Rejoignez-nous

Actualité

Pas d’ouverture le dimanche sans protection des vendeuses

Publié

,

le

Non à une ouverture des magasins le dimanche sans protection des vendeuses et des vendeurs. Les syndicats et les milieux de la gauche appellent les Genevois à voter NON le 19 mai à la modification de la loi sur les heures d’ouverture des magasins (LHOM). S’ils ne sont pas contre une extension des horaires, ils demandent en revanche un cadre strict pour protéger les salariés. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, malgré la votation de 2016.

Pour rappel, l’initiative « Touche pas à mes dimanches! » avait été rejetée par les Genevois, qui lui ont préféré le contre-projet du Parlement. Un contre-projet qui devait étendre la protection des employés et exigeait la signature d’une convention collective généralisée. Ce qui n’a pas été fait, selon les syndicats. Pablo Guscetti, secrétaire syndical chez Unia.

Pablo Guscetti
Secrétaire syndical à Unia
Pablo GuscettiSecrétaire syndical à Unia

Le personnel de vente craint qu’avec cette modification de loi, les conditions de travail se dégradent alors que la situation actuelle est déjà difficile. Magali, vendeuse dans la grande distribution.

Magali
Vendeuse dans la grande distribution
Magali Vendeuse dans la grande distribution

La LHOM fait partie des neuf objets cantonaux sur lesquels les Genevoises et les Genevois sont appelés à se prononcer le 19 mai prochain.

 

Economie

Swiss Life règle un litige aux USA, paie 77 millions de dollars

Publié

le

Swiss Life a conclu un accord avec les autorités américaines dans le cadre d'une affaire d'aide à l'évasion fiscale et va payer 77,3 millions de dollars au Trésor américain (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ)

L'assureur-vie Swiss Life a conclu un accord avec les autorités américaines dans le cadre d'une affaire d'aide à l'évasion fiscale et va payer 77,3 millions de dollars au Trésor américain pour clore ce dossier.

La justice américaine a estimé que plusieurs filiales de Swiss Life s'étaient rendues coupables d'avoir aidé des contribuables américains à dissimuler plus de 1,5 milliard de dollars (1,4 milliard de francs) d'assurances-vie au fisc des Etats-Unis (Internal Revenue Service, IRS), a annoncé vendredi le Département américaine de la Justice (DOJ).

Les faits reprochés remontent à la période de 2005 à 2014, selon un communiqué.

Quelque 1600 manteaux d'assurance ("wrapper") sont également concernés. Il s'agit de produits d'assurance par lesquels un assureur détient un dépôt auprès d'une banque dans le but de conserver les valeurs mobilières d'un client dans le cadre d'un contrat d'assurance-vie.

Les entités concernées sont Swiss Life Holding AG, Swiss Life (Liechtenstein) AG, Swiss Life (Singapore) Pte Ltd et Swiss Life (Luxembourg).

Une "opportunité"

"Comme ils l'ont admis, Swiss Life et ses filiales ont cherché et proposé leurs services aux contribuables américains pour les aider à échapper au fisc des Etats-Unis", a précisé Audrey Strauss, procureure du district sud de New York. Selon cette dernière, l'assureur a perçu les efforts de lutte contre l'évasion fiscale comme une "opportunité" pour se présenter comme une "alternative aux banques suisses", elles-mêmes dans le collimateur de la justice américaine.

Les établissements helvétiques ont payé ces dernières années de lourdes amendes pour solder les dossiers d'aide à l'évasion fiscale.

Le procureur adjoint Stuart Goldberg a souligné que le groupe zurichois "est tenu pénalement responsable pour avoir créé et vendu des produits d'assurance spécialement destinés aux fraudeurs fiscaux américains cherchant de nouvelles opportunités pour cacher leurs actifs offshore".

Outre l'amende, Swiss Life s'est engagé à coopérer avec les autorités américaines pour identifier les fraudeurs.

La justice américaine a néanmoins pris en compte que Swiss Life avait coopéré avec les autorités en fournissant notamment des données de sa clientèle et en menant une "solide enquête interne".

Contacté par AWP, Swiss Life n'avait pas encore réagi.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

La plateforme de mesvaccins.ch est fermée

Publié

le

La plateforme mesvaccins.ch, destinée à un accès aux carnets de vaccinations électroniques, est fermée en raison de failles de sécurité (image prétexte). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La plateforme de mesvaccins.ch est fermée: elle n'est pas assez protégée contre les menaces de sécurité actuelles. Une nouvelle évaluation globale a montré que l'exploitation sécurisée de la plateforme n'est plus possible.

Malgré des efforts ces dernières semaines pour corriger les vulnérabilités critiques précédemment identifiées, il n'est pas réalisable de reprendre les opérations en mai comme prévu, annonce la fondation sur son site Internet vendredi. Le Conseil de fondation a donc décidé de ne pas relancer la plateforme dans sa forme et avec ses fonctionnalités actuelles.

Il dit assumer la responsabilité de cette décision difficile, qui a été prise après mûre réflexion dans l'intérêt de la sécurité des données. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) ont été informés.

Les données ont été isolées et sauvegardées. Le Conseil de fondation indique tout mettre en ½uvre pour fournir une nouvelle application Web sécurisée permettant aux utilisateurs d'accéder à leurs données de vaccination, afin de les télécharger et/ou de faire des demandes de suppression. Il est actuellement à la recherche de fonds et de partenaires supplémentaires pour mettre en ½uvre cette solution.

A l'heure actuelle, il n'est pas encore possible de préciser quand les données seront à nouveau disponibles, écrit mesvaccins.ch. Le Conseil de fondation communiquera l'état actuel chaque semaine sur le site Internet. La prochaine mise à jour aura lieu jeudi prochain à 15h00.

Centaines de milliers de données

Pour mémoire, le magazine en ligne alémanique Republik.ch avait dévoilé fin mars que 450'000 données de vaccination, dont celles concernant 240'000 personnes vaccinées contre le Covid-19, étaient ouvertement accessibles et manipulables. Le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) avait ouvert une procédure d'établissement des faits à l'encontre de l'exploitant de la plateforme, qui avait été suspendue.

La fondation mesvaccins.ch exploitait la plateforme myCOVIDvac.ch sur mandat de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), pour documenter les vaccinations contre le coronavirus dans le carnet électronique de mesvaccins.ch. Cette documentation était volontaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Nombre de cas et d’hospitalisation en baisse

Publié

le

La Suisse compte vendredi 2300 nouveaux cas de coronavirus en deux jours (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse compte vendredi 2300 cas supplémentaires de coronavirus en 48 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). En une semaine, le nombre de cas et d'hospitalisation a baissé, alors que le nombre de tests effectués a stagné.

Durant la semaine 18, du 3 au 9 mai, 10'317 cas confirmés en laboratoire ont été déclarés, contre 11'918 la semaine précédente, indique vendredi l'OFSP dans son rapport hebdomadaire. La tendance est donc à la baisse avec une diminution de 13%.

Les hospitalisations ont également diminué. Jusqu'ici, 280 hospitalisations liées au Covid-19 ont été déclarées pour la semaine sous revue, contre 381 la semaine précédente. Le nombre moyen de patients en soins intensifs est lui passé de 253 à 220.

Le nombre de décès a lui aussi baissé, de 60 à 35. En dépit des déclarations tardives attendues, l'OFSP s'attend à une diminution par rapport à la semaine passée. Aucun décès n'a été déclaré pour les groupes d'âge entre 0 et 59 ans. La plupart d'entre eux concernaient les plus de 80 ans, bien que le taux de mortalité dans ce groupe d'âge ait baissé.

Stagnation des tests

Du côté des tests, la tendance est à la stagnation. Leur nombre a diminué de 3,5% par rapport à la semaine dernière. En semaine 18, 177'142 tests ont été effectués. Près des trois quarts étaient des tests PCR (74%) et près d'un quart des tests rapides (26%). La proportion de résultats positifs a diminué de 8,3% à 7,2% pour les tests PCR et de 4,5% à 4,1% pour les tests rapides antigéniques.

La proportion de variants pertinents du virus s'élève à 89%.

Concernant les tranches d'âge, les groupes de 10 à 19 ans ont été les plus touchés et les personnes de 80 ans et plus ont été les moins affectées. Après avoir stagné depuis la semaine 9, le taux d'incidence dans cette classe d'âge a désormais nettement diminué.

Les chiffres ont également continué à diminuer pour les autres tranches d'âge après avoir augmenté pendant plusieurs semaines. L'âge médian de tous les cas de Covid-19 confirmés en laboratoire est de 36 ans. Depuis plusieurs mois, ce chiffre se situe en dessous des 40 ans.

Taux de reproduction à 0,90

Durant les dernières 48 heures, les résultats de 57'422 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,01%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 18'893, soit 218,55 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,90. Les patients Covid-19 occupent 21,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 67,80%.

Au total 3'511'492 doses de vaccin ont été administrées et 1'184'138 personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 3'956'025 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 43'189 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à ce jour, dont 17'508 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 246 au variant sud-africain (B.1.351) et 17 au variant brésilien (P.1). Dans 25'418 cas, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 679'510 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 7'273'942 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'179 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 28'144.

Le pays dénombre par ailleurs 3091 personnes en isolement et 4957 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 1235 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le bénéfice net de Visana chute de plus que moitié en 2020

Publié

le

Le rapport de gestion du groupe, paru vendredi, montre que le volume des primes est resté stable à 3,56 milliards de francs, mais le résultat des activités d'assurance s'est contracté de 144,0 millions à 137,4 millions, alors qu'il se situait encore à 162,1 millions en 2018 (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le groupe Visana a accusé un recul de 51,1% de son bénéfice net à 110,8 millions de francs au terme de l'exercice 2020 par comparaison avec 2019. Le résultat des placements financiers notamment est passé de 119,3 millions en 2019, à 3,5 millions à fin 2020.

Le rapport de gestion du groupe, paru vendredi, montre que le volume des primes est resté stable à 3,56 milliards de francs, mais le résultat des activités d'assurance s'est contracté de 144,0 millions à 137,4 millions, alors qu'il se situait encore à 162,1 millions en 2018. 52,8 millions sont issus de l'assurance de base et 84,6 millions des assurances complémentaires, contre respectivement 40,2 millions et 103,8 millions un an plus tôt.

L'entreprise bernoise reversera à ses assurés un total 25 millions de francs, prélevés sur les réserves du groupe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Stadler Rail entend rattraper le retard accumulé en 2021

Publié

le

Les perturbations induites par la crise sanitaire avaient généré l'an dernier des soucis aussi bien pour l'approvisionnement, que dans les procédures d'approvisionnement ou encore des appropriations de commandes par les clients (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le constructeur de matériel roulant Stadler Rail aura d'ici la fin de l'année gommé le retard accumulé en raison de la pandémie de coronavirus.

Les perturbations induites par la crise sanitaire avaient généré l'an dernier des soucis aussi bien pour l'approvisionnement, que dans les procédures d'approvisionnement ou encore des appropriations de commandes par les clients. Les hangars de l'entreprise ont conséquemment abrité jusqu'à une centaine de locomotives et de rames en attente d'enlèvement.

"Nous avons déjà rattrapé beaucoup de terrain sur le plan des livraisons et les activités dans les services se normalisent avec le solide regain de demande pour les transports publics", explique l'ancien conseiller national UDC thurgovien.

Nonobstant des entrées de commandes pour plus de 16 milliards de francs depuis le début de l'année, Stadler Rail dispose encore de capacités de production disponible en cas d'attribution d'un ou deux appels d'offres additionnels. Le délai entre la passation de commande et la génération de recettes afférente est en effet d'au moins deux ans et un quart des contrats conclus porte sur des prestations de service sur le long terme.

"Notre fief de Bussnang en particulier pourrait à moyen terme gérer une commande d'envergure, mais c'est aussi le cas pour notre usine en Pologne", a détaillé l'entrepreneur. Les sites de Berlin, Valence et Salt Lake City par contre affichent complets.

La récente coentreprise établie en Indonésie avec PT Inkas fait par contre face pour son tout premier contrat à des difficultés liées tant à la pandémie qu'à des soucis de financement.

L'omnipotent patron se donne par ailleurs du temps pour confier les rennes de la direction générale à un successeur attitré. Le conseil d'administration a certes débuté le processus de recrutement, mais Peter Spühler n'a pas prévu de lâcher les commandes avant que Stadler ait "retrouvé son ancienne altitude de croisière".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture