Rejoignez-nous

Actualité

Le CHUV doit transférer des patients atteints par le Covid-19

Publié

,

le

La capacité d'accueil du CHUV de patients Covid-19 est presque atteinte (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Face à la hausse des hospitalisations dues au Covid-19, le CHUV a transféré des patients dans d'autres cantons, avertit la ministre vaudoise de la santé. L'objectif est de garder une "marge de man½uvre au niveau des lits de soins intensifs" pour les autres opérations.

Le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) "n'a plus les marges d'augmentation de lits en soins intensifs des précédentes phases de la pandémie", explique la conseillère d'Etat socialiste Rebecca Ruiz dans un entretien diffusé samedi par Le Temps.

Augmenter le nombre de lits disponibles dans les unités d'urgences signifie "puiser dans les équipes qui travaillent au bloc" opératoire pour prendre en charge les patients touchés par le Covid-19, ajoute-t-elle. C'est une décision "lourde de conséquences".

Elle implique, poursuit la ministre, de reporter des opérations planifiées, "alors même que notre canton n'a toujours pas rattrapé le retard pris lors des vagues précédentes". "Une telle mesure pourrait avoir [...] des conséquences dramatiques, dans des domaines comme l'oncologie par exemple".

"Alors que nous possédons aujourd'hui un vaccin, il ne serait pas acceptable de devoir de nouveau stopper ou réduire notre programme opératoire", poursuit la ministre, soulignant que sur treize patients infectés par le SARS-CoV-2 aux soins intensifs, un seul est vacciné.

Autres hôpitaux saturés

"C'est peu en chiffre absolu, mais cela représente déjà plus de 30% de notre capacité de 35 lits", remarque dans La Liberté et ses journaux partenaires Jean-Daniel Chiche, chef de service de médecine intensive adulte au CHUV. "La limite d'accueil des patients Covid est presque atteinte", précise-t-il.

Il pointe également la fatigue du personnel en raison des successions de vagues de coronavirus et un absentéisme élevé. "Revenir à une situation dégradée où il faut freiner l’activité opératoire et 'déconvoquer' les patients serait une vraie catastrophe".

La cellule de coordination romande pour mieux répartir la charge sur les différents hôpitaux gérée par le CHUV a été réactivée "il y a plus de trois semaines", note le responsable. "Nous accueillons au CHUV les patients qui ont besoin de notre plateau technique. Mais cela ne suffira peut-être pas", souligne-t-il, car les chiffres des hospitalisations sont en augmentation partout en Suisse en même temps.

Lors des précédentes vagues de l'épidémie, "nous étions montés de 35 à 76 lits" et des patients avaient été transférés vers des hôpitaux alémaniques, explique M. Chiche. "Nous n'avons plus ces soupapes, car les structures à Berne, Lucerne, Saint-Gall ou Zurich sont aussi pleines".

Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), "la situation des soins intensifs est préoccupante", déclare le directeur général de la santé du canton de Genève, Adrien Bron, cité samedi dans La Tribune de Genève. "Des reports d'opération devront à nouveau être envisagés". Selon le journal, 17 patients sont soignés du Covid-19 aux soins intensifs, alors que la structure dédiée à la maladie n'en compte que dix.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Genève

Accord entre une entreprise active à l'aéroport et les syndicats

Publié

le

Un accord confidentiel a été trouvé entre une entreprise de restauration qui exploite plusieurs points de vente à l'aéroport Genève et les syndicats Unia et SIT, qui avaient publiquement dénoncé, en octobre, le non-respect des conditions de travail (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Un accord confidentiel a été trouvé entre une entreprise de restauration qui exploite plusieurs points de vente à Genève Aéroport et les syndicats Unia et interprofessionnels des travailleurs (SIT). Les forfaits quotidiens indemnisant les déplacements augmenteront dès le 1er août.

Cet accord, conclu après plusieurs mois de "négociations constructives" sous l'égide de la Chambre des relations collectives de travail, met fin au conflit qui opposait les parties, ont annoncé mardi les syndicats et Canonica SA dans un bref communiqué commun. "L'accord prévoit qu'aucune communication supplémentaire ne sera faite", a précisé Pascal Pétroz, administrateur de la société.

Parmi les revendications figurait la prise en compte du temps de déplacement entre les vestiaires et le lieu de travail. Au vu de l'impasse dans laquelle se trouvaient les discussions, initiées au printemps 2023, les syndicats avaient publiquement dénoncé, en octobre, le fait que ces déplacements prennent plus de quinze minutes en raison de la distance importante et des contrôles de sécurité.

A l'époque, des employés avaient aussi symboliquement brandi des récipients contenant un liquide jaune ressemblant à de l'urine, affirmant devoir uriner dans des gobelets à l'arrière des points de vente faute de pouvoir prendre une pause. Cette action médiatique avait scandalisé l'entreprise.

L'accord trouvé entre les partenaires sociaux met un terme au conflit médiatique et juridique entre les parties, précise le communiqué. "Les syndicats ont admis que certaines mesures auxquelles ils ont recouru en 2023 pouvaient être disproportionnées et Canonica SA a accepté de retirer les procédures civiles et pénales engagées à l'encontre des syndicats et représentants du personnel."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Cap sur le Musée olympique à Lausanne pour vivre les JO de Paris

Publié

le

Durant les JO, le Musée olympique se met à l'heure de Paris 2024. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Musée olympique, à Lausanne, vivra dès vendredi à l'heure des JO de Paris 2024. Jusqu'au 11 août, il propose une série d'activités festives et sportives, incluant des ateliers, des démonstrations, des soirées musicales et la retransmission des moments forts de cette 33ème Olympiade d'été.

Vendredi, le musée investira les quais d'Ouchy pour la retransmission en direct de la cérémonie d'ouverture sur un écran géant installé près de la Fontaine olympique. Samedi et dimanche, les compétitions seront retransmises au même endroit.

En parallèle, le musée propose des animations de rugby, des démonstrations de VTT trial et des compétitions de skate pour les enfants dès 8 ans. Le 1er août, jour de Fête nationale, les amateurs de pétanque pourront participer à un tournoi dans le parc, encadré par des spécialistes. Une initiation est aussi proposée aux familles sur la terrasse du restaurant.

Escalade et tir à l'arc

Lors du deuxième week-end des JO, les 3 et 4 août, la grimpeuse suisse Sofya Yokoyama fera découvrir au public l'escalade sportive et défiera les plus téméraires, annonce le musée. Il sera aussi possible de tester sa précision au tir à l'arc et son équilibre grâce à une animation liée à la gymnastique.

Le dernier week-end, le parc olympique accueillera vendredi et samedi les Garden Parties lausannoise, qui proposent un mélange de concerts, spectacles, animations et balades. Au menu également des battles de breaking ouvertes à tous et du basketball acrobatique, puis la retransmission en direct de la cérémonie de clôture, le 11.

De Lausanne à Paris

Durant toute la période des JO, le duo de danseurs de la compagnie San.toor parcourra 520 km, symbolisant la distance entre Lausanne et Paris. Cette performance allie course, danse et dépassement de soi. Elle sera présentée dans le musée, où le public est invité à courir avec l'artiste sur un tapis de course.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Santé

Lindt & Sprüngli a accru ses ventes et sa rentabilité

Publié

le

De janvier à fin juin, les revenus du fabricant des boules Lindor,notamment, ont enregistré une croissance organique de 7% sur un an à 2,16 milliards de francs (archives). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Lindt & Sprüngli a poursuivi sa croissance au 1er semestre. Etoffant ses revenus à la faveur aussi de hausses de prix, le chocolatier zurichois a dégagé un bénéfice net de 218 millions de francs, supérieur aux 205 millions affichés à fin juin 2023.

De janvier à fin juin, les revenus ont enregistré une croissance organique de 7% sur un an à 2,16 milliards de francs, a indiqué mardi Lindt & Sprüngli. Exprimée en franc, la progression du chiffre d'affaires a atteint 3,5%.

La croissance reflète notamment des augmentations de prix à un chiffre en moyenne, la hausse devant compenser les prix plus élevés du cacao, ainsi qu'une solide croissance du volume/mix de +0,9%, a précisé l'entreprise établie à Kilchberg.

Le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (Ebit) s'est pour sa part étoffé de 292,3 millions de francs, contre 255 millions à fin juin 2023, la marge correspondante passant en parallèle de 12,2% à 13,5%.

La performance s'est révélée supérieure aux attentes des analystes, chiffre d'affaires excepté. Sondés par AWP, les experts avaient en moyenne anticipé un chiffre d'affaires de 2,16 milliards de francs, un Ebit de 253 millions et une marge correspondante de 11,7% ainsi qu'un bénéfice net de 180 millions.

Evoquant la suite de l'exercice, Lindt & Sprüngli se veut confiant dans sa capacité à atteindre ses objectifs pour l'année. Par rapport à l'année précédente, il s'attend à une augmentation organique du chiffre d'affaires de 6 à 8% et de la marge EBIT dans le haut de la fourchette de 20 à 40 points de base. Pour les années à venir, l'entreprise confirme sans changement ses objectifs à moyen et long terme d'une croissance du chiffre d'affaires de 6 à 8% avec une amélioration de la marge bénéficiaire opérationnelle de 20 à 40 points de base par an.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Recettes et bénéfice en repli pour Kühne+Nagel

Publié

le

Le chiffre d'affaires a baissé de 9% à 11,6 milliards de francs et le résultat d'exploitation (Ebit) s'est effondré de 32% à 778 millions (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les six premiers mois de l'année 2024 ne se sont pas révélés très positifs pour le logisticien schwytzois Kühne+Nagel,. Alors que ses recettes se sont contractées, son bénéfice a chuté.

Le chiffre d'affaires a baissé de 9% à 11,6 milliards de francs au premier semestre 2024, indique mardi Kühne+Nagel dans un communiqué.

Le résultat d'exploitation (Ebit) s'est lui aussi effondré de 32% à 778 millions. Il reste toutefois nettement supérieur aux prévisions des analystes consultés par l'agence AWP. Le bénéfice net a suivi la même tendance, en chute de 33% à 576 millions.

Ces résultats ont été impactés par des effets de change négatifs de 2% au premier semestre et des coûts de restructuration de 17 millions au deuxième trimestre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Julius Bär nomme Stefan Bollinger à sa tête

Publié

le

Stefan Bollinger codirige actuellement l'unité de gestion de fortune en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique de Goldman Sachs à Londres. La banque cherchait depuis février un remplaçant à Philipp Rickenbacher, parti dans la foulée des pertes subies dans l'affaire Signa (archives). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Le gestionnaire de fortune Julius Bär s'est enfin trouvé un nouveau directeur général en la personne de Stefan Bollinger. L'actuel associé de la banque américaine Goldman Sachs prendra ses fonctions au plus tard début février 2025.

Ce ressortissant suisse codirige actuellement l'unité de gestion de fortune en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique de Goldman Sachs à Londres, a précisé l'établissement zurichois mardi dans un communiqué.

Sous sa direction depuis cinq ans, cette activité a plus que doublé ses avoirs sous gestion, a écrit la banque, qui cherchait depuis février un remplaçant à Philipp Rickenbacher, parti dans la foulée des pertes subies dans l'affaire Signa. L'actuel directeur général adjoint Nic Dreckmann assure depuis l'intérim.

M. Bollinger est décrit comme disposant d'une trentaine d'années d'expérience des marchés financiers, notamment à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à New York et à Zurich. Il a rejoint Goldman Sachs en 2004, après avoir oeuvré pour l'américain JP Morgan et démarré sa carrière à la Banque cantonale de Zurich.

Début février, le gestionnaire de fortune zurichois avait dû inscrire un amortissement de quelque 600 millions de francs sur les crédits accordés à des filiales du groupe autrichien en faillite Signa. En conséquence, le bénéfice net de Julius Bär a fondu en 2023.

Cet engagement en faveur de l'empire immobilier René Benko a coûté son emploi à M. Rickenbacher, débarqué au moment de l'annonce de l'amortissement. Les membres de la direction ont été privés de bonus.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture