Rejoignez-nous

Actualité

L’Australie brûle, les habitants fuient

Publié

,

le

Depuis le début de la saison des incendies en septembre, au moins 20 personnes sont mortes, des dizaines d'autres sont portées disparues plus de 1300 maisons ont été réduites en cendres. Une surface équivalente à deux fois la Belgique a brûlé. (©KEYSTONE/AP)

Des dizaines de milliers d’Australiens ont évacué samedi leurs domiciles transformant en villes fantômes des stations touristiques habituellement animées en cette saison. Et les conditions météo du week-end risquent encore d’aggraver les catastrophiques feux de forêt.

L’état d’urgence a été décrété dans le sud-est de l’île-continent, la région la plus peuplée, et ordre a été donné vendredi à plus de 100’000 personnes d’évacuer dans trois Etats. « Aujourd’hui, il s’agit de sauver des vies », a averti la Première ministre de Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian.

« Nous avons littéralement vu partir des dizaines de milliers de personnes », a témoigné le chef des pompiers de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud, Shane Fitzsimmons. « Notre message était de vous assurer de partir hier (vendredi, ndlr). Partir jusqu’à aujourd’hui, c’est prendre un risque, attendre une demi-heure de plus, c’est prendre un risque plus grand », a-t-il dit.

Touristes et habitants du sud-est du pays ont ainsi abandonné leurs lieux de villégiature estivale ou leurs logements. Les autoroutes reliant les villes du littoral à Sydney et d’autres grandes villes étaient engorgées par de longues files de voitures. La journée de samedi promet d’être « longue » et difficile, selon M. Fitzsimmons.

Feux hors de contrôle

Les températures caniculaires de samedi – dépassant les 40°C – s’accompagnent en effet de vents violents qui attisent les centaines de feux de forêts brûlant à travers le pays depuis quatre mois, dont la plupart sont hors de contrôle.

Des conditions météorologiques « identiques, voire pires que ce que nous avons vu à la Saint-Sylvestre », a prévenu Jonathan How, de la météo australienne. « Des vents d’ouest forts et secs raviveront les incendies en cours », « menaçant des populations qui ont déjà subi des dévastations de grande ampleur », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre Scott Morrison a appelé samedi 3000 militaires réservistes à se déployer, une mobilisation sans précédent. « Cela permet d’avoir plus d’hommes sur le terrain, plus d’avions dans le ciel, plus de navires en mer », a affirmé M. Morrison, critiqué pour sa gestion de la crise. Des milliers de pompiers volontaires combattent déjà ces incendies qui ont débuté en septembre.

Supermarchés, magasins, pubs fermés: un calme étrange et inquiétant régnait samedi sur Batemans Bay, une ville touristique habituellement débordante d’activité, et aujourd’hui en proie à la fumée des incendies environnants. Seul signe de vie dans cette localité, un centre d’accueil pour les personnes évacuées, où des centaines d’habitants contraints de quitter leurs maisons ont trouvé refuge dans des tentes et des caravanes, installées sur un terrain de la ville.

23 morts, faune meurtrie

L’ampleur des feux en Australie a choqué le pays et le monde. Depuis le début de la saison des incendies en septembre, 23 personnes sont mortes, selon le Premier ministre. Des dizaines d’autres personnes sont portées disparues, plus de 1500 maisons ont été réduites en cendres. Des villes entières des Etats de Nouvelle-Galles du Sud et de Victoria, situés au sud-est de l’Australie, ont été rasées de la carte à la veille du Nouvel An.

Une surface équivalente à deux fois la Belgique a brûlé. A titre de comparaison, près de 2,5 millions d’hectares sont partis en fumée en août en Amazonie, la plus grande forêt tropicale au monde. Les incendies de 2018 en Californie avaient détruit près de 800’000 hectares lors d’une des pires saisons de feux de forêt qu’ait connu cet Etat américain.

Les feux ont également été meurtriers pour la vie sauvage, et ont détruit la quasi-totalité du parc national de Flinders Chase, sur Kangaroo Island, qui abrite des kangourous et des koalas, ont indiqué les autorités samedi. Le nombre d’animaux morts s’élèverait à 480 millions, dans le seul Etat de Nouvelle-Galles du Sud, selon une étude de l’Université de Sydney. Ce bilan pourrait être « considérablement plus élevé », selon des spécialistes.

Dans la petite ville de Mallacoota, la marine australienne a évacué vendredi un millier d’habitants et de touristes cernés par les flammes et dont certains s’étaient réfugiés sur le front de mer depuis la Saint-Sylvestre pour se protéger. Le premier des deux navires militaires affrétés pour les secourir est arrivé près de Melbourne tôt samedi.

Précédentes catastrophes

Dans le monde, l’Australie est le continent le plus sujet aux incendies et les feux de forêts sont généralement fréquents lors de l’été austral, entre décembre et février. La nation connaît actuellement une longue période de sécheresse et de hausse des températures, conséquence notamment du changement climatique. Ces deux facteurs entraînent une saison des incendies plus longue et des brasiers plus intenses.

En 2009, l’Etat de Victoria avait connu un « samedi noir » au cours duquel 179 personnes étaient décédées, lors du pire incendie de l’histoire australienne. « Le mercredi des cendres » en 1983 avait fait 75 morts dans les Etats d’Australie-Méridionale et de Victoria.

Source: ATS

Actualité

Genève va donner un nouvel élan à sa transition énergétique

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Ce mercredi le Conseil d’Etat genevois a adopté le plan directeur de l’énergie 2020-2030. L’un des gros objectifs est notamment de sortir du chauffage fossile d’ici 2030 et de valoriser les ressources renouvelables du territoire. 

Le canton de Genève a adopté ce mercredi le plan directeur de l’énergie 2020-2030 et donne ainsi un nouvel élan à sa transition énergétique. Le but est de répondre aux défis de l’urgence climatique. Le projet est ambitieux et veut diviser par 3,5 la consommation d’énergie et tripler la part d’énergies renouvelables. Ce plan veut garantir un avenir durable et de meilleur qualité à la population genevoise. L’un des objectif principaux de ce plan est de réduire la consommation d’énergie fossile. Les explications d’Antonio Hodgers, Conseiller d’Etat en charge du territoire.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat en charge du territoire

Aujourd’hui, 78% de la consommation d’énergie du canton est d’origine fossile (mazout, gaz, pétrole). La moitié de la consommation d’énergie du canton est liée au bâti et avec 1% par an, le taux de rénovation est actuellement trop faible pour atteindre les objectifs climatiques que s’est fixé le canton. Il faudra augmenter ce taux à 2,5% en 2030 et atteindre un taux de rénovation de 4% en 2050.

Green New Deal

Au travers de ce plan ambitieux, il s’agit pour Genève de s’orienter vers un modèle de société plus durable pour ses habitants et son tissu économique. Notamment grâce à ce qu’Antonio Hodgers appelle un Green New Deal.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat en charge du territoire

 

Valoriser l’énergie locale 

Le canton souhaite également mettre en avant son territoire en matière d’énergie renouvelable. En ce sens, il a consenti a de gros investissements pour permettre le chauffage et le refroidissement des bâtiments grâce à l’eau du lac Léman. Une action symbolisée par le projet de réseau thermique GeniLac. En matière d’énergie solaire, Genève est un peu à la traîne et pour coller à ses ambitions climatiques, le canton devra multiplier par 5 le développement du solaire.

Pour atteindre ces différents objectifs, ce plan possède de nombreux partenaires comme les communes, les propriétaires immobiliers, les professionnels du bâtiment, les milieux économiques, le tissu associatif, le monde de la formation ou encore de la recherche. Des partenaires sans qui ce plan directeur serait impossible comme l’explique Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat en charge du territoire

Continuer la lecture

Actualité

Dépité, le personnel des HUG écrit au Grand Conseil genevois

Publié

le

Le Syndicat des services publics dit le ras-le-bol du personnel de santé genevois qui se sentent trahis par les autorités. Horaires interminables par manque d’effectifs, le résultat de plusieurs plans d’austérité successifs sur plusieurs années, selon les soignants. 

Le SSP a fait une lettre ouverte au Grand Conseil pour dénoncer les conditions de travail aux Hôpitaux universitaires de Genève. Le syndicat des services publics s’inquiète des conditions alarmantes dans lesquelles se trouve le personnel de santé. Les mesures d’austérités préconisées par le Conseil d’Etat, comme la suppression de l’annuité et la non-indexation des salaires sont très mal vécues par les soignants, d’où cette lettre. Les explications de Martin Malinovski, secrétaire syndical au SSP :

Martin Malinovski Secrétaire syndical au SSP - HUG

Les mesures d’austérité responsables du confinement

Ce matin, devant la presse plusieurs infirmières ont témoigné de leur situation. Semaine de 60 heures. Equipe toujours dépassée, rythme effréné. Les soignants sont sortis épuisés des deux vagues successives de Covid-19 et craignent déjà la troisième. Plusieurs années de coupes dans les budgets des HUG ont conduit au confinement, selon Martin Malinovski.

Martin Malinovski Secrétaire syndical au SSP - HUG

A cause des plans d’austérité successifs depuis les années, il manquerait près de 1000 emplois plein temps aux HUG, selon les syndicats. Les soignants seraient constamment débordés.

Martin Malinovski Secrétaire syndical au SSP - HUG

Le SSP réclame le retrait de l’ensemble des mesures d’austérités prises par le gouvernement genevois dans son budget quadriennal pour le personnel de santé mais également pour tous les fonctionnaires de l’Etat. Il réclame également une revalorisation des métiers de la santé. Il réclame également de revoir le financement des hôpitaux publics.

Témoignages de soignants en soins aigus 

Le représentant du Collectif des soignants en anesthésie a expliqué que les infirmières.ers étaient épuisés après la première vague et qu’ils l’étaient encore davantage après la seconde. Il a rappelé que les patients sous respirateur requièrent une attention de tous les instants. Il faut les tourner et les retourner toute la journée pour éviter les escarres. Il est également revenu sur le manque de matériel lors de la première vague, avec des masques périmés depuis 20 ans notamment. L’épuisement professionnel des soignants atteindrait un paroxysme selon ce collectif.

Continuer la lecture

Actualité

Genève: reportage à la SPA avant les fêtes de Noël

Publié

le

La Société genevoise de protection des animaux accompagne les candidats à l’adoption d’un animal de compagnie. Les chiens, chats et autres rongeurs qui se retrouvent au refuge de Bernex sont souvent victimes de la désinvolture de leurs maîtres. Un animal demande des soins. 

Noël approche et certains d’entre vous ont peut-être décidé d’adopter un animal de compagnie. A la SGPA, les petits pensionnaires n’attendent que ça…Judith Monfrini s’y est rendue récemment. Ecoutez son reportage….

 

Retrouvez toutes les informations sur le site internet: sgpa.ch

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Reprise de l’horaire normal pour les TPG dès samedi

Publié

le

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Les transports publics genevois retrouvent un horaire normal à partir de samedi. La stabilisation du taux d’absence des chauffeurs des TPG permet à l’entreprise de planifier un retour à un horaire normal.

A partir du 5 décembre, les TPG augmentent leur offre « afin d’accompagner les mesures de déconfinement annoncées par le Conseil d’Etat genevois », indique un communiqué. Le réseau des TPG fonctionnera à nouveau à 100%.

Le service de nuit, dont les Noctambus, reste suspendu, conformément aux décisions de la branche suisse des transports et de l’Office fédéral des transports. La semaine dernière, la fréquentation des TPG se situait à 54% en comparaison à la même période l’année passée.

C’est le plus bas niveau atteint au cours de la deuxième vague de coronavirus. En avril, lors de la première vague, la baisse de fréquentation avait atteint 16% du niveau de l’année précédente. L’entreprise s’attend à une croissance de la fréquentation durant la période de fin d’année.

L’entreprise rappelle que le port du masque est obligatoire dès 12 ans, dans les transports publics tout comme aux arrêts. Et ajoutent qu’il est impératif de se désinfecter les mains en entrant et en sortant de chaque véhicule.

Source : ATS

Continuer la lecture

Actualité

Genève: les jeunes des Grottes se battent pour un Skate et un Parkour park

Publié

le

Le sport urbain a le vent en poupe. A Genève, si le Skatepark de Plainpalais permet aux jeunes de la rive gauche de s’adonner à leur sport favori, il n’existe pas d’équivalent rive droite. Un projet se dessine juste au-dessus de la poste de Montbrillant. Le détail avec Judith Monfrini

Ils sont jeunes et ils ont la passion des sports urbains. Depuis près de deux ans, ils réclament un skate parc, rive droite, dans le quartier des Grottes à Genève. L’initiative est née dans la tête d’une trentaine de jeunes Skaters lors du Forum social Grottes-Saint-Gervais organisé par la Ville de Genève, au printemps 2019. Pour mener à bien leur projet et aidés de leurs parents, ils ont créé l’association Espace Freestyle Montbrillant, EFM. La Ville leur a accordé une subvention pour réaliser un projet d’étude du futur Skate et Parkour park.

Océane Firman est à la fois traceuse, adepte des parkours, et skateuse…Elle a 16 ans.

Océane Firman Membre de EFM

La parcelle choisie par les jeunes se trouve rue de Montbrillant entre la poste et le cycle du même nom. Le financement du département de la cohésion sociale et de la solidarité a permis à l’association de réaliser un projet collaboratif avec un bureau d’architecte bâlois, Vertikal Technik. Océane nous livre sa vision du futur espace de vie.

Océane Firman Membre de EFM

La volonté des jeunes est également d’ouvrir le sport urbain aux filles, encore trop peu représentées dans ce domaine.

Océane Firman Membre de EFM

En mai, l’association a déposé une pétition au Conseil municipal de la Ville de Genève munie de 500 signatures. Les jeunes sont dans l’attente d’une décision. Selon la Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité, Christina Kitsos, le projet est inscrit au plan d’investissements financier de 2024 et même si les services de la Ville ont travaillé dessus, il reste encore des obstacles à franchir.

Christina Kitsos Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

La Magistrate salue néanmoins l’engagement des jeunes des Grottes et n’exclut pas de tenter de faire avancer le projet plus rapidement.

 

 

Continuer la lecture