Rejoignez-nous

Actualité

Le Grand Genève uni pour la qualité de l’air

Publié

,

le

Ce jeudi, les acteurs du Grand Genève se sont réunis pour marquer une nouvelle avancée dans la coopération transfrontalière. Les autorités présentes ont signé une convention de collaboration franco-suisse autour de la surveillance de la qualité de l’air. Désormais, elle sera calculée de la même manière des deux côtés de la frontière. Cette signature coïncide avec la sortie d’Air2G², une application pour smartphone gratuite qui permet de consulter quotidiennement la qualité de l’air dans le Grand Genève.

Jeudi, a été signé la convention de collaboration franco-suisse pour la surveillance de la qualité de l’air. Le but: calculer la qualité de l’air dans le Grand Genève de la même manière des deux côtés de la frontière. Les différentes signatures permettent ainsi de garantir un engagement sans faille à long terme sur le sujet de la part des différents acteurs. En cas de pic de pollution, une réponse coordonnée sera donnée des deux côtés de la frontière. Cette convention représente plusieurs années de collaboration entre la République et canton de Genève, le canton de Vaud, le Groupement local de coopération transfrontalière du Grand Genève et l’observatoire de surveillance de la qualité de l’air d’Auvergne-Rhône-Alpes (Atmo Auvergne-Rhône-Alpes).

Une application transfrontalière

Fruit de 7 ans de collaboration et de discussions, l’application Air2G² marque une nouvelle avancée en matière de coopération transfrontalière. Totalement gratuite, elle permet à toute personne qui l’a téléchargée de consulter quotidiennement un bulletin sur la qualité de l’air à l’échelle du Grand Genève. Elle possède différentes fonctionnalités parmi lesquelles la sensibilisation aux bons gestes en cas de pic de pollution. Par notifications, elle informe les utilisateurs des épisodes de pollution ainsi que des différentes mesures à appliquer, telles que la réduction de limites de vitesse, l’éventuelle gratuité des transports publics sur certains secteurs ou encore de la mise en place de la circulation différenciée avec les vignettes anti-pollution (actives à partir du 15 janvier 2020).

A lire aussi: En cas de pics de pollution, Genève va interdire les véhicules polluants

L’application géolocalise l’utilisateur et le renseigne sur la qualité de l’air à l’endroit précis ou il se trouve et lui permet de produire des données détaillées explicatives. Les indices de pollution sont calculés précisément, grâce à un découpage du territoire en fines mailles. Plus d’un milliard de données seront ainsi fournies chaque jour. Les utilisateurs de l’application seront informés des épisodes de pollution par le biais de notifications. Les explications d’Antonio Hodgers, Président du Conseil d’Etat et de la République et canton de Genève.

Antonio Hodgers, Président du Conseil d'Etat et de la République et canton de Genève

Si le but est d’harmoniser les informations et les actions des deux côtés de la frontière, les deux pays ne possèdent pourtant pas les mêmes référentiels pour calculer la qualité de l’air. En d’autres termes, les données diffèrent selon les pays en fonction de leurs indices. La Suisse utilise l’indice IPAIR tandis que son voisin utilise l’indice ATMO. La différence? L’échelle de couleur et et la valeur de l’indice. La Suisse utilise un indice allant de 1 à 10 alors que la France utilise, elle, un indice allant de 1 à 100. Ainsi, quand par exemple l’indice est de 1 et considéré comme faible du côté Helvète, du côté Français l’indice est de 54 et jugé comme moyen. Les utilisateurs auront ainsi la possibilité de consulter l’indice de leur choix suivant leur préférence.

 

Actualité

Confignon face aux défis des projets d’aménagement du territoire

Publié

le

Le projet des Cherpines prévoit 4000 logements, 2500 emplois et des équipements. (Image: Archigraphie)

Confignon doit se préparer à voir sa population tripler d’ici à 2035 et ainsi faire face à des défis financiers et d’organisation. La Cour des comptes a émis des recommandations.

La commune de Confignon est-elle prête à faire face aux défis que posent les grands projets d’aménagement du territoire prévus pour les années à venir ? D’ici à 2035, le nombre d’habitants va en effet tripler, passant de 4’600 à 12’000. En cause : le grand projet des Cherpines qui prévoit 4000 logements environ et 2500 emplois, ainsi que celui de Bernex, qui comprend 1’600 logements et le même nombre d’emplois.

Pour une petite commune comme Confignon, le changement est d’envergure. Des citoyens se sont d’ailleurs inquiétés de la situation financière et en ont fait part à la Cour des comptes. Celle-ci a présenté son audit ce vendredi. Sophie Forster Carbonnier, magistrate à la Cour des comptes.

Sophie Forster Carbonnier Magristrate à la Cour des comptes

Au-delà des défis financiers, la Cour des comptes, dans ses recommandations, insiste surtout sur l’organisation et la gestion de ces nouveaux quartiers. Sophie Forster Carbonnier.

Sophie Forster Carbonnier Magristrate à la Cour des comptes

La Cour des comptes a saisi l’ACG, l’Association des communes genevoises, pour aider ces communes à mutualiser leurs investissements. Elle a par ailleurs posé de nombreux constats positifs également. La gestion des projets est bien gérée et l’administration a été organisée en fonction.

Continuer la lecture

Actualité

Agresseurs de St-Jean: peine confirmée

Publié

le

Les agresseurs de Saint-Jean n'ont pas obtenu de réduction de peine, la Cour d'appel estimant qu'ils se sont bien rendus coupables de tentatives d'assassinat (archives). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Chambre pénale d’appel et de révision a confirmé vendredi les peines de 15 ans et 12 ans de prison infligées en première instance aux deux jeunes hommes qui avaient participé à une agression sauvage dans le quartier de Saint-Jean, à Genève, en 2017.

Les deux prévenus, âgés de 21 ans, venaient d’atteindre leur majorité au moment des faits. En pleine nuit, dans la rue, accompagnés de trois de leurs copains mineurs à l’époque, ils avaient frappé sans raison, au hasard, deux hommes. Ces derniers souffrent aujourd’hui de lourdes séquelles et sont handicapés à vie.

La Cour d’appel a retenu à l’encontre des accusés la tentative d’assassinat, comme le tribunal criminel l’avait fait en mars dernier. L’un des prévenus, considéré comme le meneur de la bande, avait frappé l’une des victimes avec une batte de baseball. Un coup au moins a été donné à la tête, ont estimé les juges.

Son complice, lui, a asséné des coups de pied au visage d’une des victimes, alors que celle-ci se trouvait à terre. Les deux malheureux avaient été laissés pour morts par leurs agresseurs, dans la rue, une froide nuit de janvier. La faute des deux prévenus est extrêmement lourde, a fait savoir la Chambre pénale d’appel.

Pas de mobile

Les accusés s’en sont pris à l’intégrité physique et à la vie de personnes « de manière totalement gratuite », a souligné la Cour. Seule l’intervention de la police a fait cesser l’agression, la bande de jeunes ayant entendu les sirènes des voitures de patrouille qui convergeaient vers le lieu du drame.

Les deux accusés ont tenté de convaincre la Chambre pénale d’appel qu’ils n’avaient aucune intention homicide au moment des faits. Les juges ont rejeté cette version, estimant que frapper à la tête avec une batte de baseball et donner des coups de pied au visage d’une personne constituaient bien une tentative d’assassinat.

Le meneur écope ainsi de quinze ans de prison. Son complice, de son côté, a été condamné à douze ans de prison, puis à l’expulsion de Suisse pour cinq ans une fois sa peine accomplie. La Cour a estimé que le jeune homme, de nationalité brésilienne, n’est pas assez intégré à Genève pour pouvoir rester dans le pays.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Le vendredi 13 expliqué par l’astrologue de Radio Lac

Publié

le

Considéré par certains comme un jour maudit, pour d’autres comme un jour porte bonheur, le vendredi 13 est sujet aux superstitions. Radio Lac a interrogé son astrologue Christiane Dubois sur les origines du vendredi 13 et les croyances autour de cette date.

Avant d’être une série de films d’horreur qui met en scène le célèbre Jason et son masque de hockey, le vendredi 13 est une date considérée comme maudite ou bénie selon les croyances ou les régions du monde. Une date qui ne laisse pas les superstitieux indifférents et qui tirerait son origine du dernier repas du Christ. Christiane Dubois, astrologue pour Radio Lac détaille les origines du vendredi 13 et la signification de ce chiffre dans le tarot.

Christiane Dubois Astrologue de Radio Lac

Au-delà du chiffre 13, le vendredi semble être un jour historiquement noir dans la religion chrétienne. Selon la Bible, c’est un vendredi qu’Adam et Ève auraient succombé à la tentation du Diable. Le déluge sur Terre et l’arche de Noé se seraient, eux aussi, produits un vendredi. C’est également un vendredi 13, en octobre 1307, que certains membres de l’Ordre des Templiers ont été arrêtés puis condamnés et qui entraînera la fin de l’Ordre. D’autres événements tragiques se sont déroulés un vendredi 13 : l’ouragan Charley, qui avait dévasté la Floride en août 2004, le naufrage du paquebot de croisière Costia Concordia en Italie en janvier 2012, ou encore les attentats de novembre 2015 à Paris.

Une croyance qui n’est pas qu’occidentale

Inspirée de la Cène et donc d’ascendance chrétienne, cette superstition aurait pu se limiter à l’Occident. Pourtant, il n’en est rien. En Orient, le chiffre 13 aurait également une aura mystique. Les explications de Christiane Dubois, astrologue pour Radio Lac.

Christiane Dubois Astrologue de Radio Lac

Dans nos sociétés occidentales, le chiffre 13 se fait discret. Certains buildings par exemple ne possèdent pas d’étage associés à ce numéro. De l’autre côté du globe par contre, en Chine, c’est le chiffre 4 qui est vu d’un œil méfiant. En effet, la prononciation du 4 en chinois est proche du mot « mort », et serait donc absent de certains immeubles. A l’opposé, le 13 est associé à la prospérité.

Continuer la lecture

Actualité

Vaud: nouvelles antennes 5G suspendues

Publié

le

Le canton de Vaud n'autorise pas la construction de nouvelles antennes 5G, tant que des méthodes de mesure certifiées ne permettent pas de contrôler le respect des valeurs limites de ces installations (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

A la suite du rapport du DETEC sur la 5G en Suisse, le Conseil d’Etat vaudois précise sa pratique. S’il accepte des modifications mineures d’antennes sans augmentation de puissance, il n’autorise pas pour l’heure la construction de nouvelles antennes 5G sur son sol.

Cette mesure reste en vigueur tant que Berne ne met pas à la disposition des cantons certains outils. Ceux-ci doivent notamment permettre de vérifier que ces installations respectent les valeurs-limites en matière de rayonnement, écrit le canton vendredi dans un communiqué.

Principe de précaution

Selon le rapport du groupe de travail mandaté par le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de l’environnement (DETEC) publié le 28 novembre, tout allégement des valeurs-limites des installations entraîne une augmentation de l’exposition de la population au rayonnement non ionisant.

Or, pour le Conseil d’Etat, le principe de précaution prévaut: seuls le maintien des valeurs autorisées actuellement et leur contrôle par des mesures permettent de garantir la protection de la population.

D’où sa décision d’attendre le complément de l’Office fédéral de l’environnement. Tout comme l’actualisation des méthodes de mesures de l’Institut fédéral de métrologie pour statuer sur les projets d’antennes nouvelles ou notablement modifiées.

Lieux à usage sensible

L’Etat autorisera cependant les modifications mineures d’antennes existantes, dits cas bagatelles. Ces travaux sont autorisés dans la mesure où ils n’entraînent pas d’augmentation de l’exposition au rayonnement dans les lieux à usage sensible (logements, places de travail, écoles, crèches).

Ces dossiers ne requièrent pas de permis de construire. Dans le canton, la loi laisse la possibilité aux Municipalités d’évaluer si un dossier doit faire l’objet d’une enquête publique et être soumis à autorisation, a précisé la conseillère d’Etat Béatrice Métraux, en charge du Département du territoire et de l’environnement.

Méthodes certifiées

En revanche, aucune nouvelle antenne 5G ne sera autorisée tant que des méthodes de mesure certifiées par l’Institut fédéral de métrologie ne permettront pas de contrôler le respect des valeurs limites de ces installations.

Le Conseil d’Etat restera attentif à l’évolution future de la téléphonie mobile, que ce soit d’un éventuel relèvement des valeurs-limites ou à toute extension des concessions par la Confédération, notamment sur les très hautes fréquences (ondes millimétriques).

Réponse à une résolution

Le Conseil d’Etat rejoint aujourd’hui la ligne adoptée par différents gouvernements cantonaux, notamment en Suisse romande. La position du gouvernement s’inscrit dans le cadre de sa réponse à la résolution du Vert Raphaël Mahaim. Adoptée par le Grand Conseil vaudois en avril dernier, elle demandait un “moratoire” sur le déploiement de la 5G.

Le gouvernement n’en avait alors pas décrété. Sa pratique avait consisté à retenir les dossiers relatifs aux antennes 5G dans l’attente des directives techniques de la Confédération.

Excellente nouvelle

Le gel des autorisations cantonales pour les nouvelles antennes 5G est « une excellente nouvelle », ont réagi les Verts vaudois dans un communiqué. Dans ce contexte de grande incertitude, le canton prend ses responsabilités, estiment-ils.

Les Verts encouragent les communes à mettre à l’enquête publique toute demande d’opérateurs qui viserait à modifier leurs antennes de téléphonie existantes afin d’y intégrer la technologie 5G tout en respectant les normes légales en vigueur. La population doit en effet pouvoir être consultée sur ces demandes.

Les écologistes interviendront systématiquement dans les conseils communaux et généraux pour que ces mises à l’enquête soient effectuées, avertissent-ils.

Source: ATS

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève: brouillard dense en début de semaine prochaine

Publié

le

Source : Keystone ATS

Au programme aujourd’hui: de la pluie mêlée à de la neige. Le ciel sera couvert malgré quelques éclaircies passagères. Les températures atteindront les 6°.

Demain: pluie continue et 10° pour les maximales.

Dimanche: une alternance de pluie en matinée, de nuages denses en cours d’après-midi et d’éclaircies en fin de journée. 12° sont attendus au maximum. 

Lundi: début de semaine couvert par le brouillard. Les températures atteindront les 10°.

Mardi: du brouillard, du stratus et 9°.

Mercredi: nuageux avec 8° pour la mi-journée. 

Neige et vents forts prévus en Suisse

L’hiver s’est déjà bien installé et sera accompagné dans les prochains jours de fortes rafales et d’importantes chutes de neige. Les vents vont souffler à près de 90 km/h en plaine et 130 km/h en montagne.  Entre 30 et 60 cm de neige sont attendus au dessus de 800 m. Par exemple à Leysin, 40 cm de neige sont tombés dans la station. 

 

Continuer la lecture