Rejoignez-nous

Actualité

Journée mondiale contre les violences faites aux travailleurs du sexe

Publié

,

le

(AP Photo/Peter Dejong)

Le 17 décembre est la journée désignée par l'ONU et de nombreuses organisations pour lutter contre les différentes violences faites aux travailleurs du sexe.

On peut penser immédiatement aux agressions et meurtres perpétrés à leur encontre, mais ils ne faut pas oublier les violences moins visibles dont sont victimes ces travailleurs du sexe. Elles peuvent prendre des formes très variées et sont bien souvent ignorées de la population et des institutions légales. En Suisse, où la prostitution est reconnue comme une activité légale, elles n'en sont pourtant pas moins présentes et l'on constate de nombreuses agressions de tout type et venant de différentes personnes. En premier lieu, ce sont les violences domestiques qui sont les plus fréquentes. Puis viennent les "intermédiaires", c'est à dire les différentes personnes ayant une emprise sur le travail en question, les institutions, les collègues, les passants, la police, et enfin la vie sociale.

Très peu d'études permettent de rendre visibles ces violences et de les combattre, d'où l’intérêt d'une telle journée. Il est donc difficile d'imaginer l’ampleur de cette problématique. Cependant une étude menée au Canada, pays dans lequel la prostitution n'est pas illégale, sur 183 personnes, a mis en lumière que 80% d'entre elles déclarent avoir subi au moins une agression au cours de l'année. Des chiffres alarmants.

Isabelle Boillat est co-coordinatrice de l'association Aspasie, elle est revenue sur le principe de cette journée et l'importance d'être informé sur les différentes violences faites aux TDS.

Isabelle BoillatCo-coordinatrice association Aspasie

Comment prévenir ces violences

Les ressources des travailleurs du sexe face à ces violences relèvent plus souvent de tactiques et de savoirs-faire que de réels moyens pour se défendre. De la prévention, à l'autodéfense et à la négociation, les travailleurs du sexe sont soumis à une dure loi individualiste. En marge, il existe bien sûr des recours légaux, auprès de l'association Aspasie à Genève, qui est aujourd'hui la seule association de défense des droits des travailleurs du sexe du canton, ou encore auprès de la police, bien que les plaintes pour discrimination envers elle soient nombreuses.

Isabelle BoillatCo-coordinatrice association Aspasie

Suisse

Victime de son succès, le bitcoin dévisse de plus de 5%

Publié

le

A l'approche du week-end, le bitcoin avait atteint 44'588 dollars, son plus haut niveau depuis le printemps 2022, loin encore toutefois du pic de novembre 2021 qui avait vu le cours frôler les 70'000 dollars (archives). (© KEYSTONE/DPA/FERNANDO GUTIERREZ-JUAREZ)

Le bitcoin s'est déprécié de plus de 5% dans la nuit de dimanche à lundi, glissant brièvement sous la barre des 42'000 dollars, un mouvement de correction logique pour nombre d'acteurs du marché, au vu de sa poussée spectaculaire de la semaine dernière.

Lundi à la mi-journée, la reine des cryptodevises avait déjà effacé une bonne partie de ses pertes et s'échangeait autour de 42'380 dollars sur la plateforme luxembourgeoise Bitstamp, soit 3% de moins que 24 heures auparavant. Sur sept jours en revanche, l'évolution reste positive de près de 2%.

Sollicitée par l'agence AWP, Ipek Ozkardeskaya y voit une correction à l'approche d'une semaine riche en données et en événements importants. "Il est judicieux de prendre ses bénéfices et de rester en retrait avant les données américaines sur l'inflation et la décision de la Fed", estime l'analyste senior de Swissquote.

Selon elle, au vu de l'évolution des expectatives de taux au cours des dernières semaines, "il y a de fortes chances que nous assistions à une rectification de l'orientation de la politique monétaire". Une possibilité qui justifie des prises de bénéfices au vu d'un marché suracheté, en raison notamment des espoirs suscité par l'autorisation imminente aux Etats-Unis de fonds indiciels cotés (ETF) adossés au bitcoin.

Fondamentaux intacts

"La chute actuelle ressemble plus à une brusque consolidation de marché qu'à un catalyseur de nouvelles fondamentales", fait valoir de son côté Richard Galvin, cofondateur de Digital Asset Capital Management, qui signale que "l'effet de levier a augmenté de manière significative" après la récente hausse de la cryptomonnaie de référence.

"Les investisseurs sur le marché des cryptomonnaies ont empoché leurs gains en ce début de semaine" résume Timo Emden dans un commentaire. Selon l'expert, une consolidation du marché était nécessaire au de la flambée des cours. A l'approche du week-end, le bitcoin avait atteint 44'588 dollars, son plus haut niveau depuis le printemps 2022, loin encore toutefois du pic de novembre 2021 qui avait vu le cours frôler les 70'000 dollars.

Le brusque mouvement du bitcoin s'est également reflété chez ses principaux rivaux. Ainsi l'ether accusait un repli de 3,8% sur les dernières 24 heures, à 2248,30 dollars (mais +0,4% sur une semaine).

La capitalisation de marché des quelque 11'400 monnaies cryptographiques suivies par le portail spécialisé CoinGecko s'établissait à 1651 milliards de dollars, dont le bitcoin représente toujours près de la moitié.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Réunion sur l'Ukraine le 14 janvier à Davos (GR)

Publié

le

La réunion de Davos, organisée conjointement par la Suisse et l’Ukraine, sera consacrée à la "formule de paix en dix points" du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy (ici avec Ignazio Cassis, archives). (© KEYSTONE/AP/EFREM LUKATSKY)

Les conseillers à la sécurité nationale de plusieurs pays se réuniront le 14 janvier à Davos (GR) pour discuter de l'Ukraine. Cette réunion, organisée conjointement par la Suisse et l’Ukraine, sera consacrée à la "formule de paix en dix points" de Volodymyr Zelensky.

Cette rencontre sera organisée à la veille de l'ouverture du Forum économique mondial (WEF). Elle fait suite à celle organisée à Malte en octobre, à laquelle avaient participé environ 70 pays de tous les continents ainsi que l’Union européenne (UE) et l'ONU, a indiqué lundi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) à Keystone-ATS.

Dans un message sur X (ex-Twitter) révélé plus tôt dans la matinée par les journaux alémaniques du groupe Tamedia, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait annoncé que le prochain cycle de pourparlers consacrés à sa "formule de paix" aurait lieu "en Suisse", sans plus d'informations.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Les travaux de rénovation du barrage du Seujet ont pris fin

Publié

le

Le barrage du Seujet, sur le Rhône, a aussi comme fonction d'être le "robinet" du Léman (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Lancés en 2016, les travaux de rénovation du barrage du Seujet ont pris fin, indiquent lundi les Services industriels de Genève (SIG). L'ouvrage situé sur le Rhône, au coeur de la ville de Genève, dispose dorénavant de groupes de production hydroélectrique modernisés et beaucoup plus silencieux.

Les turbines ont été totalement révisées et les multiplicateurs, sources de bruit, ont été rénovés avec une technologie plus récente. L'opération est une réussite puisque les nuisances occasionnées par le fonctionnement du barrage auprès des riverains sont aujourd'hui "quasiment imperceptibles", écrivent les SIG dans un communiqué.

Les SIG rappellent que les travaux ont été spectaculaires par moments. Les turbines, qui pèsent chacune 26 tonnes, ont ainsi dû être extraites par le toit du barrage au moyen d'une grue, une entreprise qui a nécessité une grande dose de patience et des gestes d'une précision extrême.

Le barrage du Seujet a été inauguré en 1995. Sa production annuelle d'énergie s'élève à environ 20 GWh. Le Seujet est également "la pièce maîtresse" pour réguler le niveau du lac Léman. Les travaux de rénovation de l'ouvrage ont été menés par intermittence pendant 7 ans. Ils ont coûté 11,6 millions de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

L'ancien évêque Bernard Genoud accusé d'actes d'ordre sexuel

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD
Mgr Bernard Genoud, ancien évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, décédé en 2010, est accusé d'actes d'ordre sexuel sur une femme de 19 ans à l'époque où il enseignait au Collège du Sud, à Bulle (FR). C'est la première fois qu'une personnalité de ce rang est visée.

Mgr Charles Morerod, successeur de Bernard Genoud à la tête du diocèse, a convié la presse lundi à Fribourg pour divulguer un cas qui donne une dimension inédite aux affaires d'abus dans l'église. La victime, en proie à une "grande souffrance", a souhaité conserver l'anonymat, y compris sur la période où les faits se sont déroulés.

Charles Morerod a lancé un appel à témoins après avoir reçu le témoignage d'une femme ayant subi des actes d'ordre sexuel par Bernard Genoud (1942-2010). Les faits remontent à l'époque où ce dernier était professeur de philosophie au Collège du Sud à Bulle. La victime est venue parler à Mgr Morerod une première fois le 1er décembre.

La femme était étudiante de Bernard Genoud, professeur de philosophie, dans l'établissement gruérien.

Continuer la lecture

Suisse

WSL: ne pas oublier la biodiversité dans le débat climatique

Publié

le

Les forêts de monoculture sont plus vulnérables aux parasites et aux chablis que les forêts mixtes. (Photo d'archives) (© Keystone/EPA/BAGUS INDAHONO)

Selon des experts suisses, la biodiversité ne doit pas être oubliée dans la protection du climat. La perte de la diversité biologique est aussi grave pour la nature et l'humanité que le changement climatique, ont-ils souligné lundi lors de la COP28 à Dubaï.

Les mesures de protection du climat ne doivent pas nuire à la biodiversité, a souligné Dirk Karger, de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), lors de la conférence mondiale sur le climat COP28.

Le climat et la biodiversité s'influencent mutuellement, comme l'ont relevé les experts dans la Blue Zone de la conférence, où se déroulent les négociations officielles.

Ils ont cité l'exemple des forêts mixtes qui réfléchissent davantage la lumière du soleil et se réchauffent moins que les forêts pures de conifères. En effet, les conifères doivent fermer leurs stomates plus tôt en cas de chaleur afin de ne pas perdre trop d'eau.

Les stomates sont des pores microscopiques dans les feuilles et les aiguilles des arbres qui servent à réguler les échanges gazeux entre la plante et son environnement. En fermant leurs stomates plus tôt, les conifères évaporent globalement moins d'eau, perdant ainsi l'effet rafraîchissant et contribuant indirectement au réchauffement, comme l'a expliqué le WSL dans un communiqué.

Appel aux politiciens

Dans le cadre du projet de recherche "FeedBaCks", des scientifiques, parmi lesquels Dirk Krager du WSL et Tom Crowther de l'École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), étudient de telles relations entre la biodiversité et le climat. Selon eux, les deux aspects doivent être considérés ensemble.

Par exemple, la déforestation pour les biocarburants ou la création de monocultures pour la séquestration du CO2 nuisent non seulement à la diversité des espèces, mais remettent également en question de nombreux services fournis à la société par les écosystèmes naturels. Cela va de la protection contre les dangers naturels à l'utilisation récréative en passant par la purification de l'eau et de l'air.

Par ailleurs, "la perte de biodiversité est souvent irréversible", note Dirk Karger, cité dans le communiqué. Du point de vue du climat, il peut sembler judicieux de planter des monocultures d'espèces d'arbres à croissance rapide afin d'absorber le plus de CO2 possible. Mais comme les monocultures sont beaucoup plus vulnérables aux tempêtes ou aux parasites, le risque existe que les arbres meurent rapidement et libèrent à nouveau dans l'atmosphère le CO2 qu'ils ont absorbé, conclut le WSL.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture