Rejoignez-nous

Actualité

Les trains grande ligne ne rouleront pas plus vite dans les virages

Publié

,

le

Vincent Ducrot a annoncé que les CFF allaient renoncer au franchissement rapide des courbes sur les grandes lignes pour des raisons de confort et de fiabilité. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Les CFF ont renoncé à leur projet de franchissement rapide des courbes pour leurs trains duplex sur le trafic grandes lignes (TGL). Lors d'une conférence de presse vendredi, le directeur général Vincent Ducrot a mis en avant un manque de fiabilité et de confort.

Le Fribourgeois a expliqué que les courses de test réalisées avaient mis en lumière des effets négatifs sur le confort des voyageurs. De plus, cette technologie de franchissement des courbes assisté par la compensation du roulis dans les trains à deux étages TGL s'avère être exigeante en matière d'entretien et sa fiabilité est sujette à débat.

Désignée par le terme Wako, cette technique pendulaire empêche les wagons de pencher vers l'extérieur dans les courbes. Il permet ainsi une vitesse de courbe pouvant être jusqu'à 15% supérieure à celle des compositions conventionnelles de trains à deux étages. Alstom, qui fournit les duplex TGL, explique même que la compensation du roulis réduit les forces d'accélération latérale, ce qui améliore le confort des passagers dans les virages.

C'est pourtant là que le bât blesse d'après les CFF. "Cette technologie entraîne des pertes de confort qui ne sont plus compatibles avec les exigences de la clientèle", a déclaré Vincent Ducrot.

Un manque de fiabilité

L'autre argument soulevé vendredi pour justifier le renoncement à cette technique de franchissement rapide des courbes résidait dans la fiabilité de cette dernière. Mis en service il y a environ quatre ans, les trains à deux étages TGL avaient connu des débuts mouvementés avec plusieurs pannes techniques et retards massifs.

A l'époque, les CFF avait parlé d'un "accouchement au forceps" et avaient critiqué en partie le fabricant Alstom-Bombardier. Un retour des trains n'est pas envisageable, a déclaré M. Ducrot. Il n'y a pas d'alternative dans le parc des CFF. Entre-temps, 60 des 62 rames duplex commandées ont été livrées, a-t-il été précisé. Les deux dernières suivront en juillet et en août.

Petite lueur d'espoir cependant, la sensibilité de la technologie aux pannes a été améliorée par le passé et continuera de l'être, a déclaré le directeur des CFF. Elle se situe aujourd'hui à 15'000 kilomètres avant qu'une nouvelle panne ne survienne. Il y a deux ans, la valeur était de 2500 kilomètres. Les trains duplex parcourent 45'000 kilomètres par jour.

Pas de pertes sèches

Lors des premiers tests menés il y a environ 10 ans , les Chemins de fer fédéraux avaient estimé que le franchissement rapide des courbes était la meilleure solution pour l'avenir. Comment dès lors expliquer cette volte-face ? "En dix ans , il y a eu beaucoup de changements, nous n'avions pas les mêmes conditions de tests", explique M.Ducrot.

Les CFF ont néanmoins investi 32 millions pour l'infrastructure ferroviaire. "Cet argent n'est pas perdu au sens de perte sèche. Certes, l'amortissement ne sera pas extraordinaire, mais nous avons refait une infrastructure plus résistante et qui durera plus longtemps", détaille Vincent Ducrot.

Selon Linus Looser, responsable de la production du trafic voyageurs, les CFF ont également adapté leur stratégie en matière de flotte : lorsque le duplex TGL aura atteint sa fin de vie au milieu des années 2040, il sera remplacé par du matériel roulant standardisé. Les CFF veulent renoncer à l'avenir à des fabrications propres. Pour ce faire, la flotte de matériel roulant, qui compte aujourd'hui une vingtaine de types différents, sera réduite à six ou sept.

La Suisse occidentale décrochée

Ce renoncement a également une conséquence sur les objectifs de réduction de temps de trajet des CFF. Le gain de cinq minutes sur la ligne Lausanne-Berne et de deux minutes sur celle entre Winterthour (ZH) et Saint-Margrethen (SG) à partir de 2036 ne seront pas atteints. Les CFF veulent néanmoins poursuivre en ce sens et ont demandé une adaptation du concept d'offre 2035 auprès de l'Office fédéral des transports.

Cette décision des CFF a également fait réagir la Conférence des transports de Suisse occidentale (CTSO). Cette dernière estime que l'abandon par les CFF de la technologie de compensation de roulis "renforce le décrochage de la Suisse occidentale" du reste du pays. La CTSO estime désormais que la Confédération doit débloquer les moyens nécessaires pour une infrastructure performante sur l'axe Berne-Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Suisse

L'ESA nomme officiellement Marco Sieber au poste d'astronaute

Publié

le

Marco Sieber, 35 ans, a été sélectionné parmi 22'500 candidats pour le stage de formation d'astronaute. (© KEYSTONE/DPA/ROLF VENNENBERND)

La Suisse a de nouveau un astronaute à part entière. Le Bernois Marco Sieber a été officiellement admis dans le corps des astronautes de l'Agence spatiale européenne (ESA) lundi, au terme de sa formation de base à Cologne, en Allemagne.

"C'est un moment historique pour l'Europe spatiale", a déclaré le directeur général de l'ESA Josef Aschbacher Sieber lors de la cérémonie de certification des nouveaux astronautes. Marco Sieber n'est que le deuxième astronaute que la Suisse ait jamais eu après Claude Nicollier.

Le Bernois, âgé de 35 ans, a reçu son diplôme à l'issue d'une formation de base d'un an au Centre des astronautes de l'ESA à Cologne. Originaire de Kirchberg (BE), il a été sélectionné parmi 22'500 candidats pour le stage de formation d'astronaute.

Entre 2026 et 2030, les nouveaux astronautes européens partiront en mission vers la Station spatiale internationale (ISS) pour y mener des expériences scientifiques, a-t-on appris lors de la cérémonie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le chanteur Kendji Girac grièvement blessé par balle

Publié

le

Kendji Girac a été grièvement blessé par balles. Son pronostic vital était momentanément engagé. (archives) (© KEYSTONE/EPA/SEBASTIEN NOGIER)

Le chanteur Kendji Girac a été très grièvement blessé par balle lundi dans les Landes et hospitalisé à Bordeaux où son pronostic vital n'est plus engagé après l'avoir été un temps, a-t-on appris de source proche du dossier.

Vers 5h30 lundi, les gendarmes ont été appelés sur l'aire des gens du voyage de Biscarrosse (Landes) pour un homme grièvement blessé par balle au thorax.

La victime, Kendji Girac, qui était alors entre la vie et la mort, a été immédiatement transportée dans un hôpital de Bordeaux. En début de matinée, son pronostic vital n'était plus engagé, a-t-on ajouté de même source, sans donner de précisions sur les circonstances de ces faits.

A ce stade de l'enquête, aucune piste n'est écartée, a-t-on précisé de source proche des investigations.

Originaire de Périgueux en Dordogne, Kendji Maillé, de son vrai nom, est né dans une famille d'origine gitane catalane il y a 27 ans.

Il a été rendu célèbre "un peu par accident", selon ses termes, lorsqu'en août 2013 son oncle a publié une vidéo dans laquelle il reprend à la guitare le tube de Gims, "Bella".

Il a ensuite remporté l'émission The Voice et vendu des millions de disques, porté notamment par ses hits "Color Gitano" ou "Andalouse", vus des centaines de millions de fois sur YouTube.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Santé

Sandoz obtient un feu vert européen pour un biosimilaire de Samsung

Publié

le

Le Pyzchiva est destiné à combattre des inflammations chroniques dans les domaines de la gastroentérologie, de la dermatologie ou de la rhumatologie. (archive) (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le géant des médicaments des substitution Sandoz a obtenu de la Commission européenne un feu vert à la commercialisation du Pyzchiva, un biosimilaire de l'ustékinumab développé par et enregistré au nom de son homologue Samsung Bioepis.

Le traitement est destiné à combattre des inflammations chroniques dans les domaines de la gastroentérologie, de la dermatologie ou de la rhumatologie, indique un communiqué diffusé lundi.

L'accord de développement et de distribution avec Samsung Bioepis conclu en septembre dernier couvre les marchés étasunien, canadien, européen, suisse et britannique. Le groupe sud-coréen demeure responsable du développement, de l'enregistrement, des brevets, de la production et de l'approvisionnement.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

La BNS renforce les exigences en matière de réserves minimales

Publié

le

La BNS fait passer l'obligation en matière de réserves minimales de 2,5% à 4% des engagements déterminants. (archive) (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La Banque nationale suisse (BNS) a annoncé lundi renforcer l'exigence en matière de réserves minimales pour les banques résidentes. Elle adapte l'ordonnance de la Banque nationale (OBN) avec effet au 1er juillet.

L'institut d'émission fait passer l'obligation en matière de réserves minimales de 2,5% à 4% des engagements déterminants, a-t-il indiqué dans un communiqué. En plus des autres engagements déterminants, l'intégralité des engagements de dépôts clientèle entreront dans le calcul des réserves minimales, et non plus 20% comme jusqu'à présent.

"Ces adaptations réduisent les charges d'intérêts de la Banque nationale, étant donné que les avoirs à vues détenus par les banques (pour satisfaire cette exigence) ne sont pas rémunérés", précise la publication. La banque centrale helvétique s'assure ainsi la mise en oeuvre de sa politique monétaire dont le cap actuel "n'est pas modifié".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Genève

Une majorité du dividende de SGS versé en actions

Publié

le

Le géant de l'inspection et de la certification SGS versera 64,9% du dividende pour l'exercice 2023 sous forme de nouvelles actions. Quelque 35,1% sera payé en numéraire (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le géant de l'inspection et de la certification SGS a annoncé lundi que 64,9% du dividende pour l'exercice 2023 sera versé sous forme de nouvelles actions. Quelque 35,1% sera payé en numéraire.

Le groupe genevois émettra 4,96 millions de nouveaux titres destinés à ce dividende scriptural à un prix de référence de 82 francs par nominative, a-t-il précisé dans un communiqué. Un montant total de 207,3 millions de francs sera versé pour la partie en liquide.

Fin mars, les actionnaires de SGS réunis en assemblée générale avaient notamment accepté de recevoir leur dividende soit en numéraire, soit sous forme d'actions. Les actions choisies comme dividende seront attribuées avec un escompte de 6% par rapport au prix de marché.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture