Rejoignez-nous

Actualité

Swiss tourne la page du Covid-19 et renoue avec les bénéfices

Publié

,

le

Sur les six premiers mois de l'année, Swiss a dégagé un résultat opérationnel positif de 67 millions de francs, contre une perte de 398,2 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a plus que doublé et le nombre de passagers a été multiplié par plus de cinq. (archives) (© KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ)

La compagnie aérienne Swiss a renoué avec les bénéfices au premier semestre, après deux années de pertes consécutives à la pandémie de coronavirus.

L'entreprise vise désormais le retour à la rentabilité opérationnelle sur l'ensemble de 2022, malgré les incertitudes macroéconomiques et l'envolée des prix du pétrole.

"La tendance commerciale positive déjà amorcée au cours des premiers mois de l'année s'est encore renforcée au deuxième trimestre", a expliqué la filiale du groupe allemand Lufthansa jeudi dans un communiqué.

Le transporteur national a profité d'une solide demande au niveau des réservations et des efforts de restructuration pour améliorer sa performance financière. L'envolée des tarifs pour le kérosène, conséquence de la hausse des prix du pétrole, a été partiellement compensée par une augmentation des prix des billets d'avion. Le fret a également permis de remonter la pente en matière de résultats.

"Grâce au fort regain d'intérêt pour les voyages aériens, à l'augmentation du prix des billets et à l'amélioration des structures de coûts, notre situation de trésorerie a évolué positivement ces derniers mois", a souligné le directeur financier Markus Binkert.

Sur les six premiers mois de l'année, Swiss a affiché un résultat opérationnel positif de 67 millions de francs, après une perte d'exploitation de 398,2 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a quant à lui plus que doublé à 1,8 milliard de francs et le nombre de passagers transportés a été multiplié par plus de cinq à 5,3 millions.

Lufthansa, maison-mère de Swiss, a réalisé au deuxième trimestre un bénéfice net de 259 millions d'euros (253,1 millions de francs), son premier profit net depuis la pandémie de Covid-19. Le premier groupe européen du transport aérien prévoit pour cette année un résultat opérationnel d'au moins 500 millions d'euros.

A l'instar de l'ensemble du secteur aérien, la compagnie aérienne suisse avait été sévèrement affectée par les restrictions sanitaires décrétées pour lutter contre la pandémie de coronavirus. En 2020, elle avait inscrit une perte opérationnelle de 654 millions de francs et en 2021 un résultat négatif de 427,7 millions.

En 2019, avant l'éclatement de la pandémie, l'entreprise avait encore enregistré un bénéfice opérationnel de 578 millions de francs.

La Confédération avait volé en 2020 au secours de la société, accordant un prêt garanti d'un maximum de 1,5 milliard de francs. Swiss, qui n'a utilisé que la moitié de ce montant, avait indiqué en juin avoir remboursé trois ans avant son échéance ce crédit.

800 embauches prévues

Grâce à la reprise du trafic aérien mondial et aux mesures de restructuration, Swiss table sur un retour à la rentabilité sur l'ensemble de l'exercice 2022, sans plus de précision.

La société a supprimé au total quelque 1700 postes à temps plein et réduit sa flotte d'environ 15%. La reprise abprute du transport aérien a cependant mis Swiss, comme d'autres compagnies aériennes, à rude épreuve. Quelque 676 vols ont ainsi été supprimés entre août et octobre, soit 2% du programme de vol.

Pour Dieter Vranckx, directeur général de Swiss, le retour à la santé financière permet à la société de réinvestir "dans l'amélioration du service à la clientèle et dans (son) propre personnel, et donc de réduire plus tôt que prévu les mesures de crise".

"Nous travaillons à plein régime en matière de recrutement et de formation", la compagnie aérienne ayant pour objectif d'embaucher quelque 800 membres d'équipage de cabine d'ici mi-2023, a-t-elle précisé à l'agence AWP.

Depuis avril, plus de la moitié du personnel de cabine basé à Zurich et Genève qui avait dû quitter l'entreprise dans le cadre de la restructuration, est en train de revenir chez son employeur.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Politique

Dépréciation des avoirs gelés russes: valeur de 5,8 milliards

Publié

le

La valeur des avoirs russes gelés en Suisse s'est dépréciée sous l'effet des sanctions internationales (image d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La valeur des avoirs gelés russes en Suisse, à la suite des sanctions édictées dans le contexte de la guerre en Ukraine, se montait à 5,8 milliards de francs au 31 décembre 2023. Une année auparavant, elle s'élevait à 7,5 milliards, mais les titres se sont dépréciés.

A ces 5,8 milliards s'ajoutent 17 biens immobiliers de personnes physiques, d'entreprises ou d'entités visées par les sanctions, a indiqué mardi le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). Des voitures de sport et de luxe, des oeuvres d'art, du mobilier et des instruments ont aussi été gelés.

Les sanctions internationales font leur effet puisqu'elles ont permis la dépréciation de titres présentant un lien avec la Russie. Le Seco précise que, dans le même temps, des gains de valeur à hauteur de 280 millions ont été enregistrés à la suite de la réévaluation de titres.

En 2023, grâce à des investigations et des clarifications, il a pu geler des avoirs à hauteur de 580 millions ainsi que deux biens immobiliers supplémentaires. Et des avoirs de 140 millions gelés préventivement ont été libérés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Pas d'alternative à l'adhésion à l'UE, selon Joseph Deiss

Publié

le

Joseph Deiss reste un fervent partisan de l'UE. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

L'ancien conseiller fédéral Joseph Deiss plaide pour une adhésion de la Suisse à l'Union européenne (UE), dans une interview mardi à la NZZ. Il faut, en l'état, négocier fermement, mais (au final), "seul un chemin mènera vers l'Europe: l'adhésion", dit-il.

En attendant, la Suisse, passe d'une solution provisoire à une autre, selon Joseph Deisss.

L'ancien ministre des Affaires étrangères ne craint pas d'être isolé avec sa position. Contrairement à l'opinion dominante, entrer dans l'UE "n'est pas un suicide mais représente au contraire un gain en matière de souveraineté", estime-t-il.

L'ex-conseiller fédéral fribourgeois PDC observe "des choses à faire se dresser les cheveux sur la tête", dans la politique européenne de la Suisse. Il pense à la liberté de circulation, où l'on confond "perfidement" selon lui les problèmes qu'il peut y avoir avec l'asile et le dossier de la main-d'oeuvre immigrée.

"Erreur historique"

Joseph Deiss déclare que les craintes émises lors de l'acceptation du premier paquet des bilatérales en 2000 en relation avec la liberté de circuler ne se sont pas avérées, au contraire: "Avons-nous connu davantage de chômage? Y a-t-il eu pression sur les salaires? Aucunement!".

L'ancien ministre constate plutôt qu'il existe en Suisse 100'000 postes non pourvus ainsi que 26'000 places d'apprentissage.

M. Deiss parle du rejet par le peuple de l'Espace économique européen (EEE) en 1992 comme d'une "erreur historique". Si la Suisse avait adhéré, "de nombreux problèmes que nous avons actuellement avec l'UE seraient résolus depuis longtemps", lance-t-il. "Notre erreur est que nous persistons à penser, en tant que non-membre, que nous aurions le droit d'être mieux traités que des membres de l'UE", ajoute-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

De plus en plus de personnes sans confessions et d'anglophones dans les villes suisses

Publié

le

La proportion de personnes ressentant une appartenance à une religion traditionnelle est globalement en baisse. Cette tendance concerne toutes les religions, mais c’est chez les personnes de confession évangélique réformée qu’elle est la plus forte. (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Trois quarts de la population suisse vit dans l'espace urbain, contre un tiers il y a 100 ans, indiquent les Statistiques des villes suisses. La proportion de personnes sans confession y a fortement crû depuis 2000. L'anglais comme langue principale progresse aussi.

La moitié de la population vit aujourd'hui dans les 170 villes représentées, près des trois quarts dans des régions urbaines et les agglomérations, détaille mardi la 85e édition de ces statistiques, qui a cette année pour thème principal "L'évolution de la population au fil du temps". Le nombre de résidents y a augmenté sans cesse depuis plus d'un siècle, à l'exception des années 1980, marquées par un exode urbain.

59,5% des citadins déclarent l'allemand comme langue principale, 22,8% le français. Si on considère les langues non nationales, l'on constate que l'anglais s'est fortement développé, constituant aujourd'hui la langue principale de 8,1% de la population résidante.

Environ un tiers des personnes se déclarent sans appartenance religieuse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Romande Energie voit son bénéfice exploser en 2023

Publié

le

Romande Energie a enregistré des résultats records en 2023. (archive) (© KEYSTONE/DOMINIC FAVRE)

L'énergéticien Romande Energie a enregistré des résultats records en 2023, avec notamment un bénéfice net bondissant de 41,4 millions de francs à 214,9 million sur un an. Le conseil d'administration proposera à ses actionnaires un dividende ordinaire inchangé.

De janvier à décembre, le chiffre d'affaires a progressé de 24% à 928,2 millions de francs, indique un communiqué paru mardi.

Par divisions, Solutions Energie enregistre un chiffre d'affaires à 540 millions, soit 42% de plus. La division Réseaux en hausse de 17% atteint 312 millions. Romande Energie Services affiche une avancée de 13% à 164 millions.

Les charges se sont faites plus pesantes avec un nombre d'employés augmenté de 85 nouveaux collaborateurs, portant l'effectif à 1338 personnes à fin décembre et des charges de personnel relevées de 10% à 162 millions. Près de 74 millions de francs ont été consacrés aux charges d'exploitation.

La marge brute opérationnelle a augmenté de 26% à 436,6 millions. Le résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) atteint 200,6 millions, soit 56% de plus. Le résultat d'exploitation (Ebit) a doublé à 99,7 millions.

Le flux de trésorerie opérationnel est passé de 166 millions à 136 millions après comptabilisation de la variation du besoin en fonds de roulement (BFR). Pour 2024, la direction anticipe un recul de ses finances compte tenu des incertitudes de prix, de disponibilité d'électricité ou d'approvisionnement en matériaux.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Santé

Novartis a soigné croissance et rentabilité au 1er trimestre

Publié

le

Le géant pharmaceutique Novartis a augmenté ses ventes sur les trois premiers mois de l'année. (archive) (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le géant pharmaceutique Novartis a engrangé sur les trois premiers mois de l'année un chiffre d'affaires de 11,83 milliards de dollars (10,78 milliards de francs), en hausse de 9,5% sur un an.

L'excédent d'exploitation (Ebit) de base a suivi une courbe plus ascendante encore, atteignant 4,54 milliards. Le bénéfice net apuré de tout élément jugé inopportun a gagné 13,9% à 3,68 milliards, indique la multinationale dans un communiqué mardi.

La performance s'inscrit dans le haut des projections des analystes consultés par l'agence AWP. Le chiffre d'affaires était attendu à 11,49 milliards, l'Ebit ajusté à 4,30 milliards et le bénéfice net de base à 3,49 milliards.

La direction se montre un peu plus optimiste pour l'année en cours qu'à la fin janvier.

La croissance organique doit désormais s'établir à environ 10% et l'Ebit de base entre 10% et 15%. L'hypothèse reste conditionnée à l'absence de lancement d'un générique du moteur de ventes Entresto aux Etats-Unis.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture