Rejoignez-nous

Suisse

Résultats survoltés pour Romande Energie en 2023

Publié

,

le

Romande Energie a enregistré des résultats records en 2023. (archive) (© KEYSTONE/DOMINIC FAVRE)

L'énergéticien Romande Energie a enregistré des résultats records en 2023, grâce notamment à des circonstances exceptionnelles. Le groupe anticipe un prochain retour à la normale des prix de l'électricité et une baisse de sa rentabilité.

L'année dernière, le bénéfice net a bondi à 214,9 millions de francs, après seulement 41,5 millions en 2022, selon un communiqué paru mardi. Cette forte progression provient de la participation de Romande Energie dans l'énergéticien Alpiq, qui a contribué à hauteur de 139 millions au résultat net, et d'EOS Holding, avec 2 millions.

Indirectement actionnaire à hauteur de 10% à travers EOS Holding, la bonne performance opérationnelle d'Alpiq "se matérialise uniquement dans le résultat net et non dans notre propre performance opérationnelle. Ce n'est pas un transfert d'argent ou de liquidité", a précisé le directeur général Christian Petit à l'agence AWP.

Le chiffre d'affaires a progressé de 24% à 928,2 millions de francs. Par divisions, Solutions Energie enregistre un chiffre d'affaires à 540 millions, soit 42% de plus. La division Réseaux en hausse de 17% atteint 312 millions. Romande Energie Services affiche une avancée de 13% à 164 millions.

Les charges se sont faites plus pesantes avec un nombre d'employés augmenté de 85 nouveaux collaborateurs, portant l'effectif à 1338 personnes fin décembre, et des charges de personnel relevées de 10% à 162 millions. Près de 74 millions de francs ont été consacrés aux coûts d'exploitation.

La marge brute opérationnelle a néanmoins augmenté de 26% à 436,6 millions et le résultat d'exploitation (Ebit) a doublé à 99,7 millions.

Le conseil d'administration proposera à ses actionnaires un dividende ordinaire inchangé de 1,44 franc par action, équivalent aux 36 francs de 2022 avant le fractionnement d'actions, pour un montant total de 37 millions au titre de l'exercice écoulé.

Effet exceptionnel

"Nos tarifs 2021 et 2022, fixés et annoncés des mois avant le début de l'année calendaire, furent insuffisants pour couvrir nos achats d'énergie", a rappelé M. Petit. Pendant 18 mois, "notre marge sur l'activité d'achat et revente d'énergie fut négative. (...) En 2023, il y a donc eu un phénomène de rattrapage, suite à l'adaptation de nos tarifs dès le 1er janvier 2023. Il s'agit d'un phénomène unique et sans lendemain".

Annoncé en 2021, le plan d'investissement de l'énergéticien s'est concrétisé en 2023 par une enveloppe de 200 millions de francs, alloués à la transition énergétique, au réseau électrique, au déploiement dans la thermie (chauffage à distance) et au solaire.

"La demande d'installations solaires sur notre zone de desserte a triplé en deux ans", explique le patron. "L'électricité solaire fournira en 2024 près de 10% de la consommation électrique de la Suisse." Aussi, l'exigence juridique d'avoir équipé 80% de ses clients en compteurs intelligents sera atteinte fin 2025, soit deux ans avant le terme fixé par la loi.

Prix futurs incertains

Pour la facture du consommateur final, le directeur général ne peut parler qu'à court terme. "Dans notre portefeuille actuel, nous subissons toujours le poids financier des achats effectués en 2021/2022. Par contre, nous constatons une décrue des prix de l'électricité depuis l'été 2023, ce qui nous a permis de faire des achats meilleur marché au cours des six derniers mois."

"En 2024, nous observerons un retour à la normale, avec une répercussion à la baisse sur nos résultats", prévient le directeur général. Autre facteur d'incertitudes, "depuis un à deux mois, les tensions géopolitiques relancent les prix vers le haut, tout ceci reste donc volatile."

A la Banque cantonale de Zurich (ZKB), l'analyste Yannik Ryf ne prévoit pas d'augmentation de dividende à moyen terme et considère l'action comme "correctement évaluée". Pour son homologue Andreas von Arx de Baader Helvea, "il faudra un peu plus de temps pour que les actionnaires soient à nouveau attirés".

Vers 10h50, le titre Romande Energie prenait 1,1% à 55,0 francs dans un SPI en hausse de 1,0%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Sport

Lausanne peut assurer son maintien

Publié

le

Pafundi et le LS peuvent sauver leur peau dès samedi (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Relegation Group de la Super League a livré un premier verdict avec la chute de Stade Lausanne-Ouchy, qui retrouvera la Challenge League. Le nom du barragiste pourrait être connu samedi.

Avant-dernier du classement après 36 rondes, Grasshopper accuse en effet quatre longueurs de retard sur Lausanne-Sport - et six sur Yverdon - à deux journées de la fin. Les Sauterelles accueillent samedi à 18h Bâle, alors que le LS affrontera le SLO à la Pontaise dans le même temps.

Lausanne reste sur quatre matches sans victoire (trois défaites, un nul), alors que Grasshopper est invaincu depuis trois rencontres (deux victoires, un nul). La formation vaudoise serait donc bien inspirée de se mettre à l'abri avant la dernière journée, lors de laquelle un certain LS-GC est programmé le 21 mai.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Personne ne devine la bonne combinaison de l’Euro Millions

Publié

le

La loterie transnationale Euro Millions est proposée dans douze pays européens, dont la Suisse. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions vendredi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 18, 31, 32, 41 et 46 ainsi que les étoiles 1 et 10.

Lors du prochain tirage mardi, 26 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande. Cette loterie transnationale est proposée dans douze pays européens, dont la Suisse et le Liechtenstein.

https://jeux.loro.ch/games/euromillions

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Taxes trois fois plus chères pour les étudiants étrangers des EPF

Publié

le

Les étudiants étrangers des EPF, comme celle de Lausanne, devraient payer des taxes plus chères, estime une commission (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les étrangers qui étudient dans les écoles polytechniques fédérales (EPF) devraient payer des taxes trois fois plus chères. La commission compétente du National a pris cette décision par 21 voix contre 3 pour que les EPF puissent disposer d'un budget plus élevé.

Dans le cadre du message relatif à l’encouragement de la formation, de la recherche et de l’innovation (message FRI) 2025-2028, le Conseil fédéral prévoit une réduction de la contribution au domaine des EPF de 100 millions en 2025. L'augmentation des taxes pour les étrangers permet de pallier ces coupes, indique vendredi la commission de la science, de l'éducation et de la culture du National.

Une minorité demande que ces taxes soient trois à cinq fois plus élevées. Une autre minorité souhaite maintenir la formule potestative du Conseil fédéral, souhaitant garantir l'accès aux étudiants moins bien lotis au plan socio-économique.

Plus largement, dans le cadre du message FRI, la commission a adopté des propositions visant à relever le plafond de dépenses prévu de 152,2 millions au total.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Le personnel de Vetropack manifeste à St-Prex

Publié

le

Des employés de Vetropack se sont mobilisés vendredi après-midi à St-Prex pour exiger une négociation du plan social. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le personnel de Vetropack s'est mobilisé vendredi après-midi devant l'usine de St-Prex (VD). Une cinquantaine de personnes, accompagnées des syndicats Unia et Syna, ont réclamé l'ouverture de "vraies négociations" sur le plan social.

En confirmant mardi la fermeture de la verrerie, la direction de l'entreprise a indiqué que les premiers licenciements seraient annoncés prochainement. Or les employés demandent que de "vraies négociations" soient menées au sujet du plan social, et pas uniquement de "simples discussions".

Dans leur communiqué, les syndicats affirment que cela est prévu dans la convention collective de travail. Ils exigent par ailleurs qu'aucun licenciement ne soit prononcé avant la signature du plan social.

Vendredi en début après-midi, une cinquantaine de personnes se sont réunies devant l'usine, où elles ont tenté de bloquer l'une des entrées du site, a constaté Keystone-ATS. Les employés se sont placés derrière des panneaux où l'on pouvait lire "Respect !". L'action a duré environ une heure.

Indemnités, primes, soutien

De son côté, la direction du groupe a relevé avoir présenté les premiers "éléments clés" de ce plan social. Des indemnités de départ, des primes et des prestations en cas de retraite anticipée figurent parmi les mesures.

L'entreprise prévoit également la mise en place d'un service de soutien aux personnes concernées par des licenciements, afin de les aider dans leur recherche d'emploi, selon un communiqué diffusé vendredi. La direction de Vetropack a fait ces annonces jeudi lors de deux assemblées du personnel.

Les représentants du personnel et des syndicats ont également assisté à ces réunions. Des échanges autour du plan social se sont tenus jeudi après-midi entre les différentes parties. D'autres discussions sont prévues la semaine prochaine, affirme la direction.

182 postes menacés

Vetropack a confirmé mardi la fermeture du site de St-Prex, prévue à fin août. Pour la direction, l'usine ne peut plus être rentable. La grande majorité des emplois, 182 postes, vont passer à la trappe.

Avant cela, début mars, Vetropack avait activé une procédure de consultation sur l'avenir de l'usine vaudoise. Les représentants du personnel avaient ensuite présenté leurs propositions alternatives à une fermeture. Ils qualifiaient leur dossier de "solide économiquement et innovateur écologiquement", en proposant notamment l'adoption d'une technologie de fusion de verre par oxy-combustion connectée à un générateur d'oxygène. La direction a toutefois écarté cette proposition.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Migros annoncera mardi les premières suppressions d'emplois

Publié

le

Près de 150 personnes pourraient perdre leur emploi à Migros Supermarché SA et une centaine d'autres devront changer de poste en interne. (archive) (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Migros annoncera mardi les premiers licenciements prévus de la cadre de sa restructuration. Près de 150 personnes pourraient perdre leur emploi et une centaine d'autres devront changer de poste en interne.

Le géant orange de la distribution confirmait vendredi auprès de l'agence AWP une information parue sur le site d'information Inside Paradeplatz. "Les chiffres mentionnés sont assez exacts", a indiqué un porte-parole. Ces mesures concernent la filiale Supermarché du groupe, société autonome dédiée aux activités éponymes.

Début février, Migros annonçait la vente de plusieurs de ses filiales. Dans le cadre de cette réorientation, quelque 1500 emplois devraient être supprimés. Le détaillant cherche d'ores et déjà de nouveaux propriétaires pour sa filiale de voyages Hotelplan, sa filiale de cosmétiques et d'hygiène Mibelle ainsi que pour les deux marchés spécialisés Melectronics et SportX.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture