Rejoignez-nous

Actualité

La Ville de Genève renomme dix rues et place avec des noms de femmes

Publié

,

le

Image libre de droits

La Ville de Genève va renommer dix rues et places d’après des femmes marquantes. Ces modifications s’inscrivent dans la continuité du projet 100Elles* qui vise à apposer 100 plaques de rues portant des noms de femmes marquantes. Les plaques devraient être changées d’ici à la fin de l’année.

La présence des femmes se renforce dans les rues de Genève. Le Conseil d’Etat a annoncé ce mercredi avoir validé la demande de la Ville de Genève pour le changement de dix noms de rues dans l’espace public au profit de personnalités féminines. Le but est de donner une meilleure reconnaissance aux femmes qui ont marqué l’histoire genevoise. Aujourd’hui seul 1% des noms de rue porte un nom féminin et seul 7% des noms propres sont féminins. Pour le Président du Conseil d’Etat Antonio Hodgers, c’est inéquitable et injuste.

Antonio Hodgers
Président du Conseil d'Etat
Antonio HodgersPrésident du Conseil d'Etat

Parmi les nouvelles dénominations, la rue William-Favre sera rebaptisée rue Alice-et-William-Favre. Elle a été présidente de la Croix-Rouge genevoise de la fin du XIXe siècle jusqu’à l’entre-deux-guerres. La rue Bergalonne, à Plainpalais, portera le nom de l’ancienne directrice de musée genevois d’ethnographie Marguerite Dellenbach (1905-1993), première femme suisse à présider la société savante de géographie à Genève.

Les plaques devraient être changées d’ici à la fin de l’année.

Des rues pas choisi au hasard

Pour les modifications, des lieux qui ont peu d’adresses ont été choisis. Des historiens et la commission cantonale de la nomenclature se sont penchés sur la question. Par exemple, la place des Vingt-Deux-Cantons, près de la gare, s’appellera à l’avenir place Lise-Girardin, membre du Parti radical et première femme élue à l’exécutif d’une commune suisse (en 1968, en Ville de Genève) et au Conseil des États à Berne (en 1971). Le détail avec Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers
Président du Conseil d'Etat
Antonio HodgersPrésident du Conseil d'Etat

Le gouvernement a précisé que la Ville de Genève va accompagner les habitants et entreprises concernés par ces changements. Les démarches à entreprendre seront limitées, puisque la plupart des modifications se feront de manière automatique et groupée auprès de l’Office cantonal de la population, des Services industriels ou encore de La Poste.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Genève ouvre la vaccination aux plus de 45 ans

Publié

le

@judith monfrini

Genève se prépare à monter en puissance. Le Canton invite les 45 ans et plus à s’inscrire pour la vaccination contre le Covid-19. Palexpo va se transformer en vaccinodrome dès le 19 avril.

Genève ouvre la vaccination aux 45 ans et plus. Les personnes désireuses de se faire vacciner peuvent s’inscrire dès aujourd’hui. Les 55 ans et plus sont toujours prioritaires mais le Canton s’apprête à mettre un coup d’accélérateur avec l’ouverture d’un nouveau centre à Palexpo le 19 avril. 10'000 doses de vaccins Pfizer-Biontech ainsi que 18'000 Moderna sont attendues dans les prochains jours. Les explications de la pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz-Hegi.

Nathalie Vernaz-Hegi
Pharmacienne cantonale genevoise
Nathalie Vernaz-HegiPharmacienne cantonale genevoise

Les 55 ans et plus sont toujours prioritaires pour recevoir le vaccin. Nathalie Vernaz-Hegi.

Nathalie Vernaz-Hegi
Pharmacienne cantonale genevoise
Nathalie Vernaz-HegiPharmacienne cantonale genevoise

Peur du vaccin?

Il semble que les inscriptions soient moins importantes dans la tranche 55-64 ans, est-ce par peur ? La pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz-Hegi se veut rassurante.

Nathalie Vernaz-Hegi
Pharmacienne cantonale genevoise
Nathalie Vernaz-HegiPharmacienne cantonale genevoise

Pic Pascal

Du côté des contaminations, la situation se dégrade lentement avec près de 200 cas par jour, mais les hospitalisations a connu un pic durant le week-end de Pâques. Actuellement, la situation semble s'être stabilisée, elle fait néanmoins l'objet de toutes les attentions. Les explications de Simon Regard, co-chef de secteur maladies transmissibles au service du Médecin cantonal.

Simon Regard
co-chef de secteur maladies transmissibles au service du Médecin cantonal
Simon Regardco-chef de secteur maladies transmissibles au service du Médecin cantonal

Contaminations en extérieur

Il y a actuellement 214 personnes hospitalisées aux HUG dont 25 aux soins aigus. Les contaminations sont 18 fois moins élevées en extérieur, d'où le conseil de Simon Regard.

Simon Regard
co-chef de secteur maladies transmissibles au service du Médecin cantonal
Simon Regardco-chef de secteur maladies transmissibles au service du Médecin cantonal

L'USAM, l'union suisse des arts et métiers réclame une ouverture des terrasses. Le Conseil fédéral doit s'exprimer ce mercredi.

 

 

Continuer la lecture

Economie

Une commission demande au gouvernement des scénarios de réouverture

Publié

le

Pour la Commission de l'économie du National, les restaurants et autres entreprises doivent avoir des "perspectives" (image d'illustration). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La Commision de l'économie du National demande au Conseil fédéral de présenter des scénarios détaillés de réouverture pour les entreprises et établissements fermés en raison de la crise du coronavirus. Il est "urgent" que le gouvernement leur donne des perspectives.

Les acteurs concernés doivent pouvoir savoir quand et à quelles conditions ils pourront reprendre leurs activités, a expliqué lundi devant la presse le président de la commission Christian Lüscher (PLR/GE). Une recommandation en ce sens a été adoptée par 18 voix contre 0 et 5 abstentions.

La commission a adopté par 12 voix contre 11 et 2 abstentions une seconde recommandation demandant au gouvernement d'adopter la feuille de route des acteurs du secteur de l'événementiel qui prévoit une réouverture en six étapes à partir de la fin avril.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Plus de 59’000 signatures contre le « mariage pour tous »

Publié

le

Des manifestants ont protesté à Berne lundi lors du dépôt des signatures pour le référendum "Non au mariage pour tous". (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le comité référendaire contre le "mariage pour tous" a déclaré lundi qu'il avait déposé 59'176 signatures certifiées pour le référendum contre la révision de la loi. Les Suisses pourraient être appelés à se prononcer sur cet objet en automne.

Egalement 7334 signatures non certifiées ont été soumises à la Chancellerie fédérale, selon un communiqué du comité référendaire lundi après-midi. La remise des signatures à la Chancellerie fédérale a été accompagnée d'une contre-manifestation des partisans de la révision de la loi sur le "mariage pour tous" à Berne. Ces derniers ont été tenus à l'écart par la police.

L'introduction du "mariage pour tous" "reviendrait à ouvrir une brèche sociale et politique qui évacue la définition historique du mariage, compris comme l'union durable d'un homme et d'une femme", écrit le comité référendaire. Selon celui-ci, le "mariage est et doit rester l'union naturelle d'un homme et d'une femme, qu'il s'agit de protéger".

Un comité interpartis, composé principalement de représentants de l'UDF et de l'UDC, a lancé le référendum. Les opposants sont gênés par le fait que le "mariage pour tous" serait introduit sans modification de la Constitution. Avec la possibilité pour les couples de lesbiennes d'avoir accès au don de sperme, l'intérêt supérieur de l'enfant est ignoré, ajoutent-ils.

Pétition et campagnes

De son côté, Opération Libero a lancé une pétition en ligne en faveur de la loi afin de tenir tête aux opposants au projet de loi. Lundi, environ 100'000 personnes avaient signé la demande d'un "mariage pour tous avec tous les droits et obligations qui vont avec", selon le mouvement.

Les Vert-e-s ont déjà annoncé qu'ils combattront avec détermination le référendum. "Nous voulons vivre dans une société qui accorde les mêmes droits à tous les couples, homosexuels et hétérosexuels. L'orientation sexuelle n'a rien à faire avec le droit de se marier", affirme Nicolas Walder, conseiller national (GE) et cité dans le communiqué du parti.

Les Jeunes Vert-e-s Suisse ont aussi d'ores et déjà lancé leur campagne. Ces derniers se sont indignés après le dépôt du référendum. "C'est affligeant de voir que certains groupes se battent spécifiquement contre l'égalité des droits en Suisse", a déclaré dans un communiqué Olef Gafner, coprésident du parti.

Initiative parlementaire en 2013

Aujourd'hui, les couples de même sexe peuvent se marier dans de nombreux pays européens, mais pas en Suisse. Les couples de même sexe ont uniquement la possibilité du partenariat enregistré. Cet état civil n'existe que pour les couples de même sexe.

Un partenariat enregistré n'entraîne pas les mêmes droits que le mariage. Il existe des différences, par exemple concernant la naturalisation. L'adoption conjointe d'enfants n'est pas autorisée.

Le Parlement a adopté en décembre dernier le projet de loi sur le "mariage pour tous". Le projet tire ses origines d'une initiative parlementaire des Vert'libéraux, déposée en 2013. Outre le mariage pour les couples de même sexe et l'accès au don de sperme pour les couples lesbiens, il prévoit la naturalisation facilitée du conjoint et l'adoption conjointe.

Le "mariage pour tous" ne comprend pas la gestation pour autrui, qui pourrait permettre aux couples d'hommes d'avoir des enfants. Quant à la rente de survivants, elle a été exclue afin de ne pas surcharger le projet de loi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 5583 nouveaux cas de coronavirus en 72 heures

Publié

le

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, plus de 6 millions de tests ont été réalisés (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse compte lundi 5583 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 16 décès supplémentaires et 146 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 72'975 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 7,65%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 25'967, soit 300,38 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,14. Les patients Covid-19 occupent 22,20% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 65,50%.

Au total 645'055 personnes ont déjà reçu deux doses de vaccins et 1'697'339 une dose. La Suisse a reçu jusqu'à présent 2'390'325 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 41'819 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à ce jour, dont 16'464 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 245 au variant sud-africain (B.1.351) et 13 au variant brésilien (P.1). Dans 25'097 cas, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 623'126 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 6'412'371 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 9820 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 26'003.

Le pays dénombre par ailleurs 14'789 personnes en isolement et 24'281 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 3130 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

La CCIG interroge ses membres sur le développement durable

Publié

le

La CCIG a mandaté l'Institut de recherche en économie et gestion pour connaître les préférences des entreprises genevoises en matière de développement durable. Elle a édicté une charte et met en place un service pour accompagner ses membres sur le sujet de la durabilité. 

Les entreprises genevoises sont-elles prêtes à investir dans la durabilité ? C’est l’objet d’une étude lancée par la Chambre de commerce, d’industrie et des services auprès de ses 2600 membres en 2019. Ils sont 260 à avoir répondu de manière complète aux 60 questions de l’enquête. Il ressort que seules 13% des entreprises interrogées ont pensé à effectuer un bilan carbone mais qu’un tiers a déjà effectué une analyse de l’égalité salariale entre hommes et femmes. Un bilan carbone pourrait pourtant s’avérer très profitable, comme l’explique Sylvain Weber. Il est le chargé du projet de recherche à l’Institut de recherche en économie et gestion.

Sylvain Weber
Chargé de projet de recherche à l'Institut de recherche en économie et gestion
Sylvain WeberChargé de projet de recherche à l'Institut de recherche en économie et gestion

Loin de la coupe aux lèvres

Si les entreprises se disent favorable au développement durable, peu d’entre elles ont réellement pris des mesures. Sylvain Weber.

Sylvain Weber
Chargé de projet de recherche à l'Institut de recherche en économie et gestion
Sylvain WeberChargé de projet de recherche à l'Institut de recherche en économie et gestion

Les entreprises semblent préférer les critères environnementaux aux critères sociaux. Sylvain Weber.

Sylvain Weber
Chargé de projet de recherche à l'Institut de recherche en économie et gestion
Sylvain WeberChargé de projet de recherche à l'Institut de recherche en économie et gestion

Charte de durabilité

Une étude sur le bien-être durable était essentielle pour le Directeur général de la Chambre de commerce, d’industrie et de services, Vincent Subilia.

Vincent Subilia
Directeur général de la CCIG
Vincent SubiliaDirecteur général de la CCIG

La Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève a édicté une charte de durabilité avec 8 principes de développement durable. Elle a été élaborée par un groupe d’entrepreneurs et s'accompagne d'un service. Vincent Subilia.

Vincent Subilia
Directeur général de la CCIG
Vincent SubiliaDirecteur général de la CCIG

L’institut de recherche en économie et gestion, qui a réalisé l'étude, est financé par la Haute école de gestion et l’Université de Genève.

 

 

 

 

Continuer la lecture