la commune est tout de même stoppé. La municipalité a mis au point une solution de secours provisoire. Le détail avec Gilles Marti.

Gilles MartiMaire de Puplinge

Un premier contact est prévu ce mercredi avec l'Office cantonal des transports afin de solliciter un rendez-vous pour faire avancer le dossier.

Presque cinq ans d'attente

Ces mesures de modération du trafic ont été proposées en 2017. Pour rappel, cette décision d'installer des bornes est issue du réaménagement complet de la route de Jussy et de la route de Mon-Idée en lien avec la construction des communaux d'Ambilly. Les mesures qui en découlaient reportaient de la circulation de transit dans le village ou sur des routes communales étroites. Ainsi, Puplinge voyait passer plus de 5000 véhicules quotidiens sur certaines artères du village.

Continuer la lecture

Economie

Le secteur automobile suisse table sur un rebond en 2022

Publié

le

Le secteur automobile suisse, qui souffre de la pénurie de semi-conducteurs, ne devrait rebondir qu'au deuxième semestre 2022. (archives) (© KEYSTONE/AP dpa/FRANK RUMPENHORST)

Le secteur automobile suisse, qui souffre de la pénurie de semi-conducteurs, ne devrait rebondir qu'au deuxième semestre 2022, a averti mercredi Auto-Suisse. La faîtière ne s'attend pas à ce que la branche soit en mesure d'atteindre cette année ses objectifs de vente.

"2021 ne sera pas une bonne année pour l'automobile", a constaté un porte-parole de la fédération, cité dans un communiqué. Auto-Suisse avait espéré que le secteur vende 270'000 véhicules neufs en 2021, 11% de moins que la moyenne à long terme. "La demande est bien là", mais le manque de pièces électroniques qui freine la production automobile ne va pas permettre d'atteindre ce niveau, a-t-il regretté.

Le mois de décembre permettra de voir si le secteur pourra néanmoins enregistrer une petite progression annuelle. Mais la fédération ne table pas sur un rebond avant la deuxième partie de 2022.

L'électrique prisé

Au seul mois de novembre, les mises en circulation des voitures de tourisme neuves en Suisse et au Liechtenstein ont chuté de 17,6% sur un an, avec une baisse particulièrement marquée pour les moteurs essence (-31,2%) et diesel (-59,5%). A l'inverse, les véhicules hybrides (+11,5%) et surtout électriques (+63,5%) ont enregistré une forte demande.

Sur les 11 premiers mois de l'année, la branche a inscrit une petite progression de 3,2% à 207'377 unités, avec des tendances similaires au mois de novembre par type de moteur.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Coronavirus: la Suisse dépasse la barre des 10'000 cas en 24 heures

Publié

le

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 66'130 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 15,83% (archives). (© KEYSTONE/Ti-Press/ALESSANDRO CRINARI)

La Suisse compte mercredi 10'466 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 22 décès supplémentaires et 140 malades ont été hospitalisés.

Le nombre de nouveaux cas quotidiens annoncés mercredi pourrait constituer un nouveau record. Des chiffres proches avaient été annoncés au cours de la deuxième vague à l'automne 2020, avec notamment 10'562 cas recensés le 2 novembre 2020.

L'OFSP a toutefois fait évoluer ses méthodes de calcul depuis le début de la pandémie. Elle invite à interpréter ces chiffres avec prudence, a indiqué un porte-parole à l'agence d'information Keystone-ATS.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 66'130 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 15,83%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 93'170, soit 1069,77 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,27. Les patients Covid-19 occupent 27,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 81,10%.

Au total 11'965'645 doses de vaccin ont été administrées et 65,74% des personnes ont déjà reçu deux doses. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 74,81%. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'603'575 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 8'004'311 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 1'025'119 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 12'917'470 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 11'172 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 35'728.

Le pays dénombre par ailleurs 44'940 personnes en isolement et 33'602 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Bonne marche des affaires pour les PME, mais l'incertitude guette

Publié

le

Les PME helvétiques ont connu une embellie en novembre, essentiellement à la faveur du redressement des carnets de commandes. Mais les goulets d'étranglement se sont encore resserrés. (archives) (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Les petites et moyennes entreprises (PME) helvétiques ont connu une embellie en novembre, essentiellement à la faveur du redressement des carnets de commandes.

Mais les goulets d'étranglement se sont encore resserrés, ce qui, combiné à l'aggravation de la situation épidémiologique, affecte le moral des entreprises, signale Raiffeisen mercredi.

Pendant le mois sous revue, l'indice PMI PME compilé par la coopérative bancaire s'est repris à 55,3 points, après être glissé à 51,7 points en octobre, une amélioration de la marche des affaires à mettre au crédit en bonne partie à la bonne tenue des carnets de commandes.

Difficultés d'approvisionnement

Cette composante, qui a passé à 55,3 (49,2) points, "se situe à nouveau nettement dans la zone de croissance", indique Raiffeisen dans une note. Les entreprises interrogées ont en outre signalé un nouvel accroissement du volume de la production, alors que l'emploi et les stocks de marchandises ont baissé dans la même proportion qu'au mois précédent.

Plusieurs entreprises sondées ont rapporté une baisse des coûts d'acquisition engendrée par la faiblesse actuelle de l'euro, mais la plupart juge plus importants les inconvénients liés à l'appréciation du franc, qui freine les commandes en provenance de l'étranger.

Mais bien plus que le taux de change, ce sont actuellement les difficultés dans la chaîne d'approvisionnement d'étranglement et l'aggravation de la situation sur le front sanitaire qui sont les premiers facteurs d'inquiétude exprimés par les PME suisses.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture