Rejoignez-nous

Actualité

Le centre de tri Sortera inauguré à Satigny

Publié

,

le

Sortera, un centre de tri des déchets entièrement automatisé, a été inauguré jeudi à Satigny (GE). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Première suisse, le canton de Genève accueille Sortera, un centre de tri des déchets entièrement robotisé qui vise l’objectif « 100% de déchets valorisés ». Inauguré jeudi à Satigny, l’écopôle industriel ouvrira ses portes au grand public samedi après-midi.

« Les déchets industriels et de chantiers représentent une part importante de ce qui peut être valorisé. Ce nouveau centre de tri permet de passer à la vitesse supérieure en matière de quantité et qualité de recyclage, étape indispensable pour atteindre une société à 2’000 Watts neutre en carbone », a déclaré lors de l’inauguration Antonio Hodgers, président du Conseil d’Etat genevois, cité dans le communiqué.

77’000 tonnes de déchets par an

Sortera est sorti de terre après sept ans de gestation et 18 mois de travaux. Implanté sur le site de Sogetri, le centre de tri occupe une surface de 20’000 m2. Il va réceptionner, trier et conditionner chaque année plus de 77’000 tonnes de déchets issus des industries, des chantiers, des communes et des entreprises.

Intégrant les dernières technologies suisses et européennes pour automatiser une chaîne de production, Sortera est un concentré d’innovations appliquées au tri des déchets. L’usine produit des matières premières secondaires afin de les réintroduire dans les cycles de production des industriels.

Taux de tri en hausse

Première suisse, ce type d’infrastructure atteindra un taux de valorisation supérieur à 70%, grâce au recyclage des matières et à la substitution des énergies fossiles. Elle induira une diminution de gaz à effet de serre d’environ 13’000 tonnes de CO2 par an. À terme, l’objectif est d’atteindre un taux de 100%, afin de réduire à zéro la part des déchets incinérés.

Reliée au rail, l’usine recevra notamment 25’000 tonnes de déchets urbains en provenance des entreprises genevoises, dont 6000 tonnes seront valorisées en matières premières secondaires. Le taux de tri du canton devrait s’accroître de 2%.

Des bras robotisés

Des équipements spécifiques ont été intégrés à l’usine afin de garantir un tri optimal des matières. Parmi eux, un processus inédit de tri multi-flux (encombrants, déchets urbains des entreprises, déchets de chantier, etc.) et des robots de dernière génération dotés d’intelligence artificielle.

L’usine s’est dotée de « Recycler », le premier système de tri robotisé des déchets au monde qui sépare les fractions choisies des déchets solides, selon le communiqué. Il est conçu pour apprendre automatiquement à reconnaître les différents types d’objet et de matière.

Quatre bras robotisés réalisent ainsi jusqu’à 8’000 prises par heure. Un seul d’entre eux peut prélever jusqu’à quatre fractions de déchets différentes avec une précision inégalée, atteignant un niveau de pureté de 98%.

Inscription nécessaire

La participation aux portes ouvertes de samedi est gratuite, mais il est nécessaire de s’inscrire, précise l’entreprise. Sogetri emploie actuellement 80 collaborateurs sur l’ensemble de la Suisse romande, dont 30 sur le canton de Genève, la moitié d’entre eux étant dédiés uniquement à Sortera.

www.sogetri.ch/inscription-evenement

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

La fièvre des réseaux sociaux: Ikea sort son catalogue pour enfant

Publié

le

Les jours passent et se ressemblent, on cherche continuellement des activités à faire pour nos enfants, mais aussi pour nous-même. Dans « La fièvre des réseaux sociaux », on vous parle de l’idée créative d’Ikea pour divertir les petits, mais aussi les grands.

La fièvre des réseaux sociaux Ikea sort son catalogue pour enfant

Avec le contexte actuel, les magasins ont dû fermer. Cependant, Ikea a décidé de ne pas rester silencieux face à la situation.
Une agence de pub en charge du géant suédois a tout d’abord sorti une vidéo sur sa chaîne youtube, fin mars, appelé simplement STAY HÖME. Dans cette pub tout en douceur et en légèreté, ce n’est pas une personne qui incarne le narrateur, mais la maison qui est personnifiée et qui devient la narratrice de cette vidéo. Ainsi elle ressasse les souvenirs, les bons moments, avec un message fort : votre maison sera toujours là pour vous.

Pour rester dans la continuité de leur campagne “STAY HÖME”, un mode d’emploi, comme vous pouvez recevoir à l’achat d’un meuble, est sorti sur les réseaux sociaux d’Ikea Allemagne. Il s’agit d’un mode d’emploi pour construire son propre STAY HÖME, un mode d’emploi pour confiné.
Une clé, une serrure et 100 rouleaux de papier toilette et vous êtes prêts… On vous rappelle, bien évidemment, qu’il n’est pas nécessaire d’avoir 100 rouleaux chez vous!
Du côté de nos voisins français, eux, ont fait un don de 160’000 masques aux hôpitaux et agences de soin du pays.

Mais ce n’est pas tout Ikea à Tel Aviv, a décidé de sortir un catalogue spécial le “STAY HÖME Catalog”. Ainsi le géant du meuble transforme son fameux catalogue en carnet de dessin pour enfant. Il s’agit d’un petit fascicule téléchargeable de quelques pages, chacune propose une activité différentes, le jeu des 7 différences, une bataille navale, des meubles à reconstruire, des labyrinthes etc.

Le catalogue complet est pour l’instant disponible uniquement en hébreu. Cependant, la barrière de la langue dans ces activités n’est de loin pas un soucis. Pour télécharger le carnet d’activités Ikea, rendez-vous ICI.

Continuer la lecture

Actualité

Les mesures contre le coronavirus prolongées jusqu’au 26 avril

Publié

le

KEYSTONE/Peter Klaunzer

Les mesures de lutte contre l’épidémie de coronavirus sont prolongées d’une semaine, soit jusqu’au 26 avril. Elles seront progressivement assouplies avant la fin du mois d’avril. Le Conseil fédéral fixera le scénario de sortie de crise la semaine prochaine.

Les mesures de lutte contre l’épidémie de coronavirus sont bien appliquées et montrent des effets, a-t-il indiqué mercredi. Au vu de l’évolution épidémiologique et des recommandations scientifiques, le gouvernement prolonge néanmoins les mesures. Mais celles-ci seront progressivement assouplies avec toute la prudence qui s’impose avant fin avril. Il décidera de la marche à suivre lors de sa séance du 16 avril.

Les critères pour un assouplissement dépendront du nombre des nouvelles infections, des hospitalisations et des décès. La façon dont les mesures d’éloignement social et d’hygiène sont respectées et dont les rassemblements de personnes sont évités sera aussi déterminante.

La stratégie de la Suisse devra être coordonnée avec celle de l’étranger. Les milieux économiques et la communauté scientifique devront être impliqués. Il s’agira en outre de garantir l’existence de ressources humaines et matérielles suffisantes pour le dépistage et le suivi des contacts.

Continuer la lecture

Actualité

Les étudiants genevois s’inquiètent pour leurs diplômes

Publié

le

Des étudiants des collèges genevois de 4ème année s’inquiètent pour leur maturité et pour les diplômes de fin d’étude. Dans une lettre, ils se plaignent du manque d’information du Département de l’instruction publique concernant les examens, leurs dates et leur champ d’application. Le DIP répond que la décision est fédérale et qu’elle devrait tomber ces prochains jours.

« Bien que la possibilité de commencer des études ou un emploi en automne soit assurée par le Conseil fédéral, les élèves de dernière année des écoles de culture générale, des filières de maturité professionnelle ainsi que les élèves de la passerelle mais surtout des gymnases se retrouvent en grande difficulté », écrivent dans une missive les étudiants. Ils se plaignent de n’avoir aucune information concernant la date des examens, à savoir s’ils seront maintenus et quel sera leur champ d’étude.

Le temps presse

Les examens sont prévus le mois de mai prochain et le temps presse, rappellent les élèves. Les révisions débutent normalement au moment des vacances de Pâques, or leur champ d’application n’a pas été défini par les professeurs. Les examens représentent 50% de la note finale de la maturité d’où l’importance de s’y prendre assez tôt. Ils craignent que les directions des établissements ne donnent aucune information avant début mai, soit au dernier moment.

Inégalité des chances

Les bibliothèques sont actuellement fermées et il est très difficile pour certains de travailler dans de bonnes conditions, ce qui réduit leur chance de réussite. Certains étudiants se retrouvent confinés à la maison avec une grande famille bruyante.

Le DIP rappelle que la décision appartient à la Confédération

Contacté le porte-parole du Département de l’instruction publique genevois, Pierre-Antoine Preti explique que la décision dépend de Berne. Le Canton est en attente d’une décision du Conseil fédéral, seul habilité à édicter les ordonnances pour l’enseignement du Secondaire II. Une décision qui se prend néanmoins en collaboration avec la Conférence des directeurs cantonaux de l’instruction publique.  Le Canton de Genève, une fois les ordonnances adoptées, va appliquer les mesures et déterminer les modalités d’application.

Les certifications, maturité, diplôme et CFC, devraient avoir lieu à la date prévue, selon le DIP genevois. Juste à l’instant le Conseil fédéral a décidé de prolonger le semi-confinement jusqu’au 26 avril, soit 7 jours de plus que ce qui était prévu (19 avril). Il va élaborer un concept sur la façon d’assouplir ce confinement, étape par étape qui devrait avoir lieu avant fin avril.

Dès le 15 avril, le Conseil fédéral va décider de ces critères d’assouplissement. Ils dépendront du nombre de nouvelles infections, des hospitalisations et des personnes décédées. Alain Berset a expliqué que ce seront d’abord les domaines dans lesquels les mouvements de population peuvent être évités qui seront ouverts en premier. Ce sont aussi les domaines dans lesquels des mesures d’hygiène pourront être mises en place facilement. Le Conseiller fédéral chargé de la santé a également expliqué que le retour à la normale se calculerait en semaines, pas en jour ni en mois, à priori.

 

Continuer la lecture

Actualité

Genève: le nombre de patients hospitalisés diminue encore

Publié

le

(KEYSTONE/Laurent Darbellay)

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés continue de baisser dans le canton de Genève. Ils étaient 402 mercredi à midi, soit dix de moins que la veille. Toutefois, le canton continue d’enregistrer de nouveaux cas et des décès.

Le nombre de patients aux soins intensifs diminue légèrement. Ils étaient 49 mercredi, soit deux de moins que la veille. Une majorité d’entre eux était intubée (47), a indiqué mercredi le canton. En un jour, 68 personnes ont pu quitter l’hôpital.

Malgré cette baisse des hospitalisations, 131 nouveaux cas Covid-19 ont été déclarés dans le canton mardi, pour un total de 3993 depuis le début de la pandémie, et 26 hospitalisations ont été nécessaires. Le nombre total de décès s’élève à 118, dont sept enregistrés mardi et huit décès Covid-19 déterminés post-mortem.

« La courbe s’affaisse gentiment. Le week-end pascal sera toutefois déterminant pour la suite. Plus la population jouera le jeu, en restant à la maison, en respectant les distances quand elle sort et en se lavant les mains, plus on aura de chances de voir une baisse réelle du nombre de cas dans dix à quinze jours », a souligné Laurent Paoliello, porte-parole du Département de la santé.

Continuer la lecture

Actualité

Gel, respirateurs… le CERN se lance à son tour dans la bataille

Publié

le

KEYSTONE/Laurent Gillieron

Production de gel hydro-alcoolique, conception et construction d’équipements médicaux sophistiqués… le CERN, qui héberge le plus grand accélérateur de particules au monde, se lance à son tour dans la bataille contre le coronavirus.

Cette organisation, qui est également le lieu où le Britannique Tim Berners-Lee a conceptualisé le World Wide Web il y a plus de 30 ans, dispose de formidables moyens scientifiques, physiques et informatiques lui permettant de contribuer à la lutte mondiale contre le coronavirus, contre lequel il n’existe pas de traitement, ni de vaccin.

Dans un communiqué, le CERN indique mercredi avoir mis sur pied un groupe d’action chargé de recenser et d’appuyer les contributions possibles des 18’000 personnes constituant sa communauté de scientifiques dans le monde.

Si le CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) est à l’origine une organisation européenne, elle compte aujourd’hui Israël parmi ses membres et les Etats-Unis et la Russie parmi ses membres observateurs.

« Le CERN est un laboratoire de premier plan pour la physique des particules et des technologies associées. Il dispose de ce fait de certaines ressources, telles que des installations très avancées de conception et de réalisation de prototypes, et, naturellement, des technologies de pointe et une expertise considérable aussi bien dans les domaines de la science et de l’ingénierie que dans celui de l’industrialisation », a souligné sa directrice générale, Fabiola Gianotti.

« A présent, nous voulons déployer nos ressources et compétences pour contribuer à la lutte contre la pandémie de Covid-19 », a-t-elle annoncé, dans le communiqué.

Les projets déjà lancés sont notamment la production d’une tonne de gel hydro-alcoolique à des fins de distribution aux équipes de secours locales. Les capacités du CERN en matière d’impression 3D et de travaux d’atelier ont été déployées pour compléter la production d’équipements de protection tels que masques et barrières en plexiglas destinés aux forces de l’ordre de la région.

Des études sont en cours pour déployer la formidable capacité de calcul de la communauté de la physique des particules afin d’aider à la recherche d’un vaccin, alors que la pandémie a fait plus de 82’000 morts depuis son apparition en décembre en Chine.

Un prototype d’un nouveau respirateur a été mis au point fin mars, les scientifiques ayant eu l’idée d’utiliser les systèmes utilisés pour réguler les flux de gaz pour les détecteurs de particules. Ce respirateur pourrait être utilisé pour des patients présentant des formes peu graves, ou en phase de guérison, ce qui permettrait de libérer les machines les plus performantes pour les cas les plus graves, selon le CERN.

L’organisation entend publier toutes ses innovations de façon à ce qu’elles soient « librement reproduites selon les besoins ».

Continuer la lecture