Rejoignez-nous

Actualité

La pluie qui mouille

Publié

,

le

Elle était annoncée pour le week-end. Elle est là depuis quatre jours, en quantité inégale selon les régions concernées. La pluie qui tombe, la pluie qui mouille. Le localier qui couvre l’actualité quotidienne au ras du bitume confirme que ce même bitume est, en effet, mouillé, sans être non plus totalement sous l’eau. Nous sommes à Genève, une ville jusqu’ici épargnée par les catastrophes naturelles, les tsunamis lacustres, les glissements de terrain et les effondrements d’immeubles.

Renseignements pris auprès des pompiers, hier en début de soirée, on n’observait pas chez eux un surcroît d’activités en lien avec les intempéries. Sous réserve d’informations supplémentaires, la nuit n’a pas été marquée par des événements particuliers. Les berges ne sont pas inondées, les cours d’eau, qui avaient tellement soif, restent dans leur lit comme les nageurs urbains dont la saison aquatique est bel et bien terminée. Le Rhône «tire» à 14 degrés, la lac à 12,8. Seuls les «givrés» - ils existent aux Bains des Pâquis - peuvent encore nager dans une eau aussi froide.

La pluie, qui fait son retour automnal, glace les sangs et refroidit les épidermes. Sans pour autant faire taire le Genevois plaintif et râleur. Il redécouvre les limites de son mobilier urbain, ces fameux abribus qui n’abritent pas, ni du vent, ni de la pluie, ni de rien.

 Notre ville en fait collection luxueuse, de la route des Acacias à celle de Meyrin, de la place de Bel-Air à celle de Cornavin. La pluie qui tombe à l’oblique, fouettée par les rafales de vent, arrose en continu les usagers des TPG qui attendent leur bus et leur tram aux arrêts habituels.

Ils apostrophent d’une même voix ces couverts trop hauts et trop étroits qui n’offrent aucune espèce de protection quand on se met dessous, sinon l’illusion d’être au sec, les pieds dans l’eau et les cheveux douchés. Du coup, les retards enregistrés, aux heures de pointe, dans  la cadence des transports publics, augmente encore la mauvaise humeur citoyenne.

 A Bel-Air, qui porte bien son nom, la pluie se montre souveraine: elle arrose tout ce qui bouge, se regroupe et attend. Pourtant, à cet endroit, le mobilier urbain est d’une richesse inouïe. Partout des poteaux, des câbles, des toitures de toutes sortes, plates ou inclinées, pour un effet au sol totalement nul.

 Un joueur de foot de ligue moyenne  – Carouge ou Lancy par exemple – peut rester tout un match sur le banc des remplaçants sans prendre une goutte. Il dispose d’un avant-toit à l’inclinaison étudiée qui lui permet d’admirer ses chaussures à crampons en toute tranquillité. Devant la gare Cornavin, les regards sont plus inquiets. Le cuir, mal imperméabilisé, entre dans l’hiver à reculons, sur la pointe des.... talons hésitants.

Ces retrouvailles pluvieuses sous nos abribus décoratifs ne doivent pas faire oublier la réalité autrement plus exposée de ceux et celles qui dorment chaque nuit dehors. Officiellement, les abris d’urgence n’ouvriront que le 15 novembre. L’un d’eux, Richemont, à la route de Frontenex, est déjà opérationnel. Il n’a pas fermé de tout l’été, mais il ne peut, à lui seul, répondre à l’ensemble des demandes.

Une halte de nuit fait cruellement défaut à Genève. On en a vécu la préfiguration réussie le printemps dernier au Temple des Pâquis. On aimerait annoncer aujourd’hui, sous la pluie, l’adresse de sa prochaine réouverture. Le soleil fera son retour avant elle. Et les aubes gelées qui l’accompagnent. Il fait un froid à ne plus dormir dehors.

 A la semaine prochaine, habillé comme en hiver.

Thierry MertenatDehors

Sport

Un nouveau miracle pour Nyon

Publié

le

Laure Margot (avec le ballon) a inscrit le lancer-franc qui a envoyé Nyon en prolongation. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Rien n'est encore fait dans la finale des play-off. Contre toute attente, Nyon a obtenu le droit de disputer un cinquième match décisif ce dimanche à Fribourg face au grandissime favori Elfic.

Après leur victoire au buzzer dimanche, les Vaudoises ont égalisé dans la série à la faveur d'un succès 66-63 arraché en prolongation. Cette nouvelle victoire face à une équipe que l'on croyait tout simplement invincible tient encore du miracle.

Les Fribourgeoises ont, en effet, mené de 12 points (53-41) alors qu’il ne restait plus que 4’36’’ à jouer dans le temps réglementaire. Emmenées par la remarquable Ana Carolina Costa Rodriguez qui a inscrit 31 points, les Nyonnaises devaient signer un partiel de 12-0 pour entretenir ce rêve fou de remporter le championnat.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Une quinzaine de groupes pour le Festival de blues de Crissier

Publié

le

Le festival veut explorer deux siècles de Blues (image symbolique). (© KEYSTONE/AP/Jeff Roberson)

La quatorzième édition du Blues Rules Crissier Festival se tient les 7 et 8 juin prochain à Crissier, près de Lausanne (VD). Seize groupes seront à l'affiche, pour l'essentiel des Etats-Unis et de Suisse.

Sous le mot d'ordre "retour aux racines", le festival veut explorer deux siècles de Blues et les multiples influences qui le définissent. Huit groupes américains seront à l'affiche, quatre groupes suisses et quatre groupes venant du reste du monde (Colombie, France, Canada), indiquent les organisateurs mercredi soir dans un communiqué.

Le Blues est sans conteste lié aux esclaves africains envoyés aux Etats-Unis, mais on y trouve aussi beaucoup d'influences caribéennes, hispaniques et amérindiennes, rappellent les organisateurs. Depuis, cette musique n’a pas cessé d’évoluer, collant à son époque et inspirant toutes les musiques actuelles.

Le Blues Rules Crissier Festival proposera donc différents styles à son public, des rythmes amérindiens jusqu'au punk blues, en passant par le Fife and Drum, le Blues rural, le cajun, le zydéco, le Jug Band, le R'n'B ou le rap.

Parmi les artistes présents, figureront notamment le duo père-fils Twice as Good, récompensé par des prix prestigieux, les "gardiens de la tradition" Rising Star Fife and Drum Band, ou le "passeur de connaissances" John Primer. La lauréate du Swiss Blues Award 2024, Justina Lee Brown, sera également de la partie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Le dernier acte d'une saison magnifique pour le NUC

Publié

le

Une saison 2023/2024 exceptionnelle pour le NUC. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Un titre de plus pour le NUC ! Victorieuse 3-1 de Guin lors de l’Acte III de la finale des play-off, les Neuchâteloises remportent pour la cinquième année de suite le Championnat de Suisse.

Malgré la perte du premier set, le NUC a transformé sa première balle de match pour s’imposer sur le score de 22-25 25-17 25-11 25-22 et couronner une saison magnifique. On rappellera que le NUC a disputé la finale de la CEV Cup. La formation dirigée par Lauren Bertolacci a exercé une domination presque écrasante sur le plan national.

La coach australienne ne va toutefois pas savourer très longtemps ce nouveau sacre dans la mesure où le prochain départ de ses étrangères vers d’autres cieux plus lucratifs l’oblige à reconstruire une équipe. Les Américaines Tessa Grubbs, Maddie Haynes et Jasmine Gross ne seront plus là la saison prochaine. Au même titre d'ailleurs que Chiara Petitat, Sarah Trösch et Tabea Dalliard.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

La Cour suprême examine l'interdiction de l'avortement dans l'Idaho

Publié

le

L'Idaho est l'un des Etats les plus sévères en matière d'interruption volontaire de grossesse (archives). (© KEYSTONE/AP/Darin Oswald)

Une Cour suprême divisée s'est penchée mercredi sur l'interdiction quasi-totale de l'avortement par l'Etat de l'Idaho, dans le nord-ouest des Etats-Unis. Elle doit déterminer si elle entre en conflit avec une législation fédérale sur les urgences médicales.

C'est cette même institution dominée par les conservateurs qui a pulvérisé, en juin 2022, la garantie fédérale du droit à l'avortement, cassant une jurisprudence de plusieurs décennies.

La dernière affaire est particulièrement suivie car elle pourrait avoir un impact sur des hôpitaux à travers le pays. L'avortement est aussi l'un des thèmes au coeur de la campagne pour la présidentielle du 5 novembre.

L'Idaho est l'un des Etats les plus sévères en matière d'interruption volontaire de grossesse (IVG): l'avortement y est interdit sauf rares exceptions, comme en cas d'inceste ou de danger de mort imminent pour la femme enceinte.

En dehors de ce cadre, toute personne pratiquant un avortement risque jusqu'à cinq ans de prison.

L'administration du président démocrate Joe Biden a demandé à la justice de bloquer cette législation, arguant qu'elle viole une loi fédérale sur les urgences médicales puisqu'elle ne prévoit pas d'exception en cas de "danger grave pour la santé" de la femme enceinte.

"Situation impossible"

Mercredi, les trois juges progressistes de la Cour, Elena Kagan, Ketanji Brown Jackson et Sonia Sotomayor, ont pressé de questions le représentant de l'Etat de l'Idaho, en le recadrant parfois sèchement et en prenant pour exemple des cas éprouvants de femmes dont la santé serait menacée mais pas forcément la vie.

Chez les juges conservateurs, certains se sont montrés sceptiques sur les arguments du gouvernement.

"Comment pouvez-vous imposer des restrictions à ce que l'Idaho peut criminaliser, simplement parce que des hôpitaux dans l'Idaho ont choisi d'accepter" des fonds fédéraux? a ainsi demandé l'un d'eux, Samuel Alito.

Le même magistrat s'est par ailleurs interrogé sur l'usage de l'expression "enfant non né" dans la législation fédérale, laissant entendre que cela signifiait que "l'hôpital doit essayer d'éliminer toute menace immédiate pour l'enfant", et que par conséquent "pratiquer un avortement est contraire à ce devoir".

D'autres juges conservateurs, comme Amy Coney Barrett, ont toutefois laissé entrevoir des doutes, cette dernière se disant même "choquée" par une partie de l'argumentaire du représentant de l'Idaho, Josh Turner.

Elizabeth Prelogar, la représentante de l'Etat fédéral, a affirmé qu'"aujourd'hui, les médecins et les femmes dans l'Idaho se trouvent dans une situation impossible".

"Si une femme arrive aux urgences et que sa santé est gravement menacée, mais qu'elle n'est pas encore en danger de mort, alors les médecins doivent soit retarder le traitement et laisser son état se détériorer, soit la transporter par avion hors de l'Etat pour qu'elle puisse recevoir les soins d'urgence dont elle a besoin", a-t-elle lancé.

Manifestations

La loi fédérale, baptisée EMTALA, exige des hôpitaux affiliés à l'assurance maladie gouvernementale Medicare de fournir des soins d'urgence aux personnes le nécessitant. Pour l'Idaho, état rural et conservateur, ces soins n'incluent pas nécessairement l'avortement, ce que conteste le gouvernement fédéral.

Un juge fédéral à Boise, la capitale de l'Idaho, avait émis une injonction préliminaire en août 2022 qui suspendait en partie la loi de cet Etat, estimant qu'elle mettait les médecins dans une position délicate.

Mais en janvier, la Cour suprême des Etats-Unis a accepté de la remettre temporairement en place en attendant d'examiner une demande d'appel contre la mesure.

Mercredi, devant la Cour suprême à Washington, quelques centaines de manifestants pro-IVG brandissaient des pancartes proclamant "L'avortement sauve des vies". Une dizaine de militants anti-avortement leur ont un temps fait face.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Mobilité

Le terminal de l'Euroairport de Bâle-Mulhouse évacué

Publié

le

En mars déjà, l'aéroport de Bâle-Mulhouse avait dû être évacué à plusieurs reprises, en raison de fausses alertes à la bombe (archives). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le terminal des passagers de l'Euroairport de Bâle-Mulhouse a été évacué mercredi soir. La mesure a été prise pour des raisons de sécurité, a indiqué l'aéroport sur son site Internet.

Le terminal a été fermé. L'ordre d'évacuation a été donné vers 19h15, a indiqué une porte-parole de l'aéroport à Keystone-ATS. Les passagers doivent s'attendre à des retards. La porte-parole n'a pas donné d'autres informations.

L'aéroport a déjà été évacué quatre fois depuis le début de l'année. Selon les autorités françaises, il s'agissait chaque fois de fausses alertes à la bombe.

En octobre 2023, quatre fausses menaces ont été émises contre l'Euroairport en l'espace de sept jours. En France, pays dans lequel se trouve l'aéroport, des centaines de menaces de ce type ont été proférées l'an dernier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture