Rejoignez-nous

Suisse

10% des Suisses sont complètement vaccinés contre le Covid

Publié

,

le

Le rythme de la vaccination s'est accéléré de 20% en Suisse par rapport à la semaine passée (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

A ce jour, 868'621 personnes ont reçu deux doses de vaccin contre le coronavirus. Cela signifie que 10,1% de la population est complètement vaccinée, indique mardi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

En outre, 705'924 personnes ont reçu la première piqûre. Au total, 2'443'166 vaccinations ont été réalisées jusqu'à dimanche, selon les données publiées sur le site internet de l'OFSP.

Du 19 avril au 25 avril, 342'497 doses de vaccin contre la Covid-19 ont été administrées en Suisse. En moyenne, 48'928 vaccinations ont été effectuées par jour. Comparé à la semaine précédente, le rythme des injections s'est accéléré de 20%.

Quelque 458'709 doses de vaccin ont été livrées aux cantons, mais n'ont pas encore été employées. Par ailleurs, 156'925 doses sont stockées par la Confédération.

https://datawrapper.dwcdn.net/ILXgH

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Solides perspectives pour le tourisme automnal

Publié

le

Parmi les régions de vacances les plus plébiscitées par les clients helvétiques pour cet automne, le Valais arrive en tête, cumulant 17% des réservations. (archives) (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Les perspectives sont bonnes pour la saison touristique automnale. Différents acteurs du tourisme, agence de voyages ou spécialiste des locations de vacances, se font l'écho de solides réservations.

Le spécialiste des locations de vacances Interhome, filiale de Migros, devrait clôturer fin octobre son exercice annuel décalé 2021/22 à un niveau comparable à celui de l'année précédente. Si la clientèle suisse reste majoritaire pour les réservations de séjours dans les maisons et appartements en territoire helvétique cet automne, les visiteurs venus de l'étranger seront également au rendez-vous.

Au total, la clientèle indigène pèse pour 52,2% des réservations effectuées sur la période du 1er septembre au 31 octobre. Les réservations venues d'Allemagne (13%), des Pays-Bas et des Etats-Unis (chacun 5%) ainsi que de la France (3%) illustrent le retour progressive de la clientèle étrangère, souligne Interhome jeudi dans un communiqué.

Parmi les régions de vacances les plus plébiscitées par les clients helvétiques, le Valais arrive en tête, cumulant 17% des réservations, suivi par le Tessin (16%), l'Oberland bernois (15%) et les Grisons (8%). La région italienne de Toscane (6%) est la première destination étrangère pour les locations de logements de vacances des Suisses.

Pour l'agence de voyage Der Touristik Suisse, les affaires vont bon train pour les vacances d'automne. Les réservations de dernière minute sont en effet supérieures à leur niveau d'avant la pandémie. La demande est vive pour les vacances balnéaires, les destinations comme l'Egypte, la Grèce, les Canaries, la Tunisie, l'Italie et les Baléares étant particulièrement prisées.

Par contre les voyages long courrier ne sont pas encore revenus à leur niveau d'avant-crise, tout comme les croisières, un segment qui peine à se redresser.

Der Touristik Suisse, avec ses marques comme Kuoni ou Helvetic Tours, espère atteindre en 2022 un chiffre d'affaires entre 500 et 520 millions de francs, ce qui correspond à 80% du niveau de 2019. Les livres de comptes intègrent déjà 90% du montant ciblé. "Nous sommes très près du but", a conclu le directeur.

Hausse des prix en vue

Pour les voyages à l'étranger, la facture devrait s'alourdir dans certaines destinations. "L'année prochaine, nous nous attendons à des prix stables pour l'offre hôtelière en Afrique du Nord tandis qu'en Grèce et en Espagne, les prix devraient bondir de 10%", indique à AWP Dieter Zümpel, chef de DER Touristik Suisse.

L'agence de voyage dispose de contrats à moyen terme sur les prix des hôtels, de sorte que pour cet hiver et "dans une certaine mesure" pour l'été prochain, les prix seront au mêmes niveaux, précise-t-il. Cela n'est pas le cas pour les voyages réservés sur des portails en ligne, pour lesquels les prix sont dynamiques.

Au niveau des vols, les situations sont très variables selon les destinations. Alors que voler vers l'Asie est devenu plus cher en raison du manque de capacités dans le trafic aérien, les vols vers des destinations phare comme Majorque, où la concurrence est rude, n'ont pas renchéri.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Démarrage en trombe en Bourse pour Porsche

Publié

le

Porsche a fait jeudi un démarrage en trombe à la Bourse de Francfort, affichant une première cotation au-dessus de la cible. (archives) (© KEYSTONE/dpa/Marijan Murat)

Le constructeur allemand de voitures de luxe Porsche a fait jeudi un démarrage en trombe à la Bourse de Francfort, affichant une première cotation au-dessus de la cible.

L'entrée en Bourse du groupe de Stuttgart représente l'une des plus grosses opérations boursières de la place de Francfort, malgré un contexte morose.

L'action a décollé à 84 euros, au-dessus du prix d'introduction fixé à 82,50 euros, lors de sa première cotation à 09h15T, valorisant le groupe Porsche à plus de 76 milliards d'euros. "Un grand rêve se réalise pour Porsche", a commenté dans un communiqué Oliver Blume, patron de Porsche et de Volkswagen, maison mère du constructeur de voitures de sport.

"Porsche, l'un des constructeurs de voitures de sport les plus performants au monde, entre dans une nouvelle ère avec une flexibilité entrepreneuriale accrue", a ajouté le directeur général. Le volume d'émission en fait la deuxième plus grosse introduction en Bourse en Allemagne après celle de Deutsche Telekom en 1996 et la plus importante en Europe depuis 2011 avec le géant suisse des matières premières Glencore.

Si Volkswagen n'a placé que 12,5% du capital de sa pépite en Bourse, le deuxième groupe automobile mondial compte en tirer des milliards de liquidités à injecter dans sa coûteuse transition vers la voiture électrique et autonome.

Luxe porteur

Porsche affiche sur la ligne de départ une capitalisation supérieure à d'autres géants allemands tels que BMW (47 milliards d'euros) et Mercedes-Benz (58 milliards d'euros), qui vendent bien plus de voitures que la firme de Zuffenhausen, près de Stuttgart (sud). L'opération est d'autant plus exceptionnelle que, ces derniers mois, les introductions en Bourse étaient rares en Europe dans un environnement marqué par l'inflation, la hausse des taux et la guerre en Ukraine.

L'indice Dax à la Bourse de Francfort a perdu près d'un quart de sa valeur depuis le début de l'année, le secteur automobile, à la peine en termes de ventes, étant particulièrement délaissé. "Ce n'est pas le meilleur moment pour une introduction en Bourse", souligne l'expert automobile allemand Ferdinand Dudenhoeffer qui voit cependant dans cette opération un test de "la valeur internationale accordée à l'ingénierie allemande".

Volkswagen s'est assuré le soutien d'actionnaires de référence chez Porsche, comme les fonds d'investissement publics du Qatar et d'Abu Dhabi, le fonds souverain norvégien et le gestionnaire d'actifs américain T. Rowe Price. Ensemble, ils vont détenir près de 3,6 milliards d'euros d'actions préférentielles, le Qatar représentant la plus grande part.

Les perspectives de l'entreprise y sont pour beaucoup: Porsche a relevé son objectif de marge opérationnelle dans une fourchette entre 17 et 18% et le chiffre d'affaires doit croître de 11 à 14% par rapport à 2021. Porche évolue au sein d'un secteur des voitures de luxe qui devrait "croître de 13% par an à long terme", selon les analystes de Berenberg.

La marque multiple vainqueur des 24 heures du Mans convertit sa gamme à l'électrique, avec la sportive Taycan née en 2019 et dont il a écoulé près de 20.000 exemplaires de janvier à juin, un nouveau SUV Macan électrique attendu en 2024 et le lancement d'un autre SUV au milieu de la décennie.

Influence du clan Porsche et Piëch

Porsche appartient à ce jour à 100% au groupe Volkswagen, lui-même contrôlé par la holding Porsche SE, trésor des familles Porsche et Piëch qui vont renforcer leur assise à travers cette introduction en Bourse. Outre les actions dites préférentielles - sans droit de vote - que se sont arraché les investisseurs, Volkswagen cède 25% du capital plus une action à Porsche SE, qui disposera d'une minorité de blocage chez le constructeur de voitures de sport.

Volkswagen va encaisser au total une manne d'environ 19 milliards d'euros, dont la moitié servira aux investissements dans l'électrique avec six usines de cellules de batteries planifiées en Europe et des logiciels pour véhicules électriques et autonomes. Le groupe de Wolfsburg, dont le titre a perdu 23% depuis janvier, espère aussi que la cession partielle de Porsche va gonfler sa propre valeur en Bourse, de quelque 84 milliards d'euros, soit une fraction de ce que pèse son rival américain Tesla, valorisé environ 900 milliards de dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Economie

Forte croissance du nombre d'offres d'emploi en Suisse en septembre

Publié

le

Le nombre d'offres d'emploi publiées a progressé de 15,6% en septembre, sur un an et dans l'ensemble de la Suisse. (archives) (© KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI)

La croissance a été particulièrement dynamique en Suisse romande, où le nombre d'annonces a augmenté de 5,3% sur un mois.

Le nombre d'offres d'emploi publiées a progressé de 15,6% en septembre, sur un an et dans l'ensemble de la Suisse. Par rapport à août, on constate une hausse de 2,3%.

La région lémanique (Genève, Vaud, Valais) a enregistré la plus forte hausse, de 16,7% sur un an et de 4,8% sur un mois, devant la région Suisse orientale (+13,8% sur un an, +4,6% sur un mois), selon l'indice Michael Page Swiss Job publié jeudi. La Suisse alémanique concentre neuf annonces sur dix.

Sur un mois, la demande a connu la plus forte augmentation dans le secteur du commerce de détail, avec une hausse de 16,3% du nombre d'annonces. Mais par rapport à 2021, c'est dans le secteur social qu'on constate la plus forte progression, le nombre d'offre d'emploi ayant crû de 48,2%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Net renchérissement des hypothèques

Publié

le

Les taux hypothécaires sont nettement remontés depuis le resserrement de politique monétaire effectué par la Banque nationale suisse. (archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les taux hypothécaires sont nettement remontés depuis le resserrement de politique monétaire effectué par la Banque nationale suisse (BNS). Alors que les crédits immobiliers à taux fixe ont tous renchéris, l'emprunt basé sur le Saron est resté plus ou moins stable.

L'hypothèque à taux fixe sur dix ans, la plus populaire en Suisse, a vu son taux indicatif remonter fin septembre à 3,21%, contre encore 2,94% mi-juin, selon une étude du portail comparatif Comparis.ch dévoilée jeudi.

Les autres durées ont également augmenté, le taux de l'hypothèque sur cinq ans passant à 3,0%, après 2,54% en juin. Celle à 15 ans a atteint 3,39%, à comparer aux 3,06% encore demandés trois mois plus tôt.

Le taux indicatif calculé par Comparis.ch représente le taux moyen publié par une cinquantaine d'établissements avant négociation.

"La décision de la BNS de relever les taux directeurs de 0,75 point de pourcentage a pris de court les marchés. Son impact se reflète dans le rebond des taux associés aux hypothèques fixes depuis l'annonce", a indiqué Leo Hug, expert argent auprès du portail.

Le spécialiste a également constaté "une nette augmentation de la demande en hypothèques Saron", dont le taux est resté à peu stable à 0,97%. Depuis l'année dernière, la part de cette hypothèque a presque triplé pour atteindre environ un tiers du total des souscriptions d'hypothèques.

Les fluctuations sur le marché hypothécaire devraient se poursuivre. "Avant que le calme ne revienne sur les marchés des taux, d'autres hausses des taux directeurs - peut-être brutales - seront nécessaires. Il faut s'attendre à de fortes fluctuations des taux hypothécaires fixes au cours des prochains mois", a averti M. Hug.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Un marché de l'immobilier toujours résilient en Suisse

Publié

le

Le marché immobilier helvétique résiste jusqu'à présent à la remontée des taux d'intérêt et à l'inflation. (archives) (© KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT)

Le marché immobilier helvétique résiste jusqu'à présent à la remontée des taux d'intérêt et à l'inflation, indique Credit Suisse dans son Moniteur pour le troisième trimestre.

Contrairement à certains pays étrangers, les prix de l'immobilier en Suisse ont poursuivi leur hausse jusqu'à la fin de l'été, précise la banque jeudi.

La résistance du marché immobilier est notamment due à l'offre limitée, alors que la branche assiste à "une accélération de la diminution du nombre de logements locatifs vacants et que l'offre de logements en propriété demeure limitée". Si la concurrence fait encore augmenter les prix, le pic devrait néanmoins être atteint: alors que les courtiers pouvaient auparavant choisir parmi 15 à 20 acheteurs potentiels par objet de propriété, "ce chiffre n'est actuellement plus que de trois ou quatre", selon l'étude.

En outre, le nombre de logements vacants devrait encore fortement diminuer en 2022: "avec une diminution de 9869 logements vacants, il s'agit de la plus forte baisse depuis 1978". Le taux de vacance pour l'immobilier résidentiel locatif devrait ainsi diminuer à 1,31% en moyenne suisse, contre 1,54% l'année précédente, ce qui s'explique à la fois par le repli de l'activité de construction et l'augmentation de la demande. Pour l'année en cours, le solde migratoire devrait en effet progresser à 75'000 personnes, contre 60'600 en 2021.

Baisse des prix en vue

A l'avenir, la probabilité d'une baisse des prix augmente avec l'accroissement des pressions exercées sur le marché immobilier non seulement par les taux d'intérêt, mais aussi à court terme par la conjoncture, estiment les auteurs du rapport. "La baisse de la demande de logements en propriété due à l'augmentation des intérêts devrait entraîner un net ralentissement de la dynamique des prix au cours des prochains trimestres", projettent-ils.

En outre, au cours des prochaines années, les transmissions de logements en propriétés de la génération des baby-boomers devraient détendre le marché. Cette classe d'âge possède actuellement "plus de 40%" des logements en propriété, estiment les économistes de Credit Suisse. De près de 3000 logements en propriété transmis chaque année par cette génération, ce chiffre passera à quelque 42'000 objets d'ici 2045. Au total, 420'000 logements devraient ainsi être légués pour cause de décès d'ici 2045.

La crise énergétique fait évoluer la propension à investir dans des projets de rénovation. Le volume total des demandes de transformation déposées au cours des six derniers mois a ainsi augmenté de 22% par rapport à la moyenne sur dix ans, avec en tête de liste les installations de pompes à chaleur et de panneaux photovoltaïques. La hausse des prix du fioul et du gaz a renforcé l'attrait de ces technologies.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture