Rejoignez-nous

Economie

Migros: repli du bénéfice en 2022 à cause des hausses de coûts

Publié

,

le

En 2022, Migros a été confronté à de nombreuses hausses de coûts, dont 250 millions rien que pour les matières premières, les emballages et l'énergie. Ces hausses de coûts ont été "en grande partie assumée" par le groupe et ont pesé sur la rentabilité. (archives) (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

La Fédération des coopératives Migros a essuyé un repli de plus de 30% du bénéfice net en 2022 en raison de la forte hausse des coûts. Il a atteint 459 millions de francs, après 668 millions en 2021, a indiqué le géant orange mardi à Zurich.

Au cours de l'exercice 2022, le détaillant a été confronté à de nombreuses hausses de coûts, dont 250 millions rien que pour les matières premières, les emballages et l'énergie. Ces hausses de coûts ont été "en grande partie assumées" par le groupe et ont par conséquent pesé sur la rentabilité, a précisé Migros.

Le résultat opérationnel (Ebit) s'est établi à 628 millions, après 800 millions en 2021.

Malgré une situation difficile sur le front des coûts, le groupe demeure solidement capitalisé. Les capitaux propres (issus des activités commerciales et industrielles) ont connu une hausse de 1,8% à 21,52 milliards de francs.

Rebond après la pandémie

Migros avait déjà dévoilé une partie de ses résultats fin janvier, dont le chiffre d'affaires, qui a dépassé pour la première fois la barre des 30 milliards de francs et a été confirmé à 30,14 milliards, en hausse de 4,2% sur un an.

Le rétablissement dans plusieurs segments touchés par la pandémie, notamment dans les voyages, les loisirs et la restauration, ainsi que la croissance poursuivie dans le commerce en ligne ont soutenu cette croissance. A l'inverse, le commerce de détail a essuyé un léger repli, de 0,3%, dans le contexte d'une normalisation après deux exercices précédemment marqués par la pandémie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Economie

Berset plaide en faveur de l'ordre juridique international

Publié

le

Alain Berset a ouvert le Swiss Economic Forum par un plaidoyer en faveur de l'ordre juridique international (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L'homme moderne est informé de tout, mais il est de plus en plus désorienté. Dans ce contexte, un petit pays doit miser sur l'ordre juridique international, a souligné jeudi Alain Berset en ouvrant le Swiss Economic Forum à Interlaken (BE).

Le monde s'est énormément accéléré depuis les années 1990, a relevé le président de la Confédération. A cette époque, la situation actuelle - avec la guerre en Ukraine, la montée en puissance d'Etats autoritaires et l'érosion de l'ordre d'après-guerre - aurait été considéré comme une dystopie, a-t-il ajouté.

C'est un énorme défi, en particulier pour la Suisse, qui a été "gâtée" par sa stabilité. Au niveau mondial, la situation est claire: l'ordre juridique international doit prévaloir.

Sur le plan intérieur, l'insécurité doit être l'occasion de se concentrer sur l'essentiel. Depuis la crise financière de 2008, l'économie et la société se sont éloignées. Les mondes politique et économique doivent à nouveau prendre conscience de leurs rôles respectifs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Les vapoteuses seront soumises à l'imposition

Publié

le

Les cigarettes électroniques seront soumises à l'impôt (photo d'illustration). (© KEYSTONE/DPA/FABIAN STRAUCH)

Les vapoteuses n'échapperont pas à l'impôt. Le Conseil national a adopté jeudi par 119 voix contre 42 ce projet gouvernemental. La facture sera moins élevée que pour les cigarettes traditionnelles. La gauche a échoué à introduire un modèle d’imposition plus sévère.

La révision est sous toit. Le groupe des Vert-e-s s'est massivement abstenu lors du vote final, qui a totalisé 30 abstentions.

Les e-cigarettes seront séparées en deux catégories: les réutilisables et les jetables. Pour les premières, seuls les liquides contenant de la nicotine seront soumis à l'impôt sur le tabac. Le taux d'imposition sera faible, à 20 centimes par millilitre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le Conseil des Etats approuve une CEP sur Credit Suisse

Publié

le

La commission d'enquête parlementaire (CEP) devra faire la lumière sur les circonstances ayant mené au rachat par UBS (archives). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le Conseil des Etats a approuvé jeudi par 37 voix contre 5 une commission d'enquête parlementaire (CEP) sur la débâcle de Credit Suisse. La commission devra faire la lumière sur les circonstances ayant mené au rachat par UBS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Des données opérationnelles de la Confédération également volées

Publié

le

La société bernoise Xplain, qui fournit des logiciels aux autorités, a été victime d'une attaque informatique. Après avoir crypté les données volées et réclamé une rançon à l'entreprise, les auteurs ont publié une partie des données sur le darknet. (© KEYSTONE/DPA-Zentralbild/Z1020/_MARTIN SCHUTT)

L'attaque par rançongiciel contre l'entreprise bernoise Xplain a bien abouti au vol de données opérationnelles de l'administration. Dans un premier temps, Fedpol et les douanes avaient uniquement évoqué des informations captées dans la correspondance avec des clients.

"Contrairement aux premières constatations, des données opérationnelles pourraient également être touchées", a indiqué jeudi dans un communiqué le Centre national pour la cybersécurité (NCSC).

"L'administration fédérale part toutefois du principe que ses systèmes ne sont pas directement accessibles via les systèmes de Xplain", précise le communiqué, ajoutant que des analyses approfondies sont en cours. L'entreprise a signalé le cas au NCSC et déposé plainte auprès de la police cantonale bernoise.

Basée à Interlaken (BE), la société Xplain fournit des logiciels aux autorités. Après avoir crypté les données volées et réclamé une rançon à l'entreprise, les pirates informatiques ont publié une partie des données sur le darknet. Selon le Temps, qui a évoqué l'affaire samedi dernier, l'attaque est l'oeuvre du groupe Play, le même qui a récemment visé les entreprises de presse CH Media et NZZ.

Xplain compte "diverses unités" de l'administration fédérale parmi ses clients, relève le NCSC dans son communiqué, sans plus de précisions. Une porte-parole a précisé à Keystone-ATS que cette affaire n'avait rien à voir avec l'attaque dont était victime jeudi le site internet du Parlement.

Attaques relativisées

Samedi dernier, l'Office fédéral de la police (Fedpol) et l'Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières (OFDF) avaient confirmé à Keystone-ATS la divulgation des données.

Fedpol avait alors indiqué que les projets de l'Office n'étaient pas concernés par l'attaque. "Xplain n'a pas accès aux données productives de fedpol, mais dispose de données de simulation anonymisées à des fins de test".

L'OFDF avait également relativisé la portée de l'attaque: "les données de l'office lui-même ne sont pas concernées", avait assuré une porte-parole, ajoutant que seules des données volées dans la correspondance avec les clients étaient concernées. L'armée, qui recourt également au prestataire Xplain, avait exclu une fuite de données de ses propres systèmes.

Selon le Temps, des polices cantonales travaillent également avec Xplain, qui emploie environ 80 collaborateurs et dispose de bureaux en Suisse, Espagne et Allemagne. Sur son site, l'entreprise présente plusieurs entreprises de référence, allant de l'Office fédéral de la justice aux CFF en passant par l'Hôpital universitaire de Bâle, ou encore le ministère public du canton d'Argovie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

La "boule blanche" de La Dôle remplacée cet été

Publié

le

La société Skyguide va remplacer cet été le dôme radar de la Dôle. La durée prévue des travaux est de dix semaines (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La "boule blanche" de La Dôle, à Chéserex (VD), doit être remplacée après plus de 20 ans. Le radôme sera en travaux pendant environ dix semaines lors de son remplacement cet été.

Le dôme radar blanc, appelé radôme, protège contre les intempéries l'antenne radar du service de navigation aérienne suisse Skyguide. La boule existante sera déconstruite avant qu'un radôme flambant neuf, de même taille et couleur, ne vienne remplacer l'ancien, annonce Skyguide jeudi dans un communiqué.

Comme leur durée dépend aussi des conditions météorologiques, la période définitive des travaux n'est pas encore déterminée de manière précise. Toutefois près de trois mois vont être nécessaires, estime Skyguide.

"Cet échange de radôme à La Dôle représente un véritable exploit technique de la part de nos collègues et techniciens, ainsi que des entreprises partenaires", souligne Anne Barraud, cheffe de projet pour le renouvellement du radôme de La Dôle chez Skyguide, citée dans un communiqué. Et de préciser que les préparatifs de ce grand projet ont débuté il y a 18 mois déjà.

Les installations radar voisines fourniront les données de vol nécessaires aux contrôleurs aériens pendant toute la phase des travaux afin que le contrôle aérien soit continuellement assuré lors du chantier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture