Rejoignez-nous

Suisse

Ignazio Cassis: coopérer "avec les pays qui partagent nos valeurs"

Publié

,

le

Pour le président de la Confédération Ignazio Cassis, la neutralité signifie coopérer avec les pays en phase avec les principes helvétiques (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Dans le contexte de la guerre en Ukraine, la définition de la neutralité suisse est remise en question. Pour le président de la Confédération Ignazio Cassis, la neutralité signifie coopérer avec les pays en phase avec les principes helvétiques.

"Il ne faut pas reconstruire la neutralité, mais continuer à la construire", pour que celle-ci reste crédible et reconnue auprès des pays qui partagent les mêmes valeurs que la Suisse, a indiqué celui qui est aussi ministre des affaires étrangères dans une interview publiée samedi dans les journaux ESH, La Liberté et le Journal du Jura. Selon lui, c'est un travail de longue haleine: "Il faut des décennies pour bâtir les institutions. Il ne faut pas tout changer en versant dans l'émotionnel."

"La reprise des sanctions de l'UE à l'encontre de la Russie était une décision politique orientée par les valeurs inscrites dans notre Constitution", des valeurs qui sont celles du monde occidental, a-t-il expliqué. Cette décision s'est justifiée "par une violente rupture du droit international, et par la violation de nos principes et de nos valeurs".

Conseil de sécurité de l'ONU

Il n'y a pas que la guerre en Ukraine qui a remis la neutralité au centre des discussions. L'élection de la Suisse au Conseil de sécurité de l'ONU au début du mois y a aussi contribué.

L'ONU est une organisation neutre et universelle, a souligné M. Cassis. "Elle est l'addition de toutes les visions du monde qui essayent de trouver un chemin commun." Et de poursuivre: "La Suisse aura le rôle de facilitateur, de médiateur, de bâtisseur de ponts. Le but est de faire dialoguer les pays les plus puissants de ce monde."

Le président de la Confédération a encore rappelé qu'il a demandé un rapport visant à mener une réflexion globale sur la neutralité. Le document doit être soumis au gouvernement après l'été.

Conférence de Lugano

Ignazio Cassis s'est aussi exprimé sur la Conférence de Lugano, qui se tiendra les 4 et 5 juillet. Le but de la conférence est d'ouvrir le chemin de la reconstruction de l'Ukraine, a-t-il rappelé.

Une reconstruction qui sera longue et difficile, et dont les montants se chiffreront en centaines de milliards de dollars, selon lui. Mais l'Ukraine "doit pouvoir conserver un espoir, et imaginer un futur". Et de glisser que Berne fera le nécessaire en termes de sécurité si le président ukrainien Volodymyr Zelensky décide de venir physiquement à la conférence.

M. Cassis est également revenu sur la rencontre entre les présidents américain Joe Biden et russe Vladimir Poutine à Genève il y a un an. Concédant que la voie diplomatique n'a pas suffi pour éviter un conflit, il a toutefois déclaré que "ce n'est pas une raison pour dire que nous avons eu tort de faire ce travail". "Aujourd'hui, nous referions la même chose."

Il s'est encore dit fatigué, comme tout le monde, comme le gouvernement, après deux ans de pandémie et une guerre sur le continent européen. Mais d'avertir qu'il faudra faire face à une nouvelle crise: l'inflation. "L'augmentation des prix du carburant et de l'énergie, c'est une conséquence de la guerre. Nous devrons peut-être adopter un mode de vie un peu plus frugal, et prendre l'habitude d'économiser sur le chauffage, les déplacements et l'alimentation."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Le FC Winterhour déjoue encore les pronostics

Publié

le

Nishan Burkart (99) est le plus prompt pour ouvrir le score. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Invaincu lors de huit de ses neuf dernières rencontres de Super League, Winterthour ne cesse de surprendre. N’a-t-il pas déjoué tous les pronostics pour éliminer le FC Zurich en quart de finale ?

Au Letzigrund, la formation de Patrick Rahmen s’est imposée 2-0 grâce à un doublé de Nishan Burkart peu après l’heure de jeu (62e et 67e). A l’image de son gardien Yanick Brecher guère à son avantage sur l’ouverture du score, le FC Zurich a fait peine à voir. Comme trois jours plus tôt, le FCZ a dévoilé bien des manques. Sa fin de saison s’annonce aussi triste qu’un hiver sans fin

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un nouveau millionnaire mais pas le jackpot au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Une personne a deviné les six bons numéros mercredi au Swiss Loto et empoche 1 million de francs, mais pas le jackpot (image symbolique). (© KEYSTONE/OBS/LOTERIE ROMANDE/OBS/LOTERIE ROMANDE/SIMON MAGNENAT)

Une personne est devenue millionnaire mercredi grâce au Swiss Loto. Elle a deviné les six bons numéros et empoche 1 million de francs. Il fallait cocher les numéros 3, 9, 23, 27, 33 et 38. Le numéro chance était le 1, le rePLAY le 1 et le Joker le 532638.

Lors du prochain tirage samedi, 65 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

Vers la disparition des composteurs de billets à partir de 2026

Publié

le

A partir de 2026, ces machines orange servant à composter les cartes de transport devraient progressivement disparaître (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI)

Les entreprises de transports ne seront plus tenues d'entretenir leurs composteurs de billets au-delà de 2025. L'organisation faîtière des transports publics Alliance Swisspass justifie cette décision par l'augmentation de la vente de billets via supports numériques.

Une autre raison est qu'un grand nombre de ces machines orange qui permettent aux voyageurs de composter leur carte de transport "ont atteint leur durée de vie et devraient être remplacées, ce qui entraînerait des investissements très importants", a indiqué Alliance Swisspass à Keystone-ATS, confirmant une information publiée par le magazine alémanique des consommateurs K-Tipp.

Aujourd'hui déjà, certaines entreprises de transports en Suisse romande ne proposent plus de cartes à oblitérer, poursuit la faîtière. Le magazine K-Tipp affirme pour sa part dans un article publié mercredi que ces cartes - vendues à plus de 6,3 millions d'exemplaires dans toute la Suisse en 2023 - restent très appréciées des clients.

C'est peu par rapport à l'ensemble des titres de transport vendu l'année dernière, rétorque Alliance Swisspass dans ce même article.

Smartphone obligatoire

Le magazine alémanique des consommateurs fait également remarquer que la suppression des cartes à oblitérer mettrait dans l'embarras les parents qui ont de jeunes enfants et les personnes âgées notamment. En effet, il n'est pas possible d'acheter un titre de transport numérique sans smartphone.

Selon Alliance Swisspass, la branche des transports publics étudie depuis longtemps des solutions de remplacement tout en tenant compte des besoins des différents groupes d'intérêt, les enfants qui voyagent seuls ou les personnes sans smartphone notamment.

La faîtière indique par ailleurs que voyager de manière anonyme restera possible à l'avenir. Les transports publics "respectent bien entendu les dispositions en vigueur en matière de protection des données", souligne encore Alliance Swisspass.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le Parlement accepte l'internement des assassins mineurs

Publié

le

Plusieurs orateurs ont souligné que la mesure concernerait des cas rares mais graves (image d'illustration). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Les assassins mineurs doivent pouvoir être internés. Suivant le Conseil des Etats, le National a validé mercredi, par 130 voix contre 61, ce durcissement voulu par le Conseil fédéral. La gauche s'y est opposée, en vain.

Le projet prévoit que l'internement ne s'applique qu’aux personnes qui ont commis un assassinat après l’âge de 16 ans et qui, à la fin de la peine ou de la mesure relevant du droit pénal des mineurs, présentent un risque sérieux de commettre un nouvel assassinat. L'internement des mineurs doit être possible, quand bien même il est délicat. La règlementation est formulée de manière très restrictive, a relevé Vincent Maître (C/GE) pour la commission.

Le système actuel est équilibré. Il vise la thérapie et son taux de succès est très élevé. Il n'y a pas besoin de révision, a opposé en vain Florence Brenzikofer (Vert-e-s/BL). Et d'ajouter qu'il n'est pas possible de prévoir à l'adolescence quel sera l'avenir d'un jeune. De plus, il y a le risque que des juges prononcent des peines plus basses afin d'éviter un internement.

L'UDC aurait au contraire voulu étendre la possibilité d’internement à d’autres délits tels que le meurtre, les lésions corporelles graves ou le viol. Sa proposition n'a pas trouvé d'écho auprès des autres partis.

Les députés ont en revanche décidé de relever la peine maximale pour un assassinat commis après l’âge de 16 ans de quatre à six ans.

Plus de congés non accompagnés

Le National a aussi accepté un autre pan de la révision. Ce volet concerne le droit pénal des adultes et prévoit qu'aucun congé non accompagné ne soit accordé aux délinquants qui subissent un internement ou une peine privative de liberté en milieu fermé.

Les députés ont également approuvé de justesse une proposition du Centre et de l'UDC qui demande que la récidive en matière d'assassinat, de meurtre et de viol soit inscrite comme une condition pour l'internement.

Le dossier retourne au Conseil des Etats.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Le nouveau directeur du BBL est entré en fonction

Publié

le

Le nouveau directeur artistique du Béjart Ballet Lausanne (BBL) Julien Favreau prend ses fonctions dès le 28 février (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

La Fondation Béjart Ballet Lausanne (BBL) et Gil Roman ont trouvé un accord. Le directeur artistique ad interim Julien Favreau reprend la direction artistique du ballet dès le 28 février, annonce le Conseil de fondation.

Le Français, danseur depuis 30 ans au sein de la troupe, avait été nommé à ce poste par le Conseil de fondation du BBL début février, après le licenciement de Gil Roman.

La Fondation du BBL tient à remercier à nouveau Gil Roman pour les années passées au ballet, écrit-elle mercredi dans un communiqué. Sous sa conduite, la compagnie a atteint des qualités techniques et artistiques remarquables, reconnues à la fois par le monde de la danse et au travers d’un immense succès public.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture