Rejoignez-nous

Actualité

Les règles pour les exportations d'armes devraient être durcies

Publié

,

le

Les sénateurs plaident pour un durcissement des critères d'exportations de matériel de guerre (image symbolique). (© KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ)

Les critères pour exporter du matériel de guerre devraient être durcis. S'il ne veut pas de l'initiative dite correctrice, le Conseil des Etats a toutefois soutenu jeudi, par 30 voix contre 11, un contre-projet indirect.

L'initiative populaire "contre les exportations d’armes dans des pays en proie à la guerre civile" entend revenir sur des assouplissements décidés à partir de 2014. Elle veut interdire les exportations de matériel de guerre vers les pays impliqués dans un conflit armé. Les pays violant les droits humains ou qui pourraient agir comme intermédiaire ne pourraient pas non plus acquérir d'armes.

Les critères d'autorisation des exportations seraient inscrits dans la Constitution. Le Conseil fédéral et le Parlement ne pourraient donc plus les modifier. Toute adaptation devrait être soumise à l'approbation du peuple et des cantons.

Economie affaiblie

Une telle réglementation au niveau de la Constitution ne serait pas pertinente, a pointé Brigitte Häberli-Koller (Centre/TG) pour la commission. "La marge de man½uvre du Conseil fédéral et du Parlement en serait excessivement restreinte."

"Les entreprises d'armement et leur chaine d'approvisionnement, constituée principalement de PME, seraient affaiblies", a quant à lui mis en garde Thierry Burkart (PLR/AG). Il est important de maintenir le savoir-faire en Suisse pour éviter de faire courir de risque au pays et d'accroitre sa dépendance envers l'étranger.

"Le texte créerait des insécurités juridiques. Les termes utilisés sont flous", a également critiqué le ministre de l'économie Guy Parmelin. Et de donner en exemple la remise en question des livraisons de pièces de rechange. "La confiance de nos partenaires en serait affaiblie."

Assurer le dialogue démocratique

La gauche s'est retrouvée bien seule à soutenir l'initiative. "Le potentiel d'abus existe", a pointé Daniel Jositsch (PS/ZH). Du matériel de guerre suisse se retrouve régulièrement entre de mauvaises mains, comme le montrent plusieurs rapports.

"Le dialogue démocratique doit pouvoir avoir lieu sur la question", a complété Lisa Mazzone (Verts/GE). Le Conseil fédéral ne doit pas être le seul à décider en modifiant les ordonnances. Le Parlement et la population doivent pouvoir s'exprimer.

La sensibilité sur le sujet augmente au sein de la population, a souligné de son côté Carlo Sommargua (PS/GE). "Les citoyennes et les citoyens souhaitent de plus en plus une cohérence entre les intérêts économiques et les valeurs du pays, à savoir la défense des droits humains et la promotion de la paix."

Objectifs quasi remplis

Les sénateurs ont toutefois préféré le contre-projet indirect concocté par le gouvernement. "Il remplit presque intégralement les objectifs de l'initiative", a salué Brigitte Häberli-Koller.

Le texte prévoit de supprimer l’exception pour les pays qui violent gravement et systématiquement les droits humains. Les exportations dans les pays en proie à la guerre civile demeureront exclues.

Les critères d'autorisation seront en outre inscrits dans la loi et non plus dans une ordonnance. Le Parlement pourrait les adapter et le peuple aurait le dernier mot par le biais du référendum facultatif.

Dérogations en question

Le gouvernement pourrait s'écarter de ces critères d'autorisation lorsque des circonstances exceptionnelles le justifient. Cette mesure doit cependant être nécessaire à la sauvegarde des intérêts du pays en matière de politique extérieure ou de politique de sécurité.

La disposition a été particulièrement critiquée et finalement rejetée par 22 voix contre 20 et deux abstentions, contre l'avis de la commission. "La clause dérogatoire annule l'efficacité de la loi", a dénoncé Lisa Mazzone. Elle permet au Conseil fédéral de contourner les exigences. Et Daniel Jositsch de faire une comparaison avec un conducteur autorisé à dépasser la limite de 120 km/h sur une autoroute s'il le doit.

"La formulation est vague et ouverte", a relevé Andrea Gmür-Schönenbergger (Centre/LU). En cas d'urgence absolue, le Conseil fédéral pourrait toujours recourir au droit de nécessité, comme il l'a fait lors de la pandémie de coronavirus.

Réagir rapidement

Guy Parmelin a tenté de balayer ces critiques. "Les dérogations ne pourront être accordées que pour des cas très limités et bien définis. Elles sont primordiales pour permettre au Conseil fédéral de réagir rapidement lors de situations imprévisibles." Il est par ailleurs délicat de recourir au droit de nécessité.

Pour Werner Salzmann (UDC/BE), il faut faire confiance au Conseil fédéral. Le Bernois a encore souligné ne pas avoir besoin d'initiative ou de contre-projet. "La Suisse a déjà les règlementations d'exportation les plus strictes au monde."

Deux autres propositions, issues du camp rose-vert, ont en revanche été largement refusées. Les exportations ne seront interdites que s'il y a un risque que le matériel de guerre soit utilisé contre des civils dans le pays de destination. La livraison de pièces de rechange pour le matériel déjà autorisé sera elle possible.

Les deux textes passent au Conseil national.

Exportations record en 2020

Les exportations de matériel de guerre ont atteint des records en 2020, selon les données du Secrétariat d’Etat à l’économie. Elles ont augmenté de 24% par rapport à l'année précédente. Au total, les entreprises suisses ont exporté pour 901,2 millions de francs de matériel de guerre vers 62 pays.

L'Europe reste le plus grand acheteur d'armes suisses. Mais l'Arabie Saoudite et le Bahreïn, impliqués dans la guerre du Yémen, figurent également parmi les clients de Berne. Tout comme l'Indonésie et le Brésil, où les droits humains sont régulièrement remis en question.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Economie

Givaudan a dépassé ses niveaux d'avant-crise l'année dernière

Publié

le

Le fabricant d'arômes et de parfums s'est remis de la pandémie mais ses résultats sont inférieurs aux attentes du marché. (Archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le numéro un mondial des arômes et des parfums Givaudan a profité d'un rythme de croissance plus vigoureux au cours de la deuxième année de coronavirus. Les activités affectées par la pandémie, en particulier la parfumerie fine, se sont rétablies.

Le dividende est proposé à la hausse et les objectifs sont confirmés.

Le bénéfice net s'est établi à 821 millions de francs en 2021, en hausse de 10,5% sur un an, indique vendredi le groupe verniolan. Le conseil d'administration propose le versement d'un dividende relevé de 2 francs à 66 francs par action.

En termes de recettes, de rentabilité et profits, le groupe verniolan a dépassé les niveaux d'avant-crise de l'exercice 2019.

Dans son communiqué, Givaudan se félicite de la "bonne dynamique" maintenue, malgré les goulets d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement. La croissance des recettes est généralisée, dans toutes les catégories de prix et dans toutes les régions, assure le géant genevois.

Le chiffre d'affaires a gonflé de 5,7% à 6,68 milliards de francs, dont 3,09 milliards (+5,8%) pour la division Parfums et 3,59 milliards (+5,7%) pour Arômes. La croissance organique du groupe a atteint 7,1%, bien supérieure aux 4,0% de 2020. Les effets de change ont causé un impact négatif de 78 millions de francs.

Chiffres inférieurs aux attentes

Pour la division Fragrance & Beauty, l'activité Parfumerie fine, très affectée au début de la pandémie, a réalisé une croissance supérieure à 10%. Pour Arômes, une reprise "progressive" est constatée pour les affaires Foodservices, qui subissent encore l'impact de la crise.

Le résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) s'est étoffé de 6,1% à 1,48 milliard de francs. La marge Ebitda a grappillé 0,1 point de pourcentage à 22,2%.

Les chiffres annuels publiés par le groupe genevois s'inscrivent dans la fourchette inférieure des prévisions du consensus AWP. Seule la croissance organique a légèrement dépassé les attentes.

Le flux de trésorerie disponible s'est élevé à 843 millions de francs, contre 811 millions à l'exercice précédent. Cet indicateur, rapporté au chiffre d'affaires, s'est tassé de 0,2 point de pourcentage à 12,6%.

Pour le seul quatrième trimestre, les recettes ont pris 5,6% à 1,62 milliard de francs. La division Parfums a généré un chiffre d'affaires de 740 millions (+2,1%), contre 878 millions (+8,8%) pour Arômes.

La direction a confirmé les objectifs à moyen terme, à savoir une croissance organique entre 4 et 5% par an et un flux de trésorerie disponible rapporté au chiffre d'affaires de 12%.

Givaudan table sur une hausse des coûts des matières premières et a entrepris des négociations avec ses clients afin de répercuter ces augmentations sur les prix.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Accidents à cause de pluies verglaçantes dans le nord de la Suisse

Publié

le

Les premiers accidents de la soirée ont été annoncés dans le canton d'Argovie jeudi (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/DOROTHEA MUELLER)

Des accidents provoqués par des pluies verglaçantes et du verglas ont fait un blessé dans la nuit de jeudi à vendredi dans le nord de la Suisse. De la neige est tombée par endroits.

En Argovie, six accidents de la circulation à cause des chaussées glissantes ont été enregistrés, a indiqué la police cantonale argovienne à l'agence de presse Keystone-ATS. Une personne s'est blessée. L'état des routes était encore précaire tôt vendredi matin.

Six accidents de la route ont également été décomptés dans le canton de Soleure, selon une porte-parole de la police cantonale. Personne n'a été blessé. Bâle-Campagne fait également état de nombreux accidents et quelques perturbations.

Selon MétéoSuisse, le nord-ouest de la Suisse a été particulièrement touché par le phénomène. En cause: un faible front froid qui a traversé la Suisse. La pluie a gelé sur les surfaces encore très froides, a indiqué l'institut météorologique sur Twitter.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Lausanne prend l'eau à Zurich

Publié

le

Le défenseur zurichois Patrick Geering tente de freiner le Lausannois Ken Jäger. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Lausanne a pris une leçon d'efficacité au Hallenstadion (1-5) face aux Zurich Lions. Les Vaudois ont buté sur un gardien Ludovic Waeber impérial. Fribourg-Gottéron s'est imposé 4-1 face à Ajoie.

Pour Lausanne, les déplacements au Hallenstadion ne sont guère réjouissants. On se souvient du premier voyage perdu 0-1 et le vilain coup de Mark Barberio sur Garrett Roe, qui avait mis fin à la carrière helvétique du défenseur lausannois. Cette fois, les joueurs de John Fust ont pris une leçon de réalisme dès la première période. Quand Sven Andrighetto et Denis Malgin "tournent", cela fait mal à l'adversaire. Un Tobias Stephan un peu moins efficace que d'habitude et le LHC s'est retrouvé mené 3-0 après vingt minutes. De l'autre côté, Ludovic Waeber s'est montré intransigeant comme il l'a montré dans ses duels gagnés contre Damien Riat (10e) et Michael Frolik (32e). Stephan a laissé sa place à Luca Böltshauser après le 4-0. Tout de même le comportement désinvolte des Lausannois est étonnant après leur bonne série (5 victoires au cours des 6 derniers matches).

Un invraisemblable autogoal qui lobe le gardien Tim Wolf, un bon vieux slap de Julien Sprunger, les Fribourgeois se sont rapidement mis à l'abri face aux Jurassiens, volontaires mais inefficaces. Un démarrage de Bykov et le 16e but de la saison de Marchon ont mis fin aux derniers espoirs ajoulots, entretenus par le but du Canadien Devos. Les Fribourgeois ont assuré un troisième succès de rang tandis qu'Ajoie poursuit son chemin de croix avec une dix-septième défaite de suite.

Berne est parvenu à enchaîner un deuxième succès de suite. Les joueurs de la capitale ont épinglé Zoug (4-1) pour la première fois de la saison en quatre matches.

Un triplé pour Luca Hischier

Face à des Langnau Tigers diminués par les ravages du Covid-19, Bienne n'a pas laissé passer sa chance (7-3). Après trois revers sur le score de 2-3, les Seelandais se sont refait une petite santé. Luca Hischier a inscrit le premier triplé de sa carrière en National League. Avec douze revers de rang, les Emmentalois de l'entraîneur Yves Sarault se retrouvent dans une situation précaire.

Un doublé du Canadien Troy Josephs dont le premier but en infériorité numérique a permis à Lugano de battre 4-1 Ambri-Piotta et de fêter un cinquième succès en six matches face aux Léventins. La partie s'est terminée avec une bagarre quasi générale.

Après une série de quatre défaites, Davos s'est remis en selle avec un succès 3-0 sur la glace des Rapperswil-Jona Lakers. Simon Knak et le revenant de suspension Andres Ambühl ont marqué les deux premiers buts, qui ont placé les Grisons sur le chemin de la victoire.

Classement: 1. Fribourg-Gottéron 2,10/39/82 (129-92). 2. Zoug 2,00/40/80 (134-94). 3. Rapperswil-Jona Lakers 1,91/43/82 (139-107). 4. Zurich Lions 1,88/42/79 (141-107). 5. Bienne 1,83/41/75 (128-104). 6. Davos 1,66/41/68 (117-101). 7. Lausanne 1,51/39/59 (108-115). 8. Genève-Servette 1,49/41/61 (110-112). 9. Lugano 1,46/41/60 (121-120). 10. Berne 1,29/41/53 (114-117). 11. Ambri-Piotta 1,17/42/49 (103-117). 12. Langnau Tigers 0,76/42/32 (112-163). 13. Ajoie 0,45/40/18 (76-183).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Del Ponte blessée, Kambundji testée positive

Publié

le

Ajla Del Ponte est légèrement blessée. (© KEYSTONE/ULF SCHILLER)

Ajla Del Ponte et Mujinga Kambundji reportent toutes deux leur première apparition de la saison indoor. La Tessinoise est légèrement blessée, alors que la Bernoise a été testée positive au Covid-19.

Victime d’une petite déchirure au fessier, Ajla Del Ponte explique sur Twitter être gênée depuis une dizaine de jours à l’entraînement. La championne d’Europe 2021 du 60 m en salle, qui devait entamer sa saison ce week-end à Macolin, espère pouvoir s’aligner le 3 février à Ostrava.

Positive en début de semaine, Mujinga Kambundji doit, quant à elle, retarder de deux jours seulement son début de saison. La médaillée de bronze du 200 m des Mondiaux 2019 en plein air, qui était supposée courir vendredi soir à Karlsruhe, sera finalement en lice dimanche à Macolin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Région de Morges: nouveau dépôt pour les bus MBC

Publié

le

Selon des prévisions, la part modale des transports en commun dans le district de Morges pourrait tripler à l'horizon 2030. Pour les MBC, la compagnie régionale de trains et de bus, cela correspond à une augmentation du nombre de courses de 130% (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Conseil d'Etat vaudois demande au Grand Conseil d'accorder une garantie d'emprunt de 66,6 millions de francs pour construire un nouveau dépôt pour les Transports de la région Morges Bière Cossonay (MBC) à Denges. Remplaçant l'actuel dépôt à Tolochenaz, il servira au stationnement et à l'entretien des bus de toute la région morgienne.

Selon les prévisions, la part modale des transports en commun dans le district de Morges pourrait tripler à l'horizon 2030, explique jeudi le gouvernement dans ses décisions hebdomadaires. Pour les MBC, la compagnie régionale de trains et de bus, cela correspond à une augmentation du nombre de courses de 130%. Et à un quasi doublement du nombre de véhicules, dont une majorité de bus articulés, pour assurer le trafic urbain et régional.

C'est dans ce contexte de forte progression que les MBC veulent construire à Denges un nouveau dépôt pour l'entretien et le stationnement des bus de la région. Il viendra remplacer le dépôt de Tolochenaz, dont la capacité n'est plus suffisante et qui ne permet pas la maintenance des bus articulés, précise le Conseil d'Etat.

Budget total de 83 millions

La mise à l’enquête a été faite en automne 2020 et l'autorisation de construire a été délivrée à la fin 2021. Le budget du projet s'élève à près de 83 millions de francs. Le canton soutient cette démarche avec une garantie d'emprunt. En plus de celle-ci, les MBC bénéficieront d'une garantie d'emprunt fédérale, leur permettant d'accéder à des taux préférentiels sur le marché des emprunts.

Le nouveau projet prévoit la construction de deux bâtiments reliés en sous-sol, destinés à l'entretien et au stationnement d'une centaine de bus. Dans la perspective du développement d'une flotte de bus électriques, il sera possible d'équiper le site d'une infrastructure pour l'approvisionnement énergétique.

Des bureaux et locaux sont également prévus, tout comme le réaménagement de la route cantonale en bordure du site. L'actuel dépôt de Cossonay reste en activité, pour les bus qui sont mis en service dans la région du Pied-du-Jura. Quant au dépôt de Tolochenaz, il sera vendu, indique encore le canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture