Rejoignez-nous

Actualité

Le phénomène Magic Leap à Lausanne

Publié

,

le

L'Ecographie de François Schaller.

On parle beaucoup de Magic Leap en Suisse depuis hier. La société américaine veut s’implanter sur le site de l’Ecole polytechnique de Lausanne. Après Zurich. Et ce n’est pas une entreprise banale de technologies. C’est même une curiosité qui attire un maximum d’attention.

Oui, dans sa catégorie du moins. C’est une entreprise créée au début de la décennie par un dénommé Rony Abovitz. Pas du côté de San Francisco d’ailleurs, mais en Floride figurez-vous. Magic Leap est aujourd’hui au centre des développements les plus avancés dans ce qu’on appelle la réalité augmentée. C’est-à-dire la superposition d’images de synthèse sur ce que l’on voit réellement.     

Allez : supposons que vous vous trouviez en ce moment à Yvoire ou sur la plage de Prangins. Vous avez envie de voir le Bol d’or Mirabaud qui a eu lieu en juin. Vous mettez vos lunettes. Vous activez l’application sur votre smartphone et vous y êtes. Le lac est réel, les bateaux sont virtuels et vous pouvez tourner la tête. Oui, comme si vous y étiez.

Ca, c’est du simple divertissement. Mais les domaines de la vie et de l’économie qui pourraient être bouleversés par la réalité augmentée sont apparemment très nombreux. Et les lunettes ne sont qu’une étape. L’objectif ultime, c’est de s’en passer grâce à des implants oculaires. Oui je sais, ça fait peur. Mais tant de réalisations devenues banales en chirurgie ont aussi commencé par faire peur !

On ne sait pas encore très bien par quel bout la réalité augmentée va tout changer. Mais les géants du numérique y travaillent assidument. Magic Leap, ça veut dire «bon en avant». C’est un style terriblement américain.

Rony Abovitz, un gaillard à lunettes justement, un peu lipu, au carisme incertain… qui n’a pas réussi à convaincre Beyoncé lors d’une démo. Elle se serait ennuyée. Mais Lebovitz inspire confiance, envers et contre tout.

Contrairement à ses grands rivaux, Magic Leap est un pure player. Et dans le genre supérieurement ambitieux. Limite mégalo. Son seul et unique objectif est de s’imposer en leader de la réalité augmentée quand la réalité augmentée explosera commercialement. Pourquoi pas un futur GAFA à lui tout seul ?   

Sur le site de l’EPF de Lausanne, les start-up triomphent lorsqu’elles ont réussi la lever quelques dizaines de millions de francs. Magic Leap n’a encore rien commercialisé de significatif. Mais a déjà levé deux milliards de dollars. Le rival Google figure parmi les investisseurs, on ne sait jamais. Les Chinois d’Alibaba également. L’entreprise a même été valorisée à 6 milliards par l’agence Bloomberg. En fait, Magic Leap est un peu devenu le symbole grinçant d’une nouvelle bulle technologique dont on craint qu’elle éclate comme en 2001.  

Ce n’est évidemment pas ce que l’on souhaite à Lausanne. Alors ne soyons pas trop suspicieux… A ce stade, il s’agit surtout d’une reconnaissance. Et à l’échelle du monde. De ce que l’EPFL développe depuis des années dans la science cruciale des signaux optiques. La photonique.       

François SchallerEcographie

Politique

Loup abattu dans la région de Boltigen (BE)

Publié

le

Le loup a été abattu par des gardes-faune alors qu'il était en train de commettre une nouvelle attaque (photo symbolique). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Un loup a été abattu dans la nuit de dimanche à lundi dans la région de Boltigen, dans le Simmental (BE). Le canton de Berne avait ordonné le 10 juillet le tir d'un loup dans cette zone, car l'animal avait causé des dommages.

"Le loup a été abattu par des gardes-faune bernois alors qu’il commettait une nouvelle attaque", a indiqué lundi le canton de Berne. En raison de l'abattage du prédateur, l’autorisation de tir du 10 juillet est révoquée.

L’animal a été transporté à l’Institut pour la santé des poissons et des animaux sauvages de l’Université de Berne pour des examens complémentaires.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

De nouveaux bains au voisinage du Jet d'eau de Genève

Publié

le

L'entrée aux nouveaux bains du Jet d'eau coûtera la modique somme de 2 francs. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Il est désormais possible de nager en toute sécurité dans les eaux du lac Léman en faisant face au Jet d'eau de Genève. C'est au pied du symbole du canton que les autorités ont inauguré lundi de nouveaux bains clôturés, agrémentés d'une buvette pour se détendre.

Deux bassins sont à la disposition du public. Le premier, sans fond, mesure 10 mètres de largeur et 27 mètres de longueur. Son frère jumeau en dimensions est doté, lui, d'un fond d'une profondeur de 1 mètre 40 environ. Un plancher en bois entoure les bassins et on peut y étendre sa serviette de bain pour prendre le soleil.

Le projet est saisonnier. La structure sera démontée en septembre. Les bains du Jet d'eau seront ouverts jusqu'au 30 septembre, 7 jours sur 7, de 07h00 à 21h00, pour la modique somme de 2 francs dès 16 ans et de 1 franc pour les enfants de 6 à 16 ans. L'entrée est gratuite pour les tout petits.

Le projet a coûté 2,16 millions de francs. Il faut compter également entre 300'000 et 400'000 francs par année pour les frais de fonctionnement, a expliqué devant les médias la conseillère administrative de la Ville de Genève Marie Barbey-Chappuis, responsable du département de la sécurité et des sports.

La sécurisation des lieux a été un aspect important, a relevé, de son côté, la conseillère d'Etat Carole-Anne Kast. La nage en eau vive peut en effet s'avérer dangereuse. Dans le cas des bains du Jet d'eau, outre la barrière entourant les bassins du reste du lac, des maîtres-nageurs veilleront au grain.

Ce nouveau point d'accès au lac fera office de test, a indiqué Mme Kast. Il pourrait être un avant-goût de la façon dont le secteur autour du Jet d'eau est appelé à évoluer dans les années qui viennent.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Euro 2024

Allemagne: retraite internationale pour Thomas Müller

Publié

le

Thomas Müller: fin d'une longue carrière avec l'Allemagne (© KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK)

L'international allemand Thomas Müller, vainqueur de la Coupe du Monde 2014, prend sa retraite internationale. Il l'a annoncé dix jours après la défaite de son pays en quart de finale de l'Euro.

"Après 131 matches internationaux et 45 buts, je dis aujourd'hui au revoir à l'aigle (emblème de l'équipe d'Allemagne ndlr)", a-t-il annoncé sur ses réseaux sociaux. Dans cette vidéo, mise en scène sur un terrain de football de la petite ville bavaroise de Pähl où "tout a commencé" pour le joueur de 34 ans, Thomas Müller a tenu à "remercier" ses supporters.

"Nous avons fait la fête ensemble et avons parfois écrasé une larme ensemble, je voudrais dire merci à tous les fans", a-t-il déclaré, au lendemain de la victoire de l'Espagne face à l'Angleterre (2-1) en finale de l'Euro 2024, organisé en Allemagne. "J'ai toujours été très fier de jouer pour mon pays", a-t-il ajouté.

Après la défaite de l'équipe allemande face à la Roja vendredi 5 juillet en quart de finale, Thomas Müller avait déjà déclaré qu'il s'agissait "très probablement" de son dernier match au sein de l'équipe nationale. L'attaquant continuera en revanche à jouer pour son club du Bayern Munich, où il a prolongé en décembre dernier jusqu'à l'été 2025.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Deux arrestations après le brigandage de Lutry (VD)

Publié

le

L'agresseur avait menacé l'employée de la bijouterie avec une arme de poing (Image prétexte). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L'auteur du brigandage d'une bijouterie à Lutry (VD) vers la mi-juin a été interpellé à Marseille (F). Un complice a également été arrêté à Lausanne, puis placé en détention.

Le 12 juin dernier, vers 17h00, l'agresseur avait menacé l'employée de la bijouterie au moyen d'une arme de poing. Il avait emporté plusieurs bijoux avant de partir en courant en direction de la plage. Dans sa fuite, il avait menacé des passants avec son arme.

Pour le retrouver, la police avait lancé un appel à témoins, diffusant une photo de caméra de surveillance. L'enquête a permis d'identifier et de localiser l'auteur en France. Grâce à une demande d'entraide, l'auteur présumé a été interpellé par la Brigade de répression du banditisme, annonce lundi la police vaudoise. Il s'agit d'un ressortissant français âgé de 34 ans.

Des inspecteurs vaudois se sont rendus à Marseille pour participer à l'audition du prévenu et à différents actes d'enquête. L'homme a reconnu son implication et a été placé en détention.

Les investigations ont également permis d'interpeller à Lausanne un complice. Ce dernier, également un Français de 34 ans, a été auditionné par les enquêteurs et placé en détention. L'enquête se poursuit sous la direction du Ministère public.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Le brassage hivernal des eaux du Léman mieux compris

Publié

le

Le brassage vertical profond des eaux du Léman ne se produit que lors d'hivers exceptionnellement froids (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Le mélange vertical n'est pas le seul moteur du renouvellement hivernal des eaux profondes du lac Léman. De forts courants provenant du bassin du Petit Lac et du littoral du Grand Lac peuvent aussi provoquer un brassage complet, selon une étude de l'EPFL.

Le brassage hivernal des eaux est essentiel au maintien des écosystèmes du Léman, a indiqué l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) lundi dans un communiqué. Lors d'hivers exceptionnellement froids, un mélange vertical de grande ampleur - appelé brassage complet - se produit, caractérisé par une température uniforme de la surface jusqu'au fond.

Ce processus était traditionnellement considéré comme le seul moyen d'assurer le renouvellement des eaux profondes. Mais selon les auteurs de cette étude publiée dans la revue Water Resources Research, de forts courants générés par la structure en deux bassins, le Grand Lac à l'est et le Petit Lac à l'ouest, peuvent également provoquer un renouvellement des couches les plus profondes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture